Le Moyen-Orient est prêt à jouer un rôle clé dans la transition énergétique

Le Royaume a notamment lancé l'Initiative verte saoudienne aux côtés de l'Initiative verte du Moyen-Orient pour renforcer l'engagement de la région en faveur d'un monde plus vert. En outre, il accueillera, du 4 au 9 février 2023, la 44e conférence de l'Association internationale pour l'économie de l'énergie. (Shuttertstock)
Le Royaume a notamment lancé l'Initiative verte saoudienne aux côtés de l'Initiative verte du Moyen-Orient pour renforcer l'engagement de la région en faveur d'un monde plus vert. En outre, il accueillera, du 4 au 9 février 2023, la 44e conférence de l'Association internationale pour l'économie de l'énergie. (Shuttertstock)
Short Url
Publié le Vendredi 03 février 2023

Le Moyen-Orient est prêt à jouer un rôle clé dans la transition énergétique

  • Les pays du Moyen-Orient sont alimentés presque exclusivement par le pétrole et le gaz, qui représentent 98% de leur consommation d'énergie
  • En renforçant le secteur privé non énergétique, l'entrepreneuriat pourrait permettre une diversification économique plus rapide

LE CAIRE: Leader de la production mondiale de pétrole, le Moyen-Orient s’apprête à jouer un rôle important dans la transition énergétique, selon un rapport de McKinsey & Co.
Le Moyen-Orient produit actuellement près d'un tiers de l'approvisionnement mondial en pétrole, avec 48% des réserves mondiales avérées de pétrole et 40% des réserves de gaz, indique le rapport.
«Aujourd'hui, le Moyen-Orient est responsable de 1,9 gigatonne d'équivalent dioxyde de carbone d'émissions énergétiques, soit près de 5,5% des émissions mondiales liées à l'énergie. La région abrite également plusieurs des dix nations les plus émettrices de carbone par habitant dans le monde», ajoute le rapport.
En outre, les pays du Moyen-Orient sont alimentés presque exclusivement par le pétrole et le gaz, qui représentent 98% de leur consommation d'énergie.
Le Moyen-Orient a exporté 22 millions de barils de pétrole par jour et 127 milliards de mètres cubes de gaz, soit respectivement 34% et 26% des exportations mondiales d'énergie en 2020, précise le rapport.
Cependant, la région possède également certains des bassins d'extraction – c'est-à-dire des roches mères où naissent le pétrole et le gaz – les moins coûteux et les moins intensifs en carbone du monde.
Par exemple, l'intensité carbonique des opérations en amont en Arabie saoudite, de 4,6 grammes d'équivalent dioxyde de carbone par mégajoule (MJ) d'énergie, est inférieure à la moitié de la moyenne mondiale de 10,3 grammes de dioxyde de carbone par mégajoule (gCO2e/MJ).
C'est l'un des principaux avantages dont bénéficie la région pour lui permettre de jouer un rôle de premier plan dans la transition énergétique mondiale.
Mais ce n'est pas tout. Comme les prix de l'énergie solaire dans la région sont actuellement parmi les plus bas au monde, les énergies renouvelables gagnent du terrain, en plus des programmes verts locaux tels que le plan des Émirats arabes unis (EAU), qui vise à investir 160 milliards de dollars (1 dollar = 0,91 euro) dans des sources d'énergie propres et renouvelables au cours des trente prochaines années.
Plusieurs autres pays ont annoncé des gigaprojets, notamment le programme Vision 2030 de l'Arabie saoudite, qui vise l'installation d'environ 60 GW d'énergies renouvelables d'ici à 2030.
Le Royaume a également lancé l'Initiative verte saoudienne, ainsi que l'Initiative verte du Moyen-Orient, afin de renforcer l'engagement de la région en faveur d'un monde plus vert. Il accueillera également la 44e conférence de l'International Association for Energy Economics du 4 au 9 février 2023.

