En Syrie, le rêve du retour au camp palestinien de Yarmouk

Issa al-Loubani, un réfugié palestinien de 48 ans, marche avec sa femme et sa fille dans une rue du camp palestinien de Yarmuk, à la périphérie sud de la capitale syrienne Damas (Photo,AFP)
Issa al-Loubani, un réfugié palestinien de 48 ans, marche avec sa femme et sa fille dans une rue du camp palestinien de Yarmuk, à la périphérie sud de la capitale syrienne Damas (Photo,AFP)
Short Url
Publié le Samedi 28 novembre 2020

En Syrie, le rêve du retour au camp palestinien de Yarmouk

  • Quand les autorités syriennes ont autorisé les habitants de Yarmouk à rentrer chez eux, le réfugié palestinien Issa al-Loubani s'est empressé d'inscrire sa famille et d'entamer lui-même les réparations de son appartement
  • Ce quartier de la banlieue de Damas a été arraché en 2018 par les forces gouvernementales aux jihadistes du groupe Etat islamique mais la reconstruction piétine

YARMOUK : Quand les autorités syriennes ont autorisé les habitants de Yarmouk à rentrer chez eux, le réfugié palestinien Issa al-Loubani s'est empressé d'inscrire sa famille et d'entamer lui-même les réparations de son appartement, impatient de retrouver ce camp dévasté par la guerre.

Munies de leurs précieux titres de propriété, des centaines de personnes se sont déjà enregistrées pour pouvoir retourner dans ce camp qui accueillait avant le début de la guerre en 2011 environ 160.000 réfugiés palestiniens ainsi que des familles syriennes.

"Notre maison a besoin de travaux importants mais c'est mieux que de payer un loyer", confie M. Loubani, qui se rendait régulièrement chez lui depuis Damas toute proche avec son épouse Ilham et leur fille.

La famille a déjà installé un tapis, des ustensiles de cuisine et un matelas. Mais le Palestinien de 48 ans sait qu'il devra passer l'hiver dans un appartement aux fenêtres béantes recouvertes de bâches en plastique.

Ce quartier de la banlieue de Damas a été arraché en 2018 par les forces gouvernementales aux jihadistes du groupe Etat islamique mais la reconstruction piétine.

"Il faut encore rétablir l'électricité et l'eau courante, déblayer les gravats des rues", reconnaît-il.

Le sol de sa rue déserte est jonché de décombres: une machine à laver endommagée, des blocs de pierre, des planches, de vieux chiffons, des vêtements éparpillés.

Et juste devant leur immeuble, Issa et Ilham retrouvent parmi d'autres affaires à eux une photo de leur mariage. "Voilà Oum Walid", s'exclame la mère de famille, désignant une invitée.

Immeubles partiellement ou totalement effondrés s'alignent le long de plusieurs ruelles, venant rappeler des années de combats féroces.

Retours par centaines 

La municipalité de Damas a annoncé en novembre que les habitants pouvaient rentrer à Yarmouk, à condition que leur domicile ne soit pas insalubre.

Installés au rez-de-chassée d'un immeuble en ruine, des responsables accueillent quotidiennement des dizaines de personnes désireuses d'obtenir les autorisations nécessaires.

Quelque 600 familles se sont déjà enregistrées, assure à l'AFP Mahmoud al-Khaled, à la tête du comité chargé de déblayer le camp.

Environ 40% des bâtiments pourraient être réoccupés quasi-immédiatement tandis que 40% nécessitent une réhabilitation, indique-t-il.

Etabli dans les années 1950, Yarmouk était initialement un camp de réfugiés créé pour les Palestiniens chassés de leurs terres après la création d'Israël en 1948.

Devenu au fil des décennies un véritable quartier résidentiel et commercial, il est tombé sous la coupe des rebelles en 2012, basculant trois ans plus tard aux mains des jihadistes.

La Syrie en guerre a connu au cours de l'année écoulée une forte détérioration de la situation socioéconomique, marquée par une dégringolade de la monnaie nationale et par une inflation galopante.

L'ONU rapportait début novembre le retour ces derniers mois à Yarmouk de 430 familles n'ayant "plus les moyens de louer".

L'écrasante majorité des infrastructures de l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) dans le camp, dont seize écoles, doivent être entièrement reconstruites. Les trois centres médicaux ont aussi été détruits.

Une clinique mobile vient une fois par semaine, d'après l'UNRWA. Des bus de l'organisation transportent les enfants vers des écoles de Damas.

