Le Conseil de sécurité de l’ONU répond aux appels pour l’intensification du processus de paix au Yémen

L’ambassadeur d’Arabie saoudite au Yémen, Mohammed al-Jaber (à droite), et Rachad al-Alimi (au centre, devant), président du nouveau Conseil de direction du Yémen, assistent à l’inauguration d’un hôpital rénové à Aden le 10 mai 2023, dans le cadre d’un programme saoudien de reconstruction et de développement d’une valeur de centaines de millions de dollars. (AFP)
L’ambassadeur d’Arabie saoudite au Yémen, Mohammed al-Jaber (à droite), et Rachad al-Alimi (au centre, devant), président du nouveau Conseil de direction du Yémen, assistent à l’inauguration d’un hôpital rénové à Aden le 10 mai 2023, dans le cadre d’un programme saoudien de reconstruction et de développement d’une valeur de centaines de millions de dollars. (AFP)
Des médecins travaillent lors de l’inauguration d’un hôpital rénové à Aden, le 10 mai 2023. (AFP)
Des médecins travaillent lors de l’inauguration d’un hôpital rénové à Aden, le 10 mai 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 mai 2023

Le Conseil de sécurité de l’ONU répond aux appels pour l’intensification du processus de paix au Yémen

  • L’envoyé spécial de l’ONU a félicité les autorités saoudiennes et omanaises pour leur soutien aux initiatives visant à apporter la stabilité au Yémen et à mettre fin au conflit
  • Dans son allocution au Conseil de sécurité, le représentant du Yémen auprès de l’ONU a énuméré les violations que le peuple de son pays a subies de la part des Houthis

NEW YORK: Le Conseil de sécurité de l’Organisation des nations unies (ONU) a entendu mercredi les appels à redoubler d’efforts pour parvenir à une trêve durable au Yémen afin de mettre fin au conflit et d’atténuer les souffrances dans le pays. 

S’exprimant lors de la dernière réunion consacrée à la situation au Yémen, l’envoyé spécial de l’ONU dans le pays, Hans Grundberg, a déclaré au Conseil qu’une trêve conclue un an auparavant s’est avérée bénéfique pour la stabilité globale du pays et qu’elle avait favorisé une légère reprise économique. 

Cependant, la situation demeure fragile, ajoute-t-il, et les violences sporadiques qui continuent d’éclater dans diverses provinces renforcent l’instabilité. 

Hormis ces violations, la trêve négociée par l’ONU est à l’origine de la plus longue interruption des hostilités depuis le début de la guerre en 2014 entre les forces loyales au gouvernement yéménite et les milices houthies soutenues par l’Iran qui contrôlent de vastes régions du pays, y compris la capitale Sanaa. 

Dans le cadre de cette trêve, les deux parties sont convenues de mettre fin aux activités militaires et d’autoriser la reprise des vols commerciaux à destination de l’aéroport de Sanaa et en provenance de celui-ci. Elles ont également décidé d’autoriser les navires transportant du carburant à accoster au port de Hodeïda et de rouvrir les principales routes reliant les provinces du pays. 

«La trêve fournit un environnement propice et constitue un point de départ», précise M. Grundberg. 

«La fragilité de la situation militaire, l’état désastreux de l’économie et les défis quotidiens auxquels sont confrontés les Yéménites nous rappellent pourquoi un accord plus global entre les parties est primordial.

L’envoyé a félicité les autorités saoudiennes et omanaises pour leur soutien aux initiatives visant à apporter la stabilité au Yémen et à mettre fin au conflit. 

«Je tiens à saluer les efforts déployés par l’Arabie saoudite et Oman pour soutenir le rôle de médiation de l’ONU», indique-t-il. 

Il ajoute qu’il est également encouragé par les récentes discussions avec des responsables au Yémen et dans toute la région. Malgré les nombreux défis, «il est possible d’envisager l’avenir avec un optimisme prudent», souligne-t-il. 

Hans Grundberg attire l’attention sur la libération de huit cent soixante-dix-huit détenus dans le cadre d’un accord facilité par son bureau et le Comité international de la Croix-Rouge, avec le soutien du gouvernement suisse. 

Alors qu'il demande la libération de toutes les personnes détenues à la suite du conflit, il souligne que le gouvernement saoudien, qui soutient le gouvernement internationalement reconnu du Yémen, a déjà libéré un nombre croissant de détenus, tandis que des milliers d'autres restent emprisonnés. 

Dans son allocution devant le Conseil de sécurité, le représentant du Yémen auprès de l’ONU a énuméré les violations que le peuple de son pays a subies de la part des Houthis. Il indique que ces derniers ciblent les infrastructures civiles, recrutent des enfants pour combattre et violent les droits humains des Yéménites dans les zones qu’ils contrôlent. 

«Le gouvernement yéménite appelle la communauté internationale, et cet honorable conseil, à respecter leurs engagements et à faire davantage pression sur les milices houthies et l’Iran, qui les soutient, afin qu’ils choisissent la paix pour mettre fin aux souffrances prolongées», insiste l’envoyé yéménite. 

