L'ONU appelle à mettre fin à l’occupation israélienne et à la construction de colonies en Palestine

Ces appels émanent de la réunion trimestrielle du Conseil de sécurité consacrée à la situation en Palestine et à l’occupation des territoires palestiniens par les Israéliens. (Screenshot/UNTV)
Ces appels émanent de la réunion trimestrielle du Conseil de sécurité consacrée à la situation en Palestine et à l’occupation des territoires palestiniens par les Israéliens. (Screenshot/UNTV)
Short Url
Publié le Mercredi 26 avril 2023

L'ONU appelle à mettre fin à l’occupation israélienne et à la construction de colonies en Palestine

  • Au cours de leur réunion trimestrielle portant sur la situation en Palestine, les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur soutien à la solution à deux États
  • Selon le ministre palestinien des Affaires étrangères, les Israéliens continuent d’ignorer le droit international parce que la communauté internationale ne les contraint pas à rendre des comptes

NEW YORK: Les États membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont appelé mardi Israël à mettre un terme à l’occupation et à la construction de colonies illégales sur les terres palestiniennes. Ils ont également réitéré leur soutien à la solution à deux États en vue de régler le conflit qui oppose les Israéliens et les Palestiniens.

Cette déclaration émane de la réunion trimestrielle du Conseil de sécurité et du débat qui porte sur la situation en Palestine ainsi que sur l’occupation des territoires palestiniens par les Israéliens. C’est le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui a présidé la réunion. En effet, la Russie assure au cours de ce mois la présidence tournante du Conseil de sécurité et a convoqué la réunion des ministres.

Au début de son intervention, le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki, a évoqué le 75e anniversaire de la Nakba. Ce terme arabe, qui signifie «catastrophe», désigne la création de l’État d’Israël qui, en 1948, a entraîné le démantèlement de la Palestine et le déplacement permanent de la majorité des Arabes palestiniens. Plus de 700 000 d’entre eux ont été contraints d’abandonner leurs maisons et sont devenus des réfugiés. Israël a occupé par la suite (1967) la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est au terme de la guerre des Six Jours.

M. Al-Maliki a exhorté la communauté internationale à redoubler d’efforts pour obliger les autorités israéliennes à rendre compte des violations répétées du droit international perpétrées dans le cadre de l’occupation persistante des terres palestiniennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Il a par ailleurs lancé un appel à la communauté internationale pour qu’elle dissuade les Israéliens de construire des colonies illégales dans les territoires occupés.

Selon lui, la communauté internationale a bel et bien condamné Israël pour son mépris à l’égard des principes du droit international et pour les mauvais traitements qu’il inflige aux Palestiniens. En revanche, elle n’a pas agi de manière décisive pour contraindre les Israéliens à changer de comportement et à mettre un terme à l’occupation.

Les autorités israéliennes continuent d’agir «en toute impunité». Elles font abstraction des dispositions du droit international et du travail diplomatique, a ajouté M. Al-Maliki. Cette attitude s’explique par la réticence de la communauté internationale à exiger que les Israéliens rendent compte de leurs actes.

«Le seul sort qui nous est réservé est celui de l’annexion et de l’apartheid, tant qu’Israël parviendra à récolter les fruits de l’occupation et tant que nous en paierons le prix!», s’est-il exclamé lors de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU.

«Qu’ils paient le prix de l’occupation et je vous assure qu’ils y renonceront.»

Le représentant permanent d’Israël auprès des Nations unies, Gilad Erdan, n’a pas réagi aux propos de M. Al-Maliki. Il a plutôt accusé le Conseil de sécurité d’agir avec «partialité» parce qu’il a refusé de reporter la réunion de mardi, qui coïncidait avec le Memorial Day, jour du Souvenir des victimes israéliennes. Il a ensuite énuméré les noms des soldats israéliens morts au combat, avant de se retirer de la réunion.

Le Coordonnateur spécial des nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a invité les Israéliens et les Palestiniens à renoncer aux actions susceptibles d’attiser le conflit. Il les a également exhortés à s’abstenir de toute provocation ou incitation susceptible de compromettre la résolution du conflit et la levée de l’occupation.

Il s’est attardé sur le meurtre de civils palestiniens par les forces israéliennes et la démolition de maisons palestiniennes. À la lumière de ces faits, il a demandé à Israël de se conformer aux dispositions du droit international et de respecter le statu quo dans la partie occupée de Jérusalem ainsi que la tutelle hachémite de la Jordanie sur les Lieux saints musulmans de la ville.

