Erdogan nie l’existence d’un «problème kurde» en Turquie

Erdogan a dit aux membres de l’AKP que l’ancien vice-président du HDP, Selahattin Demirtas, son adversaire lors des élections présidentielles de 2015, est un «terroriste aux mains tâchées de sang». (Photo, AP)
Short Url
Publié le Vendredi 27 novembre 2020

Erdogan nie l’existence d’un «problème kurde» en Turquie

  • Demirtas est derrière les barreaux depuis le 4 novembre 2016, malgré les ordonnances judiciaires qui exigent sa libération
  • Les Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes sont un partenaire clé des États-Unis dans leur lutte contre Daech

ANKARA : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a nié que le pays fait face à un «problème kurde», bien qu’il ait réaffirmé sa position antikurde et accusé un politicien d’être un «terroriste aux mains tâchées de sang».

Erdogan s’adressait aux membres de son parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP), le 25 novembre lorsqu’il a tenu ces propos.

Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a lancé une insurrection contre l’État turc en 1984, il est considéré comme un groupe terroriste par la Turquie, l’Union européenne et les États-Unis. Erdogan accuse le Parti démocratique des peoples (HDP) pro-kurde d’entretenir des liens avec le PKK, ce que le HDP nie.

Erdogan a dit aux membres de l’AKP que l’ancien vice-président du HDP, Selahattin Demirtas, son adversaire lors des élections présidentielles de 2015, est un «terroriste aux mains tâchées de sang».

Demirtas est derrière les barreaux depuis le 4 novembre 2016, malgré les ordonnances judiciaires qui exigent sa libération. Il risque des centaines d'années de prison pour des accusations liées au PKK interdit.

Le président a défendu la destitution de 59 des 65 maires kurdes élus de leurs postes dans la région du sud-est à majorité kurde du pays depuis les élections locales en mars 2019. Il a aussi déclaré que l'AKP compte lancer des réformes dans le processus de démocratisation avec son partenaire nationaliste dans la coalition, connu pour ses positions antikurdes.

Ces propos pourraient perturber les efforts de paix que la Turquie entreprend avec sa communauté kurde depuis des années, bien qu'ils aient peu de progrès. Ils pourraient également faire allusion à un changement de politique plus dur contre les Kurdes en Syrie et en Irak.

Selon l’analyste du Moyen-Orient à l'Université d'Oxford, Samuel Ramani, les commentaires d'Erdogan devraient être interprétés comme une réaction à la démission du haut conseiller présidentiel Bulent Arinc mardi. Ce dernier a appelé à la libération de Demirtas et a insisté que les Kurdes sont réprimés en Turquie.

«Ceci a été largement couvert par les médias kurdes, dont le média du Kurdistan irakien Rudaw, qui a une audience internationale», a-t-il indiqué à Arab News. «Erdogan veut mettre un terme aux spéculations autour ce sujet».

Selon M. Ramani, le manque de sensibilité d'Erdogan pourrait attiser les tensions avec les Kurdes en Syrie et en Irak. «C’est aussi un avertissement indirect adressé au président américain élu, Joe Biden, de ne pas tenter de s’ingérer dans la politique turque en soulevant la question du traitement des Kurdes en Turquie». Cependant, les commentaires d’Erdogan importent peu à long terme, a-t-il ajouté.

«Cela dépend, est-ce que la Turquie mènera ou non une autre offensive de type «Opération Source de paix » dans le nord de la Syrie, ce qui devient de plus en plus envisageable. Si cela se produit pendant la période de transition de Trump à Biden, la nouvelle administration pourrait être plus critique à l'égard de la Turquie et convertir son discours sur la solidarité avec les Kurdes en action».

