Destruction d'un Coran au Danemark: Les pays arabes alertent sur la montée de l'islamophobie

En janvier, l'homme politique d'extrême droite Rasmus Paludan s'est adressé à ses partisans près de l'ambassade de Turquie à Copenhague (Photo, AFP)
En janvier, l'homme politique d'extrême droite Rasmus Paludan s'est adressé à ses partisans près de l'ambassade de Turquie à Copenhague (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 27 mars 2023

Destruction d'un Coran au Danemark: Les pays arabes alertent sur la montée de l'islamophobie

  • Des extrémistes avaient manifesté devant l'ambassade de Turquie en janvier
  • Les pays arabes appellent la communauté internationale à tenir les auteurs de crimes de haine responsables de leurs actes

DUBAÏ: L'Arabie saoudite a condamné la mise à feu d'un exemplaire du Coran et d'un drapeau turc par des extrémistes islamophobes au Danemark.

Le Royaume ainsi que la Jordanie, le Koweït et le Qatar ont dénoncé les actes extrémistes, les qualifiant de provocation à la haine contre les musulmans, notamment en période de Ramadan.

Le groupe antimusulman d'extrême droite Patrioterne Gar Live a diffusé sur Facebook des images de ses partisans brandissant des pancartes à contenu islamophobe et brûlant un exemplaire du Coran et un drapeau turc devant l'ambassade de Turquie à Copenhague.

Le ministère turc des Affaires étrangères a considéré l'incident comme un « crime de haine », refusant que de tels « actes ignobles soient autorisés sous le couvert de la liberté d'expression », a rapporté le journal turc Daily Sabah.

Le ministère a appelé les autorités danoises à poursuivre les responsables et à empêcher tout incident « qui menace l'harmonie sociale et la coexistence pacifique », a ajouté le journal.

Selon Sinan Majali, porte-parole du ministère jordanien des Affaires étrangères et des Expatriés, cet acte est une incitation à la haine et au racisme.

« Brûler le Saint Coran est un acte de haine grave et une preuve d'islamophobie qui incite à la violence et insulte les religions. Il ne peut en aucun cas être considéré comme une forme de liberté d'expression », a déclaré M. Majali dans un communiqué.

Ce communiqué exhorte les autorités danoises à empêcher que de tels actes, qui « attisent la haine et la violence et menacent la coexistence pacifique », ne se reproduisent.

Par ailleurs, le ministère des Affaires étrangères du Koweït a indiqué dans un communiqué que la mise à feu du Coran risquait d'indigner les musulmans dans le monde.

Il a appelé les autorités à tenir les auteurs responsables de leurs actes et à veiller à ce que « la liberté d'expression ne soit pas utilisée pour offenser l'islam ou toute autre religion ».

Le Qatar a également condamné « avec la plus grande fermeté » la destruction de l'exemplaire du Coran, mettant en garde contre l' « escalade dangereuse » des actes ciblant les musulmans.

Le ministère qatari des Affaires étrangères, a déclaré que brûler un exemplaire du Coran au nom de la liberté d'expression « menace les valeurs de la coexistence pacifique et témoigne d'une politique odieuse de deux poids, deux mesures ».

Il a ajouté que le Qatar condamnait « toute forme de discours haineux lié à la croyance, à la race ou à la religion », appelant la communauté internationale à « rejeter la haine, la discrimination, l'incitation et la violence, et à insister sur le respect des principes du dialogue et de la compréhension mutuelle ».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Soudan: Face au conflit, le patrimoine culturel du pays en péril

Le riche patrimoine culturel du Soudan risque de subir des dommages irréparables (Photo fournie).
Le riche patrimoine culturel du Soudan risque de subir des dommages irréparables (Photo fournie).
Short Url
  • Des archives d'une valeur inestimable ont déjà été ravagées par le feu et le pillage depuis le début du conflit, le 15 avril
  • Les experts craignent que des objets couvrant les six mille ans d'histoire du Soudan ne subissent le même sort que les antiquités syriennes

JUBA, Sud Soudan : Le riche patrimoine culturel du Soudan risque de subir des dommages irréparables en raison du conflit qui fait rage depuis plus d'un mois, les musées n'étant pas suffisamment protégés contre les pillards et les actes de vandalisme.

