L'ONU commémore pour la première fois l'anniversaire de la Nakba palestinienne

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas prend la parole lors d'un événement de haut niveau pour la commémoration du 75e anniversaire de la Nakba au siège des Nations Unies à New York, le 15 mai 2023 (Photo, AFP).
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas prend la parole lors d'un événement de haut niveau pour la commémoration du 75e anniversaire de la Nakba au siège des Nations Unies à New York, le 15 mai 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 16 mai 2023

L'ONU commémore pour la première fois l'anniversaire de la Nakba palestinienne

  • Le président palestinien Mahmoud Abbas s'est exprimé lors d'une réunion de l'ONU consacrée à la commémoration du déplacement forcé des Palestiniens lors de la création d'Israël il y a 75 ans
  • Il a appelé à la création d'un État palestinien indépendant, à son adhésion à part entière à l'ONU et à la demande de comptes aux autorités israéliennes pour les violations du droit international

NEW YORK: L'ONU a commémoré officiellement la Nakba palestinienne, pour la première fois lundi dernier. À cette occasion, le président Mahmoud Abbas a rappelé aux représentants des États membres que son peuple avait le droit de vivre dans la liberté et la dignité au sein de sa propre nation indépendante.

Il a également demandé l’obtention de la Palestine du statut de membre à part entière de l'ONU, alors qu'elle bénéficie actuellement du statut d'État observateur non membre accordé en novembre 2012.

M. Abbas a également exhorté l'organisation à suspendre l'adhésion d'Israël à l’ONU si ce pays continue d'ignorer ses résolutions condamnant l'occupation des territoires palestiniens et la construction de colonies israéliennes sur les terres palestiniennes, qui sont considérées comme illégales au regard du droit international.

Le président s’est exprimé lors d'une réunion du comité spécial pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien organisée pour la commémoration du 75e anniversaire de la Nakba, terme utilisé par les Palestiniens pour décrire le déplacement massif de leurs terres lors de la création de l'État d'Israël en 1948.

Entre 1947 et 1949, environ 750 000 Palestiniens, sur une population de 1,9 million d'habitants, ont été chassés de leurs villes et villages, pris par les immigrants juifs. La plupart des Palestiniens déplacés ont fui vers les pays voisins, où ils se sont installés en tant que réfugiés.

Les Nations unies ont adopté cette année une résolution commémorant officiellement la Nakba pour la première fois, bien que 30 nations aient voté contre. S'adressant aux représentants des nombreux États membres de l'ONU présents à la réunion de lundi, M. Abbas a exigé qu'Israël et les principaux États qui le soutiennent, à savoir le Royaume-Uni et les États-Unis, reconnaissent leur responsabilité dans la Nakba, présentent leurs excuses au peuple palestinien et lui versent des indemnités.

Il a déclaré que le peuple palestinien avait accepté le droit d'Israël à exister sur les 78% de terres historiquement palestiniennes qui constituent l'État d'Israël, et qu'il ne demandait plus qu'à être autorisé à établir son propre État sur les territoires occupés de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. Israël a occupé ces territoires et d'autres territoires arabes pendant la guerre israélo-arabe de 1967.

M. Abbas a rappelé qu'il ne s'opposait pas au peuple juif ou au judaïsme, mais plutôt à «ceux qui occupent mes terres, quelles que soient leurs croyances». Selon lui, c'est «le gouvernement israélien qui est responsable de la Nakba et du meurtre, du déplacement et de la destruction» des Palestiniens.

Il a appelé la communauté internationale à tenir les autorités israéliennes pour responsables de leurs actions dans les territoires palestiniens occupés et des violations du droit international.

«La communauté internationale ne doit pas accepter ou rester les bras croisés face aux revendications fallacieuses d'Israël», a indiqué M. Abbas, et «Israël ne doit pas rester un État au-dessus des lois».

Il a ajouté que les Palestiniens allaient saisir la Cour pénale internationale pour dénoncer les violations du droit international et les crimes de guerre commis par Israël à l'encontre du peuple palestinien dans les territoires occupés.

Le président de l'Autorité palestinienne a par ailleurs exhorté les Nations unies à accorder à la Palestine le statut de membre à part entière, car elle remplit les conditions requises. Il a reproché à l'organisation de ne pas avoir déjà pris une telle décision.

Le diplomate sénégalais Cheikh Niang, président du comité spécial, a ouvert la réunion en réitérant son soutien ferme aux droits du peuple palestinien et en appelant à la fin de l'occupation israélienne des terres palestiniennes.

Il a décrit la Nakba comme «l'épicentre» de la souffrance palestinienne et a condamné les récentes attaques israéliennes contre Gaza, au cours desquelles des dizaines de Palestiniens ont été tués ou blessés.

