L'IA pourrait remplacer «80% des emplois» dans les prochaines années, selon un chercheur

Ben Goertzel lors du Web Summit Rio 2023 au RioCentro Expo Center à Rio de Janeiro, Brésil, le 3 mai 2023 (Photo, AFP).
Ben Goertzel lors du Web Summit Rio 2023 au RioCentro Expo Center à Rio de Janeiro, Brésil, le 3 mai 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 06 mai 2023

L'IA pourrait remplacer «80% des emplois» dans les prochaines années, selon un chercheur

  • Certaines personnes disent qu'il faut arrêter les recherches parce que ce genre de système contribue à la désinformation
  • «La gouvernance devrait être participative, impliquer la population, d'une certaine manière. Et c'est possible, techniquement parlant»

RIO DE JANEIRO: L'intelligence artificielle pourrait remplacer dans les prochaines années "80% des emplois", mais "c'est une bonne chose", estime lors d'un entretien avec l'AFP le chercheur américain Ben Goertzel.

Cheveux longs, lunettes rondes et chapeau à larges bords imprimé léopard, ce scientifique né au Brésil a fait sensation cette semaine à la conférence Web Summit de Rio de Janeiro, en présentant Grace, un robot-infirmière conçu pour s'occuper de personnes âgées dans les maisons de retraite.

C'est à lui qu'on doit le nom d'"Intelligence artificielle générale" (IAG), cette technologie majeure dotée de capacités cognitives humaines qui pourrait être au point "d'ici quelques années". Il est à l'origine de la plateforme SingularityNET, destinée au développement décentralisé et démocratique de l'IA.

QUESTION: Que manque-t-il pour que soit mis au point un système d'intelligence artificielle avec des capacités cognitives humaines?

RÉPONSE: "Si nous voulons des machines réellement aussi intelligentes que des personnes, et capables de réagir rapidement aux imprévus, il faudrait qu'elles soient capables de faire bien plus que ce pourquoi elles sont programmées. Et nous n'y sommes pas encore. Mais il y a des raisons de croire que cela pourrait arriver, non pas dans des décennies, mais dans quelques années".

Q: Que pensez-vous du débat autour de ChatGPT? Faudrait-il faire une pause de six mois dans les recherches, comme certains le préconisent?

R: "Je ne crois pas qu'il faille faire une pause, parce que ce n'est pas une intelligence artificielle dangereuse (...) Elle ne peut pas faire des raisonnements complexes, en plusieurs étapes, comme les scientifiques, ni inventer de nouvelles choses en dehors des données reçues. Elle ne peut pas élaborer des stratégies pour gérer de nouvelles situations, comme une pandémie, par exemple.

Certaines personnes disent qu'il faut arrêter les recherches parce que ce genre de système contribue à la désinformation. Mais alors, il faudrait interdire internet? (...) Je pense que nous devons vivre dans une société libre et, tout comme internet ne devrait pas être interdit, il ne faudrait pas interdire ça (ChatGPT) non plus".

Q: Doit-on voir la possibilité que l'IA remplace des emplois comme une menace?

R: "Avec l'arrivée prochaine de nouveaux systèmes du même type que ChatGPT, je pense que 80% des emplois occupés par des humains pourraient devenir obsolètes. Mais je ne vois pas ça comme une menace, mais comme un avantage. C'est une bonne chose. Les gens vont trouver de meilleures choses à faire que travailler pour gagner leur vie. Pratiquement toutes les tâches administratives pourront être automatisées".

"Le problème, ce sera la période de transition, quand les intelligences artificielles vont commencer à rendre obsolète un emploi après l'autre (...) Je ne sais pas comment on va faire pour résoudre les problèmes sociaux occasionnés".

Q: Quelles contributions les robots peuvent-ils apporter à la société aujourd'hui, et que pourraient-ils faire à l'avenir, avec l'IAG?

R: "Ils peuvent faire plein de bonnes choses, comme Grace, le robot-infirmière. Aux Etats-Unis, un grand nombre de personnes âgées se sentent seules dans les maisons de retraites. Même si elles sont nourries, reçoivent des soins médicaux et regardent la télé, c'est insuffisant en termes de soutien social et émotionnel. Si on introduit dans ces espaces des robots humanoïdes qui répondent à leurs questions, écoutent leurs histoires, les aident à appeler leurs enfants ou à faire des achats en ligne, cela améliore leur vie".

