Confiance renouvelée à Benabderrahmane

Le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane sort renforcé du dernier remaniement qui a touché douze portefeuilles ministériels (Photo, El Watan).
Le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane sort renforcé du dernier remaniement qui a touché douze portefeuilles ministériels (Photo, El Watan).
Short Url
Publié le Lundi 20 mars 2023

Confiance renouvelée à Benabderrahmane

  • Le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane sort renforcé du dernier remaniement
  • Son maintien à la tête d’un exécutif profondément remanié confirme qu’il garde toujours la confiance du président de la République

Très discret, Aïmene Benabderrahmane doit, entre autres, sa longévité à la tête du gouvernement à sa grande maîtrise des dossiers économiques et de tout ce qui est relatif à la finance et à la fiscalité.

Le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane sort renforcé du dernier remaniement qui a touché douze portefeuilles ministériels. Ayant fait l’objet de critiques et attaques sur les réseaux sociaux et même donné pour partant par certains médias, ce technocrate, qui a fait le gros de sa carrière dans le secteur financier, conserve son poste à la tête d’un gouvernement qui a subi quatre remaniements en l’espace d’une année et demie.

Son maintien à la tête d’un Exécutif profondément remanié confirme qu’il garde toujours la confiance du président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Turquie: Que dirait Atatürk ?

Le fondateur de la Turquie moderne Mustafa Atatürk (Photo, AFP).
Le fondateur de la Turquie moderne Mustafa Atatürk (Photo, AFP).
Short Url
  • L'homme en question est Mustafa Kemal Pacha, alias Ataturk
  • Mais que penserait aujourd'hui l'homme qui a fondé la république de la Turquie ?

Dimanche prochain, les électeurs turcs se rendent aux urnes pour élire leur président tandis qu'un groupe de travail spécial travaille sur les cérémonies pour marquer le centenaire de la création de la République turque le 29 octobre 1923.

Mais que penserait aujourd'hui l'homme qui a fondé la république de la Turquie ?

L'homme en question est Mustafa Kemal Pacha, alias Ataturk (Père des Turcs), le commandant militaire charismatique qui a transformé les restes tronqués de l'Empire ottoman en un État-nation aspirant à se moderniser.

À première vue, Atatürk serait fier de ce qu'il a fait. La république qu'il a fondée est la plus ancienne du monde musulman et l'une des rares fondées par des hommes forts en dehors de l'Occident dans les années 1920 à être encore en place. Plus important encore, Atatürk reste la seule figure emblématique de son temps à être encore respectée, voire vénérée, par tous ses compatriotes à travers l'échiquier politique.

Et pourtant, le Père peut découvrir que, de plusieurs manières, ses petits-enfants se sont écartés du chemin qu'il leur avait tracé.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Cannes 2023: «Les filles d’Olfa», Chronique d’une immersion dans les ténèbres

Fidèle à son habitude, la réalisatrice s’inspire du réel pour réaliser des fictions (Photo, La Presse).
Fidèle à son habitude, la réalisatrice s’inspire du réel pour réaliser des fictions (Photo, La Presse).
Short Url
  • Le film s’ouvre sur l’actrice Hend Sabri, rongée par le stress, dans l’attente d’Olfa, la protagoniste réelle du documentaire
  • L’intervention d’acteurs dans ce docu-fiction est le parti pris délibéré de la réalisatrice

Documentaire hybride au dispositif particulier, «Les filles d’Olfa» de Kaouther Ben Hania reconstitue le vécu tragique de quatre femmes, marqué par l’incompréhension, l’oppression, la violence et l’extrémisme.

C’est au marché du film de Cannes que nous avons vu, hier, «Les filles d’Olfa». Et fidèle à son habitude, la réalisatrice s’inspire du réel pour réaliser des fictions («La belle et la meute», L’homme qui a vendu sa peau») ou l’explore en fabriquant de faux documentaires (Le Challat de Tunis).

Le film s’ouvre sur l’actrice Hend Sabri, rongée par le stress, dans l’attente d’Olfa, la protagoniste réelle du documentaire, dont elle incarnera la doublure. L’actrice optera pour la distanciation, «afin que, dit-elle, de se protéger».

L’intervention d’acteurs dans ce docu-fiction est le parti pris délibéré de la réalisatrice qui a fait appel à des actrices pour reconstituer des fragments de vie des quatre personnages réels.

Ce dispositif est sous-tendu par deux motivations : d’abord, éviter à Olfa de revivre des scènes très dures de son vécu, dont elle porte encore les stigmates et combler, ensuite, l’absence des filles aînées d’Olfa, Rahma et Ghofrane, aujourd’hui, incarcérées en Libye, par la présence de Nour Karoui et Ishrak Matar.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Festival national de la chanson engagée à Tiaret: La troupe El Oussoul s’adjuge le premier prix

Le festival national de la chanson engagée à Tiaret (Photo, El Watan).
Le festival national de la chanson engagée à Tiaret (Photo, El Watan).
Short Url
  • Il y eut du rythme, de la bonne tenue sur scène et de la maîtrise
  • Ali Maachi, était resté sobre et digne devant l’adversité

Quatre jours durant, du 22 au 25 mai, ce sont 17 troupes musicales, issues de 15 wilayas, qui se sont succédé sur la scène de la maison de la culture Ali Maâchi de Tiaret, réaménagée après sa fermeture près de trois années durant, pour donner la pleine mesure de leur talent devant un public comblé. 

Les quelques défections de troupes invitées (cinq wilayas sur les 19), dont certains pour cause de période d’examens et l’absence remarquée à l’ouverture qu’en clôture des principales autorités de la wilaya de Tiaret n’ont, pas été un atout valorisant pour cette rencontre qui n’a pas été, malheureusement, ponctuée d’au moins une communication pour situer ce genre musical, dit chanson engagée et la finalité recherchée à travers son organisation. 

Le jury, composé des artistes Fouad Waman, Dounia El Djazairia , Slimane Djouadi et présidé par Maati Kamel, ne semble pas avoir eu du mal pour départager les trois premiers lauréats, à savoir le premier prix d’une valeur de 250 000 DA pour la troupe El Ousoul de Tiaret suivie par la troupe Fantazia de la wilaya de Mostaganem d’une valeur de 150 000 DA et enfin le 3e prix à 100 000 DA pour la troupe Echourok de Biskra. Il y eut du rythme, de la bonne tenue sur scène et de la maîtrise.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.