La sécheresse record dans la Corne de l'Afrique est attribuable au réchauffement climatique

Un pasteur marche avec un chameau transportant ses marchandises dans une zone à 30 kilomètres de la ville de Gode, en Éthiopie, le 13 janvier 2023. (Photo EDUARDO SOTERAS / AFP)
Un pasteur marche avec un chameau transportant ses marchandises dans une zone à 30 kilomètres de la ville de Gode, en Éthiopie, le 13 janvier 2023. (Photo EDUARDO SOTERAS / AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 27 avril 2023

La sécheresse record dans la Corne de l'Afrique est attribuable au réchauffement climatique

  • «Le changement climatique causé par les activités humaines a rendu la sécheresse agricole dans la Corne de l'Afrique environ 100 fois plus probable» qu'autrefois
  • Depuis fin 2020, les pays de la Grande Corne de l'Afrique (Éthiopie, Érythrée, Somalie, Djibouti, Kenya et Soudan), large péninsule de l'est du continent, subissent leur pire sécheresse depuis quarante ans

PARIS: La sécheresse historique qui frappe la Grande Corne de l'Afrique est la conjonction inédite d'un manque de pluie et de fortes températures qui n'aurait pas pu se produire sans les conséquences des émissions humaines de gaz à effet de serre, démontre une étude scientifique publiée jeudi.

"Le changement climatique causé par les activités humaines a rendu la sécheresse agricole dans la Corne de l'Afrique environ 100 fois plus probable" qu'autrefois, indique dans un rapport le World Weather Attribution (WWA), réseau mondial de scientifiques qui évalue sans délai le lien entre les événements météorologiques extrêmes et le dérèglement climatique.

Depuis fin 2020, les pays de la Grande Corne de l'Afrique (Éthiopie, Érythrée, Somalie, Djibouti, Kenya et Soudan), large péninsule de l'est du continent, subissent leur pire sécheresse depuis quarante ans.

infographie
Carte de la situation alimentaire entre février et mai 2023 (projection) en Afrique de l'Est, selon le Réseau des systèmes d'alerte précoce contre la famine (AFP / Cléa PÉCULIER et Sophie RAMIS)

Cinq saisons des pluies déficitaires d'affilée ont tué des millions de têtes de bétail et détruit les récoltes. Selon l'ONU, 22 millions de personnes sont menacées par la faim en Ethiopie, au Kenya et en Somalie (où sévit en plus une insurrection islamiste).

Selon les 19 scientifiques ayant contribué au rapport, le changement climatique a eu "peu d'effet sur la pluviométrie annuelle" récente de la région. Mais il a fortement influencé la hausse des températures, responsable d'une augmentation en flèche de l'évapotranspiration qui a conduit à un assèchement record des sols et des plantes.

"C'est le changement climatique qui a rendu cette sécheresse aussi grave et exceptionnelle", a résumé Joyce Kimoutai, climatologue kenyane contributrice au rapport, dans un brief téléphonique mercredi.

Cinq saisons de pluies déficitaires

Le réseau du WWA, fondé par des climatologues réputés, s'est imposé ces dernières années par sa capacité à évaluer l'influence, plus ou moins forte et non systématique, entre les événements météorologiques extrêmes - canicules, inondations, sécheresse, etc - et le changement climatique causé par l'homme.

Ses résultats, produits en urgence, sont publiés sans passer par le long processus des revues à comité de lecture, mais combinent des méthodes approuvées par les pairs, en premier lieu avec des données météorologiques historiques et des modèles climatiques.

Cette fois-ci, le WWA a concentré son étude sur trois des pays les plus affectés (le sud de l'Ethiopie et de la Somalie et l'est du Kenya).

Il a constaté que le changement climatique modifiait de manière opposée les deux saisons des pluies: la plus abondante, entre mars et mai, "devient plus sèche et le déficit de précipitation est deux fois plus probable" que par le passé, tandis que "la petite saison devient plus humide".

Mais ces dernières années, "cette tendance humide de la petite saison a été masquée par le phénomène climatique-cyclique de la Niña" qui réduit les pluies tropicales et dont il n'y a pas de preuves à ce jour qu'il soit influencé par le changement climatique anthropique.

Cette rare conjonction, dans une région qui enchaîne cinq saisons des pluies déficitaires depuis fin 2020, s'est ensuite combinée à l'augmentation des températures pour entraîner un assèchement record des sols et des plantes.

Si la planète ne s'était pas déjà réchauffée de 1,2 degré par rapport à l'ère pré-industrielle, cette pluviométrie aurait soumis la région à des conditions, au pire, "+anormalement sèches +, soit un niveau en-dessous du premier degré de gravité de la sécheresse dans la classification américaine, assure le WWA.

