L'ONU appelle à la fin de «l'escalade illogique» entre Israël et la Palestine

Des Palestiniens portent le corps d'Abdullah Sami Qalalweh lors de ses funérailles dans son village d'Al-Judaydeh, au sud de Jénine, en Cisjordanie occupée, le 4 février 2023. Les forces israéliennes ont abattu le jeune homme de 26 ans dans un avant-poste militaire (Photo, AFP).
Des Palestiniens portent le corps d'Abdullah Sami Qalalweh lors de ses funérailles dans son village d'Al-Judaydeh, au sud de Jénine, en Cisjordanie occupée, le 4 février 2023. Les forces israéliennes ont abattu le jeune homme de 26 ans dans un avant-poste militaire (Photo, AFP).
Des Palestiniens inspectent une maison endommagée après un raid israélien du matin dans le camp de réfugiés d'Aqabat Jabr, dans la ville de Jéricho, en Cisjordanie occupée, le 4 février 2023 (Photo, AFP).
Des Palestiniens inspectent une maison endommagée après un raid israélien du matin dans le camp de réfugiés d'Aqabat Jabr, dans la ville de Jéricho, en Cisjordanie occupée, le 4 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 05 février 2023

L'ONU appelle à la fin de «l'escalade illogique» entre Israël et la Palestine

  • La violente attaque de samedi contre un camp de Cisjordanie reflète la «mentalité extrémiste» du gouvernement israélien, selon des sources
  • Israël a dénoncé la déclaration de Turk, l'accusant, dans un communiqué publié par son ambassadeur auprès des Nations unies à Genève, de partialité

RAMALLAH: Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme a appelé à la fin de «l'escalade illogique» entre Israël et la Palestine.

Volker Turk a prévenu que les récentes mesures prises par Israël «conduiraient à davantage de violence et d'effusion de sang».

Dans une déclaration distribuée à Genève, Turk a avisé: «Je crains que les récentes mesures prises par le gouvernement d'Israël ne servent qu'à alimenter davantage de violations et d'abus, notamment la décision de faciliter l'obtention de permis de port d'armes.»

Il a averti que cette affaire «accompagnée d'une rhétorique haineuse, ne conduira qu'à davantage de violence et d'effusion de sang».

Israël a dénoncé la déclaration de Turk, l'accusant, dans un communiqué publié par son ambassadeur auprès des Nations unies à Genève, de partialité et de «condamner uniquement l'État d'Israël».

Le haut-commissaire a ajouté: «Au lieu de redoubler les méthodes de violence et de coercition qui ont échoué à elles seules dans le passé, j'exhorte toutes les parties concernées à sortir de la logique illogique de l'escalade qui ne s'est soldée que par des cadavres, des pertes de vies humaines et d’un pur désespoir.»

«Les mesures de punition collective, notamment les expulsions forcées et les démolitions de maisons, sont clairement interdites par le droit international humanitaire et sont incompatibles avec les dispositions du droit international des droits de l'homme», a-t-il signalé.

Le haut-commissaire a appelé à des mesures urgentes pour désamorcer les tensions, surtout en veillant à ce que les normes internationales soient respectées dans les enquêtes sur les décès et les blessures graves.

Turk a affirmé: «L'impunité s'est répandue, ce qui signale que les abus sont permis.»

Son avertissement est intervenu alors que Moustafa al-Barghouti, secrétaire général du parti de l'Initiative nationale palestinienne, a critiqué le parti pris des États-Unis de ne pas faire pression sur le gouvernement israélien pour mettre fin aux attaques contre les civils palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Il a fait ces commentaires à Arab News après que des sources médicales palestiniennes ont déclaré qu'au moins 13 Palestiniens avaient été blessés lors d'affrontements avec l'armée israélienne en Cisjordanie samedi.

Les troupes israéliennes ont pris d'assaut le camp de réfugiés d'Aqbat Jabr, au sud de Jéricho, samedi matin.

