Le «stress numérique», un risque à ne pas négliger au travail

Cette capture d'écran de Teamflow montre un espace de travail virtuel où les participants ont un cercle autour de leur photo, symbolisant la portée auditive entre les personnes. (Photo par Teamflow / AFP)
Cette capture d'écran de Teamflow montre un espace de travail virtuel où les participants ont un cercle autour de leur photo, symbolisant la portée auditive entre les personnes. (Photo par Teamflow / AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 28 mai 2023

Le «stress numérique», un risque à ne pas négliger au travail

  • Pour le Pr Dab, «on va parler de +stress numérique+ quand la quantité d'informations disponibles que nous devons traiter dépasse notre capacité»
  • Pour l'épidémiologiste, cela signifie «une perte de sens, d'efficacité et de profondeur d'analyse ; on est peut être en train d'atteindre un seuil de toxicité»

PARIS : Les outils numériques prennent de plus en plus de place au travail et en sont un facilitateur. Mais ils portent aussi le risque d'un «stress numérique», alors qu'une étude récente indique que 31% des salariés sont exposés à une hyper-connexion.

«Les mails, les outils de télé-réunion, les messageries internes, l'accès à internet (...). Tous ces outils ont bouleversé notre vie», a rappelé cette semaine William Dab, épidémiologiste et ex-Directeur général de la santé lors d'une conférence intitulée «Le stress numérique, un risque émergent».

«Se pourrait-il que ces outils, ou plus exactement les usages de ces outils, soient en train de se retourner contre nous? «, a-t-il questionné, lors de cette intervention dans le cadre du salon Préventica dédié à la santé et la sécurité au travail.

«Ce que je trouve compliqué depuis relativement récemment, post-Covid et confinements, c'est la multiplication des canaux, qui fait qu'on ne sait plus d'où ça vient», entre les mails, messages par Teams, WhatsApp, Zoom, les SMS..., témoigne auprès de l'AFP Adrien Debré, avocat dans un cabinet d'affaires. «Ca rend la gestion des flux pénible. C'est comme des poupées russes qu'il serait nécessaire d'ouvrir», dit-il.

Avec le télétravail et des organisations «de plus en plus éclatées physiquement», «on est toute la journée derrière nos écrans», rapporte aussi Jérôme, cadre dans le secteur bancaire, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille. Même au bureau, les réunions en visio s'enchainent «à un train d'enfer». «Ca fatigue», dit-il.

Pour le Pr Dab, «on va parler de +stress numérique+ quand la quantité d'informations disponibles que nous devons traiter dépasse notre capacité», un sujet «en train de monter» sous différentes appellations: «infobésité», «pénibilité numérique» ou «technostress».

- «Situation d'isolement» -

Aux yeux de l'épidémiologiste, «le phénomène central est celui de +surconnexion+» qui peut entraîner «une surcharge mentale». Il pointe «un cercle vicieux avec une sorte de pression continue qui nous fait zapper d'une source d'information à l'autre», et le sentiment à un moment de «perdre le contrôle». Une situation de stress «dont la forme extrême est le burn-out».

«Comme médecin, j'analyse cela comme une nouvelle forme d'addiction» dont on connait encore peu les conséquences même si celles du stress sont «très bien connues», dit William Dab.

«Pas que mentales», celles-ci sont associées à une «augmentation des risques cardio-vasculaires, des risques métaboliques», ainsi qu'à des effets «immunitaires».

Le stress diminue en outre les performances, et les outils numériques, «s'ils ont ouvert la porte au travail à distance, nous mettent aussi en situation d'isolement». «En somme, ces outils qui nous rendent tellement service peuvent également altérer la santé et la qualité de vie au travail», dit-il.

Pour illustrer les «quelques données» sur le sujet, M. Dab cite une étude publiée mi-mai.

Menée par l'Observatoire de l'infobésité et de la collaboration numérique, elle a été réalisée notamment via l'analyse d'emails de près de 9.000 personnes en continu pendant deux ans.

