Les musulmans soutiennent la décision d’un Hajj restreint

Ces dernières années, plus de 2 millions de pèlerins ont effectué le pèlerinage à La Mecque. En 2020, seules les personnes résidant déjà en Arabie saoudite seront autorisées à y participer, et même pour eux, le nombre de places sera strictement limité à quelques milliers. (Huda BASHATAH/AN)
Ces dernières années, plus de 2 millions de pèlerins ont effectué le pèlerinage à La Mecque. En 2020, seules les personnes résidant déjà en Arabie saoudite seront autorisées à y participer, et même pour eux, le nombre de places sera strictement limité à quelques milliers. (Huda BASHATAH/AN)
Short Url
Publié le Mardi 28 juillet 2020

Les musulmans soutiennent la décision d’un Hajj restreint

  • La décision de l’Arabie saoudite a poussé les gouvernements du monde entier à annuler le pèlerinage de leurs citoyens
  • De nombreux pèlerins affectés à travers le monde, de l’Afghanistan au Royaume-Uni

DJEDDAH: La pandémie de Covid-19 a contraint à reporter ou à annuler d'innombrables événements et activités dans le monde entier, provoquant une grande déception pour de nombreuses personnes.

Parmi eux, des centaines de milliers de musulmans qui, après avoir épargné et planifié pendant des années, passeront à côté de ce qui représente pour beaucoup l'expérience d’une vie.

Le ministère saoudien du Hajj et de l’Omra a en effet annoncé en juin qu'il limitait sévèrement le nombre de pèlerins cette année pour préserver la santé publique mondiale.

Cette décision a incité les gouvernements des pays à majorité musulmane et les autorités du Hajj du monde entier à annuler le pèlerinage de leurs citoyens.

Ces dernières années, plus de 2 millions de pèlerins ont effectué le pèlerinage à La Mecque. En 2020, seules les personnes résidant déjà en Arabie saoudite seront autorisées à y participer, et même pour eux, le nombre de places sera strictement limité à quelques milliers. Parmi les heureux élus, 70% seront des expatriés et 30% des citoyens saoudiens.

Par conséquent, de nombreux Saoudiens qui ont déjà pu pratiquer le cinquième pilier de l’Islam à plusieurs reprises, ne pourront pas le faire cette année.

« Je me sens tellement chanceuse d’avoir eu la chance d’effectuer le Hajj 22 fois dans ma vie », explique Wafa Shaheen, une autrice saoudienne titulaire d’un master scientifique sur l'exégèse du Coran. « Je ne pourrais pas être plus reconnaissante à Allah. »

« Je n'ai pas été attristé de ne pas pouvoir faire le Hajj cette année car je sais qu'il existe de nombreuses façons de profiter de cette précieuse période spirituelle de l'année. Les bonnes actions peuvent être accomplies n'importe où si le cœur est avec Dieu Tout-Puissant ». Elle a ajouté que le fait de limiter le nombre de pèlerins était une précaution raisonnable pour protéger la santé des gens.

Abdulrahman Abdulkhaliq est un citoyen saoudien ingénieur chimiste qui s'est porté volontaire pour aider les pèlerins depuis plus de 10 ans. « Je ne peux pas imaginer que cette saison du Hajj passera et je ne serai pas là-bas, raconte t-il. Le Hajj de cette année est un défi et nous il nous servira d’expérience pour les années à venir. »

De nombreux pèlerins affectés à travers le monde

Après des mois de préparation, de nombreux pèlerins malais ont été déçus d’apprendre que le Hajj de cette année ait été annulé, mais ils comprennent bien cette décision.

Samsiah Muhammad, une retraitée de 62 ans, s’est dite « dévastée » de ne pouvoir effectuer le pèlerinage cette année, mais a déclaré à Arab News que « ce n’est la faute de personne.»

Pour Wan Mohamad Ali Wan Idrus, l'annulation est presque arrivée comme une bénédiction, car il envisageait déjà d'annuler son pèlerinage. « Ma lettre m'informant que j'étais présélectionné est arrivée le 30 janvier. J'ai été sélectionnée la première fois en 2009 pour effectuer mon Hajj avec ma famille, mais j'ai dû la refuser », déclare le jeune homme de 26 ans à Arab News.

