Normalisation: i24 news et Abu Dhabi Media partageront la couverture de l'actualité

Une image distribuée par l'Agence de presse des Émirats arabes unis (WAM) montre les délégués émiratis et israéliens signant un accord lors du premier sommet des affaires des Accords d'Abraham à Abu Dhabi le 19 octobre 2020 . (WAM / AFP)
Une image distribuée par l'Agence de presse des Émirats arabes unis (WAM) montre les délégués émiratis et israéliens signant un accord lors du premier sommet des affaires des Accords d'Abraham à Abu Dhabi le 19 octobre 2020 . (WAM / AFP)
Short Url
Publié le Lundi 07 décembre 2020

Normalisation: i24 news et Abu Dhabi Media partageront la couverture de l'actualité

  • Dans la foulée de la normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis, la chaîne internationale i24News et le conglomérat Abu Dhabi Media ont annoncé lundi un accord "historique" permettant un "échange" de contenus entre leurs rédaction
  • "Ce nouveau pas va nous permettre d'étendre nos activités" avec un "acteur de premier plan au Moyen-Orient, une région que nous couvrons largement", s'est félicité Frank Melloul, PDG d'i24 News

ABU DHABI: Dans la foulée de la normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis, la chaîne internationale i24News et le conglomérat Abu Dhabi Media ont annoncé lundi un accord "historique" permettant un "échange" de contenus entre leurs rédactions basées dans les deux pays.

Cet accord entre la chaîne trilingue (anglais, français, arabe) i24News basée à Tel-Aviv, et Abu Dhabi Media, organisme public qui exploite notamment les chaînes Abu Dhabi, Abu Dhabi Sports et le journal Al-Etihad, permettra aux deux groupes de "partager leur couverture de l'actualité via leurs correspondants" dans les deux pays, avec une emphase sur leurs services en arabe, ont-ils indiqué dans un communiqué conjoint. 

"Ce nouveau pas va nous permettre d'étendre nos activités" avec un "acteur de premier plan au Moyen-Orient, une région que nous couvrons largement", s'est félicité Frank Melloul, PDG d'i24 News, chaîne lancée il y a sept ans par l'homme d'affaires Patrick Drahi avec pour ambition de s'imposer dans l'information en continu dans la région et au-delà.

Ce nouvel accord "illustre les nombreuses possibilités qui s'ouvrent à nous dans le prolongement de la signature des accords d'Abraham", nom des accords de normalisation signés en septembre à Washington par les Emirats, Bahreïn et Israël, a ajouté M. Melloul, qualifiant auprès de l'AFP ce nouveau partenariat d'"historique".

"Notre collaboration avec i24News nous permettra de renforcer nos capacités de production respectives" et "reflète notre engagement vis-à-vis de la vision des Emirats arabes unis, ainsi que de ses ambitions", a déclaré de son côté le directeur d'Abu Dhabi Media, Abdulraheem al Bateeh.  

Depuis la normalisation entre Israël et les Emirats, une première ligne aérienne directe a été inaugurée et des délégations de start-up israéliennes, oeuvrant dans l'intelligence artificielle, la Fintech (technologie financière) et l'agriculture se sont multipliées aux Emirats arabes unis.

Sur le plan culturel, le chanteur émirati Walid el-Jasim, a visité Israël et Jérusalem la semaine dernière, posant même devant le Mur des Lamentations, lieu de prière le plus saint du judaïsme, avec un drapeau émirati, et aussi devant l'esplanade des Mosquées, selon un photographe de l'AFP.

Ces accords de normalisation ont toutefois été fustigés par les dirigeants palestiniens - du Fatah laïc de Mahmoud Abbas, qui a une autorité limitée en Cisjordanie occupée, aux islamistes du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza - qui dénoncent une "trahison" de la part de pays arabes.