En clair, "le dérèglement climatique était une condition nécessaire pour qu'une sécheresse aussi grave puisse survenir", concluent les scientifiques.

La situation actuelle est qualifiée de "sécheresse exceptionnelle", 4e et dernier niveau d'alerte de l'échelle américaine. Improbable autrefois, elle a désormais 5% de chance de se reproduire chaque année.


Les Arméniens du Nagorny Karabakh incendient leurs maisons, selon Bakou

Un chiot marchant près d'un bâtiment criblé de balles à Choucha, dans la région contrôlée par l'Azerbaïdjan du Haut-Karabakh (Photo, AFP).
Un chiot marchant près d'un bâtiment criblé de balles à Choucha, dans la région contrôlée par l'Azerbaïdjan du Haut-Karabakh (Photo, AFP).
Short Url
  • Vaincus à l'issue de l'assaut déclenché mardi par Bakou, les séparatistes ont capitulé
  • Nombre d'habitants craignent de devoir partir de cette région où des milliers de personnes restent confrontées à une situation d'urgence humanitaire

BAKOU: L'Azerbaïdjan a assuré samedi que des Arméniens habitant l'enclave du Nagorny Karabakh avaient mis le feu à leurs maisons, après une offensive éclair de Bakou sur cette région à majorité arménienne.

"Les résidents arméniens incendient en masse des maisons à Aghdara", a affirmé samedi soir le ministère azerbaïdjanais de la Défense sur X (ex-Twitter), publiant des images aériennes en basse résolution semblant montrer des maisons incendiées.

La ville d'Aghdara (Martakert en arménien), située à quelque 60 kilomètres de la "capitale" du Nagorny Karabakh, Stepanakert, était restée sous contrôle des séparatistes arméniens jusqu'à ce que l'offensive éclair de l'Azerbaïdjan de cette semaine oblige les rebelles à accepter un cessez-le-feu et un désarmement.

Vaincus à l'issue de l'assaut déclenché mardi par Bakou, les séparatistes ont capitulé. Nombre d'habitants craignent de devoir partir de cette région où des milliers de personnes restent confrontées à une situation d'urgence humanitaire.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans un premier temps de la part des responsables arméniens et séparatistes.

 


Deux études donnent des pistes sur le Covid long

Les chercheurs ont ensuite mesuré les fonctions cognitives de ces patients, pour constater de moins bonnes performances lorsque cette catégorie de neurones était affectée (Photo, AFP).
Les chercheurs ont ensuite mesuré les fonctions cognitives de ces patients, pour constater de moins bonnes performances lorsque cette catégorie de neurones était affectée (Photo, AFP).
Short Url
  • Ce travail se base sur des IRM réalisées chez 259 patients ayant été hospitalisés pour Covid en 2020-2021
  • Elles ont été comparées avec des examens effectués chez une cinquantaine de personnes jamais infectées

PARIS: Deux récentes études viennent donner des pistes d'explications sur les causes du Covid long, un syndrome aux mécanismes encore mystérieux, l'une évoquant l'effet conjoint de séquelles dans divers organes, l'autre un mécanisme au niveau des neurones.

Il y a "des preuves concrètes que différents organes subissent des changements" après une hospitalisation liée au Covid, a déclaré, lors d'une conférence de presse, Christopher Brightling, co-auteur d'une étude publiée vendredi dans le Lancet Respiratory Medicine.

Ce travail se base sur des IRM réalisées chez 259 patients ayant été hospitalisés pour Covid en 2020-2021. Elles ont été comparées avec des examens effectués chez une cinquantaine de personnes jamais infectées.

Près d'un tiers des patients Covid présentaient des "anomalies" dans plusieurs organes, plusieurs mois après leur sortie de l'hôpital. Ces organes incluent notamment le cerveau, les poumons ou les reins et, dans une moindre mesure, le cœur et le foie.

Les chercheurs ont, par exemple, recensé des lésions de la substance blanche du cerveau, un phénomène qui peut être associé par la littérature scientifique à un léger déclin cognitif.

Pour les auteurs de l'étude, ainsi que des observateurs indépendants, ces résultats ouvrent une piste d'explication au Covid long, c'est-à-dire la persistance de séquelles durables plusieurs mois après l'infection.

Ce trouble, qui manque toutefois d'une définition consensuelle, est toujours mal compris sur le plan physiologique, plusieurs explications se faisant concurrence sans être d'ailleurs forcément exclusives.

L'étude rendue publique vendredi laisse penser que le Covid long "ne s'explique pas par des insuffisances graves concentrées sur un seul organe" mais plutôt "une interaction entre au moins deux anomalies de (différents) organes", avance le pneumologue Matthew Baldwin, qui n'y a pas participé, dans le même numéro du Lancet Respiratory Medicine.