- «Seuil de toxicité» -

Sans prétendre avoir une valeur statistique au vu du faible échantillon d'entreprises (10), elle montre que 31% des salariés sont exposés à l'hyper-connexion en envoyant des emails après 20H00 plus de 50 soirs par an (117 soirs pour des dirigeants).

En outre, plus de 50% des emails ont une réponse en moins d'une heure et ces messages sont générateurs de «beaucoup de bruit numérique» avec 25% dus au «répondre à tous».

L'étude a aussi mesuré les créneaux de «pleine concentration» (une heure sans envois d'emails). Pour les dirigeants, leur part hebdomadaire n'est que de 11% (24% pour les managers et 42% pour les collaborateurs).

Pour l'épidémiologiste, cela signifie «une perte de sens, d'efficacité et de profondeur d'analyse». «On est peut être en train d'atteindre un seuil de toxicité».

Mais «nous pouvons agir», assure l'épidémiologiste: en restreignant les informations à «ce qui est réellement essentiel», en gardant «des plages où l'écran est fermé» ou encore par des activités physiques ou relaxantes.

Il s'agit, in fine, de «ne pas se laisser posséder comme on se laisse posséder par des drogues dures»...


Le cours du blé américain au plus bas depuis trois ans

Un champ de blé photographié le 16 janvier 2020 à Emmetsburg, dans l'Iowa, un État essentiellement rural.(Photo Spencer Platt Getty Images AFP)
Un champ de blé photographié le 16 janvier 2020 à Emmetsburg, dans l'Iowa, un État essentiellement rural.(Photo Spencer Platt Getty Images AFP)
Short Url
  • Le prix du blé d'hiver de variété SRW (Soft Red Winter Wheat) pour livraison en décembre a chuté de 6,4% sur la seule séance de vendredi
  • Selon le ministère américain de l'Agriculture (USDA), la production américaine de blé devrait atteindre, cette année, 66,5 millions de tonnes, soit près de 10% de plus que lors de la campagne précédente

NEW YORK : Le cours du blé américain est tombé vendredi à son plus bas niveau depuis trois ans après la publication d'un rapport prédisant une récolte plus abondante que prévu aux Etats-Unis.

Le prix du blé d'hiver de variété SRW (Soft Red Winter Wheat) pour livraison en décembre a chuté de 6,4% sur la seule séance de vendredi, descendant jusqu'à 5,40 dollars le boisseau (environ 27 kg), au plus bas depuis trois ans, presque jour pour jour.

Selon le ministère américain de l'Agriculture (USDA), la production américaine de blé devrait atteindre, cette année, 66,5 millions de tonnes, soit près de 10% de plus que lors de la campagne précédente (+9,8%), et davantage que ne l'attendaient les analystes.

Cette progression tient surtout à l'augmentation des volumes de blé de force rouge d'hiver (Red Winter Wheat), la variété la plus largement cultivée aux Etats-Unis.

Quant aux stocks de blé américains au 1er septembre, ils sont ressortis très légèrement au-dessus des calculs des analystes.

«Ce rapport n'était pas négatif pour les cours au point de provoquer ça», a réagi Jon Scheve, de Superior Feed Ingredients. «On est allé un peu loin», d'autant que les opérateurs ont reçu peu d'autres nouvelles, cette semaine, sur les éléments fondamentaux de la demande et de l'offre.

Pour lui, ce décrochage tient, en bonne partie, au contexte, notamment à la situation des exportations en Russie et en Ukraine qui, malgré le conflit, «paraît vivable».

Il voit aussi une explication dans l'atmosphère sombre qui règne sur les marchés financiers depuis quelques jours, créée par la posture offensive de la banque centrale américaine (Fed) et l'envolée des prix du pétrole.

Suite à la publication du rapport, le soja américain a, lui, frôlé son plus bas niveau de l'année, à 12,7500 dollars le boisseau (27 kg environ) pour le contrat à échéance en novembre.

L'estimation de stocks de l'oléagineux au 1er septembre est ressortie sensiblement au-dessus des attentes.


