L'Inde et l'Égypte renforcent leur partenariat stratégique à l'occasion de la visite de Modi au Caire

L'Égypte et l'Inde partagent des liens profonds qui remontent aux années 1950, lorsque les deux nations ont joué un rôle clé dans la création du Mouvement des non-alignés (twitter/@MEAIndia)
L'Égypte et l'Inde partagent des liens profonds qui remontent aux années 1950, lorsque les deux nations ont joué un rôle clé dans la création du Mouvement des non-alignés (twitter/@MEAIndia)
Short Url
Publié le Lundi 26 juin 2023

L'Inde et l'Égypte renforcent leur partenariat stratégique à l'occasion de la visite de Modi au Caire

  • La visite de Modi la première visite d'État d'un Premier ministre indien en Égypte depuis 1997
  • Le Premier ministre a reçu la plus haute distinction civile égyptienne, l'Ordre du Nil

NEW DELHI: Le Premier ministre indien, Narendra Modi, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, ont signé dimanche un accord de partenariat stratégique, soulignant les liens croissants entre les deux pays qui, selon les experts, peuvent avoir une importance géopolitique et économique. 

Modi est arrivé au Caire samedi après-midi, après un voyage de quatre jours aux États-Unis. Il s'agit de la première visite d'État d'un Premier ministre indien en Égypte depuis 1997. 

Il a reçu la plus haute distinction civile égyptienne, l'Ordre du Nil, au cours de ce voyage qui intervient moins de six mois après la visite d'El-Sissi en Inde au début de l'année, lorsque les dirigeants ont annoncé pour la première fois leur intention de renforcer leur partenariat. 

Un accord visant à élever les relations bilatérales au rang de «partenariat stratégique» a été signé par les dirigeants, a déclaré Arindam Bagchi, porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, dans un tweet dimanche. 

«Les dirigeants ont discuté des moyens d'approfondir le partenariat entre les deux pays, notamment dans les domaines du commerce et de l'investissement, de la défense et de la sécurité, des énergies renouvelables, de la culture et des relations interpersonnelles.» 

Bagchi a déclaré que leur rencontre a été «productive», l'Inde et l'Égypte ayant également signé trois autres protocoles d'accord dans les domaines de l'agriculture, de l'archéologie et des antiquités, ainsi que du droit de la concurrence. 

Dimanche, Modi a également visité la mosquée historique Al-Hakim du Caire, récemment rénovée avec l'aide de la communauté Dawoodi Bohra basée en Inde, et a rencontré le grand mufti Shawki Allam, juriste islamique égyptien. 

En janvier, Modi et El-Sissi sont convenus de porter le commerce bilatéral à 12 milliards de dollars (1 dollar = 0,92 euro) au cours des cinq prochaines années, contre 7,3 milliards de dollars en 2021-2022. 

Les deux pays ont ensuite signé plusieurs accords à New Delhi sur l'élargissement de la coopération dans les domaines de la cybersécurité, des technologies de l'information, de la culture et de la radiodiffusion.   

Navdeep Suri, ancien ambassadeur de l'Inde en Égypte, a déclaré que l'Inde et l'Égypte s'étaient éloignées l'une de l'autre avant les engagements de cette année. 

«Après avoir été laissées à la dérive pendant des années, les relations sont de nouveau sur la bonne voie», a précisé Suri à Arab News

Selon Suri, l'Inde a pris de l'élan en faisant d’El-Sissi l’invité principal à l'occasion de la fête de la République indienne en janvier et a fait figurer l'Égypte parmi les invités spéciaux aux réunions du Groupe des 20 plus grandes économies sous la présidence de Delhi cette année, ce qui, selon lui, envoie «un message important». 

Suri a déclaré qu’«il existe aujourd'hui une opportunité de développer une relation spéciale avec un pays qui, malgré ses difficultés économiques actuelles, sera toujours un acteur important au Moyen-Orient».

«Ce type d'intensité et d'engagement fait défaut depuis longtemps.» 

Des liens plus étroits avec l'Égypte pourraient également apporter des avantages stratégiques à l'Inde, selon les experts. 

«La position centrale de l'Égypte est importante pour renforcer le profil de l'Inde dans la région», a déclaré à Arab News le Dr Zakir Hussain, un expert du Moyen-Orient basé à New Delhi. 

