Les restaurants lyonnais éteignent la lumière pour dénoncer le coût de l'énergie

La terrasse d'un restaurant à Lyon, le 19 mai 2021. (Photo, AFP)
La terrasse d'un restaurant à Lyon, le 19 mai 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 21 mars 2023

Les restaurants lyonnais éteignent la lumière pour dénoncer le coût de l'énergie

  • «Je prends l'exemple d'un copain, il payait entre 1 800 et 2 000 euros par mois, en janvier c'était 3 000 euros et février, 7 200 euros. Et en ayant la chance d'avoir un bouclier fiscal», raconte Christophe Marguin
  • Une quarantaine de restaurateurs ont déjà fait part de leur intention d'y participer. Une initiative saluée par la branche départementale de l'Umih, principal syndicat de la restauration

LYON: Le "cri d'alarme" des restaurateurs lyonnais résonnera dans une ambiance à la bougie mardi soir, dans le cadre d'une opération "Dîner aux chandelles" qui vise à alerter le gouvernement sur l'envolée des coûts de l'énergie qui prennent à la gorge les professionnels.

"Je prends l'exemple d'un copain, il payait entre 1 800 et 2 000 euros par mois, en janvier c'était 3 000 euros et février, 7 200 euros. Et en ayant la chance d'avoir un bouclier fiscal", raconte Christophe Marguin, président des Toques blanches lyonnaises, l'association de chefs défenseurs de la gastronomie à l'origine de l'opération.

"On n'est pas un métier avec de grosses marges. Si on augmente (les coûts de l'énergie, ndlr) de trois ou quatre fois, à la fin de l'année ça ne va pas passer", martèle-t-il.

Et ni "les banquiers", ni l'inflation n'aident à maitriser les coûts, ajoute le chef. Quant aux aides annoncées par l'Etat, "la moitié des copains se sont vu répondre qu'ils ne rentraient pas dans les clous", a-t-il déploré auprès de l'AFP.

Mardi soir, les participants à l'opération éteindront les lumières et les clients seront éclairés à la bougie, une action qui reste "symbolique", souligne Christophe Marguin.

Une quarantaine de restaurateurs ont déjà fait part de leur intention d'y participer. Une initiative saluée par la branche départementale de l'Umih, principal syndicat de la restauration.

"Tout le monde a des factures qui vont augmenter. Au minimum c'est du x2, du coup c'est des choix à faire", entre investissements repoussés, augmentations de salaire ou recrutements en suspens, explique Thibault Salvat, président de la branche restauration de l'Umih du Rhône.

"Le problème c'est que c'est une accumulation de choses depuis le Covid", déplore-t-il.

Des représentants de la restauration avaient été reçus début janvier au ministère de l'Economie. Ils réclamaient déjà "la fixation d'un tarif de référence de l'électricité et du gaz, réglementé et encadré" et la simplification du dispositif d'aides mis en place par le gouvernement, perçu comme "une usine à gaz".


En Arabie saoudite, la KAUST repousse les limites des possibilités de l'IA générative

Cette photo publiée sur le compte Facebook de la KAUST montre une vue aérienne de l'Université du roi Abdallah pour la science et la technologie à Thuwal. (Photo KAUST)
Cette photo publiée sur le compte Facebook de la KAUST montre une vue aérienne de l'Université du roi Abdallah pour la science et la technologie à Thuwal. (Photo KAUST)
Short Url
  • Le lancement du Centre d'excellence de l'Université du roi Abdallah pour la science et la technologie a été annoncé le 1er juillet.
  • Ce centre a pour objectif de trouver des solutions alignées sur les quatre domaines prioritaires nationaux définis dans la Vision 2030 de la RDIA du Royaume.

RIYADH : En Arabie saoudite, l'Université des sciences et technologies du roi Abdallah se joint à la course mondiale à l'intelligence artificielle en accélérant la recherche et le développement de l'IA générative grâce à des modèles qui s'alignent sur la Vision 2030 de l'Autorité pour le développement de la recherche et de l'innovation du Royaume.