Les Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes sont un partenaire clé des États-Unis dans leur lutte contre Daech. Lors d'un discours de campagne en octobre 2019, Biden a critiqué la décision des États-Unis de se retirer de Syrie et l’a qualifiée d’«échec complet» qui laisserait les Kurdes syriens exposés aux agressions de la Turquie. «C’est plus sournois que la trahison de nos courageux partenaires kurdes et plus dangereux que de laisser Daech respirer», avait-il déclaré à l’époque.

L'analyste britannique Bill Park a affirmé qu’Erdogan est de plus en plus influencé par son partenaire de coalition, le Parti du mouvement nationaliste (MHP).

«Il pourrait aussi penser que le PKK et le HDP sont tellement affaiblis qu’il n’a pas à les prendre en considération», dit-il à Arab News. «L’Occident ne répondra pas de façon spectaculaire à cette annonce, mais il en a assez d’Erdogan. Il y a peu d'espoir que les relations entre la Turquie et les États-Unis ou l'UE s’améliorent. La milice kurde syrienne du PYD cherche un compromis avec Damas, tandis que le Parti démocratique du Kurdistan, le plus grand parti du Kurdistan irakien, est indifférent au sort des Kurdes de Turquie, il a ses propres défis».

Le HDP, quant à lui, est sceptique quant aux promesses de réforme d’Erdogan et les considère comme de la «politicaillerie».

«Ce récit de réforme n’est pas sincère», a souligné la députée du HDP Meral Danis Bestas, selon un article publié par l'agence de presse Reuters. «C’est un parti qui est au pouvoir depuis 18 ans et qui a jusqu'à présent totalement bafoué la loi. Il a un seul objectif : regagner le soutien qui a été perdu».

Les prochaines élections en Turquie sont prévues pour 2023, à moins qu’il n’y ait des élections anticipées l’année prochaine.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Tunisie: des dizaines d'arrestations après des troubles nocturnes

Des protestants affrontent les forces de sécurité lors d'une manifestation contre les conditions de vie et le chômage dans la ville tunisienne de Siliana le 16 janvier 2021 (AFP)
Des protestants affrontent les forces de sécurité lors d'une manifestation contre les conditions de vie et le chômage dans la ville tunisienne de Siliana le 16 janvier 2021 (AFP)
Des protestants affrontent les forces de sécurité lors d'une manifestation contre les conditions de vie et le chômage dans la ville tunisienne de Siliana le 16 janvier 2021 (AFP)
Des protestants affrontent les forces de sécurité lors d'une manifestation contre les conditions de vie et le chômage dans la ville tunisienne de Siliana le 16 janvier 2021 (AFP)
Short Url
  • Ces troubles, dont les motifs exacts ne sont pas connus dans l'immédiat, interviennent dans un contexte d'instabilité politique et de problèmes socio-économiques en Tunisie, dix ans après la chute du président Zine El Abidine Ben Ali
  • La classe politique, plus fragmentée que jamais depuis les élections législatives de 2019, se déchire alors que l'urgence sociale s'accentue avec la pandémie de coronavirus (177 231 cas dont 5 616 décès), qui s'ajoute à la hausse des prix, la persistance

 

TUNIS : Des dizaines de jeunes ont été arrêtés après des troubles nocturnes à Tunis et dans d'autres villes du pays malgré un confinement général pour lutter le nouveau coronavirus, a-t-on appris dimanche du ministère de l'Intérieur. 

Ces troubles, dont les motifs exacts ne sont pas connus dans l'immédiat, interviennent dans un contexte d'instabilité politique et de problèmes socio-économiques en Tunisie, dix ans après la chute du président Zine El Abidine Ben Ali sous la pression d'un soulèvement populaire.

La classe politique, plus fragmentée que jamais depuis les élections législatives de 2019, se déchire alors que l'urgence sociale s'accentue avec la pandémie de coronavirus (177 231 cas dont 5 616 décès), qui s'ajoute à la hausse des prix, la persistance du chômage et la défaillance croissante des services publics.

