Week-end crucial pour Credit Suisse

Une enseigne de la banque Credit Suisse sur un bâtiment à Genève, le 15 mars 2023. (Photo de Fabrice COFFRINI / AFP)
Une enseigne de la banque Credit Suisse sur un bâtiment à Genève, le 15 mars 2023. (Photo de Fabrice COFFRINI / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 18 mars 2023

Week-end crucial pour Credit Suisse

  • Vendredi soir, le Financial Times affirmait, plusieurs sources anonymes à l'appui, qu'UBS -le numéro un du secteur en Suisse- est en pourparlers pour le rachat total ou partiel de son rival
  • Les analystes jugent que la branche helvétique de Credit Suisse, qui regroupe la banque de détail et les crédits aux PME, pourrait être introduite en Bourse ou scindée

GENÈVE :Credit Suisse -l'un des 30 mastodontes bancaires dans le monde trop importants pour les laisser sombrer- a deux jours pour trouver la formule qui lui permettra de rassurer et convaincre, avant l'ouverture des marchés lundi et le spectre d'une nouvelle semaine noire.

Vendredi soir, le Financial Times affirmait, plusieurs sources anonymes à l'appui, qu'UBS -le numéro un du secteur en Suisse- est en pourparlers pour le rachat total ou partiel de son rival, avec la bénédiction expresse des autorités de régulation helvétiques.

La banque centrale suisse «souhaite une solution simple avant que les marchés n'ouvrent lundi», assure le quotidien des affaires, qui reconnaît qu'il n'est pas certain qu'un accord puisse être trouvé.

Ni Credit Suisse, ni la BNS n'ont souhaité commenter auprès de l'AFP. UBS et le gendarme des marchés financiers suisses (Finma) n'avaient pas répondu aux sollicitations dans l'immédiat.

Credit Suisse n'est certes pas cher. Après une semaine noire en Bourse qui a forcé la banque centrale à prêter 50 milliards francs suisses (50,4 milliards d'euros) pour donner de l'air à l'établissement zurichois et rassurer les marchés, il ne valait en bourse qu'à peine plus de 8 milliards francs suisses (8,1 milliards d'euros) à la clôture vendredi soir.

Mais une acquisition de cette taille est d'une complexité redoutable, qui plus est dans l'urgence.

Et les deux régulateurs ont eu beau affirmer au plus fort de la tempête que «le Credit Suisse satisfait aux exigences en matière de capital et de liquidités imposées aux banques d'importance systémique», l'envolée des prix des instruments de couverture pour la banque, les CDS (Credit default swaps), est un signe d'un manque de confiance.

- Rachat mais de quoi ? -

Credit Suisse vient de connaître deux années marquées par plusieurs scandales, qui ont révélé de l'aveu même de la direction «des faiblesses substantielles» dans son «contrôle interne». La Finma lui avait reproché d'avoir «gravement manqué à ses obligations prudentielles» dans la faillite de la société financière Greensill, qui a marqué le début de la série noire.

En 2022, la banque a essuyé une perte nette de 7,3 milliards francs suisses, sur fond de retraits massifs d'argent de la part de ses clients. Elle s'attend encore à une perte avant impôts «substantielle» cette année.

«C'est une banque qui semble ne jamais pouvoir remettre sa maison en ordre», avait noté Chris Beauchamp, analyste chez IG, dans un commentaire de marché cette semaine.

Quant à UBS, elle a passé plusieurs années à se redresser après avoir flirté avec la catastrophe pendant la crise de 2008. Et il n'est pas sûr qu'elle veuille se lancer dans une nouvelle restructuration maintenant qu'elle commence à récolter les fruits de ses efforts.

L'hypothèse d'un rachat du Credit Suisse par une banque avait aussi été évoquée par les analystes de J.P Morgan cette semaine, «avec UBS comme option potentielle».

Compte tenu du poids d'une union, les analystes jugent que la branche helvétique de Credit Suisse, qui regroupe la banque de détail et les crédits aux PME, pourrait être introduite en Bourse ou scindée.