Obsèques de Shireen Abu Akleh: Tollé des autorités catholiques après les abus de la police israélienne

Le patriarche latin de Jérusalem, Pierbattista Pizzaballa, s’adresse aux journalistes pour évoquer la violence lors des funérailles de la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, à Jérusalem, le 16 mai 2022. (Reuters)
Le patriarche latin de Jérusalem, Pierbattista Pizzaballa, s’adresse aux journalistes pour évoquer la violence lors des funérailles de la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, à Jérusalem, le 16 mai 2022. (Reuters)
Short Url
  • Monseigneur Tomasz Grysa, représentant du Vatican à Jérusalem, déclare que l’incident viole un accord de 1993 entre le Saint-Siège et Israël
  • «Le monde entier a vu comment les porteurs ont été battus sauvagement, à coups de matraque, sans pitié ni respect pour les funérailles et la défunte», dit le frère de la journaliste

À Jérusalem, des personnalités catholiques romaines ont déclaré qu’Israël avait «brutalement» porté atteinte à la liberté religieuse dans la ville après que la police s’est opposée à des personnes en deuil lors du cortège funèbre de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, vendredi dernier.

La police a roué de coups des personnes qui, de l’hôpital Saint-Joseph, transportaient le cercueil de la journaliste et elle a lancé des grenades assourdissantes en direction de la foule.

Monseigneur Tomasz Grysa, représentant du Vatican à Jérusalem, déclare que l’incident viole un accord passé en 1993 entre le Saint-Siège et Israël sur «la défense et le respect du droit à la liberté de religion qui, dans le cas présent, a été brutalement violé».

L’archevêque Pierbattista Pizzaballa, patriarche latin de Jérusalem, ajoute: «L’invasion et l’usage de la force excessive par la police israélienne – attaquer les personnes en deuil, les frapper avec des matraques, utiliser des grenades fumigènes, tirer des balles en caoutchouc, effrayer les patients de l’hôpital – constituent de graves violations des normes et des réglementations internationales, y compris celles qui concernent le droit humain fondamental à la liberté de religion.»

Ces déclarations font partie d’une série de condamnations prononcées lors d’une conférence de presse à l’hôpital Saint-Joseph par les dirigeants de quinze communautés religieuses au sein de la ville.

Selon Jamil Koussa, directeur de l’hôpital, la police aurait pris pour cible le cercueil de la journaliste, et pas seulement les personnes en deuil, dans le but d’intimider et «d’horrifier» les personnes présentes.

Plusieurs membres du personnel médical ont également été blessés par les forces policières, qui ont pris d’assaut l’hôpital. Le Dr Mohammed Hmeidat, qui travaille dans l’unité de soins intensifs néonataux, déclare à la BBC qu’il a été brûlé par une grenade assourdissante.

«L’une d’elles était très proche de mes pieds et elle a explosé. Après cela, nous nous sommes précipités aux urgences et la police nous a également suivis», témoigne-t-il.

Les forces de l’ordre israéliennes ont mis en garde les personnalités religieuses de Jérusalem contre les «déclarations extrêmes contenant des affirmations sur des événements qui font toujours l’objet d’une enquête». Elles ajoutent que ces dernières «ne font que susciter l’émotion et ne sont pas responsables».

«Nous nous attendons à ce que les dirigeants religieux aident à rétablir le calme dans la région et évitent les déclarations provocatrices.»

Shireen Abu Akleh, une journaliste chrétienne qui travaillait pour la chaîne Al Jazeera, a été abattue mercredi alors qu’elle couvrait un raid militaire israélien à l’intérieur d’un camp de réfugiés palestiniens dans la ville occupée de Jénine, en Cisjordanie.

Les Forces de défense israéliennes ont d’abord nié être responsables de sa mort, mais, après une série de témoignages selon lesquels elles seraient à l’origine du tir mortel, elles ont ouvert une enquête sur l’activité de leurs soldats pendant l’opération.

La police israélienne, quant à elle, affirme que son intervention pendant les funérailles était nécessaire dans la mesure où les membres de la famille de la journaliste avaient prévu d’utiliser un corbillard pour transporter le cercueil de l’hôpital, mais la foule aurait menacé le chauffeur et se serait emparée du corps contre leur gré.

«La police était présente lors de l’incident pour maintenir l’ordre public et permettre aux funérailles d’avoir lieu. Des extrémistes, présents sur le terrain, ont tenté de transformer les funérailles en un événement violent», indique la police dans un communiqué.

Cependant, le frère de la journaliste, Tony Abu Akleh, déclare à la BBC: «Le monde entier a vu que les porteurs ont été battus sauvagement, à coups de matraque, sans pitié ni respect pour les funérailles ni pour la défunte.»