Des avantages uniques
La région attire d'énormes opportunités d'investissement dans les énergies renouvelables grâce à sa situation géographique.
La région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord reçoit 22 à 26% de l'ensemble des radiations solaires de la planète et la vitesse moyenne des vents y est supérieure au seuil minimal requis pour les parcs éoliens de grande envergure.
Ces avantages uniques offrent à la région la possibilité de réduire les émissions de carbone à l'échelle mondiale.
La promotion des investissements visant à augmenter l'offre de captage, d'utilisation et de stockage du carbone, qui consiste à capter et à utiliser efficacement les fortes concentrations de CO2 émises par les activités industrielles, peut constituer l'une des principales étapes vers une région plus verte.
Le potentiel inexploité du procédé appelé «captage et valorisation du dioxyde de carbone» (également désigné par l’acronyme anglais «CCUS») est important, car des secteurs comme le raffinage, l'acier et le ciment pourraient l’utiliser pour se décarboniser à grande échelle.
Selon le rapport de McKinsey & Co., la réserve actuelle de projets engagés jusqu'en 2030 comporte encore une part considérable de projets d'hydrogène gris, d'une capacité de 45 à 50%, plutôt que de projets d'hydrogène bleu, qui utilisent le CCUS pour atténuer les émissions, ou de projets d'hydrogène vert, qui utilisent encore moins de carbone.

 

En bref

Le Moyen-Orient a exporté 22 millions de barils de pétrole par jour et 127 milliards de mètres cubes de gaz, soit respectivement 34% et 26% des exportations mondiales d'énergie en 2020.
La région possède également des bassins d'extraction, c'est-à-dire des roches mères où naissent le pétrole et le gaz, parmi les moins coûteux et les moins intensifs en carbone du monde.
À l'heure actuelle, la région affiche également les prix des offres solaires parmi les plus bas du monde.
Plusieurs pays ont annoncé des gigaprojets, notamment le programme Vision 2030 de l'Arabie saoudite, qui vise l'installation d'environ 60 GW d'énergies renouvelables d'ici à 2030.

Les pays du Moyen-Orient utilisent actuellement de grandes quantités d'hydrogène gris à base de gaz naturel, environ 8,4 mégatonnes par an, soit environ 7% du total mondial.
L'augmentation de l'hydrogène bleu et vert ainsi que de la production d'ammoniac pourrait stimuler les partenariats internationaux et les investissements dans les exportations d'hydrogène.
En outre, le Moyen-Orient est une région propice au stockage du carbone, avec un potentiel de stockage souterrain vaste et accessible d'environ 30 gigatonnes.
Le rapport indique également que la région est l'une des moins chères du monde pour la production d'hydrogène vert, avec un coût potentiel inférieur à 2 dollars par kilogramme, alors que le coût mondial se situe entre 2,8 et 6,3 dollars.
Pour soutenir la transition de la région, il est indispensable de stimuler le développement des énergies renouvelables et de faciliter leur intégration en modernisant les infrastructures de soutien. Les investissements dans les énergies renouvelables ont été assez faibles par rapport au pétrole, au gaz et à la pétrochimie, car le mix de production d'électricité des pays du Moyen-Orient reste faible par rapport aux objectifs ambitieux de la région.
En moyenne, un projet solaire nécessite trois à quatre ans pour être achevé au Moyen-Orient. Étant donné que la taille moyenne des projets installés n'est actuellement que de 500 à 800 MW environ, le risque d'incertitude est accru pour les investissements à long terme, selon l'analyse de McKinsey.

La voie à suivre
L'incitation à l'électrification et à l'efficacité énergétique joue également un rôle énorme dans le développement d'une région à consommation nette zéro.
Selon les recherches de McKinsey, 44% de l'énergie consommée dans le monde est basée sur les combustibles et la moitié de ces derniers consommés pour l'énergie pourrait être électrifiée avec les technologies disponibles aujourd'hui.
Au Moyen-Orient, 95% de la consommation énergétique de l'industrie est actuellement basée sur les combustibles fossiles et seulement 4% de l'énergie consommée est de l'électricité.
L'électrification des actifs en amont pourrait réduire les émissions dans les opérations pétrolières et gazières. La recherche et le développement d'équipements et de processus industriels électriques pourraient réduire considérablement les coûts d'investissement et augmenter l'efficacité énergétique des équipements électriques.
La promotion des entreprises de technologies propres qui élaborent de nouvelles solutions énergétiques pour diversifier l'économie locale et saisir les nouvelles opportunités économiques de la transition encouragera fortement d'autres entreprises à en faire autant.
En renforçant le secteur privé non énergétique, l'entrepreneuriat pourrait permettre une diversification économique plus rapide.
Les entrepreneurs sont confrontés à des défis tels que les coûts élevés de constitution en société, le manque de financement pour les petites et moyennes entreprises et les difficultés liées à l'octroi de licences.
La création d'un écosystème de start-up dans le domaine des technologies propres, alimenté par des programmes d'incitation et l'innovation, peut attirer des investissements locaux et internationaux.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Sama: Les paiements au point de vente en Arabie saoudite atteignent un niveau record de 59,68 milliards de riyals

