Tunisie: l'influent ministre de l'Intérieur Taoufik Charfeddine annonce sa démission

Le ministre tunisien de l'Intérieur Taoufik Charfeddine donne une conférence de presse le 3 janvier 2022, à Tunis (Photo, AFP)
Le ministre tunisien de l'Intérieur Taoufik Charfeddine donne une conférence de presse le 3 janvier 2022, à Tunis (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 17 mars 2023

Tunisie: l'influent ministre de l'Intérieur Taoufik Charfeddine annonce sa démission

  • L'épouse de M. Charfeddine et mère de leurs trois enfants est décédée en juin 2022 à la suite d'un incendie causé par une fuite de gaz dans leur résidence
  • Nommé de nouveau à l'Intérieur par M. Saied en octobre 2021, il a depuis joué à ce poste un rôle de premier plan au côté du chef de l'Etat dans la mise en place d'un nouveau système hyper-présidentialiste

TUNIS: L'influent ministre de l'Intérieur tunisien Taoufik Charfeddine, un proche du président Kais Saied, a annoncé vendredi sa démission, affirmant vouloir se consacrer à ses enfants après le décès de sa femme l'année dernière.

En poste depuis octobre 2021, M. Charfeddine, 54 ans, a affirmé à la presse avoir demandé à M. Saied de mettre fin à ses fonctions et l'a "remercié pour s'être montré compréhensif et d'avoir autorisé à être relevé de mes responsabilité au ministère de l'Intérieur".

L'épouse de M. Charfeddine et mère de leurs trois enfants est décédée en juin 2022 à la suite d'un incendie causé par une fuite de gaz dans leur résidence.

"Le temps est venu pour que je me consacre à cette responsabilité qu'elle m'a laissée", a ajouté M. Charfeddine.

Cet ex-avocat était l'un des piliers de la campagne électorale qui a conduit Kais Saied à la présidence en 2019.

M. Charfeddine avait brièvement occupé le portefeuille de l'Intérieur entre septembre 2020 et janvier 2021 avant d'être écarté sous pression du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, bête noire du président et à l'époque principale force au Parlement que le chef d'Etat a suspendu lors de son coup de force de juillet 2021.

Nommé de nouveau à l'Intérieur par M. Saied en octobre 2021, il a depuis joué à ce poste un rôle de premier plan au côté du chef de l'Etat dans la mise en place d'un nouveau système hyper-présidentialiste décrié par ses détracteurs comme une dérive autoritaire qui a sonné le glas de la démocratie née de la première révolte du Printemps arabe en 2011.

"Des traitres" 

Des ONG tunisiennes avaient ainsi appelé le 8 mars M. Charfeddine à s'excuser après un discours "violent et dangereux" lors duquel il a qualifié de "traîtres" des médias, des syndicalistes, des hommes d'affaires et des partis politiques.

Dans une déclaration au vitriol la veille lors d'un déplacement à Ben Guerdane près de la frontière avec la Libye, le ministre s'en était pris aux "mercenaires des médias, hommes d'affaires, syndicalistes et partis qui ont vendu la patrie".

"Ce sont des traîtres", avait-t-il ajouté, appelant les Tunisiens à soutenir le président Saied, "un homme honnête et patriote"

Dans un communiqué conjoint, plus de 30 organisations, dont la centrale syndicale UGTT et la Ligue tunisienne des droits de l'Homme, ont dénoncé un "discours minable", "sectaire" et qui "crée la division".

Fustigeant "le langage de menace et d'intimidation" employé, elles ont estimé qu'il s'agissait d'"un discours populiste dangereux qui présage un Etat policier" rappelant le système en place sous la dictature de Zine El Abidine Ben Ali, renversé en 2011.

La présidence tunisienne diffusait régulièrement des vidéos des fréquentes réunions entre MM. Saied et Charfeddine au palais de Carthage.

Lors d'une récente rencontre, le 23 février, M. Saied avait appelé les autorités à "veiller" sur les migrants originaires d'Afrique subsaharienne, deux jours après avoir suscité un tollé avec un discours jugé "raciste et haineux" en dénonçant l'arrivée en Tunisie de "hordes de migrants" et un complot "pour changer la composition démographique" du pays.


Le projet saoudien Masam a déminé 857 mines Houthi au Yémen

Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Short Url

RIYAD : Le projet Masam de l’Arabie saoudite a déminé 857 mines au Yémen — qui avaient été plantées par les milices Houthis — entre le 13 et le 19 avril, selon un rapport récent.

Supervisées par l’agence d’aide KSrelief du Royaume, les équipes spéciales du projet ont détruit 782 munitions non explosées et 75 mines antichars.

Les explosifs, qui ont été placés sans discrimination par les Houthis à travers le Yémen, représentaient une menace pour les civils, y compris les enfants, les femmes et les personnes âgées.

Le projet Masam est l’une des nombreuses initiatives entreprises par l’Arabie saoudite à la demande du roi Salmane, qui a dégagé des routes pour l’aide humanitaire afin d’atteindre les citoyens du pays.