Cette année, 31 600 Malais ont été sélectionnés pour effectuer le pèlerinage. Un responsable malais a déclaré que le gouvernement donnerait la priorité à leurs demandes lors de la saison du Hajj de l’année prochaine. Les pèlerins malais sont subventionnés par le gouvernement et paient environ 2 000 euros par personne pour le voyage et les cours de préparation au Hajj.

Dans de nombreux pays, les personnes qui peuvent se permettre de se rendre à La Mecque attendent souvent des années pour faire parti du quota de pèlerins accordé à leur pays, fixé par l’Arabie saoudite.

Au Pakistan, la déception est aussi très grande. Sanaullah Khan, 52 ans et un des 180 000 musulmans du pays, a vu également ses plans bouleversés par la décision de l’Arabie saoudite de limiter l'événement du Hajj de cette année à seulement 1 000.

« J'ai eu l'impression que le ciel m’était tombé sur la tête le jour où j'ai reçu un appel téléphonique de ma banque me demandant de venir récupérer la caution de pèlerinage », explique ce fermier de la ville pauvre de Gomal (proche du Waziristan du sud) à Arab news. A l’annonce de cette triste nouvelle, toute la communauté de Gomal a afflué dans la maison de Khan pour présenter ses condoléances et prier pour que son rêve se réalise l’année prochaine. Le destin semble s’acharner sur Khan, qui l’année dernière était déjà prêt à partir, mais avait retiré sa demande de Hajj à la dernière minute afin que son frère malade puisse voyager à sa place.

« Mon seul souhait à cet âge est de me rendre à La Mecque et à Médine », déclare le vieil homme, « si je suis toujours vivant et que je dispose encore des moyens de le faire. »

Sehzad Husain, âgé de 39 ans, un homme d'affaires basé à Londres, prévoyait quant à lui d'effectuer le Hajj cette année avec sa femme Aziza Husain, âgée de 38 ans et directrice adjointe d'une école primaire de la capitale britannique.

Sehzad affirme à Arab News qu'ils avaient réservé leurs forfaits Hajj en janvier et les avaient payés en totalité parce qu'ils étaient « extrêmement heureux » à l’idée de pouvoir enfin se rendre à la Mecque pour le pèlerinage. Cette année, le prix des forfaits Hajj au Royaume-Uni oscillaient entre 5 000 et 13 000 livres sterling (soit entre environ 5 500 et 14 200 euros) selon les types de forfait sélectionnés. « Je suis très triste de ne pas pouvoir effectuer le Hajj cette année, déplore t-il. Au début, j'étais très enthousiaste et j'avais hâte d'y être. J'avais déjà commencé à faire des préparatifs. »

Malgré l’augmentation du cas de coronavirus dans le monde et au Royaume-Uni, il pensait que le pèlerinage resterait possible. « Nous entendions des rumeurs selon lesquelles un nombre limité de personnes de chaque pays serait en mesure d'accomplir le Hajj. Nous étions convaincus que nous ferions partie de ces personnes car nous sommes jeunes, en forme et en bonne santé, et nous avions déjà payé l'intégralité de nos forfaits. Nous étions prêts à payer un supplément si le prix augmentait. »

Aider les pauvres en contrepartie

En Afghanistan, un Afghan utilise son temps et ses économies du Hajj pour aider les pauvres de son pays, depuis la décision de l'Arabie saoudite de limiter l’affluence au Hajj cette année. « Peut-être que le Hajj n’est pas mon destin cette année, nous pourrions aussi bien aider les personnes dans le besoin et cela en soi est similaire au Hajj », affirme ainsi Tajuddin Sangarwal à Arab News. Le résident, âgé de 42 ans originaire de Logar, au sud de Kaboul, explique que sa décision est motivée par le nombre qui se sont retrouvés sans emploi avec la pandémie, et n’arrivent plus à joindre les deux bouts.