En Arabie saoudite, on observe une évolution notable vers les paiements en ligne et la numérisation en raison de l’engagement du pays à fournir des technologies de pointe à sa population férue de technologie. (Shutterstock)
En Arabie saoudite, on observe une évolution notable vers les paiements en ligne et la numérisation en raison de l’engagement du pays à fournir des technologies de pointe à sa population férue de technologie. (Shutterstock)
Short Url
  • Le rapport explique que des facteurs liés aux plates-formes et aux expériences, en particulier les options de paiement flexibles et la mise sur le marché de produits exclusifs de haute qualité, sont à l’origine de cette augmentation
  • Cette tendance ne se contente pas de remodeler le paysage de la vente au détail, mais elle a également un impact considérable sur le comportement des consommateurs

RIYAD: Les transactions liées à l’alimentation et aux boissons ont permis aux paiements au point de vente d’atteindre un niveau record de 59,68 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,25 euro) en mars, selon des données officielles. 

Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne (Sama) révèlent une augmentation annuelle de 8% des dépenses dans tous les secteurs, les dépenses effectuées pendant le mois sacré du ramadan, ainsi qu’un marché en expansion proposant des options de paiement flexibles, étant probablement à l’origine de cette hausse. 

En mars, les dépenses liées à l’alimentation et aux boissons constituaient la part la plus importante, représentant 17% du total des paiements du mois. 

Les dépenses consacrées aux restaurants et aux cafés, ainsi qu’aux biens et services divers représentaient chacune 12% des dépenses totales. 

En février, Redseer Strategy Consultants avait prédit que les consommateurs d’Arabie saoudite seraient plus désireux d’explorer de nouvelles attractions et destinations pendant le ramadan. 

Leur enquête, qui portait sur le changement des comportements d’achat pour le ramadan 2024 par rapport à l’année précédente, a révélé que 62% des participants à l’enquête saoudiens et 48% des participants émiratis prévoyaient d’augmenter leurs dépenses pendant le mois sacré. 

Le rapport explique que des facteurs liés aux plates-formes et aux expériences, en particulier les options de paiement flexibles et la mise sur le marché de produits exclusifs de haute qualité, sont à l’origine de cette augmentation. 

L’enquête montre qu’aux Émirats arabes unis, où le marché est arrivé à maturité, les consommateurs accordent de plus en plus d’importance au caractère abordable des produits, privilégiant les prix les moins élevés. 

Des facteurs tels que la variété des produits, la rapidité des livraisons et la qualité ne sont plus des critères significatifs de différenciation des marques, car le marché a uniformisé les règles du jeu. 

À l’inverse, en Arabie saoudite, un marché en pleine croissance, l’accent est mis sur les aspects liés à la plate-forme et à l’expérience. Les options de paiement flexibles et un service clientèle solide gagnent en importance, ce qui indique un changement dans les préférences des consommateurs. 

Selon des données de la Sama, les principaux moteurs de la croissance au cours de cette période étaient l’augmentation des dépenses consacrées aux biens et services divers, notamment les articles de soins personnels et les produits de nettoyage. 

Cette catégorie représentait la deuxième part la plus importante des dépenses du mois de mars (12%), enregistrant une croissance de 28% pour atteindre 7,06 milliards de SAR. Cette croissance constituait 36% de l’augmentation annuelle globale des paiements au point de vente. 

L’habillement et les chaussures arrivent en deuxième position, contribuant à la croissance globale à hauteur de 26%, soit 5,8 milliards de SAR, en mars. Les dépenses liées à l’alimentation et aux boissons viennent ensuite, avec une contribution de 13%, soit quelque 10 milliards de SAR, ce qui constitue une hausse de 6% par rapport au même mois de l’année dernière. 

L’enquête menée par Redseer indique que les Saoudiens interrogés sont très enclins à acheter des produits alimentaires, des articles de mode et des produits de beauté ou de soins personnels pendant le mois du ramadan. 

Selon l’enquête, 93% des personnes interrogées sont prêtes à acheter des produits alimentaires, 84 % à acheter des articles de mode et 72% à acheter des produits de beauté et de soins personnels. 

Cette période est souvent associée à des engagements sociaux accrus, à l’hospitalité et à la générosité, ce qui entraîne un accroissement des dépenses de consommation consacrées à la nourriture, aux cadeaux et aux dons de charité. En outre, les entreprises proposent souvent des promotions et des réductions spéciales pendant le ramadan, ce qui stimule davantage les dépenses de consommation. 

En Arabie saoudite, on observe une évolution notable vers les paiements en ligne et la numérisation en raison de l’engagement du pays à fournir des technologies de pointe à sa population férue de technologie. 