Edem Wosornu, directrice des opérations et de la sensibilisation au Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU, déclare aux membres du conseil que la situation humanitaire au Yémen reste désastreuse, étant donné que des millions de personnes luttent toujours pour obtenir suffisamment de nourriture et d’abris pour elles-mêmes et leurs familles. 

Elle affirme que deux facteurs ont limité la capacité de son organisme à aider les Yéménites dans le besoin. Premièrement, de nombreuses personnes dans le pays n’ont même pas accès à une aide humanitaire de base, en particulier dans les zones sous contrôle houthi. Deuxièmement, les dons destinés à financer l'aide au Yémen restent très insuffisants, avec 80% des objectifs de financement non atteints. 

Yasmine al-Eryani, du Centre d’études stratégiques de Sanaa, explique que le conflit a eu des effets économiques et humanitaires dévastateurs sur le peuple yéménite. 

«La guerre a privé les Yéménites de la possibilité de rêver à un avenir meilleur», déclare-t-elle. 

«Cependant, ils sont toujours capables de se redresser et de restaurer leur pays. Je peux vous assurer que les femmes, les jeunes et toutes les catégories de la société yéménite sont tout à fait capables de reconstruire le pays et de façonner son avenir», conclut-elle. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Appels à faire justice un an après le «vendredi sanglant» en Iran

es groupes de défense des droits humains ont réclamé samedi, un an après la répression sanglante de manifestations dans le sud-est de l'Iran, que les auteurs de ces violences soient jugés (Photo d'illustration, AFP).
es groupes de défense des droits humains ont réclamé samedi, un an après la répression sanglante de manifestations dans le sud-est de l'Iran, que les auteurs de ces violences soient jugés (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
  • Les manifestations ont été déclenchées après des accusations selon lesquelles un chef de la police d'une autre ville de la province aurait violé une adolescente
  • Au moins 104 personnes ont été tuées, selon l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée en Norvège

PARIS: Des groupes de défense des droits humains ont réclamé samedi, un an après la répression sanglante de manifestations dans le sud-est de l'Iran, que les auteurs de ces violences soient jugés.

Selon des militants, les forces de sécurité iraniennes ont tiré sur des manifestants le 30 septembre 2022 à Zahedan, ville de la province du Sistan-Baloutchistan, dans le sud-est de l'Iran.

Au moins 104 personnes ont été tuées, selon l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée en Norvège, lors de cette journée baptisée le "vendredi sanglant".

Les manifestations ont été déclenchées après des accusations selon lesquelles un chef de la police d'une autre ville de la province aurait violé une adolescente appartenant à la minorité baloutche.

Elles se sont tenues par ailleurs dans un contexte déjà tendu, marqué par une vague de manifestations à travers le pays après la mort de Mahsa Amini, une Iranienne kurde de 22 ans, décédée trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique.

Des militants déplorent régulièrement que la minorité baloutche, qui est fortement présente au Sistan-Balouchistan et adhère majoritairement à l'islam sunnite et non au chiisme dominant en Iran, soit victime de discriminations de la part du pouvoir à Téhéran.

"Aucun officiel n'a été tenu responsable pour le meurtre illégal le 30 septembre 2022 de nombreux hommes, femmes et enfants issus de la minorité baloutche opprimée", a déclaré dans un communiqué Amnesty International.

"Pour l'anniversaire du +vendredi sanglant+, nous (...) restons mobilisés pour que justice soit rendue" aux victimes, a ajouté l'ONG.

Si le mouvement de protestation s'est nettement réduit ailleurs dans le pays, les habitants de Zahedan organisent des manifestations hebdomadaires depuis un an, comme vendredi malgré des mesures de sécurité renforcées, selon des militants.

Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles et lancé du gaz lacrymogène sur les protestataires, blessant au moins 25 personnes, selon l'ONG Baloch Activists Campaign.

Des images postées sur les réseaux sociaux montrent des gens courant dans la rue pour chercher un abri, sur fond de bruit de tirs, ou des hôpitaux recevant de nombreux blessés, parmi lesquels des enfants.

"C'est la démonstration horrible de la violence aveugle de la République islamique" qui "tente de mettre fin aux manifestations pacifiques", a déclaré Hadi Ghaemi, directeur exécutif du Center for Human Rights in Iran (CHRI), basé à New York.

"Il est impératif que les responsables iraniens soient tenus responsables par la communauté internationale", a-t-il dit.