L'opération a conduit à des affrontements, au cours desquels trois palestiniens ont été blessés par des balles réelles et d'autres balles en métal recouvertes de caoutchouc.

Les forces israéliennes ont démoli une partie des murs d'une maison assiégée dans le camp et ont utilisé des haut-parleurs pour demander la reddition des personnes à l'intérieur.

Des sources médicales palestiniennes ont déclaré que trois des blessés dans les affrontements du camp ont été transférés dans des hôpitaux de Ramallah dans un état critique.

Selon des sources médiatiques et des résidents du camp, trois membres d'une famille ont été arrêtés, dont un père et son fils. L'armée israélienne a également démoli une maison dans le camp.

Selon des sources israéliennes, les troupes ont mis fin à l’opération militaire dans le camp d'Aqabat Jabr et sont parties quatre heures après le début du raid. Une recherche de deux personnes qui auraient mené une attaque armée au carrefour d'Almog une semaine auparavant n'a pas abouti à des arrestations.

Les forces armées israéliennes ont affirmé que les troupes avaient fait une descente dans le camp de réfugiés d'Aqabat Jabr interrogeant plusieurs personnes soupçonnées d'être impliquées dans l'attaque.

Un communiqué de l'armée a indiqué que des affrontements ont eu lieu avec des hommes armés palestiniens au cours de l'opération militaire et qu'il n'y a pas eu de victimes du côté israélien.

Il a ajouté que 18 personnes ont été interrogées sur le terrain et six ont été transférées au Shin Bet pour enquête.

Al-Barghouti a révélé à Arab News que la prise d'assaut violente du camp reflétait la «mentalité extrémiste» du gouvernement israélien, qui a imposé une politique de punition collective aux Palestiniens.

Il a qualifié l'opération militaire — qui a fait 13 blessés parmi les Palestiniens — d'injustifiée.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que l'armée israélienne a empêché le personnel médical et sanitaire d’entrer à Jéricho.

Elle a déployé des points de contrôle renforcés à toutes les entrées routières principales de la zone.

Les autorités israéliennes ont fermé toutes les entrées secondaires avec des monticules de terre, à la recherche de deux hommes armés qui ont ouvert le feu sur un restaurant à Almog le 28 janvier. Aucun blessé n'a été signalé lors de l'incident. Plusieurs Palestiniens ont été arrêtés, puis relâchés après avoir été interrogés.

Les autorités ont adopté une «politique de punition collective» dans la ville en entravant les déplacements, en fouillant les voitures et en contrôlant les identités, ont indiqué les sources.

Les palestiniens ont attendu dans des véhicules pendant plusieurs heures devant les postes de contrôle à toutes les entrées de la ville.

Les actions de l'armée ont perturbé la vie quotidienne des 30 000 habitants de la ville.

Des dizaines de citoyens et de travailleurs ont enduré des attentes allant jusqu'à quatre heures aux points de contrôle militaires israéliens, tandis que d'autres ont été empêchés de quitter complètement la ville.

Jéricho abrite une aérogare qui constitue le seul point de sortie permettant à 3 millions de Palestiniens de se rendre de Cisjordanie dans des pays du monde entier.

Le bouclage de la ville au cours de la semaine dernière a considérablement entravé les déplacements des citoyens voyageant ou revenant de l'étranger.

Un médecin du service des urgences d'un grand hôpital palestinien de Ramallah a déclaré à Arab News que l'armée israélienne «tirait délibérément sur les membres supérieurs» des victimes, augmentant ainsi les risques de blessures mortelles et de décès.

Un ambulancier de Jéricho a déclaré à Arab News que les trois personnes laissées dans un état critique lors du raid du camp ont été transférées dans les hôpitaux de Ramallah à cause du manque de matériel médical dans les hôpitaux voisins.

Ils ont été transportés sur plus de 40 km, en passant par plusieurs postes de contrôle militaires israéliens.

Les factions palestiniennes ont condamné l'assaut d'Aqabat Jabr comme un crime, appelant à une confrontation avec Israël.

