Nouvel engrenage de violence en Cisjordanie: treize morts en deux jours

Des jeunes Palestiniens brûlent des pneus lors d'une manifestation près de la barrière frontalière avec Israël à l'est de la ville de Gaza le 19 juin 2023 à la suite d'un raid israélien en Cisjordanie. (AFP)
Des jeunes Palestiniens brûlent des pneus lors d'une manifestation près de la barrière frontalière avec Israël à l'est de la ville de Gaza le 19 juin 2023 à la suite d'un raid israélien en Cisjordanie. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 21 juin 2023

Nouvel engrenage de violence en Cisjordanie: treize morts en deux jours

  • L'attaque a eu lieu près d'une station essence à proximité de la colonie israélienne d'Eli
  • Parmi les morts tombés sous les balles de ces assaillants figurent deux habitants d'Eli et un jeune homme habitant dans le centre d'Israël

AL-LUBBAN ASH-SHARQIYA: Une attaque anti-israélienne menée par deux tireurs a fait quatre morts mardi après-midi en Cisjordanie, où treize personnes au total ont été tuées en deux jours de violences.

L'attaque a eu lieu près d'une station essence à proximité de la colonie israélienne d'Eli, entre Ramallah et Naplouse, dans le nord de ce territoire occupé par Israël depuis 1967.

Les deux assaillants ont été tués après avoir abattu deux habitants d'Eli ainsi qu'un jeune homme habitant dans le centre d'Israël. L'identité du quatrième mort n'est pas encore connue.

La veille un Palestinien membre du Jihad islamique avait été tué par des tirs de soldats israéliens près de Bethléem, dans le sud de la Cisjordanie, après un raid militaire israélien dans le camp de réfugiés de Jénine (nord) au cours duquel six Palestiniens, dont un combattant du Jihad islamique avaient été tués.

A Huwara, près de Naplouse, une centaine de colons juifs ont attaqué mardi soir les habitants et mis le feu à des terrains agricoles, selon le maire de cette ville palestinienne et un habitant joints par l'AFP au téléphone, semblant répéter ainsi le scénario d'une expédition punitive menée en février après une attaque palestinienne qui avait coûté la vie à deux Israéliens dans la zone.

Sur place, un journaliste de l'AFP a vu des oliveraies en feu. Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées, selon le Croissant-Rouge palestinien.

D'autres attaques de colons ont été signalées dans la soirée, à Al-Lubban al-Sharqiya, près d'Eli, et à Beit Furik, autre localité du nord de la Cisjordanie.

Selon l'armée israélienne l'un des deux auteurs de l'attaque près d'Eli a été "neutralisé" par un civil armé sur les lieux de l'attaque, où un photographe de l'AFP a vu son cadavre.

Selon les forces de sécurité israéliennes, le deuxième assaillant, en fuite, a lui aussi été "neutralisé" près de Toubas, où le ministère de la Santé palestinien a fait état de la mort d'un Palestinien tué par "des balles de l'occupation" (Israël, NDLR).

«Opération héroïque»

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié l'attaque de "choquante et répugnante". "Nous continuerons à combattre le terrorisme de toute notre force et nous le vaincrons", a-t-il ajouté.

"Rien ne peut justifier de telles attaques terroristes", a déclaré la diplomatie allemande dans un communiqué condamnant "fermement l'attentat".

Selon le Magen David Adom, équivalent israélien de la Croix-Rouge, les deux tireurs ont blessé quatre personnes, dont une était dans un état grave.

Ce nouveau drame intervient au lendemain de violents affrontements au cours d'un raid de l'armée israélienne ayant coûté la vie à six Palestiniens à Jénine, où les soldats se sont heurtés à une forte résistance locale.

L'opération a duré plus de dix heures, au cours desquelles un hélicoptère d'attaque israélien a tiré des missiles, ce qui n'était pas arrivé depuis des années à Jénine, selon l'armée afin de permettre à ses troupes de se dégager.

L'attaque près d'Eli est "la réponse aux crimes de l'occupation, dans le camp de réfugiés de Jénine hier", a assuré Hazem Qassem, le porte-parole du mouvement islamiste palestinien Hamas, contrôlant la bande de Gaza.

Tareq Selmi, porte-parole du Jihad islamique y a vu "l'opération héroïque d'un commando s'inscrivant dans un contexte de droit légitime à l'auto-défense".

«Notre terre»

Des responsables d'Eli ont identifié deux des morts de l'attaque comme Elisha Antman et Ofer Fayerman, habitants de la colonie. Le troisième mort a été identifié comme Harel Masood, 21 ans, habitant du centre d'Israël, selon un responsable local.

"C'est notre terre, c'est ici que nous vivons et nous allons être forts", a déclaré à l'AFP Eliana Passentin, qui vit à Eli. "Nous devrions pouvoir vivre notre vie tous les jours sans avoir peur".

Les incursions israéliennes dans le nord de la Cisjordanie, bastion de groupes armés palestiniens, dégénèrent souvent en affrontements meurtriers.

Depuis le début de l'année, au moins 166 Palestiniens, 21 Israéliens, un Ukrainien et un Italien ont été tués dans des violences liées au conflit israélo-palestinien, selon un décompte de l'AFP établi à partir de sources officielles israéliennes et palestiniennes avant l'attaque d'Eli.

Ces statistiques incluent, côté palestinien, des combattants et des civils parmi lesquels des mineurs, et, côté israélien, en majorité des civils dont des mineurs, et trois membres de la minorité arabe.

Hors Jérusalem-Est occupée et annexée, près de trois millions de Palestiniens vivent en Cisjordanie. Environ 490.000 Israéliens y habitent aussi dans des colonies considérées par l'ONU comme illégales au regard du droit international.