Ce serait aussi un moyen d'éviter des licenciements massifs de salariés en Suisse à cause des inévitables doublons des activités.

Seuls la gestion de fonds et de fortune pourraient alors être cédés à UBS ou un autre prétendant, indique le FT.

Un autre obstacle à une fusion: la Commission de la concurrence, estime un ancien patron de la Finma, Eugene Haltiner, dans une interview au groupe CH Media. «La Comco verrait sans aucun doute d'importants obstacles parce que les deux établissements ont une position dominante sur le marché», a-t-il expliqué.

- Plus vite, plus fort -

Avec l'aide de la banque centrale mercredi, Credit Suisse a gagné «un temps précieux», estiment les analystes de Morningstar, jugeant cependant que sa restructuration était «trop complexe» et n'allait «pas assez loin» pour rassurer bailleurs de fonds, clients et actionnaires.

Ils suggèrent entre autres que Credit Suisse vende son activité de courtage qui perd de l'argent.

Les analystes de la banque américaine J.P. Morgan envisagent pour leur part une option radicale qui serait de purement et simplement «fermer complétement» l'activité de banque d'investissement.

Fin octobre, Credit Suisse avait dévoilé un vaste plan de restructuration comprenant la suppression de 9.000 postes d'ici 2025, soit plus de 17% de ses effectifs.

La banque, qui employait 52.000 personnes fin octobre, entend se recentrer sur ses activités les plus stables et transformer radicalement sa banque d'affaires.

Une grande partie des activités de la banque d'investissement, qui a essuyé de lourdes pertes, doivent être regroupées sous la marque First Boston, du nom d'une banque d'affaires américaine que Credit Suisse avait absorbé en 1990, puis progressivement externalisées.


L’Arabie saoudite présente des opportunités minières lors d’une visite ministérielle au Brésil

Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, participe à une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo. (X/@mimgov)
Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, participe à une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo. (X/@mimgov)
Short Url
  • Le ministre de l’industrie et des ressources minérales a souligné les avantages d’investir dans le royaume.
  • Alkhorayef a invité les entreprises brésiliennes à assister à la quatrième édition de la Conférence internationale sur l’exploitation minière et les ressources, qui se tiendra à Riyad en janvier. 

RIYAD : L’Arabie saoudite a invité les entreprises brésiliennes à investir dans son secteur minier, soulignant des opportunités de croissance substantielles lors d’une visite de son premier ministre dans le pays sud-américain. 

Lors d’une table ronde organisée par la Fédération des industries à Sao Paulo, Le ministre saoudien de l’Industrie et des Ressources minérales, Bandar AlKhorayef, a déclaré que la production minière est un problème mondial qui nécessite une direction et une collaboration internationales en raison de son rôle essentiel dans transition énergétique mondiale. 

L’Arabie saoudite vise à attirer des acteurs internationaux alors que son secteur minier se prépare à s’étendre dans le cadre de l’initiative gouvernementale alignée sur la vision saoudienne 2030. Cet effort vise à accroître la transparence des licences, à promouvoir les industries nationales et à stimuler le développement de contenu local et la création d’emplois. 

Au cours de la réunion, le ministre a déclaré : « Le Royaume reconnaît que les défis mondiaux liés à la production minière exigent un leadership collectif. Notre stratégie pour réaliser de réels progrès repose sur la collaboration et, tout en maintenant nos objectifs ambitieux, nous nous concentrons sur l’établissement de partenariats solides à l’échelle mondiale. » 

Il a ajouté : « La production minière va au-delà de la valeur économique; elle incarne le potentiel de notre pays et de notre peuple. Avec ses ressources abondantes, sa main-d’œuvre qualifiée et ses occasions exceptionnelles d’investissement, le Royaume est en bonne voie pour une croissance transformatrice. » 

Le ministre a souligné les avantages d’investir en Arabie saoudite, notamment ses ressources naturelles abondantes, sa main-d’œuvre qualifiée, son infrastructure moderne et un environnement commercial favorable. 