Les affrontements ont provoqué des souffrances et une misère généralisées, détruit les infrastructures et les biens, et déclenché une situation d'urgence humanitaire. Cependant, les deux factions en conflit, les Forces armées soudanaises (FAS) et les Forces paramilitaires de soutien rapide (FSR), continuent d'ignorer les appels au dialogue lancés par la communauté internationale.

Dernier fait inquiétant en date, des combattants des FSR ont pris le contrôle du musée national du Soudan dans la capitale, Khartoum, vendredi. Bien qu'ils aient assuré qu'aucun mal n'avait été fait et que des mesures avaient été prises pour protéger les objets, y compris des momies anciennes, il n'y a aucun moyen de vérifier ces affirmations.

Le musée abrite une collection variée de statues, de poteries, de peintures murales anciennes et d'objets datant de l'âge de pierre ainsi que des périodes chrétienne et islamique.

Un crâne d'éléphant exposé au Musée national d'histoire du Soudan (Photo fournie).

Le conflit a d'abord éclaté à Khartoum, mais s'est rapidement étendu à d'autres provinces et villes, faisant de nombreuses victimes. De nombreux accords de cessez-le-feu ont été annoncés et rapidement rompus. Près d'un million de personnes ont été déplacées.

Alors que les diplomates s'efforcent de ramener les belligérants à la table des négociations et que les agences d'aide déploient des moyens pour venir en aide aux personnes dans le besoin, les sites patrimoniaux et les collections anciennes du Soudan ne sont guère protégés contre le vol et la destruction.

«Le musée national du Soudan est devenu un champ de bataille», a déclaré à Arab News Khaled Albaih, caricaturiste politique soudanais et militant des droits civiques.

De la fumée s'élève dans le sud de Khartoum le 29 mai 2023, alors que les combats se poursuivent entre deux généraux rivaux au Soudan (Photo, AFP).

L'emplacement du musée – à proximité du siège des FAS à Khartoum – le rendait à la fois vulnérable aux dommages accidentels et difficile pour les responsables de garder ses collections.

«Le danger est d'autant plus grand que toute personne se trouvant à proximité des locaux est exposé à un danger immédiat, comme l'a tragiquement montré la mort par balle d'un étudiant universitaire», a déclaré Albaih

«Vandalisme»

Fondé en 1971, le musée est le plus grand du Soudan. Il abrite une vaste collection d'objets nubiens datant de plusieurs milliers d'années. Il offre un compte rendu complet de l'histoire captivante du Soudan, du paléolithique au néolithique, en passant par la culture Kerma et la Makourie médiévale.

Outre le musée national, le musée du palais présidentiel, qui retrace l'histoire moderne du Soudan, le musée ethnographique, créé en 1956 pour célébrer la diversité ethnique du pays, et le musée d'histoire naturelle du Soudan sont également menacés.

Sara A. K. Said, directrice du musée d'histoire naturelle, a récemment attiré l'attention du monde entier, via Twitter, sur le fait que les «musées soudanais sont désormais dépourvus de gardiens pour les protéger du pillage et du vandalisme».

Elle s'est particulièrement inquiétée du bien-être des animaux vivants conservés dans les collections du musée, qui comprennent plusieurs espèces de reptiles, d'oiseaux, de mammifères, de serpents et de scorpions à des fins de recherche, et qui sont maintenant confrontés à la négligence et à la famine.

L'entrée des combattants des FAS dans le musée national du Soudan a eu lieu quelques jours seulement après qu'un bâtiment situé à Omdurman, au nord-ouest de Khartoum, et abritant des archives comprenant des documents inestimables sur le passé colonial du Soudan, a été ravagé par le feu et les pillards.

Abritant quelque 200 pyramides – presque deux fois plus qu'en Égypte – et le légendaire royaume de Kush, le Soudan est l'un des réservoirs les plus précieux de la culture et de la civilisation humaines.

Si la communauté internationale ne fait pas pression sur les parties belligérantes pour qu'elles garantissent la préservation des artefacts historiques, les experts craignent que le conflit non maîtrisé n'efface six mille ans d'histoire soudanaise, en écho aux destructions subies par la Syrie au cours de la dernière décennie.