«Il s’agit de funérailles nationales auxquelles tous les Palestiniens pouvaient participer. La police n’avait pas le droit de faire ce qu’elle a fait.»

Lina, la nièce de la journaliste, déclare à la BBC: «Honnêtement, j’avais très peur, parce que la police a commencé à lancer des grenades assourdissantes. Un policier a même menacé de me battre si je ne me poussais pas», précise-t-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Élections libanaises: les réformateurs émergent

Les résultats au Liban révèlent un Parlement fragmenté et polarisé, divisé entre des députés pro et anti-Hezbollah. (Reuters)
Les résultats au Liban révèlent un Parlement fragmenté et polarisé, divisé entre des députés pro et anti-Hezbollah. (Reuters)
Short Url
  • Le résultat du scrutin a marqué un tournant dans un pays dévasté par une crise financière persistante et une pauvreté galopante
  • La nouvelle chambre devrait élire un nouveau président en l'absence de consensus parlementaire pour la réélection du président sortant, Nabih Berri

BEYROUTH: Le Hezbollah et ses alliés ont perdu leur majorité parlementaire, tandis que les indépendants ont fait des percées surprenantes, selon les résultats définitifs des élections, mardi dernier.

Ces derniers révèlent un Parlement fragmenté et polarisé, divisé entre des députés pro et anti-Hezbollah qui auront probablement du mal à travailler ensemble.

Le scrutin a marqué un tournant dans un pays dévasté par une crise financière persistante et une pauvreté galopante.

Les nouveaux visages réformateurs qui se sont lancés dans la course électorale sur les valeurs du soulèvement contre l'establishment, en 2019, ont enregistré un score plus important que ce que de nombreux observateurs avaient prédit.

L'ambassadeur saoudien au Liban, Walid al-Bukhari, a écrit sur Tweeter que les résultats «prouvent l'inévitable prévalence de la logique de l'État sur l’excès de force absurde du mini-État qui paralyse la vie politique et la stabilité au Liban».

Selon un observateur politique, «ni le Hezbollah ni le Courant patriotique libre ne contrôlent le Parlement».

Le mandat du nouveau parlement débute le 22 mai et le cabinet du Premier ministre, Najib Mikati, deviendra un gouvernement intérimaire.

La nouvelle chambre devrait élire un nouveau président en l'absence de consensus parlementaire pour la réélection du président sortant, Nabih Berri, qui occupe ce poste depuis 1992.

Mardi matin, Beyrouth a été témoin de l'incendie d'un «poing de la révolution» qui avait été installé sur la place des Martyrs en guise de symbole de la protestation populaire contre la classe dirigeante.

Par ailleurs, le taux de change du dollar par rapport à la livre libanaise (LL) sur le marché noir a dépassé les 30 000 LL pour la première fois après les élections.

Le palais présidentiel a annoncé que le président, Michel Aoun, avait été transféré à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu de France à Beyrouth «pour y subir des examens médicaux et des radiographies», assurant le public qu'Aoun «quittera l'hôpital dans les prochaines heures, lorsque les examens seront terminés».

Le Parlement ainsi élu ne ressemble à aucun des six parlements précédents depuis l'accord de Taïf, en 1989. Selon les observateurs politiques, «il reflète la tourmente politique que traverse le pays».

La défaite de plusieurs ténors politiques constitue l’un des éléments notables de cette élection. Le ministre de l'Information, Ziad Makari, a estimé que ces forces et ces personnalités «devraient remettre en question le travail qu'elles ont accompli pour leur peuple».

Il a ajouté: «Nous espérons que les forces de changement qui ont atteint le Parlement contribuent sérieusement à l'essor du pays, car ce dernier ne peut souffrir plus longtemps.»

Autre fait remarquable, le Hezbollah et ses alliés ont remporté un total de cinquante-neuf sièges sur cent vingt-huit. Les alliés du groupe comprennent le mouvement Amal, le Courant patriotique libre, le parti Tachnag et l'association Al-Ahbach, ainsi que Jihad al-Samad, Farid al-Khazen et Hassan Mourad.

Le mouvement Amal, dirigé par Nabih Berri, a remporté quinze sièges chiites, dont la plupart sont occupés par des députés actuels, y compris deux qui ont été inculpés dans l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth.