Alkhorayef a invité les entreprises brésiliennes à assister à la quatrième édition de la Conférence internationale sur l’exploitation minière et les ressources, qui se tiendra à Riyad en janvier. 

Il a déclaré que l’événement est devenu la plate-forme la plus importante pour discuter des opportunités, des problèmes et des solutions dans le secteur minier mondial, selon un communiqué du ministère. 

Grâce à sa stratégie nationale pour l’industrie, l’Arabie saoudite se positionne comme un leader dans divers secteurs, offrant des opportunités d’investissement dans plus de 800 projets évalués à 1000 milliards de SR1 (266,59 milliards de dollars). Cette initiative vise à accroître les exportations, à transformer le paysage industriel national et à soutenir les efforts de diversification économique du pays. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


La société Fitch Ratings se retire du Liban

Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui influence considérablement l'évaluation de sa notation. Shutterstock
Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui influence considérablement l'évaluation de sa notation. Shutterstock
Short Url
  • Un défaut de paiement restreint indique qu'un pays a négligé des obligations financières spécifiques tout en continuant à en remplir d'autres. 
  • « Le gouvernement a cessé d'assurer le service de son encours d'euro-obligations dans l'attente d'une restructuration de la dette », a déclaré l'agence.

RIYADH : L'indisponibilité de certaines données clés a conduit Fitch Ratings à renoncer à catégoriser le Liban, l'agence ne disposant plus d'informations suffisantes pour maintenir son évaluation du pays. 

L'agence de notation mondiale a confirmé les notes de défaut à long terme de l'émetteur libanais en devises étrangères et en monnaie locale comme étant restreintes et a par la suite retiré l'IDR et le plafond du pays de la nation. 

Un défaut de paiement restreint indique qu'un pays a négligé des obligations financières spécifiques tout en continuant à en remplir d'autres. 

Cela signifie que l'agence a confirmé les notes de la dette à long terme du Liban comme étant restreintes et a cessé de fournir des évaluations et des analyses pour le pays en raison de l'insuffisance des données.

Depuis mars 2020, le Liban est en défaut de paiement de ses obligations en devises étrangères, ce qui a considérablement influencé l'évaluation de sa notation. 

L'incapacité du gouvernement à rembourser l'euro-obligation, qui arrivait à échéance le 9 mars 2020, a conduit à sa catégorisation en tant que défaut de paiement restreint.

« Le gouvernement a cessé d'assurer le service de son encours d'euro-obligations dans l'attente d'une restructuration de la dette », a déclaré l'agence.  

Les IDR en monnaie locale restent en défaut de paiement restreint car le gouvernement n'a pas repris le paiement des intérêts sur les titres en monnaie locale détenus par la Banque du Liban, bien qu'il continue à assurer le service de la dette en monnaie locale auprès des créanciers privés. 

Fitch a également déclaré que les autorités n'ont pas initié de restructuration de la dette en monnaie locale. 

La décision de l'agence de retirer les notations du Liban a été motivée par le fait que l'émetteur a cessé de publier les comptes nationaux et les données fiscales, qui ne sont désormais disponibles que jusqu'en 2021. 

Ce manque d'informations financières à jour a empêché Fitch de maintenir des notations précises. 

L'agence a ajouté que la note de pertinence environnementale, sociale et de gouvernance du Liban pour la stabilité et les droits politiques et pour l'État de droit, la qualité institutionnelle et réglementaire et le contrôle de la corruption s'élève à cinq. 

Cela reflète l'impact élevé des indicateurs de gouvernance de la Banque mondiale dans le modèle de notation souveraine de Fitch. 

