Les efforts remarquables d'Ons Jabeur inspirent deux adolescentes marocaines à rêver en grand

Malak El Allami est devenue la première Marocaine à remporter un match en simple à Wimbledon lorsqu'elle s'est qualifiée pour le deuxième tour du tableau des juniors. (Daniel Kopatsch)
Malak El Allami est devenue la première Marocaine à remporter un match en simple à Wimbledon lorsqu'elle s'est qualifiée pour le deuxième tour du tableau des juniors. (Daniel Kopatsch)
Malak El Allami est devenue la première Marocaine à remporter un match en simple à Wimbledon lorsqu'elle s'est qualifiée pour le deuxième tour du tableau des juniors. (Daniel Kopatsch)
Malak El Allami est devenue la première Marocaine à remporter un match en simple à Wimbledon lorsqu'elle s'est qualifiée pour le deuxième tour du tableau des juniors. (Daniel Kopatsch)
Short Url
Publié le Samedi 15 juillet 2023

Les efforts remarquables d'Ons Jabeur inspirent deux adolescentes marocaines à rêver en grand

  • Malak El-Allami et Aya El-Aouni citent toutes deux le joueur tunisien comme modèle à suivre
  • Jabeur est le joueur de tennis arabe le plus titré de l'histoire

RIYAD: Il y a quelques jours, Malak El-Allami, une jeune fille de 16 ans originaire de Casablanca, est devenue la première Marocaine à remporter un match en simple à Wimbledon lorsqu'elle s'est qualifiée pour le deuxième tour du tableau des juniors.

El-Allami, qui aura 17 ans à la fin du mois, est actuellement classée 41 dans le classement mondial junior de l'ITF. Elle a fait équipe avec sa compatriote Aya El-Aouni pour remporter une manche du tournoi de double junior de Roland Garros à Paris il y a quelques semaines.

El-Aouni est entrée dans le top 30 du classement mondial junior en mai et, à 18 ans, se prépare à passer au circuit professionnel.

Lors d'interviews séparées à Wimbledon cette semaine, on a demandé à El-Allami et El-Aouni qui était leur joueur préféré lorsqu'elles étaient jeunes. Toutes deux ont répondu sans hésiter : « Ons Jabeur ».

Jabeur est la joueuse de tennis arabe la plus titrée de l'histoire. Elle a atteint la deuxième place mondiale l'année dernière après avoir participé à deux finales majeures. Le 15 juillet, la Tunisienne a une chance de devenir la première championne du Grand Chelem née en Afrique et la première du monde arabe.

Jabeur a toujours rappelé au public qu'elle est « à 100 % un produit de la Tunisie » et son succès sur la scène mondiale a inspiré El-Allami, El-Aouni et d'innombrables autres personnes de la région qui rêvent de suivre ses traces.

L'Égyptienne Mayar Sherif a atteint le mois dernier le classement le plus élevé de sa carrière, à savoir 31, et s’est trouvée en tête de série pour la première fois dans un tournoi du Grand Chelem à Wimbledon cette année. Sherif affirme que le fait d'assister à l'ascension de Jabeur vers les plus hautes sphères du sport la pousse à travailler plus dur.

Il en va de même pour les adolescentes marocaines qui entament leur propre parcours.  

« C'est une personne vraiment formidable. Chaque fois que nous la voyons ici à Wimbledon, elle nous salue et nous demande des nouvelles de mes matches et de tout le reste », a déclaré El-Allami à propos de Jabeur, qui connaît Fatima, la sœur aînée d'El-Allami, depuis l'époque où elles évoluaient ensemble sur le circuit junior.

« Cela aide de voir des joueuses comme Ons et Mayar si bien réussir, parce que ce sont des gens de pays proches du vôtre, et de cultures proches de la vôtre, qui accomplissent tant de grandes choses, alors que les gens disent toujours que le tennis n'est pas pour nous. »

« Quand vous les voyez réaliser de grandes choses, vous y croyez encore plus et cela vous motive à travailler très dur », a ajouté El-Allami.

El-Aouni admire le « jeu spécial » de Jabeur et affirme qu'il est parfaitement adapté au gazon, une surface que la Marocaine ne connaît pas très bien et sur laquelle elle a éprouvé des difficultés cette semaine dans l'épreuve des juniors.

El-Allami et El-Aouni sont toutes deux issues de familles de joueurs de tennis.

