France: l'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption, une première

L'ex-président Nicolas Sarkozy n'a eu de cesse de dénoncer une instrumentalisation politique de la justice, multipliant les recours. Sans succès (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 23 novembre 2020

France: l'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption, une première

  • Pour l'ex-président qui clame son innocence, cette affaire est « un scandale qui restera dans les annales »
  • Un autre procès attend Nicolas Sarkozy au printemps: celui de l'affaire Bygmalion

PARIS : Pour la première fois dans l'histoire de l'après-guerre, un ancien président français est jugé pour corruption: Nicolas Sarkozy comparaît lundi dans l'affaire dite des « écoutes » aux côtés d'un ami avocat et d'un ancien haut magistrat.

Avant lui, seul un autre ex-président, Jacques Chirac, avait été jugé -- et condamné en 2011 à deux ans avec sursis pour détournement de fonds publics -- mais M. Sarkozy est le premier chef d'Etat accusé de corruption.

Nicolas Sarkozy, 65 ans, s'est dit « combatif » dans la perspective du procès où seront jugés aussi l'avocat Thierry Herzog et le juge à la retraite Gilbert Azibert. 

Pour l'ex-président qui clame son innocence, cette affaire est « un scandale qui restera dans les annales ».

Retiré de la politique depuis sa défaite à la primaire de la droite fin 2016, M. Sarkozy encourt dix ans de prison et un million d'euros d'amende pour corruption et trafic d'influence, comme ses co-prévenus - jugés en outre pour violation du secret professionnel.

La tenue du procès, prévu pour durer trois semaines, dépendra de l'épidémie de Covid-19 qui a perturbé les audiences d'autres affaires à Paris ces dernières semaines, et à une demande de renvoi pour raisons médicales, déposée par le juge Azibert, 73 ans.

L'affaire des « écoutes » trouve son origine dans un autre dossier judiciaire qui menace Nicolas Sarkozy: les soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. 

Dans ce cadre, les juges avaient décidé en septembre 2013 de placer l'ancien président sur écoute, et découvert, début 2014, qu'il utilisait une ligne secrète, sous le pseudonyme « Paul Bismuth », pour communiquer avec son avocat Thierry Herzog.

Selon l'accusation, certaines de leurs conversations ont révélé l'existence d'un pacte de corruption: Nicolas Sarkozy a, par l'intermédiaire de Me Herzog, envisagé d'apporter un « coup de pouce » à M. Azibert pour l'aider à obtenir un poste dans la Principauté de Monaco qu'il convoitait, mais qu'il n'a jamais obtenu. 

En contrepartie, selon le parquet, ce haut magistrat a fourni des informations, couvertes par le secret, sur une procédure engagée en Cassation par M. Sarkozy en marge d'un autre dossier (affaire Bettencourt), et a tenté d'influer sur ses collègues. 

Après avoir bénéficié d'un non-lieu dans l'affaire Bettencourt fin 2013, Nicolas Sarkozy avait en effet saisi la Cour de cassation pour faire annuler la saisie de ses agendas présidentiels, susceptibles d'intéresser la justice dans d'autres procédures.

Dans les discussions fleuries avec son avocat, socle de l'accusation, l'ex-président s'engageait à intervenir en faveur du juge Azibert. « Moi, je le fais monter », « je l'aiderai », dit-il ainsi à Me Herzog. 

« Pas un pourri »

Peu après, il déclare qu'il a renoncé à faire « la démarche » auprès des autorités monégasques. Pour les enquêteurs, ce revirement pourrait venir de la découverte par les deux hommes que leurs téléphones officieux étaient sur écoute.

Dans un réquisitoire sévère en octobre 2017, le PNF (Parquet national financier) a comparé les méthodes de Nicolas Sarkozy à celles d' « un délinquant chevronné ». 

Les trois prévenus contestent tout « pacte de corruption ». 

« M. Azibert n'a rien obtenu, je n'ai pas fait de démarche et j'ai été débouté par la Cour de cassation » concernant les agendas, a argué l'ancien président dès 2014. 

« Je m'expliquerai devant le tribunal parce que moi, j'ai toujours fait face à mes obligations », a-t-il réaffirmé récemment sur la chaîne française BFMTV, jurant: « Je ne suis pas un pourri ». 

Nicolas Sarkozy n'a eu de cesse de dénoncer une instrumentalisation politique de la justice, multipliant les recours. Sans succès.

