UBS/Credit Suisse: deux patrons condamnés à s'entendre sur un rachat

Un logo de la banque Credit Suisse est vu derrière un logo de la banque suisse UBS à Zurich le 18 mars 2023. (Photo par Fabrice Coffrini / AFP)
Un logo de la banque Credit Suisse est vu derrière un logo de la banque suisse UBS à Zurich le 18 mars 2023. (Photo par Fabrice Coffrini / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 19 mars 2023

UBS/Credit Suisse: deux patrons condamnés à s'entendre sur un rachat

  • Qualifié de «technocrate» dans la presse suisse lors de sa nomination, le patron discret de Credit Suisse Ulrich Körner, 60 ans, est connu comme un spécialiste des restructurations
  • Sergio Ermotti avait passé à Ralph Hamers, en novembre 2020, les clés d'une banque saine, lui laissant le champ libre pour lancer le virage d’UBS vers le numérique, l'un de ses grands succès chez ING

GENÈVE : A la tête de la première banque de Suisse, la priorité de Ralph Hamers, directeur général d'UBS était jusqu'à présent d'investir dans le numérique. Son homologue au Credit Suisse s'était donné pour mission de restructurer sa banque, pour la remettre sur les rails.

Les deux hommes sont désormais sous une énorme pression pour conclure avant lundi le rachat à contrecœur de Credit Suisse, deuxième banque du pays, par sa grande rivale UBS et tenter d'apaiser des marchés au bord de la crise de nerf.

- Ralph Hamers, l'homme du numérique -

Aux commandes d'UBS depuis novembre 2020, le Néerlandais Ralph Hamers, 56 ans, est l'ancien patron d'ING, où il s'était bâti une solide réputation en prenant la direction au moment où la banque se trouvait dans une situation difficile pour rembourser les 10 milliards d'euros d'aides publiques accordées durant la crise financière.

Sous sa houlette, ING avait finalement remboursé ses emprunts sept mois avant l'échéance. Son mandat au sein du groupe néerlandais avait cependant été marqué par une affaire d'usage frauduleux de comptes qui avait conduit à la démission du directeur financier.

En 2020, il avait repris la suite de Sergio Ermotti, désormais président du réassureur Swiss Re, qui avait passé neuf ans à redorer l'image d'UBS après son sauvetage par l'Etat et la banque centrale en 2008 et les pertes d'un courtier en 2011 qui avait coûté 2,3 milliards de dollars à la banque.

M. Ermotti lui avait passé les clés d'une banque saine, laissant à Ralph Hamers le champ libre pour lancer le virage vers le numérique, l'un de ses grands succès chez ING.

Ce banquier qui s'affiche volontiers sans cravate et col de chemise ouvert, loin de l'uniforme austère des banquiers zurichois, a bien essuyé quelque revers. L'an passé, UBS avait dû renoncer au rachat de Wealthfront, une plateforme californienne de services automatisés dans la gestion de fortune pour laquelle la banque était prête à débourser 1,4 milliard de dollars.

L'opération avait capoté mais la priorité de M. Hamers, à la tête d'une banque qui a généré un bénéfice de 7,6 milliards de dollars en 2022, restait d'investir dans le numérique, et non de racheter une banque en difficultés.

- Ulrich Körner, le spécialiste des restructurations -

Le patron de Credit Suisse, Ulrich Körner, 60 ans, s'est vu confier les commandes en août 2022 après avoir été appelé à la rescousse en 2021 pour redresser la gestion d'actifs à la suite de la faillite de la société financière britannique Greensill dans laquelle 10 milliards de dollars avaient été engagés par le biais de quatre fonds.

Qualifié de «technocrate» dans la presse suisse lors de sa nomination, ce discret banquier est connu comme un spécialiste des restructurations.

Déjà chez UBS où il a travaillé pendant 11 ans, il avait transformé les fonctions centrales au siège «comme une machine», avait commenté le quotidien Tages-Anzeiger lorsque le conseil d'administration de Credit Suisse lui avait confié la lourde tâche de mettre au point un plan de restructuration pour redresser la banque.

Docteur en économie, ce ressortissant Germano-suisse a fait un aller-et-retour au fil de sa carrière entre Credit Suisse et UBS, et connait donc bien les deux établissements. En 2007, alors qu'il travaillait chez Credit Suisse, il faisait partie des cadres pressentis pour reprendre la direction. Mais le poste lui avait échappé, le poussant à partir chez UBS.

Revenu chez Credit Suisse depuis deux ans, M. Körner a dévoilé fin octobre un plan de restructuration qui prévoit de séparer la banque d'investissement pour recentrer le groupe sur des activités plus stables comme la gestion de fortune avec 9.000 suppressions de postes d'ici 2025 à la clé, soit plus de 17% des effectifs.

Mardi, à la veille de la pire séance de son histoire en Bourse, M. Körner appelait encore les investisseurs à lui laisser trois ans, comme prévu, pour que cette restructuration porte ses fruits.