La guerre civile et l'insurrection concomitante de Daech ont dévasté des sites du patrimoine antique dans toute la Syrie, notamment les ruines monumentales de Palmyre et une grande partie du centre historique d'Alep. De nombreux objets pillés par les militants se sont retrouvés sur le marché noir.

Un photographe tenant sa photo du Temple de Bel prise le 14 mars 2014 devant les vestiges du temple historique après sa destruction par le groupe Daech en septembre 2015 dans la ville antique syrienne de Palmyre (Photo, AFP).

Christopher A. Marinello, avocat renommé pour son travail inlassable de récupération d'œuvres d'art pillées, a déclaré à Arab News que «les pilleurs déterrent des objets pour les vendre rapidement afin de survivre, souvent à une fraction de leur valeur réelle».

«Ces objets sont acheminés vers des pays tels que la Libye et la Turquie avant d'atteindre l'Occident», a-t-il déclaré, ajoutant que ce commerce illicite pourrait exacerber les problèmes de sécurité, car le produit de ces ventes pourrait finir par financer le terrorisme international.

Les agences internationales ont mis en place plusieurs mécanismes destinés à prévenir la destruction du patrimoine en temps de guerre.

«Avant tout conflit, il est essentiel de procéder à la documentation et au catalogage des sites culturels, en veillant à ce que des registres appropriés soient tenus», a déclaré à Arab News Bastien Varoutsikos, directeur du développement stratégique à la Fondation Aliph, un réseau qui se consacre à la protection du patrimoine culturel dans les zones de conflit.

La Fondation Aliph participe activement à divers projets au Soudan depuis 2020, protégeant notamment le site de Méroé, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, contre la menace des crues du Nil et des activités humaines.


Le prince héritier d’Arabie saoudite reçoit le président vénézuélien à Djeddah

Des responsables de haut rang saoudiens et vénézuéliens ont assisté à la réunion (Photo, SPA).
Des responsables de haut rang saoudiens et vénézuéliens ont assisté à la réunion (Photo, SPA).
Des responsables de haut rang saoudiens et vénézuéliens ont assisté à la réunion (Photo, SPA).
Des responsables de haut rang saoudiens et vénézuéliens ont assisté à la réunion (Photo, SPA).
Des responsables de haut rang saoudiens et vénézuéliens ont assisté à la réunion (Photo, SPA).
Des responsables de haut rang saoudiens et vénézuéliens ont assisté à la réunion (Photo, SPA).
Des responsables de haut rang saoudiens et vénézuéliens ont assisté à la réunion (Photo, SPA).
Des responsables de haut rang saoudiens et vénézuéliens ont assisté à la réunion (Photo, SPA).
Short Url
  • La réunion a passé en revue le renforcement de la coopération dans tous les domaines
  • Les relations bilatérales ont été abordées

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu le président vénézuélien Nicolás Maduro à Djeddah, a rapporté tôt mardi l'Agence de presse saoudienne.

La réunion a passé en revue les relations bilatérales et le renforcement de la coopération dans tous les domaines, en plus de discuter des questions d'intérêt mutuel.

De hauts responsables saoudiens et vénézuéliens y ont assisté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le secrétaire général du CCG rencontre le président tunisien

Jassem Alboudaiwi rencontre le président tunisien, Kais Saied, à Tunis (Photo fournie).
Jassem Alboudaiwi rencontre le président tunisien, Kais Saied, à Tunis (Photo fournie).
Short Url
  • Ils ont discuté des moyens de renforcer les relations entre le CCG et la Tunisie et d'intensifier la coopération sur des questions d'intérêt commun
  • Alboudaiwi a indiqué qu’un protocole d’accord avait été signé entre le CCG et le ministère tunisien des Affaires étrangères

TUNIS: Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, Jassem Alboudaiwi, a rencontré lundi le président tunisien, Kais Saied, au palais présidentiel de Carthage à Tunis.

Lors de la réunion, ils ont discuté des moyens de renforcer les relations entre le CCG et la Tunisie et d’intensifier la coopération sur les questions d’intérêt commun.

Alboudaiwi a indiqué qu’un protocole d’accord avait été signé entre le CCG et le ministère tunisien des Affaires étrangères, définissant les cadres de coopération et les domaines de collaboration.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com