« J'ai commencé à jouer à Casablanca bien avant que je m’en souvienne et je suis tombée amoureuse de ce sport », a déclaré El-Allami. « Mon père est entraîneur, et mes frères aussi, alors j'ai commencé à jouer avec mon frère et j'ai commencé à m'améliorer, puis je suis entrée au centre national de tennis et je m'entraîne avec eux depuis toujours. J'espère vraiment réussir dans ce sport ».

El-Allami est entraînée par son père Mokhtar, ses frères Mohamed et Omar, et reçoit également l'aide de la Fédération marocaine de tennis, qui a mis à sa disposition l'entraîneur français Cyril Genevois pour l'accompagner à Wimbledon.

Elle explique que la fédération, ainsi que le Comité national olympique marocain, ont beaucoup investi en elle, en prenant en charge ses frais de déplacement pour les tournois et en mettant à sa disposition des entraîneurs et des kinésithérapeutes.

C'est à Wimbledon qu'El-Allami a joué pour la première fois sur gazon. Elle n'avait pas pu participer au tournoi junior sur gazon de Roehampton la semaine précédente en raison de retards dans l'obtention de son visa d'entrée au Royaume-Uni. Bien qu'elle se soit sentie mal à l'aise au début, son jeu agressif lui a permis de remporter une victoire au premier tour contre l'Américaine Anya Murthy.

El-Allami a déclaré qu'elle avait pris confiance en elle au cours des deux dernières années, depuis qu'elle a commencé à bien jouer contre des adversaires coriaces. Elle est ambitieuse par nature et parle avec une confiance et une sagesse qui dépassent son âge.

« Si je fais quelque chose, je veux être la meilleure. Parce que si je le fais de toute façon, autant être la meilleure », a-t-elle dit.

« Lors de la Coupe Billie Jean King Junior 2021, le Maroc s'est classé sixième et c'était une première pour les Arabes et l'Afrique. Nous avons joué avec les meilleures du monde dans nos catégories, ce qui nous a fait croire que nous étions près du but et que nous pouvions rivaliser avec elles », a-t-elle ajouté. « Je pense que c'est à ce moment-là que j'ai commencé à croire davantage en ce que nous pouvions faire au Maroc. »

Hormis Jabeur, El-Allami admire Serena Williams « parce qu'elle a un jeu tellement agressif et que son mental est vraiment fort », Roger Federer et Rafael Nadal « parce que tout ce que fait Nadal est tellement impressionnant ».

Elle n'a pas encore décidé si elle irait à l'université aux États-Unis pour jouer au tennis ou si elle poursuivrait une carrière sur le circuit professionnel dès sa sortie du lycée.

« L'objectif est de faire une carrière de joueuse de tennis professionnelle. Je ne suis pas contre l'idée d'aller à l'université. Si, au cours de ces deux années, je n'ai pas beaucoup de succès, j'irai à l'université, comme l'a fait Mayar, qui joue maintenant très bien », a expliqué El-Allami, notant que Sherif a excellé à l'université Pepperdine avant de passer au circuit professionnel et grimper en flèche dans les classements. « Même si vous allez à l'université, que vous continuez à travailler dur et que vous avez vos objectifs en tête, pourquoi cela ne marcherait-il pas ? »

El-Allami s'entraîne dans le club du SOC, le Stade Olympique Casablancais, dans son pays d'origine et dit qu'elle et El-Aouni s'entraînent ensemble presque tous les jours. « Je pense que c'est une excellente chose car nous nous motivons mutuellement et comme nous nous entraînons ensemble tous les jours, lorsque nous réussissons, nous croyons encore plus en ce que nous pouvons faire », dit-elle.

Il n'y a pas beaucoup d'autres joueuses de son niveau, et le fait de partir à l'étranger pour ses études universitaires pourrait l'aider à partager le terrain avec des adversaires plus coriaces.

El-Aouni a commencé à jouer au tennis grâce à son père Abdelrahim et est actuellement entraînée par son oncle Hamid Abdelrazaq.

Leurs familles se connaissent depuis avant la naissance de Malak et d'Aya, ce qui les a naturellement amenées à devenir de bonnes amies, des partenaires d'entraînement et des coéquipières.

El-Allami a commencé à participer à des tournois professionnels ITF, mais elle admet qu'elle a encore du travail à faire sur le plan mental pour obtenir les résultats qu'elle sait pouvoir atteindre.

« Je rencontre des joueuses que je battrais si je les affrontais chez les juniors. Mais au fur et à mesure que je les affronte sur le circuit professionnel, c'est plus difficile. Je ne sais pas pourquoi. Quand je l'aurai compris, je percerai », a-t-elle déclaré. « Je pense qu'il est très important de commencer tôt la transition entre les juniors et la WTA, afin d'avoir le temps de s'adapter. »

Si elle avait l'occasion de s'entretenir avec Jabeur ou Sherif, El-Allami sait exactement ce qu'elle aimerait leur demander.