"La technologie de l'IA générative (GenAI) est en passe de transformer tous les aspects de notre civilisation, et elle a déjà commencé à le faire. Elle sera au cœur du développement futur de (l'Arabie saoudite), avec une pléthore d'applications dans les soins de santé, l'industrie, l'énergie, la durabilité et le divertissement, parmi beaucoup d'autres", a déclaré à Arab News Bernard Ghanem, président du Centre d'excellence en IA générative à la KAUST.

La KAUST a annoncé le 1er juillet le lancement de son Centre d'excellence sur l'IA générative, qui entend être le premier centre de recherche, de développement et d'innovation pour les technologies d'avant-garde de l'IA générative visant à relever les défis les plus urgents auxquels sont confrontés le Royaume et le monde.

Ce nouveau centre d'excellence sur l'IA générative vise à devenir le premier centre de recherche, de développement et d'innovation pour la technologie d'avant-garde de l'IA générative dans le Royaume. (Photo KAUST)
Ce nouveau centre d'excellence sur l'IA générative vise à devenir le premier centre de recherche, de développement et d'innovation pour la technologie d'avant-garde de l'IA générative dans le Royaume. (Photo KAUST)

"Le KAUST GenAI CoE repoussera les limites de ce qui est possible avec la GenAI, en termes de capacités techniques, d'applications et d'impact sur le monde réel", a déclaré M. Ghanem.

"Nous pensons que le centre d'excellence jouera un rôle majeur en stimulant et en accélérant le paysage de la GenAI dans le Royaume et dans le monde entier, ce qui conduira à une explosion de nouveaux modèles avec des applications réelles dans les quatre secteurs de R&D prioritaires nationaux identifiés par le Royaume."

La mission de KAUST est de permettre la recherche et le développement par le biais de modèles de GenAI pour trouver des solutions alignées sur les quatre secteurs prioritaires nationaux décrits dans la Vision RDIA 2030 du Royaume : santé et bien-être ; durabilité et besoins essentiels ; énergie et industrie ; et économies du futur.

"Tout au long de son existence, le centre d'excellence GenAI travaillera avec des partenaires du Royaume et du monde entier pour identifier les défis spécifiques à relever dans chacun des quatre piliers de la RDI", a déclaré M. Ghanem.

Bernard Ghanem, président du Centre d'excellence en IA générative à la KAUST. (Photo KAUST)
Bernard Ghanem, président du Centre d'excellence en IA générative à la KAUST. (Photo KAUST)

Il a présenté les stratégies du KAUST GenAI CoE pour l'utilisation de la GenAI dans les domaines de recherche et de développement prioritaires du Royaume.

En ce qui concerne la santé et le bien-être, le centre a pour objectif de développer un modèle de base multimodal de la GenAI conçu pour l'analyse d'images cliniques, ainsi que d'établir un pipeline de conception et de développement de médicaments basé sur la GenAI pour la population arabe.

Dans le cadre du développement durable, le centre d'excellence KAUST GenAI travaille à l'élaboration de modèles de base GenAI pour les données d'observation de la Terre à partir de données satellitaires, ainsi qu'à l'utilisation de ces modèles de base pour la compréhension de l'observation de la Terre, en mettant l'accent sur des cas d'utilisation spécifiques tels que l'informatique agricole, l'évaluation des écosystèmes, les prévisions météorologiques et les prédictions.

En ce qui concerne l'énergie et les industries, M. Ghanem a expliqué que le centre d'excellence développait et se spécialisait dans les modèles de base GenAI dans le domaine de la chimie.

KAUST’s mission is to enable GenAI research and development to find solutions on health and wellness, sustainability and essential needs, energy and industrials, and economies of the future. (Shutterstock image)
KAUST’s mission is to enable GenAI research and development to find solutions on health and wellness, sustainability and essential needs, energy and industrials, and economies of the future. (Shutterstock image)

Le centre utilise "des modèles de base pour l'optimisation des réactions chimiques (c'est-à-dire la découverte de la configuration chimique optimale pour une réaction afin de produire les meilleurs résultats) et la découverte et la synthèse de matériaux avancés (c'est-à-dire la combinaison de modèles GenAI avec un laboratoire de chimie robotisé automatisé pour accélérer considérablement la découverte dans le monde réel)".