« Sur la base des informations fournies par les prédicateurs des mosquées et des radios, les habitants de différentes régions d'Afghanistan ont été gravement touchés par le coronavirus et par conséquent, nous avons décidé de les aider de toutes les manières possibles. »

Himat Shah, un ancien de la tribu de la province de Samangan dans le nord de l'Afghanistan affirme dans ce sens: « Dieu n'a pas besoin de notre Hajj ou de l'adoration, mais Il aime que nous pratiquions la charité avec les gens, les aidant à réduire leur pauvreté et leur faim. »

Sangarwal et Shah ne sont pas seuls. Avec l'annulation du pèlerinage pour près de 30 000 Afghans, plusieurs personnes dans tout le pays se livrent à des actes de bienfaisance.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur ArabNews.com

Avec les contributions de :

Nada Hameed, de Djeddah
Ushar Daniele, de Kuala Lumpur
Rehmat Mehsud, de Peshawar
Zaynab Khojji, de Londres
Sayed Salahuddin, de Kaboul


Trafic interrompu à l'aéroport d'Istanbul en raison de la neige

L'aéroport international Sabiha Gokcen lors d'une forte chute de neige à Istanbul, le 16 février 2021. (Photo, AFP)
L'aéroport international Sabiha Gokcen lors d'une forte chute de neige à Istanbul, le 16 février 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'aéroport international d'Istanbul, l'un des principaux d'Europe, a suspendu ses opérations lundi en raison d'abondantes chutes de neige
  • Le second aéroport, Sabiha Gokcen, sur la rive asiatique, fonctionnait normalement malgré quelques retards

ISTANBUL: L'aéroport international d'Istanbul, l'un des principaux d'Europe, a suspendu ses opérations lundi en raison d'abondantes chutes de neige, ont annoncé les autorités du transport aérien. 

Selon un message de la direction générale des aéroports civils sur Twitter, les opérations ont été provisoirement interrompues « en raison de conditions exceptionnelles » qui réduisent la visibilité sur les pistes et devraient reprendre à 18H00, heure locale (15H00 GMT), après évaluation de la situation. 

Cependant, plusieurs pistes devraient rester fermées jusqu'à 22H00 (19H00 GMT), a prévenu de son côté la Direction de l'Aviation civile, au risque de provoquer au minimum des retards. 

Le second aéroport, Sabiha Gokcen, sur la rive asiatique, fonctionnait normalement malgré quelques retards. 

La neige a commencé à tomber ce week-end sur la majeure partie de la Turquie, redoublant d'intensité dans la nuit de samedi à dimanche. 

Lundi, le gouvernorat (préfecture) d'Istanbul a mis en garde la population contre de nouvelles chutes de neige attendues en soirée, l'invitant à renoncer à prendre la route.   

Un millier d'avions se croisent chaque jour à l'aéroport « Istanbul Havilimani », situé sur la rive européenne à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest du centre-ville, près de la Mer Noire. 

Istanbul Havalimani a été inauguré en 2019 en remplacement de l'aéroport Ata Türk, devenu trop exigu.  

Sa construction avait suscité de nombreuses polémiques, notamment sur les atteintes portées à l’environnement - il est en pleine campagne - et le choix de sa situation, près de la Mer noire, où un épais brouillard sévit fréquemment en hiver. 

En 2021, Istanbul Havalimani a accueilli 37 millions de passagers, selon le ministère turc des Transports, ce qui en avait fait le premier aéroport d'Europe, connecté notamment à l'Asie centrale, au Moyen-Orient et à l'Afrique. 

C'est la première fois que le trafic y est suspendu depuis son ouverture, ont souligné les responsables de l'aviation civile. 

La neige est également tombée lundi sur une grande partie de la Grèce, jusque sur l'île méridionale de Crète et plusieurs îles de la mer Egée, à l'ouest de la Turquie, sans y affecter le trafic aérien. 

Selon Costas Lagouvardos, directeur de recherche à l'Observatoire national d'Athènes, la capitale grecque n'a pas connu de telles conditions météorologiques depuis 1968. 

Les chutes de neige devraient se poursuivre mardi, d'après les services météorologiques. 


Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique

L'ancien Premier ministre Saad Hariri prononce un discours à Beyrouth, le 24 janvier 2022. (Reuters)
L'ancien Premier ministre Saad Hariri prononce un discours à Beyrouth, le 24 janvier 2022. (Reuters)
Short Url
  • «Je suspends ma participation à la vie politique et invite ma famille politique au sein du Courant du Futur à suivre ma voie», a-t-il déclaré
  • Le quinqagénaire, propulsé sur la scène politique après l'assassinat de son père Rafic Hariri en 2005, a annoncé sa décision lors d'un bref discours prononcé à Beyrouth

BEYROUTH: L'ancien Premier ministre et principal leader sunnite libanais Saad Hariri a annoncé lundi son retrait de la vie politique libanaise, évoquant notamment « l'influence iranienne » sur le pays, le »désordre sur la scène internationale » et les « divisions internes ». 