Mais avec une perte annuelle de 7,3 milliards de francs suisses (7,4 milliards d'euros) en 2022, et d'autres pertes encore à venir en 2023, l'inquiétude des marchés a prévalu.


L’Arabie saoudite présente des opportunités minières lors d’une visite ministérielle au Brésil

Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, participe à une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo. (X/@mimgov)
Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, participe à une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo. (X/@mimgov)
Short Url
  • Le ministre de l’industrie et des ressources minérales a souligné les avantages d’investir dans le royaume.
  • Alkhorayef a invité les entreprises brésiliennes à assister à la quatrième édition de la Conférence internationale sur l’exploitation minière et les ressources, qui se tiendra à Riyad en janvier. 

RIYAD : L’Arabie saoudite a invité les entreprises brésiliennes à investir dans son secteur minier, soulignant des opportunités de croissance substantielles lors d’une visite de son premier ministre dans le pays sud-américain. 

Lors d’une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo, Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, a déclaré que la production minière est un problème mondial qui nécessite une direction et une collaboration internationales en raison de son rôle essentiel dans transition énergétique mondiale. 

L’Arabie saoudite vise à attirer des acteurs internationaux alors que son secteur minier se prépare à s’étendre dans le cadre de l’initiative gouvernementale alignée sur la vision saoudienne 2030. Cet effort vise à accroître la transparence des licences, à promouvoir les industries nationales et à stimuler le développement de contenu local et la création d’emplois. 

Au cours de la réunion, le ministre a déclaré : « Le Royaume reconnaît que les défis mondiaux liés à la production minière exigent un leadership collectif. Notre stratégie pour réaliser de réels progrès repose sur la collaboration et, tout en maintenant nos objectifs ambitieux, nous nous concentrons sur l’établissement de partenariats solides à l’échelle mondiale. » 

Il a ajouté : « La production minière va au-delà de la valeur économique; elle incarne le potentiel de notre pays et de notre peuple. Avec ses ressources abondantes, sa main-d’œuvre qualifiée et ses occasions exceptionnelles d’investissement, le Royaume est en bonne voie pour une croissance transformatrice. » 

Le ministre a souligné les avantages d’investir en Arabie saoudite, notamment ses ressources naturelles abondantes, sa main-d’œuvre qualifiée, son infrastructure moderne et un environnement commercial favorable. 

Alkhorayef a invité les entreprises brésiliennes à assister à la quatrième édition de la Conférence internationale sur l’exploitation minière et les ressources, qui se tiendra à Riyad en janvier. 

Il a déclaré que l’événement est devenu la plate-forme la plus importante pour discuter des opportunités, des problèmes et des solutions dans le secteur minier mondial, selon un communiqué du ministère. 

Grâce à sa stratégie nationale pour l’industrie, l’Arabie saoudite se positionne comme un leader dans divers secteurs, offrant des opportunités d’investissement dans plus de 800 projets évalués à 1000 milliards de SR1 (266,59 milliards de dollars). Cette initiative vise à accroître les exportations, à transformer le paysage industriel national et à soutenir les efforts de diversification économique du pays. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


La société Fitch Ratings se retire du Liban

Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui influence considérablement l'évaluation de sa notation. Shutterstock
Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui influence considérablement l'évaluation de sa notation. Shutterstock
Short Url
  • Un défaut de paiement restreint indique qu'un pays a négligé des obligations financières spécifiques tout en continuant à en remplir d'autres. 
  • « Le gouvernement a cessé d'assurer le service de son encours d'euro-obligations dans l'attente d'une restructuration de la dette », a déclaré l'agence.

RIYADH : L'indisponibilité de certaines données clés a conduit Fitch Ratings à renoncer à catégoriser le Liban, l'agence ne disposant plus d'informations suffisantes pour maintenir son évaluation du pays. 

L'agence de notation mondiale a confirmé les notes de défaut à long terme de l'émetteur libanais en devises étrangères et en monnaie locale comme étant restreintes et a par la suite retiré l'IDR et le plafond du pays de la nation. 

Un défaut de paiement restreint indique qu'un pays a négligé des obligations financières spécifiques tout en continuant à en remplir d'autres. 

Cela signifie que l'agence a confirmé les notes de la dette à long terme du Liban comme étant restreintes et a cessé de fournir des évaluations et des analyses pour le pays en raison de l'insuffisance des données.

Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui a considérablement influencé l'évaluation de sa notation. 

L'incapacité du gouvernement à rembourser l'euro-obligation, qui arrivait à échéance le 9 mars 2020, a conduit à sa catégorisation en tant que défaut de paiement restreint.

« Le gouvernement a cessé d'assurer le service de son encours d'euro-obligations dans l'attente d'une restructuration de la dette », a déclaré l'agence.  

Les IDR en monnaie locale restent en défaut de paiement restreint car le gouvernement n'a pas repris le paiement des intérêts sur les titres en monnaie locale détenus par la Banque du Liban, bien qu'il continue à assurer le service de la dette en monnaie locale auprès des créanciers privés. 