Bravant le couvre-feu, des dizaines de jeunes sont sortis ces deux dernières nuits dans la rue cassant des façades de commerces, des voitures, commettant des actes de pillage, et lançant des pierres contre la police, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khaled Hayouni.

Des dizaines de jeunes, en majorité des mineurs âgés entre 14 et 17 ans, ont été arrêtés, a ajouté M. Hayouni, en appelant les parents à surveiller leurs enfants.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des jeunes dans plusieurs villes du pays brûlant des pneus, insultant la police, forçant des portes de commerces et volant des électroménagers.

Les violences ont eu lieu dans des quartiers populaires notamment à Tunis, Bizerte, Menzel Bourguiba (nord), Sousse (est), Nabeul (nord-ouest), Siliana (centre), selon M. Hayouni et des vidéos publiées sur internet par habitants.

Principalement sur les réseaux sociaux, certains Tunisiens ont attribué ces violences à l'échec de la classe politique à améliorer la situation, d'autres ont appelé à trouver «les parties derrière» ces troubles en les accusant de vouloir «créer le chaos».

Aucun slogan revendicatif n'a été enregistré durant ces troubles, selon le ministère de l'Intérieur.

En vigueur depuis jeudi pour tenter de limiter la propagation du nouveau coronavirus, le confinement doit être levé dimanche en Tunisie. En revanche, le couvre-feu nocturne imposé depuis octobre reste en vigueur.

Samedi, le Premier ministre Hichem Mechichi a procédé à un remaniement ministériel touchant onze portefeuilles, avec l'objectif de faire un travail «plus efficace». Le gouvernement remanié doit être approuvé par le Parlement.

 


Le vaccin Pfizer-BioNtech disponible au Liban en février, promet le ministre de la Santé

Éboueur dans une rue de Beyrouth le 17 janvier 2021. Les autorités libanaises ont imposé un verrouillage strict avec approvisionnement uniquement par livraison, alors que le pays se bat pour ralentir la propagation des nouveaux cas de coronavirus. (Anwar Amro/AFP)
Short Url
  • Le ministre de la Santé a signé dimanche matin le contrat final avec Pfizer pour fournir progressivement plus de deux millions de doses de vaccin
  • Le ministère, en coopération avec le secteur privé, est également en voie de distribuer deux millions de vaccins des deux entreprises Sinopharm et Astrazeneca à partir de février

BEYROUTH : Le bureau de presse du ministre de la Santé publique, Hamad Hassan, a annoncé dans un communiqué que le ministre a signé dimanche matin le contrat final avec Pfizer pour fournir progressivement plus de deux millions de doses de vaccin contre la Covid-19 à partir de février. Ce contrat s’ajoute à l’accord signé en octobre 2020 avec l'entreprise Covax, cautionnée par l’OMS, afin d’obtenir deux millions et sept cent milles vaccins de différentes sources internationales.

Le ministère, en coopération avec le secteur privé, est également en voie de distribuer deux millions de vaccins des deux entreprises Sinopharm et Astrazeneca à partir de février. D’autres vaccins, notamment celui fabriqué par Johnson, ont été commandés et arriveront une fois les contrats internationaux conclus. Les négociations sont toujours en cours avec l’entreprise américaine Moderna et la russe Spoutnik, en coopération avec le secteur privé pour garantir un nombre supplémentaire de vaccins, conformément aux directives de l’OMS.

Le ministère de la Santé publique réitère son engagement à fournir la plus grande quantité possible de vaccins sains et efficaces au peuple libanais le plus tôt possible, malgré la demande pressante en augmentation à travers le monde. Le ministère affirme coopérer avec l’OMS dans ce cadre.