Le quinquagénaire, propulsé sur la scène politique après l'assassinat de son père, l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, en 2005, a annoncé sa décision lors d'un bref discours prononcé à Beyrouth.  

Cette annonce intervient après une série de revers financiers et politiques au cours des dernières années, tandis que le Liban est frappé par la pire crise socio-économique de son histoire. 

« Je suspends ma participation à la vie politique et invite ma famille politique au sein du Courant du Futur à suivre ma voie », a-t-il déclaré, appelant le principal parti sunnite dont il préside, à ne pas présenter de candidats aux élections législatives prévues en mai. 

« Il n'existe aucune opportunité positive au Liban (en raison) de l'influence iranienne sur le pays, du désordre sur la scène internationale, des divisions internes, du confessionalisme et du délitement de l'État », a dit M. Hariri. 

Poids lourd de la politique libanaise, le Hezbollah est armé et financé par l'Iran chiite, grand rival régional de l'Arabie saoudite sunnite et représente la seule faction libanaise à avoir gardé ses armes après la guerre civile (1975-1990). 

Au Liban abonné aux crises politiques à répétition, M. Hariri a déjà dirigé trois gouvernements. Depuis son accession au pouvoir pour la première fois en 2009, il s'est peu à peu forgé une réputation d'homme de compromis. 

Il a présenté sa troisième démission environ deux semaines après le début des manifestations populaires contre la classe politique le 17 octobre 2019.  

Malgré sa nomination le 22 octobre 2020 pour former le gouvernement, il n'a pas pu aller au bout de sa mission du fait du ressentiment populaire et des divisions politiques. 

Lors des dernières élections de 2018, qui ont consolidé l'influence du Hezbollah, le nombre de sièges du bloc parlementaire de M. Hariri a diminué d'environ un tiers, et certains ont lié la baisse de sa popularité aux concessions politiques qu'il a faites, qui, selon lui, visaient à préserver la paix civile. 


L’Arabie saoudite condamne les attaques par missiles menées par la milice houthie contre Abu Dhabi et Jazan

Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays. (AFP)
Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis visant le pays. (AFP)
Short Url
  • Le ministère saoudien des Affaires étrangères déclare aujourd’hui dans un communiqué que la milice sème la corruption au Yémen et tue des civils
  • De même, le Koweït a condamné l’offensive, insistant sur la nécessité d’une prise de position internationale contre la milice

DUBAÏ: Le ministre saoudien des Affaires étrangères a condamné les attaques «répétées» de la milice houthie contre des civils et des infrastructures vitales au sud du Royaume et à Abu Dhabi.

Le ministère émirati de la Défense a déclaré aujourd’hui avoir abattu deux missiles houthis lancés contre le pays, mais qui n’ont cependant pas fait de victimes, rapporte l’agence de presse officielle WAM.

Un F-16 a détruit un lanceur de missiles balistiques dans la province d’Al-Jawf, au Yémen, immédiatement après l'attaque.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères déclare aujourd’hui dans un communiqué que la milice sème la corruption au Yémen et tue des civils.

Il souligne également la nécessité pour la communauté internationale d’agir immédiatement pour contrer les attaques répétées des Houthis.

Par ailleurs, le Royaume appelle le Conseil de sécurité des nations unies à mettre fin au comportement agressif de la milice.

En Arabie saoudite, deux habitants ont été légèrement blessés après que les Houthis ont tiré un missile balistique dimanche sur la zone industrielle d’Ahad al-Masarihah, à Jazan, peu de temps avant l’attaque contre Abu Dhabi.

Le royaume de Bahreïn a dénoncé ces attaques menées par les Houthis contre des civils.

De même, le Koweït a condamné l’offensive, insistant sur la nécessité d’une prise de position internationale contre la milice.

Le ministère turc des Affaires étrangères a, quant à lui, déclaré que les attaques contre les deux pays constituent une violation flagrante du droit international.

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) a en outre indiqué que la poursuite des attaques des Houthis reflète le rejet par la milice de tous les efforts de paix au Yémen.

 

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com