L’inflation de 16% en France, un chiffre synonyme de privations

Une représentante de l'INSEE relève les prix dans un supermarché à Paris, le 21 avril 2023. Les données provenant de différents magasins en France sont utilisées pour produire l'IPC (Indice des prix à la consommation). L'IPC est un outil utilisé pour évaluer l'inflation. (Photo AFP)
Une représentante de l'INSEE relève les prix dans un supermarché à Paris, le 21 avril 2023. Les données provenant de différents magasins en France sont utilisées pour produire l'IPC (Indice des prix à la consommation). L'IPC est un outil utilisé pour évaluer l'inflation. (Photo AFP)
Short Url
Publié le Samedi 29 avril 2023

L’inflation de 16% en France, un chiffre synonyme de privations

  • Un cap a été franchi en mars dernier avec une augmentation des prix évaluée à 16,5%
  • Il est bien clair que, au-delà de l’effet d’annonce, le trimestre anti-inflation n’a qu’un impact limité sur le pouvoir d’achat des Français

PARIS: Pour une grande partie des Français, la hausse galopante des prix des produits de consommation rime désormais avec privation. Cette hausse continue depuis 2022 a obligé plus de deux tiers des ménages français à modifier leur mode de consommation et aller à l’essentiel en renonçant au superflu.

Ils ont également eu recours à des mesures contraignantes pour réduire leur consommation de gaz ou de fioul et parer ainsi à l’augmentation des prix de l’énergie.

Il n’y a eu aucun ralentissement en 2023, bien au contraire: les prix ont continué leur ascension mois après mois, alimentant l’angoisse des Français devant leurs factures et leurs tickets de caisse.

Un cap a été franchi en mars dernier avec une augmentation des prix évaluée à 16,5%. Ce chiffre est un véritable coup de poing non seulement pour les ménages les plus modestes, mais aussi pour la classe moyenne, qui a le plus grand mal à boucler ses fins de mois. Plus que jamais, elle doit se serrer la ceinture et continuer à restreindre sa liste de produits de consommation.

Certains ont décidé de renoncer aux produits d’hygiène, dont le prix a connu une progression de 10% sur un an.

Au cours des mois précédents, les ménages à revenu limité ont dû rogner sur la quantité et sur la qualité des produits qu’ils consomment. Ils achètent moins et privilégient les marques dites «de distributeurs», moins chères que les autres.

Mais, désormais, cela ne suffit plus. Ainsi, certains ont décidé de renoncer aux produits d’hygiène, dont le prix a connu une progression de 10% en un an.

Les reportages des médias français sur le sujet se multiplient et se ressemblent; le contexte inflationniste engendre une précarité hygiénique. Nombre de femmes utilisent des torchons en papiers ou des gants de toilette pour remplacer les serviettes menstruelles. D’autres retardent au maximum le changement de couche de leur bébé, alors que le savon et le shampooing sont passés à la trappe pour de nombreux Français qui ne se lavent plus qu’à l’eau. De même, beaucoup n'achètent plus de dentifrice ni de déodorant. Ces produits de base grèvent le budget fragile des ménages, qui sont de plus en plus nombreux à y renoncer.

Dominique Besançon, déléguée générale de l’association «Dons solidaires», s’inquiète sur France Bleu du fait que ce phénomène ne concerne plus les personnes les plus précaires, mais qu’il s’immisce toujours plus dans les foyers français, touchant les familles, les jeunes et les mères isolées.

Face à des indicateurs qui ne laissent prévoir aucune accalmie sur le front des prix, le gouvernement a proclamé à partir de 15 mars le «trimestre anti-inflation».

Pour guider les consommateurs, un logo bleu-blanc-rouge a été posé sur les produits qui font partie de l’opération anti-inflation.

Dans le cadre de cette démarche, qui vise à «protéger les Français face à l’inflation alimentaire», les enseignes de grandes distributions choisissent de réduire leurs marges et d’afficher des prix doux sur des produits du quotidien de leur choix. Pour guider les consommateurs, un logo bleu-blanc-rouge a été posé sur les produits qui font partie de l’opération.

Cependant, ces ristournes ne sont appliquées que sur les marques de distributeurs, et non sur les grandes marques, ce qui limite le choix du consommateur et permet aux grandes enseignes d’écouler les stocks de leurs propres produits, qui ne sont pas tous synonymes de qualité.

L’impact limité du trimestre anti-inflation

Un peu plus d’un mois après sa mise en application, de nombreuses critiques étrillent le trimestre anti-inflation. Certains n’y voient qu’une opération de la part d’un gouvernement qui cherche à s’approprier les efforts des distributeurs, faute d’avoir réussi à mettre en place un panier anti-inflation identique dans toutes les enseignes. D’autres considèrent qu’il s’agit d’un prétexte de la part de la grande distribution pour mettre en avant ses propres marques.