L’émir du Koweït nomme Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre

L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement
  • Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement

DUBAÏ: L’émir du Koweït, le cheikh Mechaal al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, a nommé Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre, rapporte aujourd’hui l’agence de presse nationale (Kuna).

Le dirigeant koweïtien a également chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement.

La semaine dernière, le cheikh Mechaal a accepté la démission du Premier ministre, Mohammed al-Sabah al-Salem al-Sabah, après la tenue d’élections pour choisir les nouveaux membres de l’Assemblée nationale.

Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Au moins 16 morts, dont plusieurs écoliers, dans des inondations à Oman

Cette photo prise le 4 janvier 2022 montre des voitures complètement inondées dans un parking à l'extérieur d'un centre commercial à Mascate, la capitale d'Oman. Le mauvais temps affecte les États du Golfe, et plusieurs d'entre eux ont émis des alertes météorologiques. (Photo Mohammed Mahjoub AFP)
Cette photo prise le 4 janvier 2022 montre des voitures complètement inondées dans un parking à l'extérieur d'un centre commercial à Mascate, la capitale d'Oman. Le mauvais temps affecte les États du Golfe, et plusieurs d'entre eux ont émis des alertes météorologiques. (Photo Mohammed Mahjoub AFP)
Short Url
  • Les orages violents, accompagnés de fortes pluies et de rafales de vents, qui frappent le pays depuis dimanche ont provoqué des crues soudaines dans plusieurs régions du nord et de l'est du pays
  • Les intempéries devraient s'étendre à d’autres pays du Golfe dans les heures à venir, notamment Bahreïn et les Emirats arabes unis

MASCATE, Oman : Au moins 16 personnes, dont de nombreux enfants, ont péri à Oman dans des inondations provoquées par les fortes pluies qui s'abattent depuis dimanche sur le pays du Golfe, ont indiqué les autorités.

L'agence de presse officielle Oman news agency a rapporté dimanche soir que neuf écoliers et trois adultes ont "perdu la vie après que leur véhicule a été emporté par les eaux" dans le gouvernorat d'Ach-Charqiya du Nord situé à l'est du pays, à quelques 150 kilomètres de la capitale Mascate, tandis que cinq personnes étaient portées disparue.

Lundi, les corps d'un enfant et de trois autres personnes ont également été retrouvés sans vie, selon la même source.

Les orages violents, accompagnés de fortes pluies et de rafales de vents, qui frappent le pays depuis dimanche ont provoqué des crues soudaines dans plusieurs régions du nord et de l'est du pays.

Le ministère omanais de l’Education a qualifié l'incident de tragique, en affirmant avoir mis en garde les parents contre les pluies torrentielles prévues dans la région. Les écoles ont été fermées lundi dans la plupart des gouvernorats du pays.

Des inondations avaient déjà provoqué la mort de trois enfants le 12 février.

Les forces aériennes omanaises sont intervenues avec des hélicoptères pour récupérer des personnes toujours bloquées.

Les intempéries devraient s'étendre à d’autres pays du Golfe dans les heures à venir, notamment Bahreïn et les Emirats arabes unis.


Liban: le Hezbollah dit avoir visé des soldats israéliens ayant «franchi la frontière»

Un soldat de l'armée libanaise et des secouristes de la défense civile devant un cratère d'impact à la suite d'une frappe aérienne israélienne qui a touché une route dans le village d'Alma al-Shaab, au sud du Liban, le 15 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues. (Photo par AFP)
Un soldat de l'armée libanaise et des secouristes de la défense civile devant un cratère d'impact à la suite d'une frappe aérienne israélienne qui a touché une route dans le village d'Alma al-Shaab, au sud du Liban, le 15 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues. (Photo par AFP)
Short Url
  • C'est la première fois que le Hezbollah pro-iranien, qui échange des tirs avec Israël depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de six mois, annonce une telle opération
  • L'armée israélienne n'a pas confirmé que ses soldats ont franchi la frontière avec le Liban

BEYROUTH, Liban : Le Hezbollah libanais a affirmé lundi avoir activé des «engins explosifs» au passage de soldats israéliens qui ont traversé la frontière côté libanais, Israël faisant état de quatre soldats blessés.

C'est la première fois que le Hezbollah pro-iranien, qui échange des tirs avec Israël depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de six mois, annonce une telle opération.

Les combattants du Hezbollah «ont placé des charges dans la zone de Tal Ismaïl, près de la» frontière israélienne, qui ont explosé après que les soldats israéliens «ont traversé la frontière», a indiqué le groupe dans un communiqué.

De son côté, l'armée israélienne a annoncé que quatre de ses soldats, «en activité dans une zone à la frontière nord», ont été blessés durant la nuit, dont l'un «grièvement, à la suite d'une explosion d'origine inconnue».

L'armée israélienne n'a pas confirmé que ses soldats ont franchi la frontière avec le Liban.

Interrogée par l'AFP, elle a refusé de donner des précisions, se bornant à indiquer qu'une «enquête est en cours».

Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas le 7 octobre, des échanges de tirs opposent quotidiennement l'armée israélienne au Hezbollah, qui affirme soutenir son allié, le mouvement islamiste palestinien.

L'attaque du Hezbollah intervient à la suite d'un pic de tension ce week-end.

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'Iran a lancé une attaque inédite contre Israël à l'aide de drones et de missiles, en réponse à une frappe sur son consulat à Damas.

Au même moment, le Hezbollah a annoncé avoir lancé deux salves de roquettes Katioucha sur des positions militaires israéliennes situées dans le Golan syrien occupé par Israël. Israël a de son côté mené plusieurs frappes en territoire libanais.