"Dans ce cas, on ne supprime pas d'emplois, car il n'y a pas assez de candidats aux postes d'infirmiers ou d'aide-soignants. L'éducation pourrait également être un marché incroyable pour les robots humanoïdes, tout comme les travaux ménagers".

Q: Comment réguler l'IA pour qu'elle ait un impact positif sur la vie des gens?

R: "La gouvernance devrait être participative, impliquer la population, d'une certaine manière. Et c'est possible, techniquement parlant. Le problème, c'est que les entreprises qui financent la plupart des recherches dans l'IA ne s'intéressent pas au bien commun. Ce qu'elles veulent, c'est faire gagner un maximum d'argent à leurs actionnaires".


Les pays riches doivent 500 milliards de dollars par an de dette morale aux pays pauvres, affirme Esther Duflo

L'économiste franco-américaine et co-lauréate du prix Nobel 2019 de sciences économiques, Esther Duflo, pose lors d'une séance photo à Paris le 20 juin 2023. (Photo, AFP)
L'économiste franco-américaine et co-lauréate du prix Nobel 2019 de sciences économiques, Esther Duflo, pose lors d'une séance photo à Paris le 20 juin 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), soit 10% de la population de la planète, émettent environ 25% du CO2 lié au système énergétique mondial
  • Esther Duflo se base sur les travaux de l'économiste américain Michael Greenstone qui, en partant d'une valeur monétaire donnée pour une année de vie et de l'effet du réchauffement climatique sur l'augmentation de la mortalité, évalue à 37 dollars le coût

PARIS: Les pays riches doivent 500 milliards de dollars par an de "dette morale" aux pays pauvres, évalue la prix Nobel d'économie Esther Duflo, qui propose de faire assumer aux pays développés la responsabilité du réchauffement climatique à travers deux taxes.

"C'est ce que j'appelle une dette morale. Ce n'est pas ce que cela coûterait de s'adapter; ce n'est pas ce que cela coûterait d'atténuer. C'est ce que nous devons", a détaillé l'économiste dans un entretien au Financial Times lundi, se basant surtout sur l'effet du réchauffement climatique sur la mortalité dans les pays pauvres.

"Il y aura des dégâts énormes", poursuit Mme Duflo qui se base une étude menée par le Global Impact Lab en 2020 ayant montré que le nombre de décès liés à la chaleur risquait de bondir dans les pays pauvres d'ici à la fin du siècle.

"Ces dégâts seront concentrés dans les pays pauvres en dehors de l'OCDE", ajoute-t-elle, pointant la responsabilité des pays riches sur le changement climatique.

Les pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), soit 10% de la population de la planète, émettent environ 25% du CO2 lié au système énergétique mondial, selon l'AIE.

Esther Duflo se base sur les travaux de l'économiste américain Michael Greenstone qui, en partant d'une valeur monétaire donnée pour une année de vie et de l'effet du réchauffement climatique sur l'augmentation de la mortalité, évalue à 37 dollars le coût d'une tonne de carbone. Multiplié par la quantité d'émissions annuelles attribuables à l'Europe et aux Etats-Unis, 14 milliards de tonnes de CO2 équivalent, le prix de la "dette morale" monte alors à 518 milliards, soutient Mme Duflo.

Pour la financer, elle propose d'augmenter le taux minimal d'imposition des multinationales et de taxer les grandes fortunes, deux mécanismes qui permettraient selon elle de couvrir l'enveloppe annuelle.

L'aide financière climatique due par les pays riches aux pays en développement est fixée actuellement à 100 milliards de dollars par an. La COP29, en novembre à Bakou, doit établir le nouveau montant au-delà de 2025.

Le futur objectif, crucial pour renouer la confiance entre le Nord et le Sud, restera quoi qu'il arrive très en-deçà des besoins: les pays en développement (hors Chine) ont besoin de 2.400 milliards de dollars par an d'ici 2030 pour financer leur transition et s'adapter au changement climatique, selon un calcul d'experts de l'ONU.

En parallèle, de multiples pistes sont au coeur des négociations internationales pour trouver comment combler l'écart, parmi lesquelles l'allègement de la dette des pays pauvres ou des innovations financières via de nouvelles taxes internationales.