« Le Liban est mal classé (14,8), ce qui reflète l'absence d'antécédents récents de transitions politiques pacifiques, des droits relativement faibles en matière de participation au processus politique, une faible capacité institutionnelle, une application inégale de l'État de droit et un niveau élevé de corruption », a ajouté l'agence. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


SAMI, le prochain centre de réparation agréé pour les C-130 Hercules et les plateformes de giravion d'Airbus

Les accords ont été signés lors du salon aéronautique international de Farnborough, au Royaume-Uni. SPA
Les accords ont été signés lors du salon aéronautique international de Farnborough, au Royaume-Uni. SPA
Short Url
  • SAMI a signé deux accords avec Lockheed Martin et Airbus Helicopters lors du salon aéronautique international de Farnborough.
  • Ces accords s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de SAMI de figurer parmi les 25 premières entreprises de défense au monde d'ici 2030.

RIYADH : La société Saudi Arabian Military Industries, spécialisée dans l'aérospatiale et la défense, va devenir un centre agréé pour les avions C-130 Hercules et les plates-formes de giravions Airbus, en étendant ses capacités de maintenance, de réparation et de remise en état. 

Les services MRO comprennent la réparation et la remise à neuf de composants et d'assemblages de haute technicité, tels que les carters, les pièces rotatives à durée de vie limitée, les joints d'air rotatifs et les carénages de turbine, ainsi que les aubes et les joints d'air en nid d'abeille. 

La société détenue par le Fonds d'investissement public a signé deux accords avec les principaux fabricants d'équipement d'origine Lockheed Martin et Airbus Helicopters lors du salon aéronautique international de Farnborough, qui s'est tenu au Royaume-Uni du 22 au 26 juillet, a rapporté l'agence de presse saoudienne (Saudi Press Agency).

Ces accords s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de SAMI de figurer parmi les 25 premières entreprises de défense au monde d'ici 2030. Ils s'inscrivent également dans l'objectif du Royaume de renforcer son secteur de la défense et de faire de la localisation une priorité absolue, l'Arabie saoudite s'étant fixé pour objectif d'internaliser 50 % de ses dépenses de défense d'ici à 2030. 

« Les deux partenariats soulignent notre engagement à promouvoir les capacités locales et réitèrent notre objectif de localiser davantage le secteur de l'industrie de la défense », a déclaré Walid Abukhaled, PDG de SAMI. 

Dans le cadre du premier accord, SAMI Alsalam sera certifiée en tant que centre de service Lockheed Martin 14 pour les Hercules C-130 dans le monde entier. Dans le cadre du second accord, la société s'engagera à localiser les capacités MRO par l'intermédiaire d'Airbus Helicopters afin d'améliorer les compétences dans le domaine des giravions. 

Le secteur de l'aviation connaît une croissance considérable au Royaume, grâce aux investissements de plusieurs milliards de dollars réalisés dans le cadre du plan Vision 2030, qui vise à diversifier l'économie au-delà des combustibles fossiles et à promouvoir le secteur privé. 

« Nous continuerons à nous concentrer sur la formation et le développement des talents nationaux grâce à de tels programmes avec des entreprises mondiales de premier plan, visant à soutenir la localisation de plus de 50 % des dépenses gouvernementales conformément aux objectifs de Saudi Vision 2030 », a ajouté Abukhaled.

Le vice-président exécutif de SAMI Aerospace, Abdulsalam Al-Ghamdi, a déclaré : « Ces partenariats marquent une étape importante et renforcent nos capacités à fournir des services de maintenance, de réparation, de révision, d'ingénierie et de modification structurelle conformes aux normes internationales les plus strictes pour la plate-forme C-130 Hercules.
 
« SAMI Alsalam Aerospace Industries apportera son soutien aux opérateurs de ces avions, tant au niveau régional qu'international », a ajouté M. Al-Ghamdi.

En février, M. Abukhaled a déclaré que la transformation sociale de l'Arabie saoudite était l'une des « plus rapides de l'histoire », facilitée par le gouvernement.

S'exprimant à l'occasion du World Defense Show 2024, le PDG a ajouté que des changements importants se produisent, qui ne sont peut-être pas immédiatement apparents.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com