«La mort de civils, Palestiniens ou Israéliens, est inacceptable et nous demandons instamment à toutes les parties concernées de mettre fin aux hostilités», a-t-il déclaré.

«La Nakba, ainsi que la souffrance de générations de Palestiniens, est un événement rarement raconté dans les livres d'histoire car trop souvent oublié.»

Des représentants de l'Union africaine, du Conseil de coopération du Golfe, de la Ligue arabe, de l'Organisation de la coopération islamique et de plusieurs groupes de la société civile ont exprimé leur solidarité avec le peuple palestinien et son droit à un État indépendant.

Ils ont également reconnu que la Nakba se poursuit à ce jour car les Palestiniens sont toujours sous occupation israélienne et continuent de souffrir dans des conditions similaires à celles qu'ils ont subies pour la première fois il y a 75 ans.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Paraguay soutient la candidature de l'Arabie saoudite à l'organisation de l'Exposition universelle de 2030

Le président Santiago Peña Palacios, à gauche, rencontre le ministre d'État saoudien aux affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, en marge de l'AGNU78 à New York. (X : KSAMofaEN)
Le président Santiago Peña Palacios, à gauche, rencontre le ministre d'État saoudien aux affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, en marge de l'AGNU78 à New York. (X : KSAMofaEN)
Short Url
  • Le président Santiago Peña Palacios a annoncé le soutien de son pays en marge de l'AGNU78
  • La possible Expo 2030 de Riyad promet de devenir la « première exposition respectueuse de l'environnement dont les émissions de carbone seront nulles »

RIYAD : Le Paraguay a apporté son soutien à la candidature de l'Arabie saoudite pour l'organisation de l'Exposition universelle 2030, rejoignant ainsi la liste croissante des pays qui l’appuient, a déclaré tôt samedi le ministère saoudien des Affaires étrangères.

Le président Santiago Peña Palacios a annoncé la position de son pays à l'issue d'une réunion avec le ministre d'État saoudien aux Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, en marge de la 78e session de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, a indiqué le ministère dans un communiqué.

« Le président Palacios a souligné que ce soutien est le résultat des relations privilégiées entre les deux pays », indique le communiqué du ministère publié sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

Le ministre Al-Jubeir a, à son tour, transmis les remerciements du Royaume pour le soutien du Paraguay.

Riyad est en concurrence avec Rome et la ville sud-coréenne de Busan pour accueillir l'exposition universelle de 2020.

Les États membres du Bureau international des expositions (BIE), basé à Paris, choisiront le pays hôte de l'exposition universelle de 2030 lors de leur 173e assemblée générale en novembre.

Si le BIE choisit Riyad plutôt que Busan ou Rome, la capitale saoudienne deviendra le deuxième pays de la région MENA à accueillir un événement aussi prestigieux. Dubaï a été la première à abriter l'Expo 2020.

La possible Expo 2030 de Riyad promet de devenir la « première exposition respectueuse de l'environnement dont les émissions de carbone seront nulles ».

L'objectif d'accueillir une exposition sans émission de carbone s'aligne également sur l'engagement de Vision 2030 en faveur de l'énergie propre et de la durabilité.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Liban: des migrants syriens secourus par l'armée après un naufrage

L'armée libanaise a secouru samedi 27 migrants syriens après le naufrage de leur embarcation de fortune en Méditerranée orientale, dans le nord du Liban, a-t-elle indiqué dans un communiqué. (AFP)
L'armée libanaise a secouru samedi 27 migrants syriens après le naufrage de leur embarcation de fortune en Méditerranée orientale, dans le nord du Liban, a-t-elle indiqué dans un communiqué. (AFP)
Short Url
  • Les migrants qui cherchent à rejoindre l'Europe depuis le Liban se dirigent en règle générale vers l'île de Chypre, située à quelque 175 kilomètres des côtes libanaises
  • Lors de leur interrogatoire, des Syriens ont déclaré avoir payé de 5 000 à 7 000 dollars par personne pour migrer vers l'Europe

BEYROUTH: L'armée libanaise a secouru samedi 27 migrants syriens après le naufrage de leur embarcation de fortune en Méditerranée orientale, dans le nord du Liban, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

La marine libanaise, avec le soutien de la défense civile, "a secouru 27 clandestins à bord d'un canot pneumatique qui coulait au large de Chekka", selon la même source. Ils étaient tous syriens, a précisé à l'AFP un responsable de l'armée.

Les migrants qui cherchent à rejoindre l'Europe depuis le Liban se dirigent en règle générale vers l'île de Chypre, située à quelque 175 kilomètres des côtes libanaises.