La validation des écoutes en mars 2016 par la plus haute juridiction judiciaire avait constitué une défaite majeure pour l'ancien président, qui estimait que la retranscription d'échanges entre un avocat et son client était illégale. 

Cette question sera à nouveau âprement discutée lors du procès.

Un autre procès attend Nicolas Sarkozy au printemps: celui de l'affaire Bygmalion sur ses frais de campagne pour l'élection présidentielle de 2012 qu'il avait perdue aux profits du socialiste François Hollande.


Mélenchon tient meeting sur l'eau, «problème écologique le plus concret»

Le président du groupe des députés LFI a pointé du doigt le capitalisme et la course au profit, «incompatibles» selon lui avec la sauvegarde de l'eau. (Photo, AFP)
Short Url
  • Il appartient à la France d'œuvrer à son échelle de «deuxième puissance maritime du monde»
  • L'eau est «une incitation à inventer un monde futur, elle rend le problème de l'écologie le plus concret»

PARIS: Le candidat de La France insoumise à la présidentielle de 2022, Jean-Luc Mélenchon, a consacré samedi un meeting virtuel au thème de l'eau, qui abondera sa campagne parce qu'il rend «le problème écologique concret».

Le leader Insoumis a discouru près d'une heure et demie dans un environnement de réalité virtuelle en trois dimensions où rivières, barrages ou encore centrales nucléaires alternaient pour appuyer sa démonstration.

Il a expliqué pourquoi l'eau constitue un thème clé de son programme: elle est «une incitation à inventer un monde futur, elle rend le problème de l'écologie le plus concret».

Elle est exemplaire de la formule qu'il entend désormais employer à propos de l'écologie: «L'harmonie des êtres humains entre eux et avec la nature».

Il prône en effet une «concordance» entre «le cycle du prélèvement humain et le cycle du renouvellement des ressources par la nature».

Or, selon lui, l'eau comme ressource est menacée au niveau mondial et il appartient à la France d'œuvrer à son échelle de «deuxième puissance maritime du monde».

«La France est située à tous les points du cycle de l'eau», a-t-il déclaré. Elle doit militer pour un droit international des grands fonds, la préservation des pôles contre l'exploitation minière, contre les traités de libre-échange favorisant l'agriculture intensive.

A l'échelle nationale, le «cycle de l'eau est perturbé», a indiqué Jean-Luc Mélenchon, citant l'assèchement de plusieurs cours d'eau, comme le Doubs, ou encore l’appauvrissement des sols en forêt dû à la monoculture de certains arbres et aux coupes rases, qu'il veut interdire.

Le président du groupe des députés LFI a pointé du doigt le capitalisme et la course au profit, «incompatibles» selon lui avec la sauvegarde de l'eau.

Souhaitant l'arrêt des privatisations de barrages, il a proposé «la collectivisation de l'eau», c'est-à-dire sa gestion par les collectivités locales au moyen d'une «planification par bassins versants».

Côté usager, il a préconisé la réparation des réseaux de distribution vétustes, la gratuité des premiers mètres cubes d'eau et des tarifs différents en fonction de l'usage - remplir sa piscine devrait être plus cher qu'utiliser cette ressource pour se doucher ou boire.

Jean-Luc Mélenchon a appelé à voter en ligne pour la votation citoyenne sur l'eau organisée par LFI et d'autres organisations, afin d'atteindre 300 000 signatures avant la clôture, le 13 avril


France : un ex-ministre admet avoir été à un déjeuner organisé dans un appartement

Un ancien ministre du président français Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, (AFP)
Short Url
  • Le repas était un "déjeuner professionnel" avec un journaliste politique très connu, Alain Duhamel, "parce qu'on m'a garanti que c'était légal, dans une pièce isolée d'un appartement"
  • "C'est un appartement privé et pas un restaurant, on me l'a présenté comme un business club. Nous étions moins de six, aucune règle n'a été enfreinte"

PARIS : Un ancien ministre du président français Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, a reconnu samedi avoir participé à un déjeuner organisé par un cuisinier mis en cause pour des repas qui violeraient les règles anti-Covid, tout en se défendant d'avoir enfreint la loi.

Le repas était un "déjeuner professionnel" avec un journaliste politique très connu, Alain Duhamel, "parce qu'on m'a garanti que c'était légal, dans une pièce isolée d'un appartement", a déclaré à l'AFP l'eurodéputé Les Républicains (droite, opposition), après avoir donné ces informations au site d’information Mediapart.