Le Hezbollah a remporté treize sièges chiites, avec ses actuels députés et deux nouveaux.

Un député chiite et deux députés sunnites alliés au Hezbollah ont également été élus.

Les Forces libanaises ont remporté vingt sièges. L’un d’eux est occupé par un député sunnite qui figurait sur une liste soutenue par le parti.

Le Courant patriotique libre a obtenu dix-huit sièges.

Le Parti socialiste progressiste, dirigé par Walid Joumblatt, a remporté neuf sièges et le mouvement des Phalanges libanaises (Kataëb) cinq, avec notamment un député arménien.

Le Mouvement de l'indépendance a obtenu deux sièges, le mouvement Marada deux aussi, tout comme Al-Ahbach (un siège à Beyrouth et un autre à Tripoli), alors que le groupe islamique en a gagné un seul.

Camille Dory Chamoun, du Parti national libéral, a remporté un siège. Le parti a annoncé mardi qu'il «fera partie du bloc qui comprend les Forces libanaises et leur allié».

Les élections ont également vu la victoire, principalement dans le Nord, de six anciens membres du courant du Futur qui avaient quitté le parti après la décision de l'ancien Premier ministre Saad Hariri de suspendre son activité politique.

Onze candidats indépendants ont été élus. Certains d’entre eux sont farouchement opposés au Hezbollah, comme Achraf Rifi à Tripoli et Fouad Makhzoumi à Beyrouth.

Quinze députés issus de la société civile et de la révolution de 2019 ont gagné. On compte parmi eux des médecins, des ingénieurs, des scientifiques, des avocats, des hommes d'affaires et des universitaires. Leur victoire brise le monopole des partis politiques conventionnels et traduit la révolte des électeurs contre leurs dirigeants traditionnels.

Parmi les vainqueurs figure Rami Fanj, candidat au siège sunnite de Tripoli. Il a évincé le député Faysal Karamé, issu d'une famille politique de longue date.

Huit des cent cinquante-cinq candidates ont réussi à briser l'écrasante domination masculine au Parlement.

Trois de ces élues étaient déjà députées: Inaya Ezzeddine, du mouvement Amal, Paula Yacoubian, qui a démissionné lors de la révolution du 17-Octobre, et Sethrida Geagea, des Forces libanaises.

Les autres femmes députées sont Nada Boustani Khoury, ancienne ministre de l'Énergie affiliée au Courant patriotique libre, Ghada Ayoub, des Forces libanaises, ainsi que Cynthia Zarazir, Najat Saliba et Halima Kaakour, du mouvement de la société civile.


L'Iran saisit un navire de contrebande de carburant dans le Golfe

Le navire étranger a été intercepté et escorté au port pour les enquêtes nécessaires. (AFP)
Le navire étranger a été intercepté et escorté au port pour les enquêtes nécessaires. (AFP)
Short Url
  • «Un navire étranger, transportant 550 000 litres de carburant de contrebande, a été saisi dans les eaux du Golfe persique», a déclaré le chef du pouvoir judiciaire dans la province de Hormozgan
  • L'Iran a fait état ces dernières semaines de plusieurs arraisonnements de navires dans les voies maritimes desservant le Golfe, d'où provient et transite une grande partie de la production mondiale de pétrole

TEHERAN : La Marine iranienne a saisi un navire se livrant à de la contrebande de carburant et arrêté l'équipage, a indiqué mercredi la télévision d'Etat.

L'Iran a fait état ces dernières semaines de plusieurs arraisonnements de navires dans les voies maritimes desservant le Golfe, d'où provient et transite une grande partie de la production mondiale de pétrole.

"Un navire étranger, transportant 550 000 litres de carburant de contrebande, a été saisi dans les eaux du Golfe persique", a déclaré mercredi Mojtaba Ghahremani, chef du pouvoir judiciaire dans la province de Hormozgan, dans le sud du pays.

Cité par la télévision, il a ajouté que les "sept membres de l'équipage avaient été arrêtés", sans préciser leur nationalité.

Vendredi, M. Ghahremani avait annoncé la saisie de deux navires, tandis qu'au moins trois incidents similaires avaient été signalés en avril.