Enfin, dans le cadre de sa mission visant à construire les économies du futur, le centre d'excellence GenAI développe et se spécialise dans les modèles GenAI multimodaux pour la transformation des entreprises et des gouvernements. Grâce à cela, il vise à créer des modèles GenAI pour le secteur de l'éducation, tels que le tutorat intelligent pour les étudiants et l'assistance aux enseignants.

M. Ghanem a déclaré que le travail dans le domaine de la GenAI s'étendait également à l'établissement de "modèles GenAI plus expressifs et plus efficaces pour la création de contenu visuel afin de soutenir l'industrie créative en pleine croissance, comme les médias sociaux, les jeux et les divertissements en général".

"Les perspectives de création de valeur massive de la GenAI sont étayées par des rapports récents qui prévoient que cette technologie ajoutera à l'économie mondiale un marché de plusieurs centaines de milliards d'USD d'ici 2030 et contribuera de manière significative au PIB de l'Arabie saoudite d'ici 2030", a déclaré M. Ghanem. 

Selon M. Ghanem, cette mission sera exécutée par le biais de trois piliers principaux : "L'innovation de modèles d'IA générique dotés des propriétés nécessaires à un déploiement omniprésent, efficace et digne de confiance, la spécialisation de ces modèles pour des solutions dans les quatre piliers de la RDIA ... et la réalisation de l'ambition du Royaume d'accélérer l'adoption de l'IA générique dans le Royaume en mettant l'accent sur la recherche translationnelle et le développement des talents." 

Avec les progrès de l'IA générique, de nouvelles préoccupations sont soulevées quant aux impacts sociétaux négatifs de la technologie, tels que la confidentialité des données, la durabilité environnementale et les disparités en termes de qualité et de couverture entre les régions et les cultures. 

Le CoE KAUST prévoit de répondre à ces préoccupations par le biais de ses projets de recherche sur la fiabilité de la GenAI, l'efficacité de la formation et de l'inférence, et le développement de modèles en langue arabe. 

M. Ghanem a souligné la mission de ces projets, qui consiste à "inaugurer la prochaine phase de l'évolution technologique de la GenAI, caractérisée par la fiabilité, l'internationalisation, le libre accès et la réduction de l'impact sur l'environnement". 

Le centre d'excellence GenAI a également l'intention de se concentrer sur l'impact positif des programmes de formation et de perfectionnement à la GenAI pour les chercheurs de la KAUST, les partenaires et le grand public. Grâce à ses initiatives de formation, le CoE espère remédier à la pénurie de talents dans le domaine de la GenAI en Arabie saoudite. 

Les participants au concours mondial d'intelligence artificielle pour les jeunes, qui s'est tenu à la KAUST à Thuwal l'année dernière, sont représentés sur une photo d'archive. La KAUST a souligné l'importance de ce type de concours pour encourager les jeunes à acquérir des compétences et des connaissances en matière d'intelligence artificielle. (SPA)
Les participants au concours mondial d'intelligence artificielle pour les jeunes, qui s'est tenu à la KAUST à Thuwal l'année dernière, sont représentés sur une photo d'archive. La KAUST a souligné l'importance de ce type de concours pour encourager les jeunes à acquérir des compétences et des connaissances en matière d'intelligence artificielle. (SPA)

Dans un communiqué de presse, le centre reconnaît qu'il faudra beaucoup plus en matière de formation, en particulier au niveau national, "pour avoir un impact significatif dans ce domaine". 

Interrogé sur les défis scientifiques, techniques et de formation continue à relever pour faire progresser le secteur saoudien de la GenAI, M. Ghanem a évoqué l'importance de "l'accès aux données à grande échelle, du développement des talents, de l'infrastructure matérielle de la GenAI et de l'investissement dans la GenAI". 

"L'écosystème de la GenAI dans le Royaume est jeune et florissant, et de nombreux progrès ont été réalisés jusqu'à présent. Cependant, plusieurs défis subsistent", a déclaré M. Ghanem. 

"On peut dire que l'une des principales raisons pour lesquelles les outils populaires de GenAI sont si performants actuellement est leur accès à des données à grande échelle pour l'entraînement et le réglage fin. L'accès à de tels volumes de données est crucial pour le développement futur de la GenAI dans le Royaume. Bien que des efforts soient en cours à cet égard en Arabie saoudite, il est possible de faire davantage pour ouvrir les données de diverses organisations et entités. 