Le Front populaire de libération de la Palestine a déclaré: «L'agression de l'occupation contre les camps palestiniens en Cisjordanie occupée, en plus de l'escalade des campagnes d'arrestations quotidiennes, n'affaiblira pas la résistance continue jusqu'à ce que l'occupation soit vaincue et que nos objectifs nationaux soient atteints.»

Il a ajouté: «L'escalade des opérations de résistance sous toutes les formes et par divers moyens confirme catégoriquement qu'une nouvelle phase se dessine en Cisjordanie et qu'elle poursuivra les colons et transformera leurs colonies en prisons pour colons.»

Tariq Ezz El-Din, porte-parole du Mouvement du Jihad islamique, a déclaré que l'escalade israélienne «très dangereuse» devait être combattue par des «activités de résistance».

Le Centre palestinien d'études sur les prisonniers a averti que les autorités israéliennes avaient intensifié les campagnes d'arrestations contre les Palestiniens depuis le début de l'année.

Le centre a enregistré 540 arrestations, dont 92 enfants et 10 femmes, en janvier.

Il a également fait référence à l'escalade des raids de l'armée israélienne sur les villes de Cisjordanie et de Jérusalem.

Le centre a soutenu que Jérusalem a connu la plus grande part d'arrestations, avec 270 personnes arrêtées.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


A Amman, un club de comédie veut réapprendre à rire aux Jordaniens

Abdullah Sobeih, 25 ans, diplômé de l'Amman Comedy Club (ACC), se produit sur scène au théâtre Al-Shams à Amman, le 11 mars 2023. (AFP)
Abdullah Sobeih, 25 ans, diplômé de l'Amman Comedy Club (ACC), se produit sur scène au théâtre Al-Shams à Amman, le 11 mars 2023. (AFP)
Short Url
  • Âgés de 18 à 40 ans, des avocats, des docteurs mais aussi des étudiants ont ainsi appris à faire de l'impro, du stand-up, des sketchs de comédie ou encore à écrire des satires
  • «Nous avons de grandes ambitions (...) nous voulons faire une tournée dans le monde arabe et au-delà avec des comédiens jordaniens», raconte le comédien

AMMAN: Monter sur scène et raconter des blagues: deux Jordaniens à Amman se sont lancés le défi de réapprendre à rire à leurs compatriotes, englués dans les difficultés économiques quotidiennes.

Depuis qu'ils ont créé l'Amman Comedy Club (ACC) en 2019, Moeen Masoud et Yazan Abou al-Rous ont permis à 140 personnes d'être "formées" au rire lors d'ateliers gratuits durant trois à quatre mois.

Âgés de 18 à 40 ans, des avocats, des docteurs mais aussi des étudiants ont ainsi appris à faire de l'impro, du stand-up, des sketchs de comédie ou encore à écrire des satires.

"La comédie est un message et notre message est de faire rire les gens", assure M. Masoud.

"Si vous venez ici et passez deux heures à rire, en oubliant tous vos problèmes et soucis, cela signifie que j'ai accompli ma mission."

La Jordanie traverse de profondes difficultés économiques, exacerbées par la pandémie de Covid-19. Selon les dernières statistiques officielles, datant de 2021, près de 25% de la population est au chômage, un chiffre qui monte jusqu'à 50% auprès des jeunes.

La dette publique est de 43,1 milliards d'euros, soit 106% du Produit intérieur brut, et le taux de pauvreté s'affiche à 24%, un record.

«Préjugés»

La comédie permet de parler de ces "soucis" d'une autre manière, et sous couvert de blague les critiques sous-jacentes peuvent aider "à grandir et à résoudre les problèmes", souligne M. Abou al-Rous.

Les ateliers se déroulent avec le soutien du gouvernement jordanien et des aides de fondations internationales, comme la Fondation Konrad Adenauer, mais aussi des clubs de comédie étrangers, à l'instar du célèbre The Second City, à Chicago.