Fitch a également déclaré que les autorités n'ont pas initié de restructuration de la dette en monnaie locale. 

La décision de l'agence de retirer les notations du Liban a été motivée par le fait que l'émetteur a cessé de publier les comptes nationaux et les données fiscales, qui ne sont désormais disponibles que jusqu'en 2021. 

Ce manque d'informations financières à jour a empêché Fitch de maintenir des notations précises. 

L'agence a ajouté que la note de pertinence environnementale, sociale et de gouvernance du Liban pour la stabilité et les droits politiques et pour l'État de droit, la qualité institutionnelle et réglementaire et le contrôle de la corruption s'élève à cinq. 

Cela reflète l'impact élevé des indicateurs de gouvernance de la Banque mondiale dans le modèle de notation souveraine de Fitch. 

« Le Liban est mal classé (14,8), ce qui reflète l'absence d'antécédents récents de transitions politiques pacifiques, des droits relativement faibles en matière de participation au processus politique, une faible capacité institutionnelle, une application inégale de l'État de droit et un niveau élevé de corruption », a ajouté l'agence. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


SAMI, le prochain centre de réparation agréé pour les C-130 Hercules et les plateformes de giravion d'Airbus

Les accords ont été signés lors du salon aéronautique international de Farnborough, au Royaume-Uni. SPA
Les accords ont été signés lors du salon aéronautique international de Farnborough, au Royaume-Uni. SPA
Short Url
  • SAMI a signé deux accords avec Lockheed Martin et Airbus Helicopters lors du salon aéronautique international de Farnborough.
  • Ces accords s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de SAMI de figurer parmi les 25 premières entreprises de défense au monde d'ici 2030.

RIYADH : La société Saudi Arabian Military Industries, spécialisée dans l'aérospatiale et la défense, va devenir un centre agréé pour les avions C-130 Hercules et les plates-formes de giravions Airbus, en étendant ses capacités de maintenance, de réparation et de remise en état. 

Les services MRO comprennent la réparation et la remise à neuf de composants et d'assemblages de haute technicité, tels que les carters, les pièces rotatives à durée de vie limitée, les joints d'air rotatifs et les carénages de turbine, ainsi que les aubes et les joints d'air en nid d'abeille. 

La société détenue par le Fonds d'investissement public a signé deux accords avec les principaux fabricants d'équipement d'origine Lockheed Martin et Airbus Helicopters lors du salon aéronautique international de Farnborough, qui s'est tenu au Royaume-Uni du 22 au 26 juillet, a rapporté l'agence de presse saoudienne (Saudi Press Agency).

Ces accords s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de SAMI de figurer parmi les 25 premières entreprises de défense au monde d'ici 2030. Ils s'inscrivent également dans l'objectif du Royaume de renforcer son secteur de la défense et de faire de la localisation une priorité absolue, l'Arabie saoudite s'étant fixé pour objectif d'internaliser 50 % de ses dépenses de défense d'ici à 2030. 

« Les deux partenariats soulignent notre engagement à promouvoir les capacités locales et réitèrent notre objectif de localiser davantage le secteur de l'industrie de la défense », a déclaré Walid Abukhaled, PDG de SAMI. 

Dans le cadre du premier accord, SAMI Alsalam sera certifiée en tant que centre de service Lockheed Martin 14 pour les Hercules C-130 dans le monde entier. Dans le cadre du second accord, la société s'engagera à localiser les capacités MRO par l'intermédiaire d'Airbus Helicopters afin d'améliorer les compétences dans le domaine des giravions. 

Le secteur de l'aviation connaît une croissance considérable au Royaume, grâce aux investissements de plusieurs milliards de dollars réalisés dans le cadre du plan Vision 2030, qui vise à diversifier l'économie au-delà des combustibles fossiles et à promouvoir le secteur privé. 

« Nous continuerons à nous concentrer sur la formation et le développement des talents nationaux grâce à de tels programmes avec des entreprises mondiales de premier plan, visant à soutenir la localisation de plus de 50 % des dépenses gouvernementales conformément aux objectifs de Saudi Vision 2030 », a ajouté Abukhaled.

Le vice-président exécutif de SAMI Aerospace, Abdulsalam Al-Ghamdi, a déclaré : « Ces partenariats marquent une étape importante et renforcent nos capacités à fournir des services de maintenance, de réparation, de révision, d'ingénierie et de modification structurelle conformes aux normes internationales les plus strictes pour la plate-forme C-130 Hercules.
 
« SAMI Alsalam Aerospace Industries apportera son soutien aux opérateurs de ces avions, tant au niveau régional qu'international », a ajouté M. Al-Ghamdi.

En février, M. Abukhaled a déclaré que la transformation sociale de l'Arabie saoudite était l'une des « plus rapides de l'histoire », facilitée par le gouvernement.

S'exprimant à l'occasion du World Defense Show 2024, le PDG a ajouté que des changements importants se produisent, qui ne sont peut-être pas immédiatement apparents.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com