La piste du cerveau

Une autre étude, publiée une semaine plus tôt dans la revue eBiomedicine, a, elle, plutôt ouvert la piste d'un mécanisme concentré dans le cerveau.

Menée par une équipe de l'Inserm, l'Institut national français de la santé et de la recherche médicale, cette étude s'est penchée sur une cinquantaine de patients dont certains ont subi une baisse de leur taux de testostérone, liée à une altération par le virus de certains neurones régulant les fonctions reproductrices.

Les chercheurs ont ensuite mesuré les fonctions cognitives de ces patients, pour constater de moins bonnes performances quand cette catégorie de neurones était affectée.

Ces résultats, "suggèrent que l'infection peut entraîner la mort de ces neurones et être à l’origine de certains symptômes qui persistent dans le temps", avance l'Inserm dans un communiqué.

Fatigue, toux, essoufflement, fièvre intermittente, perte du goût ou de l'odorat, difficultés de concentration, dépression... le Covid long se manifeste par un ou plusieurs symptômes parmi une longue liste, généralement dans les trois mois après l'infection et persistant au moins deux mois. Des symptômes qui ne peuvent s'expliquer par d'autres diagnostics et ont un impact sur la vie quotidienne.

En France, le "Covid long" a touché 4% des adultes soit 2,06 millions de personnes de plus de 18 ans, une petite proportion (1,2%) déclarant être fortement gênée dans ses activités quotidiennes, selon une étude de Santé publique France réalisée à l'automne dernier et dont les résultats ont été dévoilés en juin.

La grande majorité des patients (90%) souffrant de Covid long voient cependant leurs symptômes lentement s'améliorer au bout de deux ans, les autres connaissant une amélioration rapide ou au contraire une persistance de leurs troubles, précise une étude publiée en mai par le Dr Viet-Thi Tran, épidémiologiste (Université Paris Cité / AP-HP), auprès de 2.197 patients de la cohorte "ComPare" souffrant de Covid long, suivis régulièrement.


Mali: Crash d'un avion militaire lors de son atterrissage à Gao

La junte au pouvoir au Mali a poussé vers la sortie la force antidjihadiste française en 2022 et la force de l'ONU en 2023 (Photo,AFP).
La junte au pouvoir au Mali a poussé vers la sortie la force antidjihadiste française en 2022 et la force de l'ONU en 2023 (Photo,AFP).
Short Url
  • Aucune communication officielle n'avait été diffusée samedi soir
  • L'aéroport militaire de Gao est utilisé aussi bien par l'armée malienne, que par ses partenaires russes ou la Minusma

DAKAR: Un avion militaire s'est écrasé samedi matin lors de son atterrissage à Gao dans le nord du Mali faisant craindre un lourd bilan humain et matériel, ont indiqué une source aéroportuaire et le gouvernorat qui n'ont pas donné plus de précisions.

"Les causes ne sont pas encore connues", a déclaré la source aéroportuaire présente dans la ville. Il a affirmé que l'avion était "en surcharge" et utilisé par les forces armées maliennes et ses alliés du groupe paramilitaire russe Wagner.

"Le bilan matériel et humain est lourd", a assuré une source diplomatique qui a aussi dit que l'appareil transportait des militaires maliens et des partenaires russes, ainsi que du matériel militaire.

Aucune communication officielle n'avait été diffusée samedi soir.

"Il n'est pas question pour moi de commenter les questions militaires", a réagi un responsable de l'armée malienne.

"Nous sommes intervenus mais nous n'avons pas pu faire grand chose. C'est vraiment grave. Je ne peux en dire plus", a aussi déclaré une source des sapeurs-pompiers.

Un porte-parole de l'armée allemande, encore présente à Gao dans le cadre de la mission des Nations unies au Mali (Minusma), a confirmé à l'AFP l'accident d'avion dans la matinée.

"Selon les informations dont nous disposons actuellement (samedi en début d'après-midi), l'avion a dû dépasser la piste d'atterrissage", a-t-il dit, précisant que ce n'était pas un avion de l'armée allemande.

Tensions grandissantes 

"Il s’agit d’un avion de modèle IL-76 de construction russe", a-t-il dit.

L'aéroport militaire de Gao est utilisé aussi bien par l'armée malienne, que par ses partenaires russes ou la Minusma.

La junte au pouvoir au Mali a poussé vers la sortie la force antidjihadiste française en 2022 et la force de l'ONU en 2023, pour se tourner militairement et politiquement vers la Russie.

Ce crash s'est produit dans un contexte de tensions grandissantes entre les différents acteurs armés de la zone et l'armée malienne. Les régions de Tombouctou et Gao ont été depuis août le théâtre d'une succession d'attaques contre les positions de l'armée et contre les civils.

L'armée et les groupes armés se disputent le contrôle du territoire au moment où la Minusma se retire.