Soudan du Sud: Pas de répit pour les personnes fuyant le conflit soudanais

Les personnes cherchant à échapper aux privations de la guerre et aux catastrophes naturelles au Soudan ont peu de chances de trouver de l'aide au Soudan du Sud (Photo, AFP/Archives).
Les personnes cherchant à échapper aux privations de la guerre et aux catastrophes naturelles au Soudan ont peu de chances de trouver de l'aide au Soudan du Sud (Photo, AFP/Archives).
Des personnes attendent à côté de bus de passagers alors que de la fumée s'échappe dans une zone de Khartoum où les combats entre l'armée soudanaise et les Forces paramilitaires se poursuivent encore aujourd'hui (Photo, AFP/Archives).
Des personnes attendent à côté de bus de passagers alors que de la fumée s'échappe dans une zone de Khartoum où les combats entre l'armée soudanaise et les Forces paramilitaires se poursuivent encore aujourd'hui (Photo, AFP/Archives).
De la fumée noire s'échappe des bâtiments lors des combats à Khartoum  (Photo, AFP).
De la fumée noire s'échappe des bâtiments lors des combats à Khartoum (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Soudan du Sud n'est pas étranger aux crises humanitaires, puisqu'il en a connu quelques-unes depuis son accession à l'indépendance en 2011
  • Les experts estiment que le pays n'est pas en mesure de faire face à l'afflux massif et soudain de personnes déplacées en provenance du Soudan

NAIROBI: Les civils déplacés par le conflit au Soudan ont trouvé refuge dans le plus jeune pays voisin, la République du Soudan du Sud, mais ils sont confrontés à une nouvelle série de défis redoutables.

On estime que 250 000 personnes — dont un grand nombre de Soudanais du Sud qui vivaient au Soudan — ont franchi la frontière depuis que les combats ont éclaté au Soudan en avril, et que beaucoup sont désormais hébergées dans des camps surpeuplés, dépourvus de nourriture, d'installations sanitaires et de services de soins de santé de base.

Les taux élevés de malnutrition et les épidémies de maladies telles que le choléra et la rougeole parmi les nouveaux arrivants témoignent des conditions sanitaires désastreuses, ce qui, selon les agences d'aide opérant dans la région, constitue l'une des nombreuses et sérieuses causes d’inquiétude.

ds
Des bagages sont transportés sur une charrette tirée par un âne au poste frontière de Qalabat, au Soudan, avec l'Éthiopie, le 31 juillet 2023, au milieu de combats entre les Forces armées soudanaises et les Forces paramilitaires de soutien rapide (Photo, AFP/Archives).

Les Nations unies ont averti que le nombre de personnes fuyant le Soudan pourrait doubler d'ici la fin de l'année si un accord n'est pas rapidement trouvé entre les parties belligérantes.

Outre le fait que le Soudan du Sud n'est pas préparé à absorber cette marée humaine à la recherche d'un abri et de subsistance, les propres lacunes politiques et économiques du Soudan du Sud en font un intermédiaire inefficace pour mettre fin au conflit au Soudan.

Et ce, malgré les efforts de médiation du président du Soudan du Sud, Salva Kiir, qui a récemment accueilli le dirigeant de facto du Soudan et chef des Forces armées soudanaises, le général Abdel Fattah al-Burhan, dans la capitale Juba.

ds
Le président du Soudan du Sud, Salva Kiir Mayardit, accueille le général Abdel Fattah al-Burhan, président du Conseil de souveraineté soudanais et chef des Forces armées soudanaises, à Juba, au Soudan du Sud, le 04 septembre 2023 (Photo via Getty Images).

Le Soudan du Sud n'est pas étranger aux difficultés et à l'adversité, ayant connu ses propres conflits sanglants depuis son accession à l'indépendance en 2011. Comme son voisin du nord, dont il s'est séparé, le Soudan du Sud est également confronté à l'instabilité politique et aux conflits ethniques.

Si l'on ajoute à cela les ressources limitées et les infrastructures primitives du Soudan du Sud, le pays n'est pas en mesure de faire face à un afflux aussi important et soudain de personnes démunies.

«La majorité de ces réfugiés sont des femmes, des enfants et de jeunes adultes, avec une concentration notable de jeunes âgés de 12 à 22 ans», a déclaré à Arab News, John Dabi, commissaire adjoint aux affaires des réfugiés du Soudan du Sud.


Les Etats-Unis arrêtent un responsable de Daesh après un raid en Syrie

Les Etats-Unis ont mené un raid par hélicoptère dans le nord de la Syrie le 28 septembre, capturant Mamdouh Ibrahim Al-Hajji Cheikh (Photo d'illustration, AFP).
Les Etats-Unis ont mené un raid par hélicoptère dans le nord de la Syrie le 28 septembre, capturant Mamdouh Ibrahim Al-Hajji Cheikh (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
  • Les Etats-Unis ont mené un raid par hélicoptère dans le nord de la Syrie le 28 septembre, capturant Mamdouh Ibrahim Al-Hajji Cheikh
  • La semaine dernière, les forces du commandement central ont déclaré avoir capturé Abou Halil Al-Fadaani

DUBAI : Les forces du Commandement central américain ont mené un raid par hélicoptère dans le nord de la Syrie le 28 septembre, capturant Mamdouh Ibrahim Al-Hajji Cheikh, un représentant de Daesh, a déclaré le Commandement central samedi.

La semaine dernière, les forces du commandement central ont déclaré avoir capturé Abou Halil Al-Fadaani, un responsable des opérations et de la médiation de Daesh en Syrie, dont on a estimé qu'il avait des relations dans l'ensemble du réseau de Daesh dans la région, au cours d'un raid mené le 25 septembre.

Aucun civil n'a été blessé ou tué au cours des deux opérations, précisent les deux communiqués du commandement central.