"Nous avons de grandes ambitions (...) nous voulons faire une tournée dans le monde arabe et au-delà avec des comédiens jordaniens", raconte M. Masoud.

"Selon les préjugés, les Jordaniens ne rient pas", dit M. Abou al-Rous. "Au ACC, nous voulons contester cette idée et prouver le contraire au monde entier, que nous aimons les blagues et rire."

Parmi les "diplômés" de l'ACC, certains se produisent désormais à travers le pays pour susciter des fous rires, jusque dans les camps de réfugiés syriens, où le club organise des modules de soutien psychologique.

«Energie positive»

Le plus connu d'entre eux s'appelle Abdallah Sobeih. A 25 ans, il réunit des centaines de milliers de personnes sur les réseaux sociaux et a un spectacle hebdomadaire à Amman.

Les ateliers de l'ACC lui ont appris "à choisir des sujets qui touchent la vie des gens, et la manière dont sont construites les histoires drôles."

Sur Instagram, ses blagues "font oublier leurs soucis" à ses 340.000 abonnés, espère-t-il.

"Nous savons que des personnes souffrent (...) Nous essayons de leur apporter un peu de soulagement", dit l'humoriste.

Avec deux autres anciens des ateliers de l'ACC, Kamal Sailos et Youssef Bataineh, il enchaîne les blagues au théâtre d'Al-Shams, devant un parterre de 350 personnes, principalement des jeunes femmes et hommes.

"Notre pays est le seul au monde dont, lorsqu'on tape son nom sur Google, les résultats montrent Michael Jordan", légendaire joueur de basket-ball, lance Youssef Bataineh devant une audience hilare.

A la fin du spectacle, l'étudiant Ahmed a le sourire aux lèvres. "Les gens oublient vraiment l'importance du rire", confie-t-il.

"Ce qu'ils font, c'est donner aux gens l'énergie positive dont ils ont désespérément besoin."


Au Koweït, les crises politiques à répétition se répercutent sur l'économie

Le président du parlement koweïtien, Marzouq al-Ghanim, s'exprime lors d'une conférence de presse à l'assemblée nationale à Koweït City, le 21 mars 2023. La Cour constitutionnelle du Koweït a annulé les élections législatives de l'année dernière et a décidé de rétablir le parlement précédent. (Photo Yasser Al-Zayyat / AFP)
Le président du parlement koweïtien, Marzouq al-Ghanim, s'exprime lors d'une conférence de presse à l'assemblée nationale à Koweït City, le 21 mars 2023. La Cour constitutionnelle du Koweït a annulé les élections législatives de l'année dernière et a décidé de rétablir le parlement précédent. (Photo Yasser Al-Zayyat / AFP)
Short Url
  • Signe de sa perte d'attractivité, le Koweït a été classé dernier parmi les 52 destinations prisées des expatriés dans l'enquête annuelle de l'organisation Internations en 2022, tandis que les Emirats ont décroché la 6e place
  • Les tensions permanentes entre l'exécutif et les parlementaires, qui ont abouti à une valse de gouvernements et la dissolution de l'Assemblée à deux reprises ces dix dernières années, ont entravé toute tentative de réformes et refroidi l'appétit des inves

DUBAÏ : Les crises politiques à répétition au Koweït se répercutent sur l'économie et affectent les services de base de ce pays riche en pétrole, suscitant des inquiétudes au sein de la population.

Assis sur près de 7% des réserves mondiales de brut, les Koweïtiens se plaignent régulièrement de la détérioration des infrastructures et des services publics dans ce pays de près de 4,5 millions d'habitants, dont le fonds souverain est l'un des plus importants au monde.

«Je suis très inquiet pour ma famille, l'avenir de mes enfants, leur éducation et ma santé, car les hôpitaux ne m'offrent pas de soins de qualité, même si j'ai les moyens», déplore l'homme d'affaires Ahmed al-Sarraf.