Débrouille 

Malgré ces conditions, Chehab al-Din Blidi s'est réinstallé à Yarmouk depuis un mois, son logement ayant été globalement épargné par les combats.

Dans son salon à la peinture éclatante et aux fauteuils capitonnés, on oublierait presque les destructions à l'extérieur.

"Si on avait attendu le retour de l'électricité, de l'eau, du tout-à-l'égout, on serait restés peut-être un an à payer un loyer" ailleurs, explique le sexagénaire syrien.

Pour obtenir quelques heures d'électricité, il s'est raccordé au réseau hors du camp avec un long câble électrique.

"Les destructions sont trop importantes pour être prises en charge par une seule institution", reconnaît-il. "La reconstruction nécessite les efforts de plusieurs pays. En attendant, nous devons nous débrouiller".

Dans un pays morcelé par la guerre, où les divisions restent profondes, le retour est parfois un rêve inaccessible.

C'est le cas pour Ahmed Khormandi, parti de Yarmouk en 2015. Après des années d'exil, le quadragénaire a échoué en territoire rebelle, dans un camp de déplacés.

"Personne ici ne peut s'enregistrer pour rentrer", assure-t-il à l'AFP, disant craindre les arrestations.

"Même si je rentrais, je n'aurais pas les moyens de la réparer", ajoute-t-il, disant avoir entendu dire que sa maison avait été pillée et incendiée. 


Six morts dans l’explosion d’un dépôt d'armes au Yémen

Au moins six personnes ont été tuées et trente autres blessées mardi dans la province d'Abyan, au sud du Yémen (Capture d'écran).
Au moins six personnes ont été tuées et trente autres blessées mardi dans la province d'Abyan, au sud du Yémen (Capture d'écran).
Short Url
  • Des habitants désemparés recherchent leurs proches disparus
  • Al-Qaïda est présumée active dans cette région

AL-MUKALLA: Au moins six personnes ont été tuées et plus de trente personnes blessées mardi dans deux fortes explosions qui ont détruit un entrepôt d'armes dans la province d'Abyan, au sud du Yémen.

La première explosion s'est produite le matin à l'intérieur d'un marché populaire très fréquenté, près du dépôt d'armes de Lawder, une grande ville de la province. Alors que des dizaines de personnes fuyaient le site du désastre, une seconde détonation s’est produite dans le bâtiment de deux étages abritant le dépôt.

Les autorités n’ont pas été en mesure de donner un bilan précis du nombre de victimes face au flux de personnes mortes et blessées arrivant à l’hôpital de Lawder. Leurs proches, à la recherche de parents ou amis disparus ont assailli le lieu, le personnel soignant en profitant pour faire appel à des dons de sang.

Mal équipé et manquant de personnel, l’hôpital a été contraint de renvoyer les cas graves vers des centres de soins plus adaptés à Abyan et Aden.

Les autorités ont ouvert une enquête sur ces explosions. L’organisation Al-Qaïda est réputée active dans la région et de telles doubles explosions successives sont une tactique terroriste connue visant à augmenter le nombre de victimes.

Abyan est une province contestée entre le gouvernement internationalement reconnu et les séparatistes fidèles au Conseil de transition du Sud. Elle fut le site de combats acharnés en 2019 et 2020, qui ont coûté la vie à de nombreux soldats et combattants de la milice houthie.

La branche yéménite d'Al-Qaïda a profité de l'anarchie dans la province pour opérer un retour.

Des militants présumés de l’organisation détiennent toujours cinq employés de l'ONU qui avaient été enlevés en février lors d’une mission sur le terrain, à proximité de la ville d’Aden.

Les responsables locaux et les médiateurs tribaux n'ont pas réussi à obtenir la libération des otages auprès des ravisseurs. Ces derniers exigeaient un échange de prisonniers en plus d’une rançon de milliers de dollars.

Ailleurs au Yémen, les envoyés de l'UE ont demandé à la milice houthie de mettre en œuvre les éléments de la trêve négociée par l'ONU, principalement en levant le siège sur la ville de Taïz.

Les ambassadeurs de France et d'Allemagne, et l'envoyé spécial suédois au Yémen ont appelé Hussein al-Azi, un dirigeant houthi, pour lui demander d'accepter la proposition de l'ONU d'ouvrir les routes de Taïz. Al-Azi avait menacé de reprendre les opérations militaires dans l’importante province de Marib.

