Pourquoi Daech n’a toujours pas épuisé toutes ses forces malgré un déclin considérable en Irak

Des membres du Service antiterroriste irakien applaudissent en portant à l’envers le drapeau noir de Daech, avec la mosquée Al-Nouri détruite en arrière-plan, dans la vieille ville de Mossoul, le 2 juillet 2017. (AFP)
Des membres du Service antiterroriste irakien applaudissent en portant à l’envers le drapeau noir de Daech, avec la mosquée Al-Nouri détruite en arrière-plan, dans la vieille ville de Mossoul, le 2 juillet 2017. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 22 mars 2023

Pourquoi Daech n’a toujours pas épuisé toutes ses forces malgré un déclin considérable en Irak

  • Seuls trois incidents ont été attribués à Daech au cours de la première semaine de mars, contre huit lors de la dernière semaine de février
  • Daech a envahi le nord de l’Irak en 2014 après avoir pris pied en Syrie au milieu du chaos qui découlait de la guerre civile brutale qui sévissait dans le pays

ERBIL (Kurdistan): Après avoir contrôlé environ un tiers du pays à l’apogée de sa puissance, y compris plusieurs grandes villes et champs pétrolifères, l’organisation terroriste Daech, en Irak, semble en phase terminale de déclin.

Incapable d’attirer de nouvelles recrues pour consolider ses effectifs en baisse ou de mener des offensives importantes, le groupe qui avait proclamé en 2014 son propre «califat» ressemble aujourd’hui à une force épuisée – du moins en Irak.

Le 12 mars, le général irakien Qaïs al-Mohamadawi a révélé que Daech compte encore environ cinq cents militants actifs dans le pays. Cependant, il souligne que ces derniers sont confinés dans des zones désertiques et des montagnes isolées et qu’ils ont perdu leur «aptitude à attirer de nouvelles recrues».

Le lendemain, la coalition dirigée par les États-Unis a expliqué sur Twitter que les réseaux de Daech «restent sous pression intense». Les forces de sécurité irakiennes et les peshmerga kurdes «ont éliminé du champ de bataille au moins cinquante-cinq personnes» parmi les militants pour le seul mois de février.

Joel Wing, auteur du blog Musings on Iraq («Réflexions sur l’Irak»), suit de près les incidents de sécurité attribués à Daech dans ce pays. Selon lui, ceux qui ont été enregistrés depuis le début du mois de mars rappellent que l’organisation est en pleine «agonie en Irak» et que le groupe est «à peine actif dans le pays».

Seuls trois incidents ont été attribués à Daech au cours de la première semaine de mars, contre huit lors de la dernière semaine de février. De plus, depuis le début de 2023, huit semaines sur neuf ont été témoins de moins de dix incidents de sécurité, ce qui, selon M. Wing, perpétue une tendance qui a commencé en 2022.

PHOTO
Un combattant irakien fait le signe de la victoire au sommet d’un véhicule armé dans le village d’Albu Ajil, à Tikrit, le 8 mars 2015, lors d’une opération militaire qui visait à reprendre le contrôle de la région aux militants de Daech. (AFP)

«Je ne crois pas qu’on assistera à une renaissance de Daech de sitôt», déclare M. Wing à Arab News en utilisant un autre nom pour désigner le groupe. «Ils ont eu cinq ans pour se remettre de leur défaite à Mossoul et tous les signes indiquent que le groupe s’affaiblit, et non qu’il devient plus fort.»

Mossoul est la deuxième ville d’Irak et le plus grand centre urbain que le groupe a annexé à son prétendu califat, qui, à l’apogée de son pouvoir, au milieu des années 2010, couvrait environ un tiers de l’Irak et un tiers de la Syrie.

Les forces irakiennes ont repris Mossoul avec le soutien de la coalition dirigée par les États-Unis en juillet 2017, après des mois de combats intenses. L’Irak a déclaré la victoire sur le groupe en décembre de cette année.

Ayant perdu son califat territorial, Daech a organisé une insurrection à partir de redoutes rurales et montagneuses. Pendant des années, on a craint que le groupe ne revienne à son statut d’avant 2014 en tant que menace insurrectionnelle et reprenne un jour des pans entiers de territoire.

Il semblerait désormais que cette perspective désastreuse soit lointaine.