Les opérations de déminage ont eu lieu à Marib, Aden, Jouf, Shabwa, Taiz, Hodeidah, Lahij, Sanaa, Al-Bayda, Al-Dhale et Saada.

Au total, 437616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018, selon Ousama Al-Gosaibi, directeur général du projet.

Il s’agit notamment de 279002 articles de munitions non explosées, de 144 101 mines antichars, de 8 018 engins explosifs improvisés et de 6 495 mines antipersonnel.

L’initiative forme des ingénieurs démineurs locaux et leur fournit des équipements modernes. Elle offre également un soutien aux Yéménites blessés par les dispositifs.

Environ 5 millions de personnes ont été forcées de fuir leur foyer depuis le début du conflit au Yémen, dont beaucoup ont été déplacées par la présence de mines terrestres.

Les équipes de Masam sont chargées de nettoyer les villages, les routes et les écoles pour faciliter la circulation sécuritaire des civils et la livraison de l’aide humanitaire.

Le contrat du projet a été prolongé d’un an en juin 2023 pour un coût de 33,29 millions de dollars.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les attaques israéliennes à Rafah et en Cisjordanie, tuent 23 Palestiniens, dont 6 enfants

Des médecins palestiniens soignent un enfant blessé lors d'un bombardement israélien à Rafah, vendredi 19 avril 2024. (AP)
Des médecins palestiniens soignent un enfant blessé lors d'un bombardement israélien à Rafah, vendredi 19 avril 2024. (AP)
Short Url
  • La frappe a touché un immeuble résidentiel dans le quartier de Tel Sultan, à l'ouest de la ville de Rafah
  • Par ailleurs, les forces israéliennes ont tué 14 Palestiniens lors d'un raid en Cisjordanie occupée samedi

DJEDDAH : Une frappe aérienne israélienne sur une maison à Rafah, la ville la plus méridionale de Gaza, a fait au moins neuf morts, dont six enfants, et l'armée a tué 14 Palestiniens lors d'un raid sur le camp de réfugiés de Nur Shams, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

L'attaque de Gaza a touché vendredi en fin de journée le quartier de Tel Sultan, à l'ouest de Rafah. À l'hôpital Al-Najjar, des parents sanglotaient et serraient dans leurs bras les corps enveloppés des enfants. « Hamza, mon bien-aimé. Tes cheveux sont si beaux », s’est lamentée une grand-mère en deuil.

Abdel-Fattah Sobhi Radwan, sa femme Najlaa Ahmed Aweidah et leurs trois enfants ont été tués, a indiqué son beau-frère Ahmed Barhoum. Barhoum a perdu sa femme, Rawan Radwan, et leur fille de cinq ans, Alaa.

« C'est un monde dépourvu de toute valeur humaine et de toute morale », a déclaré Barhoum, qui pleurait en berçant le corps d'Alaa. « Les seuls martyrs sont les femmes et les enfants ».

Par ailleurs, une frappe aérienne israélienne a visé une maison du camp de réfugiés urbains de Bureji, dans le centre de Gaza, faisant au moins un mort et deux blessés.

La guerre a été déclenchée par un raid sans précédent mené le 7 octobre dans le sud d'Israël par le Hamas et d'autres groupes militants, qui a fait environ 1 200 morts, en grande majorité des civils, et qui a entraîné l'enlèvement d'environ 250 personnes qui ont été emmenées à Gaza.

Israël affirme qu'il reste environ 130 otages à Gaza, mais que plus de 30 d'entre eux sont morts. Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que le nombre de morts dans la bande assiégée s'élevait à 34 049.

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré samedi que les corps de 37 personnes tuées par les frappes israéliennes avaient été transportés aux hôpitaux de Gaza au cours des dernières 24 heures. Les hôpitaux ont également accueilli 68 blessés.

Ces derniers chiffres portent le nombre total de morts palestiniens de la guerre entre Israël et le Hamas à au moins 34 049, et le nombre de blessés à 76 901, selon le ministère. Bien que les autorités sanitaires dirigées par le Hamas ne fassent pas de distinction entre les combattants et les civils dans leur décompte, elles affirment qu'au moins deux tiers d'entre eux sont des enfants et des femmes.

La guerre a fait monter en flèche les tensions régionales, entraînant une flambée de violence entre Israël et son ennemi juré, l'Iran, qui a menacé de dégénérer en une véritable guerre.

Par ailleurs, les forces israéliennes ont tué 14 Palestiniens lors d'un raid en Cisjordanie occupée samedi, tandis qu'un ambulancier a été tué alors qu'il allait chercher des blessés lors d'une autre attaque menée par des colons juifs violents, ont déclaré les autorités palestiniennes.

Des Palestiniens inspectent les dégâts après un raid israélien dans le camp de réfugiés de Nur Shams en Cisjordanie occupée, le 20 avril 2024. (AFP).
Des Palestiniens inspectent les dégâts après un raid israélien dans le camp de réfugiés de Nur Shams en Cisjordanie occupée, le 20 avril 2024. (AFP).