Les ambassadeurs ont demandé au dirigeant houthi de s'engager de manière constructive dans la proposition de l'envoyé de l'ONU au Yémen et de créer un «discours public positif».

Il est «grand temps de continuer à répondre aux attentes des Yéménites, qui veulent la paix et en ont besoin», a déclaré la mission de l'UE au Yémen.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Algérie annonce la réouverture des sa frontière avec la Tunisie

Le président tunisien Kais Saied serre la main du président algérien Abdelmajid Tebboune à l'aéroport international de Tunis-Carthage (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied serre la main du président algérien Abdelmajid Tebboune à l'aéroport international de Tunis-Carthage (Photo, AFP).
Short Url
  • Les liaisons aériennes et maritimes entre les deux pays avaient repris en juin 2021
  • Les deux pays avaient fermé leurs frontières terrestres en mars 2020

ALGER: L'Algérie, grande pourvoyeuse de touristes à la Tunisie, va rouvrir à la mi-juillet la frontière terrestre entre les deux pays, fermée depuis 2020 en raison de la Covid-19, a annoncé le président algérien Abdelmadjid Tebboune mardi.

"Nous avons pris une décision conjointe de rouvrir les frontières terrestres à compter du 15 juillet", a déclaré M. Tebboune à l'aéroport d'Alger aux côtés de son homologue tunisien Kais Saied qui s'apprêtait à quitter le pays après avoir assisté aux festivités marquant le 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.

Jusque-là, le trafic routier entre les deux pays se limitait au transport de marchandises.

Les deux pays avaient fermé leurs frontières terrestres en mars 2020 pour endiguer la propagation du coronavirus.

Le secteur du tourisme en Tunisie a sérieusement pâti de cette fermeture, l'Algérie étant une grande pourvoyeuse de touristes au pays voisin, particulièrement durant la saison estivale.

Avant la pandémie du coronavirus, plus de trois millions d'Algériens se rendaient chaque année en Tunisie, selon des médias locaux.

Les liaisons aériennes et maritimes entre les deux pays avaient repris en juin 2021.


Le Maroc redémarre des centrales à gaz grâce à l'Espagne

Gazoducs d’Enagas de Barcelone (Photo, AFP).
Gazoducs d’Enagas de Barcelone (Photo, AFP).
Short Url
  • Le GNL servira notamment au redémarrage des stations à gaz de Tahaddart et Aîn Béni Mathar
  • L'Algérie avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne

RABAT: Le Maroc a annoncé mardi la remise en service de deux grandes centrales électriques grâce à du gaz naturel liquéfié (GNL) acheminé depuis l'Espagne via le Gazoduc Maghreb Europe (GME), après la décision d'Alger de ne plus approvisionner le royaume en gaz.

"Le royaume du Maroc assure son approvisionnement en gaz naturel en concluant des contrats d’achat de GNL (gaz naturel liquéfié) sur le marché international et en utilisant les infrastructures gazières des opérateurs espagnols et le Gazoduc Maghreb-Europe", selon un communiqué de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) et de l’Office national des hydrocarbures et des Mines (ONHYM).

Ce GNL servira notamment au redémarrage des stations à gaz de Tahaddart et Aîn Béni Mathar, dans le nord du Maroc, autrefois alimentées par le gaz algérien.

Désormais l'approvisionnement des deux centrales -- qui fournissent entre 10% et 17% de la production nationale d'électricité, selon des médias locaux -- est "assuré par le GME via l’interconnexion gazière Maroc-Espagne fonctionnant en mode flux inverse", précise le communiqué.

L'acheminement du gaz vers le Maroc a commencé le 28 juin "sur la base des relations commerciales et du bon voisinage", avaient indiqué à l'AFP des sources du ministère espagnol de la Transition écologique, assurant qu'il ne s'agissait pas de gaz algérien.

L'Algérie avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne si Madrid venait à acheminer du gaz algérien "vers une destination tierce", une référence implicite au Maroc.

Fin octobre, Alger avait décidé de ne pas renouveler le contrat du GME sur fond d'escalade de tensions entre les deux voisins du Maghreb autour de l'épineux dossier du Sahara occidental.

Depuis, Rabat cherche à diversifier les pistes pour couvrir ses besoins.

Fin novembre, une société britannique Sound Energy et l'ONEE ont signé un accord de fourniture de gaz naturel de la concession de Tendrara (est).

Sound Energy s'engage à produire et à livrer à pays jusqu'à 350 millions de mètres cubes de gaz naturel liquéfié par an, sur une durée de 10 ans.