«Ils n’ont pas été en mesure de recruter beaucoup de nouveaux Irakiens pour leur cause», ajoute M. Wing. «Leurs principales activités sont d’essayer de faire passer clandestinement des membres de leur groupe et leurs familles de Syrie en Irak ainsi que de protéger les zones rurales qu’ils contrôlent. Il n’y a pratiquement pas d’opérations offensives et elles sont complètement absentes des centres urbains irakiens.»

En outre, même s’il est possible que Daech continue ainsi pendant des années, puisqu’il y a peu de monde et une présence gouvernementale minimale dans les zones où ils opèrent, M. Wing dit que ses membres auront «peu ou pas d’effet sur l’Irak».

Michael Knights, chercheur au département Jill and Jay Bernstein du Washington Institute for Near East Policy, pense que deux scénarios différents peuvent se dérouler.

«Si les tendances actuelles se poursuivent, Daech se dirige dans la même direction que les groupes terroristes algériens – désintégration en gangs criminels, incapacité à déstabiliser le pays et attentats terroristes occasionnels très vite oubliés», explique-t-il à Arab News, utilisant un autre acronyme pour désigner Daech.

«La question est de savoir si le gouvernement irakien va politiser les forces de sécurité et adopter un programme sectaire comme entre 2011 et 2014, redonnant ainsi vie à Daech», soutient-il.

Le gouvernement de l’ancien Premier ministre Nouri al-Maliki avait adopté un tel programme après que les États-Unis ont retiré leurs dernières troupes d’Irak en 2011. Par conséquent, lorsque Daech est entré à Mossoul en juin 2014, les Forces de sécurité irakiennes (FSI) n’ont pas combattu, même si elles étaient largement plus puissantes en termes d’effectifs.

PHOTO
La mosquée Al-Nouri détruite, dans la vieille ville de Mossoul. (AFP)

Daech a envahi le nord de l’Irak en 2014 après avoir pris pied en Syrie au milieu du chaos qui découlait de la guerre civile brutale qui sévissait dans le pays. Si la situation sécuritaire dans l’est de la Syrie se détériore à nouveau, on redoute que cela redynamise les restes de Daech en Irak.

Après avoir visité des prisons qui détiennent des milliers de militants de Daech dans le nord-est de la Syrie au début du mois, le général Michael Kurilla, chef du commandement central de l’armée américaine, Centcom, met en garde contre la «menace imminente» que posent ces détenus.

«Entre les personnes emprisonnées en Syrie et en Irak, une véritable armée de l’État islamique est en détention», prévient-il dans un communiqué du Centcom. «Si ce groupe était libéré, il constituerait une grande menace au niveau régional et au-delà.»

Le camp d’Al-Hol, dans l’est de la Syrie, abrite également des dizaines de milliers de proches de militants présumés de Daech. Environ la moitié de ces personnes sont des citoyens irakiens.

En janvier 2022, des détenus de Daech de la prison de Ghwayran, dans la ville de Hassaké, au nord-est de la Syrie, se sont révoltés, agissant de manière coordonnée avec une tentative extérieure pour les libérer. Cet événement a donné lieu à dix jours de combats acharnés avec les forces de sécurité dirigées par les Kurdes. Daech aurait préparé des manœuvres similaires pour le camp d’Al-Hol.

«Faire sortir les gens d’Al-Hol et les faire entrer en Irak est une priorité majeure puisqu’ils n’ont pas été en mesure de rallier beaucoup de nouvelles personnes à leur cause en Irak», poursuit M. Wing. «Ils comptent donc sur le fait de faire sortir leurs membres actuels du camp syrien pour essayer de renforcer leur nombre, mais cela n’a pas du tout renforcé leurs capacités.»

Ryan Bohl, analyste principal pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord au sein de la société de renseignement sur les risques Rane, souligne l’importance de rappeler le contexte dans lequel Daech a initialement émergé afin de «mieux comprendre les conditions qui lui permettraient de revenir à l’avenir».

«Daech a émergé dans un contexte de vide politique d’abord causé par l'invasion américaine de l’Irak, puis par la guerre civile syrienne qui a commencé en 2011», explique M. Bohl dans un entretien accordé à Arab News. «Il a pu mieux développer et exploiter les griefs locaux au profit de son programme radical lorsque ses rivaux étaient divisés et lorsqu’il n’était pas le centre d’attention d’une puissance majeure comme les États-Unis, la Turquie ou la Russie.»

«Aujourd'hui, l’Irak, malgré de profonds dysfonctionnements politiques et de la violence, n’est pas aussi divisé qu’il l’était lors de la préparation de l’intervention militaire contre Daech en Irak, en 2014. La guerre civile en Syrie s’est stabilisée, leur laissant peu de place pour se développer là-bas également.»