Branle-bas de combat aux Etats-Unis face à une paralysie budgétaire inévitable

Le président de la Chambre des représentants des États-Unis, Kevin McCarthy (R-CA), s'adresse à la presse après une réunion avec son groupe parlementaire au Capitole, à Washington, DC, le 29 septembre 2023. (Photo Andrew Caballero-Reynolds AFP)
Le président de la Chambre des représentants des États-Unis, Kevin McCarthy (R-CA), s'adresse à la presse après une réunion avec son groupe parlementaire au Capitole, à Washington, DC, le 29 septembre 2023. (Photo Andrew Caballero-Reynolds AFP)
Short Url
  • Ni le Sénat aux mains des démocrates, ni la Chambre des représentants contrôlée par les républicains ne sont pour l'instant parvenus à adopter une loi de finances pour prolonger le budget de l'Etat fédéral
  • Outre l'aide à l'Ukraine, un porte-parole du département d'Etat a cité les risques sur les fonds dédiés aux «besoins humanitaires mondiaux», à l'aide à la crise migratoire, ou à la lutte «contre les acteurs malveillants, en particulier en Afrique»

WASHINGTON : Les Etats-Unis fonçaient tête baissée vendredi vers une paralysie de l'Etat fédéral, plongeant le pays dans une pagaille logistique et une bataille politique, le président Biden et les républicains s'imputant tour à tour la faute.

Sauf accord de dernière minute, désormais quasiment impossible, la première économie du monde devrait dès dimanche fonctionner au ralenti: 1,5 million de fonctionnaires seront privés de salaire, le trafic aérien sera perturbé, tandis que les visiteurs des parcs nationaux trouveront porte close.

«Il y a encore une chance» que les Etats-Unis y échappent, voulait cependant croire la directrice du Bureau du budget de la Maison Blanche (OMB), Shalanda Young vendredi.

«Je reste optimiste, car nous avons un jour et demi» pour que les élus démocrates et républicains au Congrès trouvent un accord, a-t-elle déclaré lors du point presse quotidien de la Maison Blanche.

Mais aucune des deux chambres du Congrès -- ni le Sénat aux mains des démocrates, ni la Chambre des représentants contrôlée par les républicains -- n'est pour l'instant parvenue à adopter une loi de finances pour prolonger le budget de l'Etat fédéral, qui expire le 30 septembre, à minuit.

- L'aide à l'Ukraine, source de tensions -

A près d'un an de l'élection présidentielle, les deux camps se rejettent la responsabilité de cette situation, très impopulaire auprès des Américains.

Pour le président démocrate Joe Biden, nul doute: la balle est dans le camp des républicains de la Chambre des représentants.

C'est en effet dans cette chambre que se situe le noeud du blocage: l'aide à l'Ukraine, qu'une poignée d'élus républicains trumpistes refusent catégoriquement d'attacher à quelconque loi de finances.

Ces lieutenants de Donald Trump, qui disposent d'un pouvoir disproportionné en raison de la très fine majorité des républicains à la Chambre, avaient déjà poussé les Etats-Unis au bord du précipice politico-financier il y a quatre mois sur le dossier du relèvement du plafond de la dette.

Et ont reçu l'ordre de la part de l'ancien président, qui pourrait affronter Joe Biden en 2024, de «paralyser» l'Etat fédéral, à moins d'obtenir gain de cause sur «tous» les dossiers budgétaires en débat.

- «Shutdown» de 2018 -

C'est déjà sous la présidence de Donald Trump que les Etats-Unis avaient traversé leur plus long «shutdown», à l'hiver 2018. Selon plusieurs estimations, le PIB des Etats-Unis avait alors été amputé de plus de 3 milliards de dollars.

A moins de 40 heures désormais de l'échéance, le pays se prépare donc à cette nouvelle fermeture des services. Les fonctionnaires ont été notifiés jeudi de l'imminence de cette paralysie.

Ils devront en effet attendre la fin du «shutdown» pour toucher leur salaire. Certains, considérés comme «travailleurs essentiels», seront toutefois réquisitionnés, les autres auront interdiction d'accéder à leurs dossiers et emails. Les militaires ne seront pas non plus payés.

La plupart des célèbres parcs nationaux américains comme Yosemite et Yellowstone fermeront leurs portes. Le trafic aérien devrait également être très perturbé.