Il est bien clair que, au-delà de l’effet d’annonce, le trimestre anti-inflation n’a qu’un impact limité sur le pouvoir d’achat des Français, devenu le premier souci d’un bon nombre d’entre eux.

Il est surtout loin d’apporter une solution à une certaine frange de la population qui n’hésite plus à recourir au «chapardage» de denrées alimentaires: le vol a bondi de 14% en 2022.

Face à cet accroissement, qui représente un manque à gagner -évalué à 4 milliards d’euros environ, les grandes surfaces ont de plus en plus recours aux antivols pour protéger leurs morceaux de viande et de poulet ainsi que les conserves de valeur.

De son côté, englué dans la crise engendrée par la réforme des retraites, le président Emmanuel Macron a tenu à souligner dans l’interview qu’il a donnée au quotidien Le Parisien la gravité de l’inflation des produits alimentaires.

Il a cependant indiqué qu’il faudra tenir bon et que la situation «sera dure jusqu’à la fin de l’été».

Si la hausse galopante des prix des produits de grande consommation n’est pas endiguée, les Français courent le risque de souffrir de malnutrition, mais aussi de problèmes d’hygiène…


JO-2024: pour les organisateurs, la Seine n'est pas un long fleuve tranquille

Short Url
  • a Seine, star attendue des JO-2024 en tant que site de la cérémonie d'ouverture et d'épreuves en eau libre, subit une météo contrariante qui donne des sueurs froides aux organisateurs.
  • Les organisateurs ont toujours reconnu que les infrastructures seraient insuffisantes en cas de fortes précipitations en amont des épreuves. Le plan B consiste à les reporter de quelques jours, mais pas à changer de lieu.

Elle doit rayonner, et faire rayonner Paris et les athlètes, mais la Seine, star attendue des JO-2024 en tant que site de la cérémonie d'ouverture et d'épreuves en eau libre, subit une météo contrariante qui donne des sueurs froides aux organisateurs.

- De grandes ambitions...

L'ambition des organisateurs était forte: faire des berges de Seine le plus bel écrin de ces Jeux (26 juillet-11 août).

D'abord en y organisant la cérémonie d'ouverture, sous forme d'une parade nautique de six kilomètres visant à dépoussiérer le genre et démarrer par un coup d'éclat.

Ensuitbre), qui doivent marquer les retrouvailles de la ville avec le fleuve. Les Parisiens s'y baignaient en effet jusqu'au XXe siècle, avant que cette pratique ne soit définitivement interdite par un arrêté préfectoral de 1923.

A partir de l'été 2025, plus d'une vingtaine de sites de baignade doivent ouvrir pour le grand public dans Paris et sa banlieue. Les autorités, qui ont investi 1,4 milliard d'euros dans ce "plan baignade" pour assainir le fleuve et son principal affluent la Marne, répètent que les JO "ont permis de gagner près de dix ans".

Parmi les infrastructures créées pour limiter les pollutions, des bassins de rétention, dont celui d'Austerlitz, au coeur de la capitale, chargés d'empêcher l'eau non traitée -mélange de pluie et d'eaux usées- d'être rejetée dans le fleuve.

- minées par un printemps pourri

Mais si ce plan "arrive à bon port", "il n'y a aucun doute que la qualité de l'eau, aujourd'hui, n'est pas au rendez-vous", a dû reconnaître le préfet de région Marc Guillaume vendredi dernier.

Obligées de faire acte de transparence, la préfecture de région et la mairie, à la tête du Plan baignade, ont publié les résultats des analyses de la qualité de l'eau pour la première quinzaine de juin.

Sans surprise, les standards pour autoriser la baignade, basés sur des seuils de concentration de deux bactéries fécales, ne sont pas satisfaits, hormis le 9 juin.

En cause: une "météo très pluvieuse" entraînant "le fort débit du fleuve, qui ne favorise pas une bonne qualité de l'eau", expliquent les autorités locales.

"Pluies, débit élevé, faible ensoleillement, températures en dessous des normes de saison" forment un "contexte hydrologique et météorologique défavorable" qui explique que "la qualité de l'eau reste dégradée", rappellent-elles encore.

- Souviens-toi l'été dernier

"Dès que les conditions seront réunies, le plan pourra produire tous ses effets", a assuré Marc Guillaume, "confiant" sur la tenue des épreuves fin juillet-début août.

Les organisateurs ont toujours reconnu que les infrastructures seraient insuffisantes en cas de fortes précipitations en amont des épreuves. Le plan B consiste à les reporter de quelques jours, mais pas à changer de lieu.

L'été 2023 leur avait déjà apporté son lot de désagréments: alors qu'il avait très bien commencé, des précipitations à caractère "exceptionnel" avaient entraîné une pollution, et l'annulation du "test-event" de natation-marathon.