Néanmoins, éradiquer complètement un groupe comme Daech restera une tâche difficile, voire impossible, pour les autorités irakiennes.

«Il y aura toujours le recrutement en ligne et des griefs localisés qui peuvent se transformer en petites cellules ou en attaquants individuels radicalisés», précise M. Bohl. «Le contrat social de l’Irak reste également fracturé, et avant qu’il n’y ait un consensus fort et durable au pouvoir, le radicalisme de tous bords trouvera toujours sa place.»

PHOTO
«Entre les personnes emprisonnées en Syrie et en Irak, une véritable armée de l’État islamique est en détention», prévient le général Michael Kurilla, chef du commandement central américain. (Photo fournie)

L’analyste considère que la Syrie est l’endroit le plus probable à partir duquel Daech pourrait réapparaître dans la région. Cependant, il faudrait d’abord qu’il y ait un changement stratégique comme un retrait américain ou un vide politique causé par le fait que Damas rétablisse de force sa domination sur la région.

«Dans ces conditions, il deviendrait possible pour Daech de reprendre des initiatives dans ce domaine et de se servir du nord-est de la Syrie pour attaquer l’Irak», explique-t-il.

«Cependant, il ne faut pas totalement exclure la possibilité que Daech puisse ressurgir en Irak, en particulier si les problèmes politiques y deviennent graves au point de raviver une guerre confessionnelle.»

«Dans ces circonstances [peu probables], Daech aurait une fois de plus la possibilité de rétablir le contrôle territorial en Irak, même si la Syrie restait stable.»

M. Knights souligne également que toute chance de résurgence réussie de Daech en Irak dépend de la gestion par Bagdad de ses forces de sécurité.

«La Syrie est comparable à un congélateur dans lequel Daech peut hiberner en attendant le printemps en Irak», renchérit-il. «Si le gouvernement irakien gère mal le dossier de la sécurité, alors une pollinisation transfrontalière pourrait recommencer.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.co


Abderrahmane al-Sudais dévoile le plan le plus important jamais établi par la présidence des Affaires religieuses pour la saison du Hajj

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, a dévoilé le plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. (Photo fournie)
Short Url
  • Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence
  • Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj

LA MECQUE: La présidence des Affaires religieuses de la Grande Mosquée et de la mosquée du Prophète a dévoilé jeudi son plan opérationnel pour la saison du Hajj 2024. 

Le cheikh Abderrahmane al-Sudais, président des Affaires religieuses, l’a décrit comme étant le plan opérationnel religieux le plus important jamais établi par la présidence. Ce plan est axé sur le service aux pèlerins, l’enrichissement de leur expérience religieuse, la création d’une ambiance de dévotion et la mise en place de cent vingt initiatives d’enrichissement religieux pendant la saison du Hajj. 

Dans son discours d’ouverture lors de l’inauguration du plan, qui s’est déroulée au siège de la présidence à La Mecque, le cheikh Al-Sudais a affirmé que «le plan de cette année était le plus important depuis la création de la présidence avec ses spécialisations purement religieuses». 

Il explique que ce plan est le fruit des efforts des équipes de la présidence en matière de préparation, de planification et d’étude, ainsi que des réalisations des saisons précédentes. Le plan est conçu en harmonie et en intégration avec les différentes agences opérant dans les deux Saintes Mosquées, qui collaborent et coopèrent avec la présidence pour servir les pèlerins. 

Selon lui, le plan pour la saison 2024 du Hajj se focalise sur divers moyens d’enrichissement religieux, notamment de nombreux événements et des centaines de programmes religieux englobant des leçons scientifiques et d’orientation. 

Le cheikh Al-Sudais indique que le plan de la présidence pour cette année est consacré à la promotion du bénévolat et du travail humanitaire, reconnaissant les deux Saintes Mosquées comme des environnements attrayants pour de tels efforts. Cet objectif repose sur les valeurs religieuses et saoudiennes, qui accordent une grande importance à la générosité et l’hospitalité. 