Grâce à l’accessibilité accrue au commerce électronique et à la commodité croissante des plates-formes d’achat en ligne, les consommateurs optent plus que jamais pour les transactions numériques. Cette tendance ne se contente pas de remodeler le paysage de la vente au détail, mais elle a également un impact considérable sur le comportement des consommateurs. 

La facilité avec laquelle il est possible de comparer les prix et les options de produits en ligne a donné plus de pouvoir aux consommateurs, favorisant une concurrence plus forte entre les détaillants et, à terme, une baisse des dépenses. 

En conséquence, l’adoption des méthodes de paiement numérique continue de connaître une croissance rapide, ce qui reflète un changement fondamental dans la façon dont les transactions sont effectuées sur le marché dynamique et en évolution rapide de l’Arabie saoudite. 

L’un des défis posés par cette croissance est la prolifération de plates-formes et de sites frauduleux qui tentent de tromper les utilisateurs intéressés. Pendant le ramadan et l’Aïd el-Fitr, la multiplication des transactions de détail en ligne fournit davantage d’opportunités aux cybercriminels. 

Ces entités frauduleuses ont ciblé des plates-formes saoudiennes majeures en créant de faux sites Web conçus pour intercepter les codes d’authentification à deux facteurs ou les mots de passe à usage unique. 

Selon Cyber Security News, cette tactique d’hameçonnage sophistiquée vise à contourner les mesures de sécurité et à obtenir un accès non autorisé aux comptes des victimes. 

Il est donc vivement conseillé aux consommateurs d’éviter de partager des informations personnelles et des données de paiement sur des sites douteux ou à des personnes se faisant passer pour des employés de banque ou des fonctionnaires. 

Il est essentiel de signaler les ressources suspectes aux forces de l’ordre locales et aux contacts désignés au sein de ces organisations afin de contribuer à réduire les risques de fraude potentiels. 

 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L’Oréal dévoile des technologies avancées et des applications «beauty-tech» au salon VivaTech

Logo du premier groupe mondial de cosmétiques L'Oréal dans le centre mondial de recherche capillaire du groupe à Saint-Ouen, près de Paris. (AFP)
Logo du premier groupe mondial de cosmétiques L'Oréal dans le centre mondial de recherche capillaire du groupe à Saint-Ouen, près de Paris. (AFP)
Short Url
  • L’Oréal dévoile une série d’innovations qui incarnent le potentiel de la beauty tech pour une beauté personnalisée, inclusive et durable
  • Le groupe s'engage à mesurer les émissions de CO2 générées par ses activités digitales et d’identifier les leviers pour en réduire l’impact environnemental

DUBAÏ: À l’occasion de l’édition 2024 du salon VivaTech, qui se déroule à Paris du 22 au 25 mai, L’Oréal dévoile une série d’innovations qui incarnent le potentiel de la «beauty tech» pour une beauté personnalisée, inclusive et durable.  

Ces innovations présentent une gamme d’appareils de diagnostic de pointe pour la peau et les cheveux, comme un assistant personnel de beauté alimenté par l’intelligence artificielle (IA) générative ou le laboratoire de contenu GenAI baptisé «Creaitech» et qui propose une créativité augmentée. Se trouve également présenté, entre autres, un sèche-cheveux qui utilise une technologie de lumière infrarouge, un applicateur qui stimule la pénétration du soin pour des bénéfices amplifiés. 

«Au salon VivaTech, L'Oréal dévoile Skin Technology, sa plate-forme révolutionnaire de modèles de peau bio-imprimée qui imitent la complexité de la peau humaine. Cette innovation ouvre des perspectives scientifiques inédites dans la recherche cosmétique comme dans le domaine de la santé», se félicite Barbara Lavernos, directrice générale adjointe en charge de la recherche, de l'innovation et de la technologie chez L’Oréal.  

Skin Technology allie biologie, mécanique et électronique pour créer des modèles inclusifs qui imitent la diversité de la peau humaine et certaines affections cutanées, comme l’eczéma et l’acné. Ces modèles permettent aussi d'étudier les impacts des rayons ultraviolets sur la peau et ses étapes de cicatrisation.  

En partenariat avec des start-up et des instituts de renommée mondiale, L'Oréal continue de développer ces modèles. La plate-forme Skin Technology a pour objectif d’offrir des produits plus fiables, ce qui montre l'engagement de L'Oréal. Depuis 1989, la société défend la beauté tout en proscrivant les tests sur les animaux. 