 

 


L'Asie paye le prix fort aux aléas climatiques

Des habitants traversent les eaux de crue après avoir été évacués d’une zone inondée suite à de fortes pluies dans la ville de Qingyuan, dans la province méridionale du Guangdong en Chine. (AFP)
Des habitants traversent les eaux de crue après avoir été évacués d’une zone inondée suite à de fortes pluies dans la ville de Qingyuan, dans la province méridionale du Guangdong en Chine. (AFP)
Short Url
  • L'année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée dans le monde. Et en Asie l'impact des vagues de chaleur devient de plus en plus sévère
  • L'Asie se réchauffe plus rapidement que la moyenne mondiale, avec des températures l'année dernière de près de deux degrés Celsius supérieures à la moyenne de 1961 à 1990

GENEVE: L'Asie a été "la région du monde la plus touchée par les catastrophes" liées à la météo en 2023, inondations et tempêtes ayant fait le plus de victimes et de pertes économiques, indique l'ONU mardi.

"Le changement climatique a exacerbé la fréquence et la gravité de tels événements, impactant profondément les sociétés, les économies et, plus important encore, les vies humaines et l'environnement dans lequel nous vivons", a déclaré Celeste Saulo, directrice de l'Organisation mondiale de la météorologie (OMM) dans un communiqué.

L'année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée dans le monde. Et en Asie l'impact des vagues de chaleur devient de plus en plus sévère, souligne l'OMM, ajoutant que la fonte des glaciers -notamment dans la chaîne de l'Himalaya- menace la sécurité hydrique de la région.

En outre, l'Asie se réchauffe plus rapidement que la moyenne mondiale, avec des températures l'année dernière de près de deux degrés Celsius supérieures à la moyenne de 1961 à 1990.

"Les conclusions du rapport donnent à réfléchir", a déclaré la cheffe de l'OMM.

"De nombreux pays de la région ont connu en 2023 leur année la plus chaude jamais enregistrée, accompagnée d'une série de conditions extrêmes, allant des sécheresses et des vagues de chaleur aux inondations et aux tempêtes", souligne le rapport.

Le rapport sur l'état du climat en Asie 2023 souligne l'accélération du rythme des principaux indicateurs du changement climatique tels que la température de surface, le retrait des glaciers et l'élévation du niveau de la mer, affirmant qu'ils auraient de graves répercussions sur les sociétés, les économies et les écosystèmes de la région.


Alistithmar Capital et Ezdihar Real Estate s'associent pour lancer un fonds de développement immobilier de 293 millions de dollars

Khalid bin Abdulaziz Al-Rayes , PDG d'Investment Capital, et Abdul Mohsen bin Fawaz Al Hokair, PDG d'Izdihar Real Estate Development Co. (Fournie)
Khalid bin Abdulaziz Al-Rayes , PDG d'Investment Capital, et Abdul Mohsen bin Fawaz Al Hokair, PDG d'Izdihar Real Estate Development Co. (Fournie)
Short Url
  • 'objectif est de stimuler la croissance du capital des investisseurs immobiliers
  • e partenariat avec Ezdihar vise à poursuivre des objectifs communs dans le domaine de l'immobilier et à offrir aux investisseurs des opportunités adaptées à leurs objectifs

RIYADH : La société saoudienne Alistithmar Capital s'associe à Ezdihar Real Estate Development Co pour créer un fonds immobilier de 1,1 milliard de SR (293 millions de dollars), ce qui profitera au paysage commercial et de bureaux de Riyad.

Dans un communiqué, Alistithmar Capital, la filiale d'investissement de la Saudi Investment Bank, a annoncé que l'objectif est de stimuler la croissance du capital des investisseurs en obtenant des droits d'usufruit sur une parcelle de 103 000 m² dans les locaux de l'Université du Roi Saoud sur la route Prince Turki Al-Awwal à Riyad, afin de développer le terrain en un complexe de bureaux commerciaux générant des revenus.

Le PDG de la société, Khalid Al-Rayes, a déclaré que le partenariat avec Ezdihar vise à poursuivre des objectifs communs dans le domaine de l'immobilier et à offrir aux investisseurs des opportunités adaptées à leurs objectifs et à l'évolution du paysage immobilier.

Il a ajouté que son organisation se consacre à offrir des perspectives d'investissement de haute qualité aux investisseurs immobiliers grâce à des fonds méticuleusement structurés et adaptés aux exigences de chaque projet. Cette approche garantit des avantages maximaux et des retours sur investissement optimaux.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com