Par ailleurs, la police a annoncé samedi avoir arrêté un passeur libanais et 42 ressortissants syriens. L'homme était au volant d'une camionnette "remplie de Syriens", selon la police.

Le suspect a avoué qu'il envisageait de les faire passer clandestinement par bateau à Chypre, a ajouté la police dans un communiqué.

Lors de leur interrogatoire, des Syriens ont déclaré avoir payé de 5 000 à 7 000 dollars par personne pour migrer vers l'Europe via Chypre, ajoute le communiqué.

"Nous avons essayé de les arrêter avant qu'ils ne partent par la mer", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire, sous couvert d'anonymat.

Jeudi, l'armée libanaise a indiqué avoir empêché 1 000 passages illégaux via la frontière poreuse avec la Syrie cette semaine.

Le Liban a le ratio le plus élevé de réfugiés par habitant au monde, selon l'agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR), avec près de deux millions de Syriens sur son sol d'après les estimations officielles. Près de 830 000 d'entre eux sont enregistrés auprès de l'ONU.

L'économie libanaise s'est effondrée fin 2019, poussant à l'exode de nombreux migrants -- des Libanais rejoignant les Syriens et les réfugiés palestiniens dans leurs périlleux voyages vers l'Europe.

Le conflit en Syrie, déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, a fait plus d'un demi-million de morts, déplacé des millions de personnes et morcelé le pays.


La négociation est un art qui se travaille

Short Url
  • Une bonne négociation aide à faire la différence, promouvoir un point de vue, convaincre les autres parties, créer de la valeur, prévenir les tensions et résoudre les conflits
  • Une bonne négociation aide à faire la différence, promouvoir un point de vue, convaincre les autres parties, créer de la valeur, prévenir les tensions et résoudre les conflits

RIYAD : La Fédération des Chambres de Commerce saoudiennes en collaboration avec le Conseil d’affaires franco-saoudien a organisé à Riyad le 19 septembre dernier, une journée de formation consacrée exclusivement au thème de la négociation : « Négociation et établissement de partenariats : un ensemble stratégique de compétences en leadership » sous la direction de Monsieur Aurélien Colson.

Aurélien Colson est professeur associé de science politique à l’ESSEC, École Supérieure des Sciences Économiques et Commerciales où il dirige l’Institut de Recherche et d’Enseignement sur la Négociation, IRENÉ.

Durant cette journée d’études, le professeur Aurélien Colson a mis l’accent sur les principes fondamentaux d’une négociation dans l’établissement de partenariats avec des partenaires commerciaux, des autorités publiques ou avec d’autres entités.

Mr Guillaume Rebiere, directeur administratif du Conseil d’affaires franco-saoudien a déclaré au micro d’Arab News en français : « Le but de cette journée de formation, c’est d’aider les chefs d’entreprises à développer leurs compétences. Le marché saoudien s’ouvre, il y a de plus en plus d’investisseurs étrangers en Arabie Saoudite. Aujourd’hui, il y a 160 filiales d’entreprises françaises dans le pays, ce qui représente un chiffre important avec en plus des entreprises qui sont à la pointe dans leur secteur et qui cherchent aussi à localiser la production ici dans le pays. »     

Monsieur Colson affirme que négocier requiert des compétences en leadership et qu’une négociation efficace repose sur des méthodes et des outils qui peuvent être appris.

Une bonne négociation aide à faire la différence, promouvoir un point de vue, convaincre les autres parties, créer de la valeur, prévenir les tensions et résoudre les conflits.   

Savoir écouter son interlocuteur est avant tout une preuve de respect et permet de créer une relation de confiance entre les interlocuteurs. Les deux parties doivent se sentir reconnues, appréciées et conscientes de la compréhension des points de vue dans la recherche de solutions.

Il est aussi indispensable d’établir et d’organiser un processus de travail méthodique, respecter le temps et l’agenda des négociations. Il est également vivement recommandé de faire preuve de créativité, d’innovation, de réalisme, de collecter des informations sur ses partenaires, connaître la culture des personnes avec lesquelles on veut négocier, procéder à une évaluation objective avant toute prise de décision.

En conclusion, toute négociation doit être préparée en amont, en se fixant des objectifs clairs, réalistes et précis, en sachant à qui l’on s’adresse. L’argumentaire doit être structuré et hiérarchisé car de sa clarté dépend souvent la signature d’un accord. Il faut être précis sur les objectifs et avoir une connaissance pointue du sujet, prévoir des solutions alternatives qui pourront être valorisées, savoir faire des concessions, être à l’écoute, être prêt à négocier, faire fi des ultimatums, demander à son interlocuteur s’il est satisfait, et enfin être prêt à renoncer si les conditions ne sont pas source de bénéfices.