Quant à Sergueï Lavrov, il a réitéré le soutien de la Russie à la solution à deux États et son intention de collaborer avec toutes les puissances de la région pour instaurer un climat de stabilité et de paix au Moyen-Orient.

«Les principaux facteurs qui alimentent l’instabilité dans la région proviennent des mesures unilatérales que prennent les Israéliens telles que la construction de colonies illégales, la démolition des maisons des Palestiniens et les arrestations aléatoires infligées aux citoyens palestiniens», a averti M. Lavrov.

La représentante permanente des États-Unis auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a fait part du soutien indéfectible que Washington apporte à Israël. Elle a exhorté «toutes les parties à faire preuve de retenue dans leurs actions et dans leur discours afin d’éviter une nouvelle escalade».

Elle a par ailleurs dénoncé les attaques à la roquette qui viennent d’être lancées à partir de la bande de Gaza et du Liban contre des cibles israéliennes et qui visent à répondre aux violences commises à l’encontre de fidèles musulmans à Jérusalem.

Mme Thomas-Greenfield a réitéré le soutien des États-Unis à la solution à deux États et elle a appelé à mettre fin à la violence ainsi qu’à engager des «mesures favorisant le rétablissement de la confiance» entre Israël et les Palestiniens.

Washington appuie l’Office de secours et de travaux des nations unies, l’organe onusien chargé de soutenir et d’aider les réfugiés palestiniens, a-t-elle rappelé. Les États-Unis ont fourni à l’agence un financement important – plusieurs centaines de millions de dollars (1 dollar = 0,91 euro) –, a-t-elle indiqué. Elle a prévenu que l’agence risque de plonger bientôt dans une situation financière difficile, ce qui pourrait compromettre la sécurité des réfugiés palestiniens et engendrer une certaine instabilité dans la région.

Les représentants de la France, de l’Équateur, du Ghana et des Émirats arabes unis au sein du Conseil de sécurité ont exprimé leur inquiétude au sujet de la récente flambée de violence à Jérusalem et ont appelé à «calmer les tensions».

Ils ont annoncé qu’ils défendront les droits des Palestiniens et ont appelé à mettre un terme aux souffrances de ce peuple. Ils ont par ailleurs salué les efforts que déploient les autorités égyptiennes et jordaniennes pour apaiser ces tensions grandissantes.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La branche armée du Hamas dit avoir visé Tel-Aviv avec un «important barrage de roquettes»

Un Palestinien passe devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 mai 2024, alors que le conflit en cours entre Israël et le groupe militant du Hamas se poursuit (Photo, AFP).
Un Palestinien passe devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 mai 2024, alors que le conflit en cours entre Israël et le groupe militant du Hamas se poursuit (Photo, AFP).
Short Url
  • "Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils", ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam
  • L'armée israélienne a affirmé que "certaines des roquettes ont été interceptées"

TEL AVIV:  La branche armée du Hamas palestinien a dit dimanche avoir visé Tel-Aviv avec un "important barrage de roquettes" dans un message publié sur Telegram après que l'armée israélienne ait affirmé qu'au moins 8 roquettes avaient été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël.

"Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils", ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam dans leur message mis en ligne quelques minutes après que des sirènes d'alerte aient retenti dans le centre d'Israël selon des journalistes de l'AFP.

Auparavant, l'armée israélienne avait déclaré dans un communiqué que huit roquettes avaient été tirées vers le centre du pays depuis la "région de Rafah", dans l'extrême sud de la bande de Gaza, où d'intenses combats l'opposent actuellement aux mouvement armés palestiniens.

L'armée a précisé qu'"un certain nombre" de roquettes avaient été interceptées par le système de défense aérienne, sans donner plus de détails. Un journaliste de l'AFP a entendu au moins trois explosions dans l'air.

Sirènes  

Une correspondante de l'AFP dans la bande de Gaza a dit avoir vu des roquettes tirées depuis Rafah.

Des sirènes d'alerte ont retenti en début d'après-midi à Tel-Aviv et dans le centre d'Israël pour que les habitants se mettent à l'abri après des tirs de roquettes.

Les services de secours israéliens, le Magen David Adom (MDA), ont fait savoir que leurs équipes n'avaient identifié qu'un patient qui s'était légèrement blessé en se rendant dans un abri.

La guerre a été déclenchée par l'attaque du Hamas le 7 octobre qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens.

Sur les 252 personnes alors emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes selon l'armée.

Israël a juré de détruire le Hamas et lancé en représailles une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza, entraînant la mort d'au moins 35.984 personnes, pour la plupart des civils, selon des données du ministère de la Santé du Hamas à Gaza.