Ce constat tranche avec la situation des petits Etats voisins, comme les Emirats arabes unis ou le Qatar, où la qualité de vie s'est nettement améliorée ces dernières années grâce à l'afflux d'investissements étrangers.

Monarchie la plus démocratique du Golfe, le Koweït était «un pays libéral et innovant dans les années 1980 (...) mais nous nous sommes éteints, tandis que les pays autour de nous se sont développés», se désole cet ancien banquier.

Signe de sa perte d'attractivité, le Koweït a été classé dernier parmi les 52 destinations prisées des expatriés dans l'enquête annuelle de l'organisation Internations en 2022, tandis que les Emirats ont décroché la 6e place.

- Valse de gouvernements -

Contrairement aux autres monarchies du Golfe, le Koweït est doté d'une vie politique active et d'un Parlement puissant, même si les clés du pouvoir restent essentiellement aux mains de la famille régnante des Al Sabah.

Les ministres issus de la famille royale sont souvent pris à partie par les élus qui les accusent de mauvaise gestion, voire de corruption.

Mais les tensions permanentes entre l'exécutif et les parlementaires, qui ont abouti à une valse de gouvernements et la dissolution de l'Assemblée à deux reprises ces dix dernières années, ont entravé toute tentative de réformes et refroidi l'appétit des investisseurs.

Dernier épisode en date, la Cour constitutionnelle a invalidé le 19 mars les élections législatives de 2022, rétablissant le Parlement précédent.

Les «problèmes de gouvernance» au Koweït se traduisent «par un malaise systémique, des échecs de planification et des difficultés sociales croissantes», souligne la chercheuse Kristin Diwan, du Arab Gulf States Institute à Washington.

Le pays a «très peu de dette, le plus grand fonds souverain au monde en pourcentage du PIB, et les plus grandes réserves de pétrole au monde rapportées à la population», rappelle l'économiste Justin Alexander.

Mais «les dysfonctionnements politiques des dernières années l'ont empêché de prendre les mesures douloureuses nécessaires pour contrôler la hausse des dépenses, générer des revenus non pétroliers et diversifier son économie», ajoute ce spécialiste des pays du Golfe.

Le pays, qui a accusé d'importants déficits durant la pandémie de Covid-19, a bénéficié l'année dernière de la remontée des cours du brut, qui génèrent 90% de ses revenus.

Le projet de budget 2023-2024 soumis en janvier, qui table sur un prix moyen du baril à 70 dollars, prévoit toutefois un déficit de plus de 16 milliards de dollars, contre un excédent de 4,4 milliards attendus pour l'exercice en cours, selon l'agence Bloomberg.

Alors que la plupart des régimes autocratiques voisins, portés par une nouvelle génération de dirigeants, multiplient les projets pour réduire leur dépendance à l'or noir, le Koweït, dirigé par le prince héritier Mishal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, âgé de 82 ans, peine à mettre en œuvre un plan de réformes adopté en 2018.

- «Revendications populistes» -

Le dernier gouvernement avait promis de s'attaquer aux dossiers importants comme les projets de développement et la lutte contre la corruption, mais il a démissionné le 23 janvier, trois mois seulement après sa formation.

Le Parlement s'apprêtait alors à voter une proposition de loi controversée demandant à l'Etat de couvrir les prêts à la consommation et les prêts personnels contractés par les Koweïtiens, au grand dam du gouvernement qui jugeait la mesure trop coûteuse.

«Comme dans de nombreuses démocraties occidentales, le système quasi parlementaire du Koweït est aux prises avec des divisions sociales et des revendications populistes», souligne la chercheuse Kristin Diwan.

«La politique au Koweït a besoin d'être remise à zéro», a écrit l'analyste koweïtien Bader el Saif sur Twitter, au lendemain de l'invalidation des élections. Il plaide pour «un dialogue national et à une nouvelle constitution».