La KAUST vise également à créer des modèles de GenAI pour le secteur de l'éducation, tels que le tutorat intelligent pour les étudiants et l'assistance aux enseignants. (Image Shutterstock)
La KAUST vise également à créer des modèles de GenAI pour le secteur de l'éducation, tels que le tutorat intelligent pour les étudiants et l'assistance aux enseignants. (Image Shutterstock)

Pour développer un environnement GenAI adéquat en Arabie saoudite, a déclaré M. Ghanem, il faudra un programme de développement des talents à grande échelle (c'est-à-dire la GenAI pour les masses). Cela comprend l'accès à l'enseignement supérieur dans ce domaine, mais surtout, cela repose sur des programmes de formation à court terme et ciblés qui enseignent les éléments essentiels du développement de la GenAI à des non-experts". 

Ghanem estime qu'il ne suffit pas d'avoir accès à des données à grande échelle et à des talents locaux assez importants pour que l'écosystème de la GenAI soit florissant. 

"L'accès à des accélérateurs matériels spécialisés (par exemple, des GPU haut de gamme) est primordial pour l'entraînement à grande échelle et l'inférence de masse de la GenAI. Malheureusement, sans un accès suffisant à cette infrastructure matérielle, les progrès seront freinés et l'écosystème ne progressera pas et n'aura pas d'impact en temps voulu", a-t-il déclaré.

En ce qui concerne l'investissement dans la GenAI, M. Ghanem a expliqué qu'un investissement sain dans ce secteur pour des technologies et des solutions commerciales locales et internationales compétitives est essentiel pour que l'écosystème de la GenAI soit prospère et autosuffisant. 

"Bien que des efforts soient actuellement déployés à cet égard, des efforts plus concertés peuvent être déployés pour relever ce défi dans un domaine qui évolue aussi rapidement et constamment", a-t-il déclaré. 
Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dossier Startup - L'activité de capital-risque dans la région MENA est marquée par des financements, des expansions et des collaborations

Le PDG de l'ISSF, Mohammed Al Muhtaseb, et Noor Sweid, associé gérant de Global Ventures, signent un accord de financement.( Fournie par l'ISSF)
Le PDG de l'ISSF, Mohammed Al Muhtaseb, et Noor Sweid, associé gérant de Global Ventures, signent un accord de financement.( Fournie par l'ISSF)
Short Url
  • Des investissements percutants, des expansions stratégiques et des initiatives de collaboration aident divers secteurs à connaître une croissance et une innovation significatives. 
  • Les données révèlent que malgré l'augmentation du nombre d'investisseurs, seulement 768 millions de dollars de financement ont été versés aux startups régionales, soit une baisse de 34 % par rapport à l'année précédente.   

Le CAIRE : De l'obtention de diplômes dans le cadre de programmes d'accélération à l'augmentation des financements dans le domaine de la fintech, en passant par l'entrée sur le marché et les partenariats technologiques, le paysage des startups dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord est en train de connaître une évolution dynamique.

Des investissements percutants, des expansions stratégiques et des initiatives de collaboration aident divers secteurs à connaître une croissance et une innovation significatives. 

Le Raya FutureTECH égyptien achève son premier programme d'accélération 

Quelques-uns des diplômés du programme d'accélération (Fournie)
Quelques-uns des diplômés du programme d'accélération (Fournie) 

Raya FutureTECH, la branche innovation de Raya Holding en Égypte, a conclu avec succès son premier programme d'accélération en collaboration avec la GIZ.  

La journée de démonstration, qui s'est tenue au Caire, a marqué la remise des diplômes à la première cohorte de 13 startups, dont Arzaq Masr, Cultivaet et Accounting Club, ainsi que Meta Egypt, BUS14 et Credify.

Jadeed, Wfrley et PlanQ ont également terminé le programme, tout comme Tatbeek, Holiday Homes Service Co, H.E Rental et WhereApp.  

Les lauréats bénéficieront d'un soutien et d'un financement supplémentaires pour poursuivre le développement de leurs solutions. 

Clara Samman, responsable principale du programme Raya FutureTECH, a donné un aperçu des objectifs et des réalisations du programme.  