Puis une nouvelle pollution, causée cette fois selon la mairie par une vanne défectueuse, avait entraîné l'annulation d'une partie des tests de triathlon.

- Le débit en question

Depuis mi-février, le débit de la Seine est particulièrement élevé, notamment du fait des pluies. Il dépasse nettement la moyenne des années précédentes (1990-2023), et a même atteint début avril des niveaux qui n’avaient pas été vus au moins depuis 1990 à cette époque de l’année.

De plus, le débit augmente depuis le 15 juin, alors qu’il baisse généralement à cette époque. Au premier jour de l’été, le 21 juin à midi, le flux dépassait les 500 m3 par seconde, soit plus de deux fois et demi la norme pour un mois de juin.

"Normalement le débit fin juillet, c'est 100 m3", indique la préfecture de région.

Un écueil supplémentaire pour la tenue des épreuves, mais aussi pour la cérémonie d'ouverture: la répétition grand format programmée lundi a dû être repoussée.

Un fort débit "augmente mathématiquement la vitesse des bateaux" qui mettraient en ce moment "15 minutes de moins" sur le parcours, explique la préfecture de région à l'AFP.

La Seine peut "monter d'un coup, mais elle ne descend pas d'un coup", rappelle la même source, excluant toute "amélioration subite".

Or, Météo France prévoit "le retour des dépressions atlantiques" à partir de mercredi.

"Il est difficile de savoir maintenant ce qu'il va se passer au mois de juillet", tempère la microbiologiste Françoise Lucas, n'excluant pas une "dynamique rapide" qui fasse redescendre le débit à temps.

Stéphane Lecat, entraîneur de l'équipe de France d'eau libre qui a vu son entraînement annulé le 10 juin, affirme que ses nageurs sont "hyper sereins".

"A chaque fois qu'il y a eu une édition (olympique de la discipline), il y a eu des problématiques: à Londres dans la Tamise, à Rio aussi", relativise-t-il.


Nouvelle-Calédonie: nouvelles violences après le transfert en métropole de figures indépendantistes

Les forces de police françaises participent à une opération visant à supprimer un barrage routier de fortune installé par des indépendantistes dans le quartier de la Vallée du Tir à Nouméa, sur le territoire français du Pacifique de Nouvelle-Calédonie, le 24 juin 2024 (Photo, AFP).
Les forces de police françaises participent à une opération visant à supprimer un barrage routier de fortune installé par des indépendantistes dans le quartier de la Vallée du Tir à Nouméa, sur le territoire français du Pacifique de Nouvelle-Calédonie, le 24 juin 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • A Dumbéa, au nord de l'agglomération de Nouméa, les locaux de la police municipale et un garage ont été incendiés
  • Quatre véhicules blindés de la gendarmerie sont intervenus

 

NOUMÉA: Les violences ont repris dans la nuit de dimanche à lundi en Nouvelle-Calédonie après la mise en examen et l'incarcération en métropole de plusieurs militants indépendantistes, leur organisation exigeant leur "libération" et leur "retour immédiat".

"La nuit a été agitée et marquée par des troubles sur l'ensemble de la Grande-Terre (l'île principale, ndlr), sur l'île des Pins et Maré, nécessitant l'intervention de nombreux renforts", a rapporté le Haut-commissariat.

A Dumbéa, au nord de l'agglomération de Nouméa, les locaux de la police municipale et un garage ont été incendiés, a ajouté dans un communiqué le représentant de l'Etat dans le territoire français du Pacifique Sud.

Quatre véhicules blindés de la gendarmerie sont intervenus, a constaté un journaliste de l'AFP, tandis que des militants cagoulés en position derrière des barricades de fortune lançaient des projectiles vers les forces de l'ordre en les invectivant.

Un homme de 23 ans en état "de détresse respiratoire" est décédé dans la nuit après s'être rendu sur des barrages à Nouméa, a annoncé le procureur de la République de Nouméa, Yves Dupas.

Le parquet a ouvert une enquête, a ajouté le magistrat, précisant que la victime avait assuré à ses parents qu'il n'avait pas été "blessé par la police".

Un automobiliste "contraint de faire demi-tour en raison d'un barrage édifié par des militants indépendantistes", selon les pompiers, est par ailleurs décédé dimanche soir d'un choc frontal avec un autre véhicule à Païta, dans l'agglomération de Nouméa.

«Tactiques coloniales»

Ce regain de tension intervient après le transfert en métropole, dans la nuit de samedi à dimanche, de plusieurs figures indépendantistes calédoniennes dont Christian Tein, le porte-parole de la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT).

Les autorités accusent la CCAT d'avoir fomenté les émeutes survenues à partir du 13 mai après le vote d'un projet de loi constitutionnelle réformant le corps électoral pour le scrutin provincial prévu fin 2024.