Et certains bénéficiaires d'aide alimentaire pourraient se les voir temporairement refuser.

Outre l'aide à l'Ukraine, un porte-parole du département d'Etat a aussi cité les risques sur les fonds dédiés aux «besoins humanitaires mondiaux», à l'aide à la crise migratoire, ou à la lutte «contre les acteurs malveillants, en particulier en Afrique», avertissant que cela met «en péril la sécurité nationale des Etats-Unis et (fait céder) du terrain à la Chine et à la Russie».

Une fonctionnaire, qui requiert l'anonymat car elle n'est pas autorisée à communiquer, a indiqué à l'AFP qu'elle est inquiète pour les semaines à venir, et devra compter sur le salaire de son mari pour assurer les dépenses courantes.

«Je vais regarder les informations, c'est certain. Mais je vais essayer de me concentrer sur mes enfants, passer du temps avec eux», souligne-t-elle.


Inflation : la grande distribution veut avancer le début des négociations avec les industriels

Un homme achète des produits laitiers dans un supermarché à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 4 septembre 2023. (Photo Charly Triballeau AFP)
Un homme achète des produits laitiers dans un supermarché à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 4 septembre 2023. (Photo Charly Triballeau AFP)
Short Url
  • La Fédération du Commerce et de la Distribution demande «qu’un délai raisonnable de négociation soit intégré au projet de loi, afin de permettre à ses enseignes de négocier efficacement pour baisser les prix».
  • «Trop de Français renoncent aujourd’hui à consommer ces produits du quotidien indispensables», alerte la FCD

PARIS : La FCD, qui représente la grande distribution, appelle le Parlement à faire en sorte que les négociations annuelles avec les industriels de l'agro-alimentaire, dont la fin a été avancée au 15 janvier par un projet de loi, débutent aussi plus tôt.

Dans un communiqué publié vendredi, intitulé «les Français ont besoin de baisses de prix rapides», la Fédération du Commerce et de la Distribution appelle «solennellement le Parlement à voter en faveur du projet de loi qui permet d’accélérer la clôture des négociations commerciales annuelles avec les plus grandes entreprises multinationales».

Ce projet, présenté mercredi en conseil des ministres, vise à contraindre distributeurs et industriels à conclure leurs négociations annuelles au 15 janvier au lieu du 1er mars, pour répercuter plus rapidement l'actuel ralentissement des prix sur les consommateurs.

Mais il prévoit aussi que les conditions générales de vente (CGV) soient envoyées par les industriels aux distributeurs «au plus tard 45 jours avant le 15 janvier 2024», leur laissant donc un mois et demi seulement pour discuter.

La FCD demande «qu’un délai raisonnable de négociation soit intégré au texte, afin de permettre à ses enseignes de négocier efficacement pour baisser les prix».

Jacques Creyssel, le délégué général de la FCD, a expliqué à l'AFP qu'il faudrait impérativement que les CGV aient été communiquées «si possible le 15 octobre, maximum le 1er novembre».

Cela reviendrait pour les députés à amender le texte de loi en inscrivant plutôt «75 jours» que «45 jours», permettant d'allonger d'un mois les discussions, selon M. Creyssel.

«Les enseignes appellent, de même, la représentation nationale à permettre le maintien, pendant un an, de promotions supérieures à 34% sur les produits de droguerie et d’hygiène, vendus par les grandes marques internationales», poursuit la FCD, appelant ainsi les parlementaires à différer d'un an l'entrée en vigueur de la loi Descrozaille, prévue pour le 1er mars.

«Trop de Français renoncent aujourd’hui à consommer ces produits du quotidien indispensables», écrit-elle.

Présidée par le PDG de Carrefour (no 2 du secteur) Alexandre Bompard, la FCD représente aussi Auchan, Aldi, Casino, Système U, ou des enseignes non-alimentaires, comme Boulanger, Darty ou Go Sport. Leclerc (no 1) et Intermaché (no 3) n'en font pas partie.

Elle estime à 750.000 le nombre d'emplois dans le secteur, avec «plus de 30.000 points de vente pour un volume d'affaires d'environ 225 milliards d'euros hors taxe».