"Ce programme a été conçu pour fournir aux fondateurs les ressources, la formation et le mentorat dont ils ont besoin pour se développer. Grâce à des consultations individuelles avec des experts de Raya, à des ateliers et à des connexions avec notre réseau, nous leur avons fourni les outils nécessaires à leur réussite", a-t-elle déclaré.  

La société émiratie Maalexi obtient une dette à risque d'un million de dollars auprès de Stride Ventures 

La fintech agricole Maalexi, basée aux Émirats arabes unis, a levé 1 million de dollars en dette à risque auprès de Stride Ventures, selon un rapport d'Abu Dhabi SME Hub.  

Fondée en 2021 par Azam Pasha et Rohit Majhi, Maalexi facilite l'accès direct au commerce transfrontalier pour les petites entreprises alimentaires et agroalimentaires grâce à sa plateforme dynamique de gestion des risques.  

Cet investissement vise à accélérer les plans de croissance de Maalexi et à renforcer ses capacités opérationnelles afin d'améliorer l'efficacité de l'approvisionnement et de la distribution des produits alimentaires et agroalimentaires dans la région. 

Pasha, le PDG de l'entreprise, a souligné l'impact de ce financement sur l'expansion de l'entreprise.  

"Cette levée de fonds auprès de Stride Ventures améliorera considérablement notre capacité à acquérir de nouveaux utilisateurs et à développer nos opérations, ce qui renforcera notre position en tant que plateforme numérique de gestion des risques pour les petites et moyennes entreprises engagées dans le commerce transfrontalier", a-t-il déclaré.

Le dirigeant a ajouté que les fonds seraient utilisés pour déployer des "solutions technologiques de pointe" qui rationalisent le mouvement des marchandises dans les entrepôts et les transporteurs locaux et internationaux de l'entreprise.

L'ISSF jordanien investit 5 millions de dollars dans le Global Ventures' Fund III 

Le fonds jordanien pour les startups et les PME innovantes a investi 5 millions de dollars dans le fonds III de Global Ventures.  

Fondé en 2018 par Noor Sweid, Global Ventures est une société de capital-risque axée sur les séries A et les marchés émergents, qui gère 300 millions de dollars d'actifs et investit dans des fondateurs motivés par leur mission dans toute la région MENA.  

L'ISSF, créé en 2017 par la Banque mondiale et la Banque centrale de Jordanie, soutient les startups jordaniennes par le biais d'investissements directs et de fonds de capital-risque. 

Mohammed Al-Muhtaseb, PDG de l'ISSF, s'est montré optimiste quant à cette collaboration, la décrivant comme s'alignant sur la "vision" de l'entreprise pour l'écosystème jordanien, qui comprend la capitalisation sur les talents locaux. 

"Nous sommes heureux d'accueillir Global Ventures Fund III dans notre portefeuille de fonds. Ils ont fait preuve d'une grande confiance dans l'écosystème jordanien, ayant investi dans plusieurs entreprises jordaniennes dans le cadre de fonds précédents", a-t-il ajouté.

Hala, entreprise des Émirats arabes unis, s'implante sur le marché égyptien grâce à un partenariat avec MwaslaTech 

Khaled Nuseibeh, PDG de Hala, et Yasser Sedky, PDG de MwaslaTech, signent l'accord.( Fournie)
Khaled Nuseibeh, PDG de Hala, et Yasser Sedky, PDG de MwaslaTech, signent l'accord.( Fournie)

La société de mobilité Hala, basée aux Émirats arabes unis, a annoncé son entrée sur le marché égyptien grâce à un partenariat avec MwaslaTech.  

Hala, créée en 2019 par une coentreprise entre Careem et l'Autorité des routes et des transports de Dubaï, a signé un protocole d'accord avec MwaslaTech, un fournisseur de solutions de transport intelligent et de mobilité partagée.  

Hala a pour objectif d'introduire une solution de taxi électronique et de tirer parti des technologies de pointe pour améliorer l'expérience de voyage en Égypte, en particulier dans les nouvelles villes telles que la nouvelle capitale administrative. 

Khaled Nuseibeh, PDG de Hala, a souligné l'importance stratégique de cette expansion.  