Ce plan comprend également un axe numérique qui a pour but d’améliorer l’expérience numérique religieuse présentée par les deux Saintes Mosquées, notamment en intégrant les services numériques religieux, en investissant dans la technologie et l’intelligence artificielle, et en utilisant des applications et des médias numériques. Des initiatives religieuses spécifiques seront mises en œuvre afin de parvenir à un leadership numérique et d’éliminer les barrières de l’espace et du temps grâce à ces applications. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La CIJ ordonne à Israël de stopper «immédiatement» son offensive militaire à Rafah

Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Le juge Nawaf Salam, président de la Cour internationale de Justice (CIJ), préside la Cour internationale de Justice (CIJ), lors d'un arrêt sur la demande de l'Afrique du Sud d'ordonner l'arrêt de l'offensive israélienne de Rafah à Gaza dans le cadre d'une affaire plus vaste portée devant le tribunal basé à La Haye par l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide, à La Haye. (Reuters)
Short Url
  • La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah
  • La CIJ a demandé la «libération immédiate et inconditionnelle» des otages retenus à Gaza

LA HAYE: La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah, une décision susceptible d'ajouter à la pression internationale en faveur d'une trêve après plus de sept mois de guerre.

Israël doit "arrêter immédiatement son offensive militaire, et toute autre action menée dans le gouvernorat de Rafah, qui serait susceptible d'infliger au groupe des Palestiniens de Gaza des conditions d'existence capables d'entraîner sa destruction physique ou partielle", a déclaré la Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye.

La cour a aussi ordonné à Israël de maintenir le passage de Rafah ouvert pour permettre un accès "sans restriction" à l'aide humanitaire.

La juridiction a également appelé à la libération immédiate des personnes prises en otages par le Hamas lors de son attaque du 7 octobre contre Israël.

Les ordonnances de la CIJ, qui tranche les différends entre États, sont juridiquement contraignantes mais elle n'a aucun moyen de les faire respecter.

Israël avait affirmé devant la cour qu'un cessez-le-feu imposé permettrait aux combattants du Hamas de se regrouper, et rendrait impossible la libération des otages pris lors de l'attaque du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre.

La décision de la CIJ intervient quelques jours après une demande historique du procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Karim Khan a demandé des mandats d'arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, son ministre de la Défense et trois dirigeants du Hamas, pour des crimes présumés commis dans la bande de Gaza et en Israël.

L'Afrique du Sud a porté l'affaire devant la CIJ en décembre, affirmant que l'offensive d'Israël à Gaza violait la Convention des Nations unies sur le génocide de 1948.

La cour a ordonné en janvier à Israël de faire tout ce qui est en son pouvoir pour prévenir tout acte de génocide et permettre l'entrée de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Mais Pretoria s'est de nouveau tournée à plusieurs reprises vers la CIJ, arguant que la situation humanitaire désastreuse à Gaza obligeait la cour à prendre de nouvelles mesures d'urgence.

«Niveau horrible»

Pretoria a déclaré la semaine dernière devant la CIJ que "le génocide" commis par Israël avait atteint un "niveau horrible", évoquant notamment des fosses communes, des actes de torture et un blocage de l'aide humanitaire.

Il faudra des mois, voire des années, à la cour pour statuer sur l'affaire sur le fond portée par Pretoria - qui accuse Israël de "génocide" à Gaza - mais elle peut entretemps ordonner des mesures urgentes.

Cette affaire est "complètement déconnectée" de la réalité et est une "caricature" de la Convention des Nations unies sur le génocide qu'Israël est accusé d'avoir violée, a rétorqué Israël.

"Qualifier quelque chose de génocide, encore et encore, n'en fait pas un génocide. Répéter un mensonge ne le rend pas vrai", a déclaré devant la cour Gilad Noam, procureur général adjoint chargé des affaires internationales pour Israël.

Israël a également déclaré qu'il était "extrêmement conscient" des souffrances des civils dans la bande de Gaza et qu'il avait déployé "des efforts considérables" pour accroître l'aide humanitaire.

Le président américain Joe Biden a déclaré cette semaine que "ce qui se passe n’est pas un génocide".

La guerre fait rage entre Israël et le Hamas depuis une attaque sans précédent lancée le 7 octobre 2023 par des commandos du mouvement islamiste palestinien infiltrés de la bande de Gaza voisine dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes, selon l'armée.

La vaste offensive lancée en riposte par Israël a ravagé la bande de Gaza, où au moins 35.800 personnes ont été tuées, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement du territoire palestinien dirigé par le Hamas.