Les forces israéliennes ont entamé un raid prolongé aux premières heures de vendredi dans la région de Nur Shams, près de la ville palestinienne de Tulkarm, qui constitue un point chaud, et continuaient d'échanger des coups de feu avec des combattants armés jusque tard dans la journée de samedi.

Des véhicules militaires israéliens se sont massés et des rafales de tirs ont été entendues, tandis qu'au moins trois drones ont été aperçus en train de planer au-dessus de Nur Shams, une zone où vivent des réfugiés et leurs descendants de la guerre de 1948i ayant suivi la création de l'État d'Israël.

Les Brigades de Tulkarm, qui regroupent les forces de nombreuses factions palestiniennes, ont déclaré que leurs combattants avaient échangé des tirs avec les forces israéliennes samedi.

Des journalistes ont vu des corps dans la rue et des maisons touchées par des explosions, tandis que des drones israéliens survolaient le camp et que des véhicules blindés s'y déplaçaient.

Depuis l'attaque du Hamas sur le sud d'Israël le 7 octobre, plus de 460 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens en Cisjordanie, selon les autorités sanitaires palestiniennes. Israël mène des raids fréquents dans les villes de ce territoire instable. Parmi les morts figurent des militants, mais aussi des lanceurs de pierres et des passants. Certains ont également été tués lors d'attaques menées par des colons israéliens.

Par ailleurs, trois combattants du Hezbollah ont été tués lors d'une frappe israélienne sur une maison dans le sud du Liban. Les responsables du Hezbollah ont déclaré qu'ils « répondront de manière proportionnée à toute violation par Israël des limites établies dans la confrontation ».

Le député du groupe, Naim Qassem, a déclaré : « Si l'escalade atteint un certain niveau, nous y ferons face comme il se doit. Il n'y a pas de recul dans la confrontation, ni dans le soutien et la protection de Gaza ».

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a discuté des efforts visant à acheminer l'aide à Gaza et à parvenir à une paix juste et durable dans la région lors d'une réunion avec le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, à Istanbul.

Pour Wolfango Piccoli, coprésident de Teneo Intelligence à Londres, cette rencontre s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par Erdogan pour se repositionner en tant que défenseur crédible de la cause palestinienne après sa récente défaite électorale.

Depuis le début de la guerre de Gaza, des milliers de Palestiniens ont été arrêtés et des centaines d'entre eux ont été tués lors d'opérations régulières menées par l'armée et la police israéliennes, la plupart étant des membres de groupes armés, mais aussi des jeunes qui lançaient des pierres et des civils non impliqués.

Dans un autre incident, le ministère palestinien de la Santé a déclaré qu'un ambulancier de 50 ans avait été tué par des tirs israéliens près du village d'Al-Sawiya, au sud de la ville de Naplouse, alors qu'il s'apprêtait à transporter des personnes blessées lors de l'attaque du village.

Il n'a pas été possible de déterminer dans un premier temps s'il avait été abattu par des colons. L'armée n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les commémorations du patrimoine à Diriyah et à Baha attirent les foules

Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Short Url
  • La journée a été marquée par diverses activités organisées pendant trois jours sur plusieurs sites, notamment le quartier historique d'At-Turaif à Diriyah, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2010
  • Un séminaire en plusieurs sessions a également été organisé pour aider à comprendre les défis posés par les précipitations et les inondations à Diriyah

RIYAD : La Diriyah Gate Development Authority, en collaboration avec le Comité national saoudien du Conseil international des monuments et des sites et la Heritage Foundation, a célébré la Journée du patrimoine mondial le 18 avril.

La journée a été marquée par diverses activités organisées pendant trois jours sur plusieurs sites, notamment le quartier historique d'At-Turaif à Diriyah, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2010.

Des experts du patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.

Un séminaire en plusieurs sessions a également été organisé pour aider à comprendre les défis posés par les précipitations et les inondations à Diriyah. Les experts ont également discuté de l'intégration des connaissances traditionnelles et de l'ingénierie moderne dans les travaux de préservation, dans le but de contrer l'impact des catastrophes naturelles.

L'événement a mis en lumière le travail continu de la DGDA en matière de réhabilitation, de préservation et de sensibilisation à la valeur historique et culturelle des sites patrimoniaux du Royaume.

À Baha, la Commission saoudienne du patrimoine et la Chambre de commerce et d'industrie du gouvernorat d'Al-Makhwah, dans la région de Baha, ont organisé une Journée du patrimoine mondial au village historique de Thee Ain.

Des spectacles « son et lumière » captivants projetés sur les façades de 58 maisons patrimoniales du village, du folklore, un conseil du patrimoine et la préparation traditionnelle du café saoudien faisaient partie des festivités.

Le village de Thee Ain est réputé pour son patrimoine authentique, sa riche histoire et sa beauté à couper le souffle, qui laissent une impression durable aux visiteurs. Selon le site web de l'UNESCO, le village date de la fin du XVIe siècle, ce qui signifie qu'il a plus de 400 ans.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com