 


Près de 50 morts dans des violences au Darfour ces dernières 24h

Des enfants soudanais se rassemblent devant un véhicule blindé de la mission de maintien de la paix des Nations unies et de l'Union africaine (MINUAD) dans le camp de Kalma pour personnes déplacées à l'intérieur du pays à Nyala, la capitale du Sud Darfour, le 30 décembre 2020. (AFP)
Short Url
  • Samedi, des violences ont éclaté, opposant la tribu Al-Massalit aux nomades arabes à El-Geneina. Des milices armées favorables aux nomades arabes ont ensuite attaqué la ville et plusieurs maisons ont été incendiées
  • Pour lutter contre les insurgés, les autorités soudanaises avaient déployé les Janjawids, une milice armée composée essentiellement de nomades arabes, accusés de "nettoyage ethnique" et de viols

KHARTOUM: Des affrontements entre tribus rivales au Darfour ont coûté la vie à près de 50 personnes ces dernières 24 heures, les dernières violences en date dans cette région de l'ouest du Soudan minée par l'instabilité sécuritaire.

Ces violences sont également les plus meurtrières depuis la fin le 31 décembre de la mission de paix conjointe de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour, un retrait qui avait vivement fait craindre une escalade aux habitants de cette vaste région.

Selon un nouveau bilan publié dimanche par l'agence officielle soudanaise Suna, qui cite la branche locale du syndicat des médecins, les violences depuis samedi à El-Geneina, la capitale du Darfour-Ouest, ont fait 48 morts et 97 blessés.

Et les affrontements se poursuivent, a-t-elle ajouté.

Les heurts ont éclaté entre la tribu Al-Massalit et les nomades arabes. Des milices armées favorables aux nomades arabes ont ensuite attaqué el-Geneina et plusieurs maisons ont été incendiées, selon des témoins.

Le Premier ministre Abdallah Hamdok a envoyé une délégation de "haut rang" au Darfour-Ouest pour tenter de rétablir l'ordre.

Le Darfour connaît une recrudescence d'affrontements tribaux, qui ont fait 15 morts et des dizaines de blessés fin décembre, soit quelques jours avant la fin de la mission de paix conjointe de l'ONU et de l'Union africaine, une opération de 13 ans.

Le retrait progressif des troupes de cette mission, censé commencer en janvier 2021, sera étalé sur six mois. Et le gouvernement soudanais prend ainsi la responsabilité de la protection des populations de la région.

Terre, eau 

Le conflit au Darfour a débuté en 2003 entre forces loyales au régime du général Omar el-Béchir à Khartoum et membres de minorités ethniques s'estimant marginalisés et réclament une répartition plus équitable du pouvoir et des richesses.

Les violences ont fait quelque 300.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés, essentiellement durant les premières années, selon l'ONU.

Pour lutter contre les insurgés, le pouvoir Béchir avait déployé les Janjawids, une milice armée composée essentiellement de nomades arabes, accusés de "nettoyage ethnique" et de viols. Des milliers de miliciens ont été par la suite incorporés dans les Forces de soutien rapides (RSF), un groupe paramilitaire.

Si les violences ont baissé d'intensité, les affrontements sont assez fréquents au sujet de l'accès à la terre et à l'eau, opposant éleveurs nomades arabes et aux paysans darfouris.

Le gouvernement soudanais de transition -mis en place après la chute de l'autocrate Omar el-Béchir en avril 2019 sous la pression d'une contestation populaire- a signé en octobre un accord de paix avec plusieurs groupes rebelles y compris au Darfour.

Après la Minuad, qui a compté jusqu'à 16.000 hommes, l'ONU restera au Soudan via une Mission intégrée des Nations unies pour l'assistance à la transition au Soudan (Minuats).

Cette mission politique aura comme tâche d'assister le gouvernement de transition, installé en août 2019 et issu d'un accord entre militaires et dirigeants du mouvement de contestation. Elle devra aussi aider à l'application des récents accords de paix dans les régions ravagées par les conflits.

Omar el-Béchir, en prison, et d'autres responsables soudanais sont recherchés par la Cour pénale internationale (CPI) pour "crimes contre l'humanité" et "génocide" au Darfour.