"C'est un moment de fierté pour nous tous chez Hala, alors que nous poursuivons de nouvelles et passionnantes opportunités au-delà des Émirats arabes unis pour la première fois et que nous entamons notre ambitieuse expansion dans la région MENAT", a déclaré M. Nuseibeh.  

"Nous sommes heureux de nous associer à un leader de confiance du secteur, MwaslaTech, pour cette nouvelle étape cruciale de notre croissance. Notre expérience et notre réputation de fiabilité aux Émirats arabes unis nous permettront de fournir des solutions de transport de premier ordre en Égypte", a-t-il ajouté. 

Startup Grind au Qatar s'associe à Builder.ai pour soutenir les startups locales 

La communauté de startups Startup Grind Qatar s'est associée à la société britannique Builder.ai, une plateforme logicielle composable alimentée par l'IA, pour renforcer numériquement les entreprises et les entrepreneurs locaux. 

Grâce à cette collaboration, les startups basées au Qatar auront accès à la plateforme et à l'expertise de Builder.ai, ce qui leur permettra de rationaliser leurs processus de développement, d'accélérer la mise sur le marché et de développer efficacement leurs activités. 

Varghese Cherian, directeur des revenus de Builder.ai, s'est montré enthousiaste à propos de ce partenariat. 

"Nous sommes ravis de joindre nos forces à celles de Startup Grind Qatar pour donner aux startups locales les outils et les ressources dont elles ont besoin pour réussir sur le marché concurrentiel d'aujourd'hui", a déclaré Cherian. 

"Chez Builder.ai, nous nous engageons à soutenir l'esprit d'entreprise et à encourager l'innovation, et ce partenariat illustre notre volonté de favoriser la transformation numérique et la croissance au sein de la communauté des startups du Qatar", a-t-il ajouté. 

Le paysage du capital-risque dans la région MENA enregistre une augmentation de 33 % du nombre d'investisseurs : MAGNiTT   

Le nombre d'investisseurs dans l'écosystème du capital-risque au Moyen-Orient et en Afrique du Nord a connu une augmentation annuelle de 33 % au cours du premier semestre 2024, révèlent de nouvelles données.  

Selon un rapport de la plateforme de données sur le capital-risque MAGNiTT, l'amélioration du sentiment a stimulé une augmentation de 130 % du nombre de fonds lancés dans la région MENA au cours de cette période.   

Les données révèlent que malgré l'augmentation du nombre d'investisseurs, seulement 768 millions de dollars de financement ont été versés aux startups régionales, soit une baisse de 34 % par rapport à l'année précédente.   

Le nombre total d'opérations a atteint 211, soit une baisse de 18 % par rapport au premier semestre de l'année, tandis que les sorties ont chuté de 63 % pour atteindre seulement 10.     

Le commerce électronique a été le secteur le plus financé avec 244 millions de dollars de fonds, tandis que la fintech a été l'industrie de choix en termes de nombre d'accords.  

Sanabil Investments du Fonds d'investissement public a été l'investisseur le plus actif dans la région avec 57 millions de dollars de capital déployé.    

Les startups saoudiennes ont obtenu le plus grand nombre de financements au cours du premier semestre avec 412 millions de dollars, suivies par les Émirats arabes unis avec 225 millions de dollars et l'Égypte avec 86 millions de dollars. Cependant, tous ces marchés ont connu une baisse de 7, 19 et 75 %, respectivement.     

Le Maroc et le Koweït ont rejoint la liste des cinq premiers marchés avec respectivement 17 et 14 millions de dollars.     

En termes de nombre de transactions, les Émirats arabes unis sont en tête de liste avec 83 transactions, soit une augmentation annuelle de 11 %. L'Arabie saoudite suit avec 63 transactions, soit une baisse de 3 %, l'Égypte avec 28 transactions, soit une baisse de 15 %, et le Maroc et le Bahreïn avec 10 et 7 transactions, respectivement.    