"C'est un appartement privé et pas un restaurant, on me l'a présenté comme un business club. Nous étions moins de six, aucune règle n'a été enfreinte", a insisté M. Hortefeux, jugeant "très dérangeant l'amalgame avec ces soirées" illégales pour lesquelles Christophe Leroy fait l'objet d'une information judiciaire.

Brice Hortefeux a occupé plusieurs fonctions ministérielles quand M. Sarkozy était à la tête de l'Etat (2007-2012), dont celles de ministre de l'Intérieur entre 2009 et 2011.

Le cuisinier Christophe Leroy et le collectionneur Pierre-Jean Chalençon, soupçonnés d'avoir organisé à Paris des repas luxueux clandestins alors que les restaurants sont fermés dans le cadre des mesures de lutte contre la Covid-19, ont été placés quelques heures en garde à vue vendredi.

La diffusion d'un reportage par la chaîne de télévision M6 la semaine dernière sur des dîners clandestins fastueux dans la capitale a déclenché une vive polémique, un des organisateurs, identifié comme étant Pierre-Jean Chalençon, affirmant avoir "dîné dans la semaine dans deux-trois restaurants clandestins" où il aurait croisé "des ministres". Il a ensuite plaidé l'humour.


Loi Climat: les députés suppriment un avantage fiscal sur le gazole routier pour 2030

Des manifestants participent à une manifestation appelée par plusieurs ONG et syndicats pour une "vraie" loi sur le climat, Place de la République à Paris. (AFP)
Short Url
  • L'Assemblée nationale a largement adopté cette mesure par 73 votes pour, six contre et neuf abstentions. Celle-ci prévoit la suppression par paliers jusqu'en 2030 de l'avantage fiscal dont bénéficie le gazole routier sur la TICPE
  • La majorité souhaite ainsi donner un coup d'accélérateur au renouvellement des flottes de poids lourds au bénéfice de camions roulant à l'hydrogène, au bio-gaz ou au bio-diesel

PARIS : Les députés ont programmé samedi la suppression d'un avantage fiscal sur le gazole routier à l'horizon 2030, malgré les mises en garde de la droite sur ses conséquences sur le secteur du transport routier, lors de l'examen du projet de loi "climat".

L'Assemblée nationale a largement adopté cette mesure par 73 votes pour, six contre et neuf abstentions. Celle-ci prévoit la suppression par paliers jusqu'en 2030 de l'avantage fiscal dont bénéficie le gazole routier sur la TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques).

La majorité souhaite ainsi donner un coup d'accélérateur au renouvellement des flottes de poids lourds au bénéfice de camions roulant à l'hydrogène, au bio-gaz ou au bio-diesel. Avec un horizon: la fin de la vente des poids lourds à "énergie fossile" en 2040 voté dans l'hémicycle. 

Pour la droite, cet objectif pour 2030 relève du voeu pieux et risque d'avoir de sérieuses conséquences tant sociales qu'économiques sur un pavillon français déjà fragilisé par le dumping issu très majoritairement des pays de l'Est.

"Il faut arrêter ce 'camion bashing' depuis quelques années", a déclaré le LR Jean-Marie Sermier.

"L'augmentation de la fiscalité qui découlera de l'adoption de cet article handicapera les entreprises françaises", s'est alarmé son collègue Vincent Descoeur.

Pour les députés LR qui ont déposé une ribambelle d'amendements de suppression, les transporteurs vont se retrouver mécaniquement dans une impasse car ils ne pourront basculer massivement vers des véhicules décarbonés en raison de la faiblesse de l'offre industrielle. 

Avec un parc de 600 000 camions qui doit être changé tous les six ans, il n'y a pas "de capacité industrielle de massifier la production pour produire suffisamment de camions", a fait valoir M. Sermier.

Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari lui a opposé "les aides directes pour accompagner le secteur" vers un renouvellement de la flotte avec des engins "plus vertueux", et un écosystème industriel français "favorable" pour produire ces véhicules. 

Il a également promis une régulation sociale et politique "beaucoup plus efficace au niveau européen". 

Pour éviter toute distorsion de concurrence avec les pays voisins, la trajectoire sera précisée à l'issue de la présidence française du Conseil de l'Union européenne au premier semestre 2022, précise le projet de loi.