Zakir Hussain, a expliqué que «l'Inde s'assure un statut favorable pour le commerce, un poste d'amarrage industriel dans la zone franche du canal de Suez, pour accéder au marché européen et à toutes les régions où l'Égypte a conclu des accords de libre-échange, comme l'Amérique latine, l'Afrique et le Moyen-Orient», ajoutant que «l'Inde doit accéder à ces marchés à des conditions préférentielles pour atteindre l'objectif de 1 000 milliards de dollars d'exportations de marchandises d'ici 2030». 

La visite de Modi au Caire «revêt une grande importance» pour le renforcement des relations bilatérales entre l'Inde et l'Égypte, a déclaré Mohammed Soliman, directeur du programme technologique de l'Institut du Moyen-Orient à Washington DC. 

Les deux pays discutent d'accords potentiels, tels que l'attribution d'une zone économique à l'Inde dans la région du canal de Suez, accords qui pourraient avoir un impact significatif sur la collaboration économique et stratégique entre les deux nations, a-t-il indiqué à Arab News.  

«L'Inde ayant dépassé le Royaume-Uni en tant que cinquième économie mondiale, elle considère l'Égypte comme une plate-forme de développement potentielle pour les industries manufacturières et de défense indiennes», a déclaré Soliman.  

« La situation stratégique de l'Égypte, en particulier avec le canal de Suez, est essentielle à la position mondiale de Delhi.»

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Franck Riester à Abu Dhabi pour la conférence ministérielle de l'OMC

Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU (Photo, AFP).
Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU (Photo, AFP).
Short Url
  • L'événement réunit des représentants de nombreux pays pour évoquer les défis et les opportunités du commerce mondial
  • Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU

RABAT: Dans le cadre de la 13ᵉ conférence ministérielle (CM13) de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le ministre délégué Franck Riester, en charge du commerce extérieur et de l'attractivité, de la francophonie et des Français de l’étranger, s’est rendu à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (EAU). 

L'événement, qui se déroule du dimanche 25 au mardi 27 février 2024, réunit des représentants de nombreux pays pour évoquer les défis et les opportunités du commerce mondial.

Ce déplacement revêt une importance significative dans le contexte où la France et l’Union européenne œuvrent pour que «l’OMC retrouve toute sa place au centre du système commercial multilatéral et soit en mesure de répondre aux enjeux actuels du commerce mondial», a annoncé le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Parmi les priorités figure le «rétablissement du mécanisme de règlement des différends de l’organisation», précise le communiqué.

Au cours de cette conférence, l’homme politique mettra en avant «l’importance de la montée en puissance des enjeux de politique industrielle et de concurrence équitable». Il défendra également la conclusion d'accords prioritaires pour la France, notamment celui qui porte sur les subventions contribuant à la surpêche et aux surcapacités, ajoute le communiqué.

Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU. Des échanges sont également prévus avec des membres de la communauté française établie dans le pays hôte.

La journée du lundi 26 février sera marquée par la cérémonie d’ouverture de la CM13, suivie de sessions dédiées à des sujets cruciaux tels que l’accession des Comores et du Timor oriental à l'OMC ainsi que la ratification de l’accord sur les subventions à la pêche.

Par ailleurs, Franck Riester profitera de son séjour pour visiter la Sorbonne Abu Dhabi ; il y discutera avec des professeurs de français et des étudiants.

 


L'occupation israélienne est un «affront à la justice», estime la Ligue arabe

Le représentant de la Ligue arabe Abdel Hakim El-Rifai (Capture d'écran, ONU).
Le représentant de la Ligue arabe Abdel Hakim El-Rifai (Capture d'écran, ONU).
Short Url
  • «Cette occupation prolongée est un affront à la justice internationale», a déclaré devant les magistrats le représentant de la Ligue arabe
  • «L'incapacité à y mettre fin a conduit aux horreurs actuelles perpétrées contre le peuple palestinien, équivalant à un génocide», a affirmé Abdel Hakim El-Rifai

LA HAYE: La Ligue des Etats arabes a qualifié lundi devant la plus haute juridiction de l'ONU l'occupation des territoires palestiniens par Israël d'"affront à la justice internationale", affirmant que ne pas y mettre fin équivalait à un "génocide".

La Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye, clôt lundi une semaine d'audiences sur les conséquences juridiques de l'occupation par Israël de territoires palestiniens depuis 1967, avec un nombre inédit de 52 pays appelés à témoigner.

"Cette occupation prolongée est un affront à la justice internationale", a déclaré devant les magistrats le représentant de la Ligue arabe.

"L'incapacité à y mettre fin a conduit aux horreurs actuelles perpétrées contre le peuple palestinien, équivalant à un génocide", a affirmé Abdel Hakim El-Rifai.

La plupart des intervenants ont appelé à ce qu'Israël mette fin à son occupation ayant suivi la guerre des Six Jours, mais Washington a pris la défense de son allié.

L'ONU a demandé à la CIJ de rendre un "avis consultatif" non contraignant sur les "conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d'Israël dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est".

La cour rendra probablement son avis avant la fin de l'année.

Israël ne participe pas aux audiences mais a soumis une contribution écrite dans laquelle il qualifie les questions posées au tribunal de "préjudiciables" et "tendancieuses".

Les audiences ont débuté lundi dernier avec les témoignages de responsables palestiniens, qui ont accusé les occupants israéliens de diriger un système de "colonialisme et d'apartheid" et exhorté les juges à appeler à la fin de l'occupation "immédiatement, totalement et sans condition".

Ces audiences sont distinctes d'une affaire portée auprès de la CIJ par l'Afrique du Sud, qui accuse Israël de commettre des actes génocidaires à Gaza. En janvier, la cour a appelé Israël à prévenir tout éventuel acte de génocide dans ce petit territoire palestinien, mais n'a pas évoqué de cessez-le-feu.

Le conflit a été déclenché par l'attaque sur le sol israélien du mouvement islamiste palestinien du Hamas du 7 octobre, qui a fait plus de 1.160 morts, civils en majorité, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En représailles, l'armée israélienne a lancé une offensive qui a fait 29.782 morts à Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.


L’Égypte installe un deuxième camp pour les Palestiniens déplacés à Khan Younès

Une photo, prise depuis un camp de tentes abritant des Palestiniens déplacés à Rafah, dans la bande de Gaza, le 22 février 2024, montre de la fumée s’élever lors d’une opération terrestre israélienne à Khan Younès. (Reuters)
Une photo, prise depuis un camp de tentes abritant des Palestiniens déplacés à Rafah, dans la bande de Gaza, le 22 février 2024, montre de la fumée s’élever lors d’une opération terrestre israélienne à Khan Younès. (Reuters)
Short Url
  • La construction du deuxième camp se terminera à la fin de cette semaine
  • Cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’Égypte pour alléger les souffrances du peuple palestinien

LE CAIRE: L’Égypte a commencé à installer un deuxième camp pour les déplacés à Khan Younès, au sud de la bande de Gaza. D’une capacité de quatre cents tentes, il pourra accueillir près de quatre mille personnes. Il sera alimenté en électricité et équipé de toilettes, indique une source à la chaîne d’information Al-Qahera, samedi.

La source indique que le deuxième camp sera accompagné d'un hôpital de campagne dans la ville de Rafah, en Palestine, ainsi que d'un autre camp situé au nord de Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza.

L’Égypte mettra également en place deux centres de distribution d’aide à Rafah, qui abrite désormais un grand nombre de Palestiniens déplacés.

La construction du deuxième camp devrait s’achever à la fin de cette semaine. Cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’Égypte pour alléger les souffrances du peuple palestinien.

Parallèlement, le Croissant-Rouge égyptien, en coopération avec le Croissant-Rouge palestinien, poursuit ses travaux visant à établir un deuxième camp de personnes déplacées à Khan Younès.

Le Croissant-Rouge palestinien a écrit dimanche sur X: «Les équipes du Croissant-Rouge palestinien, en partenariat avec le Croissant-Rouge égyptien, ont achevé la deuxième phase du camp égyptien destiné à héberger les personnes déplacées dans la région de Mawasi à Khan Younès.»

«Au total, cent trente-neuf tentes ont été installées, pouvant accueillir cent trente-neuf familles», ajoute le Croissant-Rouge palestinien.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com