Ce mouvement a réfuté cette mise en cause.

Le camp indépendantiste refuse cette réforme, qu'il accuse de réduire le poids politique des Kanak.

Ces violence, les plus graves survenues dans l'archipel depuis les années 1980, ont fait 9 morts et des dégâts matériels considérables (incendies, destructions, pillages...), selon le dernier bilan des autorités.

Lundi, la CCAT a exigé "la libération et le retour immédiat" de ses militants pour qu'ils soient "jugés sur leur terre" et dénoncé les "tactiques coloniales" de la France.

Interpellés lors d'un vaste coup de filet mercredi, ses onze militants ont été mis en examen notamment pour complicité de tentative de meurtre, vol en bande organisée avec arme, destruction en bande organisée du bien d'autrui par un moyen dangereux.

Neuf d'entre eux ont fait l'objet d'en placement en détention provisoire, Christian Tein devant par exemple être incarcéré à Mulhouse (Haut-Rhin).

Parmi ces neuf-là, deux ont sollicité un débat différé devant le juge, prévu mardi, dont Joël Tjibaou, l'un des fils du chef indépendantiste Jean-Marie Tjibaou assassiné en 1989.

Réactivation du pont aérien 

"L'éloignement de responsables indépendantistes kanak de la CCAT à plus de 17.000 km de chez eux dans le cadre de leur placement en détention provisoire porte une atteinte grave à leur droit à une vie privée et familiale", a dénoncé dans un communiqué la Ligue des droits de l'Homme (LDH).

Dans la nuit de dimanche à lundi, des affrontements ont aussi opposé forces de l'ordre et  indépendantistes à Bourail, à 200 km au nord de Nouméa, faisant un blessé, selon les autorités.

Le Haut-commissariat a également fait état "d'exactions, destructions et tentatives d'incendies (...) à plusieurs endroits sur Païta", dans l'agglomération de Nouméa.

Au total, 1.493 personnes ont été interpellées depuis le début des troubles, dont 38 lundi.

La route qui mène à l'aéroport était bloquée lundi en début d'après-midi en raison d'une opération de déblaiement par les forces de l'ordre, selon des journalistes de l'AFP.

Le pont aérien entre l'aérodrome de Magenta, situé dans le quartier du même nom à Nouméa, et l'aéroport international de La Tontouta, qui devait être levé totalement lundi, a été réactivé, a annoncé la chambre de commerce et d'industrie (CCI), gestionnaire de l'infrastructure.

Lundi matin, de nombreuses écoles étaient par ailleurs fermées en raison du regain de violences et la voie express menant à l'hôpital bloquée.

 


Le RN veut interdire des «emplois sensibles» aux binationaux

French far-right Rassemblement National (RN) party President Jordan Bardella  (Photo, AFP).
French far-right Rassemblement National (RN) party President Jordan Bardella (Photo, AFP).
Short Url
  • La mesure d'interdiction portera sur «des emplois extrêmement sensibles, par exemple des gens qui soient binationaux russes pour occuper des postes de direction stratégique dans La Défense»
  • Aujourd'hui, un certain nombre d'emplois publics sont fermés aux ressortissants étrangers

PARIS: Le Rassemblement national souhaite "empêcher" les personnes avec une double nationalité d'occuper "des emplois extrêmement sensibles" dont la liste sera définie "par décret", a annoncé lundi le député Sébastien Chenu.

La mesure d'interdiction portera sur "des emplois extrêmement sensibles, par exemple des gens qui soient binationaux russes pour occuper des postes de direction stratégique dans la défense", a expliqué le député sur TF1, sans donner davantage de détails sur le type d'emplois concernés.

Cette mesure passera par "une loi organique et un décret pour empêcher les ingérences" car il s'agit de "se protéger", dans les "secteurs sensibles", a encore insisté Sébastien Chenu.

Moins facile d’être français 

"Nous, ce que nous jugeons, c'est la nationalité: vous êtes français ou vous n'êtes pas français. Lorsque vous êtes français, vous avez les mêmes droits que n'importe quel Français, y compris lorsque vous avez été français par naturalisation dans le passé", a-t-il ajouté, rappelant qu'en cas de victoire du parti d"extrême droite aux législatives anticipées, "il sera probablement moins facile d'être français".

Il a en outre répété que pour le reste, les personnes ayant la double nationalité disposeraient des mêmes droits que les autres, contrairement à ce que proposait le RN en 2022. "Quand vous êtes franco-ceci ou franco-cela, vous êtes Français et vous avez évidemment les mêmes droits que n'importe quel Français", a-t-il précisé.

Aujourd'hui, un certain nombre d'emplois publics sont fermés aux ressortissants étrangers, à l'exception notable des médecins hospitaliers et des enseignants-chercheurs.