«Pionniers de la Beauty Tech depuis des années, nous sommes absolument convaincus que la technologie peut repousser les limites du possible en matière de beauté en générant un impact positif sur la vie des gens à travers le monde», précise Barbara Lavernos. 

Par ailleurs, L’Oréal a lancé son Beauty Content Lab, Creaitech, un laboratoire interne doté d'outils basés sur la GenAI et destiné à transformer la production de contenu pour le groupe.  

Creaitech est utilisé comme un espace dédié à l’expérimentation de la GenAI, ce qui permet à L'Oréal d'amplifier la création de contenu en interne pour ses 37 marques de beauté et de former ses équipes marketing aux dernières technologies créatives.  

«Nourrie par la créativité humaine, la technologie devient un véritable catalyseur d'inspiration, offrant aux individus un puissant moyen d'expression pour soi et pour les marques», souligne Asmita Dubey, directrice générale digital et marketing de L’Oréal.  

Le groupe annonce également un partenariat avec Meta et des créateurs de contenu pour pousser les limites de la créativité: «Nous dévoilerons aussi, grâce à Meta, notre programme intitulé “New Codes of Beauty”. Il accompagnera la prochaine génération d’artistes 3D et d’experts en réalité augmentée et en IA. […] Ensemble, nous avons pour objectif de libérer la créativité technologique dans un contexte où la creator economy est en plein essor», ajoute Asmita Dubey. 


Conflit à Gaza: l'Autorité palestinienne au bord de l'asphyxie selon la Banque mondiale

 L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport, du fait de l'assèchement complet de ses flux de ressources et d'une forte récession de l'économie palestinienne, qui vient diminuer d'autant les recettes fiscales. (AFP).
L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport, du fait de l'assèchement complet de ses flux de ressources et d'une forte récession de l'économie palestinienne, qui vient diminuer d'autant les recettes fiscales. (AFP).
Short Url
  • L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport
  • A l'issue de l'année écoulée, l'AP présentait un déficit de 682 millions de dollars, soit 3,9% du PIB palestinien, et il devrait quasi doubler cette année pour atteindre 1,2 milliard de dollars

WASHINGTON: L'Autorité palestinienne (AP) est au bord de l'asphyxie financière, a estimé jeudi la Banque mondiale (BM) dans un rapport, du fait de l'assèchement complet de ses flux de ressources et d'une forte récession de l'économie palestinienne, qui vient diminuer d'autant les recettes fiscales.

A l'issue de l'année écoulée, l'AP présentait un déficit de 682 millions de dollars, soit 3,9% du PIB palestinien, et il devrait quasi doubler cette année pour atteindre 1,2 milliard de dollars.

En cause, l'importante baisse des revenus collectés par le gouvernement israélien sans être reversés à l'AP ainsi que la forte récession anticipée de l'économie palestinienne, qui devrait reculer dans une fourchette comprise entre 6,5% et 9,4%, estime la BM.

L'autre raison majeure est la forte récession anticipée de l'économie palestinienne, qui devrait reculer dans une fourchette comprise entre 6,5% et 9,4%, estime l'institution financière internationale, soulignant cependant qu'il est très difficile de faire des projections précises.

La situation est encore plus difficile, sans surprise, dans la bande de Gaza, puisque son économie devrait être divisée par plus de deux, après avoir déjà connu un fort recul fin 2023, dans la foulée du début de l'offensive israélienne en réponse à l'attaque du Hamas le 7 octobre.

La forte récession entraîne une hausse de la pauvreté en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Dans cette dernière, la quasi totalité de la population a basculé sous le seuil de pauvreté.

L'une des raisons est la destruction des emplois au cours des six derniers mois, près de 500.000 emplois ont été perdus, dont 200.000 à Gaza et près de 150.000 concernant des Palestiniens qui se rendaient en Israël pour travailler.

La situation humanitaire ne cesse par ailleurs de se détériorer, avec une insécurité alimentaire qui touche 95% de la population gazaouie, alors que le nord de la bande de Gaza est désormais considéré comme étant en état de famine, où "l'insécurité alimentaire atteint des niveaux catastrophiques", souligne le rapport.

Se basant sur une étude de la London School of hygiene and tropical medecine et de l'Universite américaine Johns Hopkins, le rapport avance qu'entre 58.000 et 66.000 personnes pourraient mourir de faim "si la tendance actuelle se poursuit".

L'attaque du 7 octobre a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En riposte à l'attaque, M. Netanyahu a juré d'anéantir le Hamas, son armée lançant une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza. Au moins 35.709 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués dans cette offensive, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.