L'armée israélienne annonce avoir récupéré les corps de trois otages dans la bande de Gaza

Cette annonce intervient moins d’une semaine après que l’armée a déclaré avoir retrouvé les corps de trois autres otages israéliens tués le 7 octobre. (FILE/AFP)
Cette annonce intervient moins d’une semaine après que l’armée a déclaré avoir retrouvé les corps de trois autres otages israéliens tués le 7 octobre. (FILE/AFP)
Short Url
  • «Sur la base des renseignements recoupés en notre possession», tous trois «ont été assassinés lors du massacre du 7 octobre», a dit l'armée
  • Les trois corps ont été ramenés en Israël

JERUSALEM: L'armée israélienne a annoncé vendredi avoir récupéré les corps de trois otages retenus dans la bande de Gaza depuis l'attaque du mouvement islamiste Hamas sur le sol israélien le 7 octobre qui a déclenché la guerre dans le territoire palestinien.

"Les corps des otages (Chanan) Yablonka (Israélien, NDLR), Michel Nisenbaum (Israélo-Brésilien, NDLR), et Orion Hernandez (Radoux, Franco-Mexicain, NDLR) ont été récupérés dans la nuit lors d'une opération conjointe" de l'armée et de services de renseignements israéliens à Jabalia, dans le nord du territoire, a indiqué l'armée dans un communiqué.

"Sur la base des renseignements recoupés en notre possession", tous trois "ont été assassinés lors du massacre du 7 octobre" et leurs corps ont ensuite été pris par des hommes du Hamas et emmenés jusqu'à Gaza, ajoute l'armée. Les trois corps ont été ramenés en Israël.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé son "profond chagrin" après cette annonce. Le gouvernement a "l’obligation nationale et morale de faire tout (son) possible pour ramener (les) otages – ceux qui sont vivants et ceux qui sont décédés", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Quarante-troisième victime française du 7 octobre, Orion Hernandez Radoux, 32 ans, assistait au festival de musique Nova, dans le sud d'Israël, lorsque les combattants du Hamas ont attaqué.

Il était avec son amie Shani Louk, une Germano-Israélienne de 22 ans qui était ensuite apparue dans une vidéo sur les réseaux sociaux, allongée sur le ventre, apparemment inconsciente et à moitié dénudée, à l'arrière d'un pick-up dans la bande de Gaza. L'armée israélienne a annoncé le 17 mai avoir rapatrié son corps.

Le président français Emmanuel Macron a exprimé son "immense tristesse" après l'annonce du décès d'Orion Hernandez Radoux. "La France reste plus que jamais engagée pour la libération de tous les otages", a-t-il écrit sur X alors que deux otages français restent captifs à Gaza.

Fan de sport et de musique, Chanan Yablonka avait également été enlevé lors du festival. Divorcé et père de deux enfants, selon sa soeur Avivit, il avait décidé à la dernière minute de se rendre au festival avec quatre amis.

«Immense tristesse»

Sa soeur Avivit Yablonka a déclaré à l'AFP que lui et ses amis avaient tenté de s'enfuir en voiture. Les corps de ses quatre amis, dont celui de l'ancien footballeur international israélien Lior Assouline, ont été retrouvés et identifiés près du véhicule.

Mardi, Mme Yablonka avait confié à l'AFP "craindre une mauvaise nouvelle" à propos de son frère après l'annonce du rapatriement de plusieurs corps d'autres otages la semaine précédente.

Le matin du 7 octobre, Michel Nisenbaum (59 ans), habitant de Sderot, ville à la lisière de la bande de Gaza, était parti en voiture chercher sa petite-fille – dont le père est militaire – à la base militaire de Réïm. Il n'avait plus donné de nouvelles depuis. Il était au téléphone avec des membres de sa famille quand la ligne a été coupée. Par la suite, une voix parlant arabe avait répondu à un appel de l'une de ses filles.

De nationalité israélienne et brésilienne, Michel Nisenbaum est né à Niteroi, près de Rio de Janeiro, avant d'émigrer en Israël à l'âge de 12 ans. Il est divorcé et père de deux filles mariées.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a fait part sur X de "son immense tristesse". "Nous resterons engagés dans les efforts pour libérer tous les otages, et pour parvenir à un cessez-le-feu et à la paix pour les peuples d'Israël et de Palestine", écrit-il encore.

L'attaque du Hamas a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes du côté israélien, en majorité des civils tués le 7 octobre, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens. Sur les 252 personnes emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l’armée israélienne.

En représailles à l'attaque du 7 octobre, Israël a lancé une opération militaire qui a fait jusqu'ici 35.800 morts à Gaza, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.