Colère au Liban après la décision de dernière minute du Premier ministre de retarder l’heure d’été

Les institutions libanaises ont pris samedi des positions divergentes sur la décision de reporter d’un mois le début de l’heure d’été (Photo, AFP/Dossier).
Les institutions libanaises ont pris samedi des positions divergentes sur la décision de reporter d’un mois le début de l’heure d’été (Photo, AFP/Dossier).
Short Url
  • Cette décision pousse les musulmans du pays à changer les heures de jeûne pendant le Ramadan
  • Les institutions libanaises ont pris samedi des positions divergentes sur la décision

BEYROUTH : Une décision soudaine du Premier ministre libanais par intérim Najib Mikati de reporter le début de l’heure d’été d’un mois s’est transformée en un différend politique majeur, mettant de côté la grave crise économique du pays. 

Malgré les avertissements consécutifs du FMI sur l’état de l’économie libanaise, la dernière controverse politique autour du report de l’heure d’été du 25 mars au 21 avril domine le débat dans le pays. 

La contestation au sujet de l’heure d’été implique également des différences religieuses et sectaires et survient alors que les musulmans commencent le mois sacré du Ramadan. Cela signifie donc que ceux qui jeûnent devraient rompre leur jeûne une heure plus tôt que prévu. 

Les institutions ont pris samedi des positions divergentes sur la décision. Un média a même déclaré qu’il «ne respectera pas la décision et s’engagera à suivre le temps universel.»

 Selon un observateur politique, le conflit reflète un «vide politique, étant donné qu’une décision absurde a été expliquée de manière sectaire.»

Cela a montré «la perte de confiance dans la classe politique dirigeante ainsi que l’ampleur de  l’indifférence dans laquelle peut se glisser la politique au Liban.» 

Le report a semé la confusion parmi les institutions travaillant avec d’autres États, notamment l’aéroport international, les banques et les réseaux de téléphonie mobile qui s’adaptent à l’heure d’été chaque année. 

Les compagnies aériennes ont été contraintes de reprogrammer leurs vols et les deux principaux réseaux mobiles du pays ont envoyé un message à leurs abonnés respectifs, leur demandant de «régler manuellement l’heure sur leurs téléphones portables avant minuit afin d’éviter le changement d’heure sur leurs écrans.»

Le secrétaire général des écoles catholiques, le père Youssef Nasr, a déclaré : «Les établissements d’enseignement privé et la Fédération des établissements privés respecteront la décision de Mikati jusqu’à ce qu’elle soit annulée.»

La décision de Mikati a provoqué le sarcasme sur les plateformes de réseaux sociaux. Un militant politique a déclaré : «Nous sommes dans la République de la perte du temps.»

Un autre a déclaré : «Il semble que la connexion du Liban au système international n’est pas importante.»

D'autres ont averti que la décision «a été prise par des dirigeants qui ne reconnaissent pas la présence d'autres personnes dans le pays».

Le député du Mouvement patriotique libre, Saeed Nasr, a déclaré lors d'une conférence de presse : «Une telle décision entraîne de nombreux problèmes et perturbations dans les logiciels, les applications et les appareils électroniques qui dépendent de l'heure d'été dans leurs opérations, entraînant ainsi des erreurs dans le réglage des heures et des dates, retardant la production et les processus de livraison. Ceci affecterait éventuellement les banques et les paiements SWIFT.»

Entre temps, au milieu d'un conflit politique sur le report - avec l'opposition à la décision menée par les députés FPM et le député Nadim Gemayel - le Cabinet libanais doit tenir une session lundi pour discuter de l'augmentation des salaires et des incitations à la suite de l'effondrement des salaires des secteurs public et privé. 

Des membres de l'armée à la retraite devraient manifester sur la place Riad Al-Solh, à Beyrouth, lors de la réunion du Cabinet, à la suite d’un mouvement similaire plus tôt cette semaine.

Les représentants des vétérans ont déclaré que l'appel à manifester est survenu après que les négociations avec le gouvernement n'aient pas répondu à leurs revendications fondamentales, en particulier au sujet des salaires justes et légaux et d’une augmentation des prestations médicales et éducatives.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com