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 

 


L'Arabie saoudite prend son envol: Une ascension fulgurante dans le ciel du Moyen-Orient

Le trafic passagers en Arabie saoudite s’est envolé de 17% au premier semestre 2024. (SPA)
Le trafic passagers en Arabie saoudite s’est envolé de 17% au premier semestre 2024. (SPA)
Short Url
  • Les vols bondissent de 12% et le fret aérien de 41%, selon l’autorité de l’aviation
  • Les aéroports et compagnies aériennes saoudiens raflent les prix d'excellence mondiaux

RIYAD : Dans une démonstration éclatante de sa montée en puissance dans le secteur aéronautique, l’Arabie Saoudite a enregistré une croissance spectaculaire de 17% de son trafic passager au premier semestre 2024, atteignant le chiffre vertigineux de 62 millions de voyageurs, contre 53 millions à la même période l’année précédente, a rapporté vendredi l'Agence de presse saoudienne.

Cette performance remarquable s’accompagne d’une hausse de 12% du nombre de vols, culminant à 446,000 mouvements aériens, d’après les statistiques publiées par l’Autorité Générale de l'Aviation Civile (GACA). Plus impressionnant encore, le fret aérien a bondi de 41%, avec un volume total de 606,000 tonnes traitées, pulvérisant les 430,000 tonnes enregistrées un an plus tôt.

Le royaume ne se contente pas de croître, il brille sur la scène internationale. Pas moins de 16 aéroports saoudiens ont décroché l’accréditation de qualité de service du Conseil International des Aéroports (ACI) pour 2024. 

L’organisation Skytrax, référence mondiale du secteur, place désormais les aéroports saoudiens dans le top 50 mondial.

L'année dernière a vu trois des aéroports internationaux du Royaume se distinguer sur la scène mondiale, raflant des récompenses prestigieuses décernées par les agences de notation les plus respectées du secteur.

L’aéroport international Prince Mohammad bin Abdulaziz de Médine s’est notamment distingué comme le meilleur aéroport régional du Moyen-Orient lors des World Airport Awards de Skytrax à Francfort. 

King Abdulaziz International à Djeddah a raflé les meilleures notes de l’ACI, tandis que King Fahd International à Dammam a remporté un triplé aux Saudi Airports Awards 2023. Il a brillé dans trois catégories majeures, décrochant le titre convoité de meilleure installation dans la catégorie des 5 à 15 millions de passagers.  King Fahd International s’est également démarqué par son excellence en matière de contrôles douaniers, remportant le prix de la meilleure zone d'inspection. De même, il  a été salué pour la qualité de ses services aux personnes à mobilité réduite,

Les compagnies aériennes du royaume ne sont pas en reste. Saudia, le transporteur national, a été sacré compagnie la plus progressiste au monde par Skytrax, s’adjugeant également le titre de meilleur service de restauration en classe économique.

Flynas confirme sa position de leader régional dans le segment low-cost, se classant quatrième mondial pour la deuxième année consécutive. La compagnie aérienne  a également décrochée pour la septième année d’affilée, le titre de meilleure compagnie low-cost du Moyen-Orient.

« Ces réalisations exceptionnelles s’inscrivent dans le cadre de notre Stratégie Nationale pour le Secteur de l'Aviation Civile, » souligne le rapport. « L’objectif est clair: propulser l'industrie du transport aérien saoudien vers de nouveaux sommets, tant au niveau local que régional et international. »

« La stratégie vise à faire du Royaume le leader incontesté de l’aviation au Moyen-Orient d’ici 2030 », affirme le rapport. Les chiffres avancés donnent le tournis: 330 millions de passagers par an, une capacité de fret aérien portée à 4,5 millions de tonnes, et une connectivité aérienne reliant les aéroports saoudiens à pas moins de 250 destinations à travers le globe.

Le premier semestre 2024 a vu le lancement de projets audacieux: expansion de l'aéroport international Prince Mohammad bin Abdulaziz de Médine. 

L’aéroport international d’Al-Ahsa a fait peau neuve, bénéficiant d’un tout nouveau terminal international de départ à Taïf. De plus, une expérience de taxis autonomes a été menée pour la première fois pendant la saison du Hajj.

L'innovation est au rendez-vous avec l'octroi du premier permis d'utilisation de drones pour le nettoyage des bâtiments et l'installation de portiques électroniques à l’aéroport King Khalid de Riyad.

La GACA elle-même s'est illustrée en remportant deux médailles d’or  pour le meilleur service client et le meilleur centre de service public dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique, ainsi qu’un prix d'excellence pour la protection des droits des passagers et une certification pour la sécurité des vols et la durabilité environnementale.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com