Plusieurs navires américains échoués près du port artificiel pour l'aide à Gaza

Un enfant joue sur une plage alors qu'un navire transportant de l'aide humanitaire internationale est amarré à la jetée américaine Trident Pier près de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 21 mai 2024, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo par AFP)
Un enfant joue sur une plage alors qu'un navire transportant de l'aide humanitaire internationale est amarré à la jetée américaine Trident Pier près de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 21 mai 2024, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo par AFP)
Short Url
  • «Les navires se sont détachés de leur mouillage et deux navires sont désormais amarrés à la plage près du ponton. Les troisième et quatrième navires sont échoués sur la côte israélienne près d'Ashkelon», relève un communiqué
  • Le Centcom précise qu'aucun militaire n'a été blessé et que «le ponton reste pleinement fonctionnel»

WASHINGTON : Quatre embarcations de l'armée américaine utilisées pour la jetée provisoire pour l'aide à Gaza se sont échouées samedi matin à cause d'une «mer agitée», a fait savoir le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

«Les navires se sont détachés de leur mouillage et deux navires sont désormais amarrés à la plage près du ponton. Les troisième et quatrième navires sont échoués sur la côte israélienne près d'Ashkelon», relève un communiqué.

Le Centcom précise qu'aucun militaire n'a été blessé et que «le ponton reste pleinement fonctionnel».

Il ajoute que l'armée israélienne aide les Américains à remettre à flots les navires et insiste: «Aucun (militaire) américain n'entrera dans Gaza».

Les Etats-Unis ont achevé la semaine dernière cette jetée dont la construction avait été annoncée en mars par le président Joe Biden. Il s'agit de pallier les restrictions imposées par Israël à l'acheminement terrestre de l'aide vers la bande de Gaza, ravagée par sept mois d'une guerre déclenchée par l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Vendredi, l'ONU a fait savoir que l'installation a permis le débarquement en une semaine de 97 camions d'aide humanitaire.

Le Centcom a précisé que 1.005 tonnes d'aide avait été débarquées en date de vendredi, dont 903 acheminées vers l’entrepôt de l'ONU.

Le port artificiel, d'un coût d'au moins 320 millions de dollars, à l'instar d'autres initiatives alternatives, ne peuvent se substituer à un afflux d'aide par voie terrestre, préviennent l'ONU et les organisations humanitaires.

Selon les Nations unies, la quasi-totalité des 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza ont été déplacés par les combats et les bombardements, et se trouvent en situation d'insécurité alimentaire, avec un risque de famine à grande échelle.

 


Le premier groupe de pèlerins marocains arrive en Arabie saoudite grâce à l'initiative de la route de La Mecque

Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Short Url
  • Les dirigeants saoudiens ont donné la priorité à la prise en charge des pèlerins et à la nécessité de créer une atmosphère de foi pendant leur voyage du Hajj
  • Les pèlerins se sont rendus dans le Royaume par le biais de l'initiative de la route de La Mecque

RIYAD : Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed ben Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca.

Les pèlerins se sont rendus dans le Royaume par le biais de l'initiative de la route de La Mecque.

Cette initiative vise à faciliter autant que possible le voyage des pèlerins pour accomplir le Hajj, grâce à l'enregistrement électronique dans leur pays d'origine, y compris en ce qui concerne l'immigration, la santé, les bagages, le voyage et le logement à La Mecque et à Médine.

Ils sont transportés par bus sur des itinéraires désignés, et des agences de service livrent leurs bagages sur leurs lieux de séjour, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L'IAM fait partie du programme d'expérience des pèlerins (PEP) du ministère de l'Intérieur, un pilier de la Vision 2030 du Royaume.

Cette initiative, qui en est à sa sixième année, est menée en coopération avec un grand nombre d'autorités publiques et semi-gouvernementales, notamment les ministères des Affaires étrangères, de la Santé, du Hajj et de la Omra, des Médias, de l'Aviation civile, de la Zakat, de l'Impôt et des Douanes, de la SDAIA et du Programme d'expérience du pèlerin.

Les dirigeants saoudiens ont donné la priorité à la prise en charge des pèlerins et à la création d'une atmosphère de foi pendant leur voyage du Hajj.

Les pèlerins qui sont arrivés ces derniers jours ont exprimé leur « gratitude au gouvernement du Royaume pour les services et les facilités qui ont été fournis, et rendu leur pèlerinage sûr et tranquillisant », a déclaré l'agence de presse saoudienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com