« Je demanderais à Ons ce qui lui a permis de continuer à croire en elle, parce qu'elle a gagné Roland Garros en juniors mais n'a pas été très bien classée en seniors, puis 10 ans plus tard, elle a très bien réussi. C'est incroyable d'avoir une telle force et un tel courage », souligne El-Allami.

« Quant à Mayar, j'aimerais lui demander comment elle est parvenue à aller à l'université et continuer à se battre pour ses objectifs (sur le circuit professionnel), c'est incroyable. »

Comme l'a dit un jour la légendaire Billie Jean King, « il faut le voir pour l'être ». Heureusement pour El-Allami et El-Aouni, Jabeur et, plus récemment, Sherif fournissent un excellent exemple aux jeunes joueurs de tennis d'Afrique du Nord et du monde arabe pour qu'ils puissent poursuivre leurs rêves.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh en Turquie ce week-end

Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera «ce week-end» le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier. (AFP)
Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera «ce week-end» le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier. (AFP)
Short Url
  • «Le leader de la cause palestinienne sera mon invité ce week-end», a déclaré M. Erdogan devant les députés de son Parti de la justice et du développement
  • Le chef de l'Etat, qui a multiplié depuis octobre les invectives à l'égard d'Israël, a estimé que les Israéliens «ont surpassé Hitler»

ISTANBUL: Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera "ce week-end" le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier.

"Le leader de la cause palestinienne sera mon invité ce week-end", a déclaré M. Erdogan devant les députés de son Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) à l'Assemblée.

Le chef de l'Etat n'a pas précisé le lieu de la rencontre, mais selon la chaîne de télévision privée NTV, elle aura lieu samedi au palais de Dolmabahçe, à Istanbul.

Elle intervient après que le Qatar, un des médiateurs du conflit entre Israël et le Hamas, a reconnu mercredi que les négociations visant à faire cesser les hostilités à Gaza et à libérer les otages israéliens "piétinent".

"Même s'il ne reste que moi, Tayyip Erdogan, je continuerai aussi longtemps que Dieu me donnera la vie à défendre la lutte palestinienne et à me faire la voix du peuple palestinien opprimé", a lancé le président turc, qualifiant de nouveau le Hamas de "groupe de résistance".

Le chef de l'Etat, qui a multiplié depuis octobre les invectives à l'égard d'Israël, a estimé que les Israéliens "ont surpassé Hitler" en se rendant coupables de la mort de "14.000 enfants innocents" dans la bande de Gaza.

Son dernier tête-à-tête en Turquie avec M. Haniyeh, qui est basé au Qatar, remonte à l'été 2023: le chef du Hamas avait été reçu au palais présidentiel à Ankara le 26 juillet en même temps que le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Ismaïl Haniyeh avait, depuis, rencontré en toute discrétion le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan le 2 janvier "en Turquie", selon un communiqué officiel qui ne précisait pas le lieu de ce tête-à-tête.

M. Erdogan a présenté le 10 avril ses condoléances au chef du Hamas, dont trois fils et quatre petits-enfants ont été tués dans la bande de Gaza dans une attaque revendiquée par les Israéliens.


Netanyahu dément une famine à Gaza, réitère «le droit» d'Israël «à se protéger»

 Des enfants palestiniens souffrant de malnutrition sont soignés dans un centre de santé à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 mars 2024, alors que la faim est généralisée dans le territoire palestinien assiégé en raison du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo Mohammed Abed AFP)
Des enfants palestiniens souffrant de malnutrition sont soignés dans un centre de santé à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 mars 2024, alors que la faim est généralisée dans le territoire palestinien assiégé en raison du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo Mohammed Abed AFP)
Short Url
  • M. Netanyahu a «récusé les allégations des organisations internationales sur une famine à Gaza et a affirmé qu'Israël fait tout son possible sur la question humanitaire»
  • M. Netanyahu s'est adressé à son cabinet, expliquant qu'il avait reçu «toutes sortes de suggestions et de conseils» de la part des alliés du pays depuis l'attaque iranienne

JÉRUSALEM : Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a récusé mercredi toute «allégation» de famine dans la bande de Gaza et a réitéré «le droit» d'Israël «à se protéger», lors de rencontres avec les chefs de la diplomatie britannique et allemande à Jérusalem.

«Durant ces rencontres, le Premier ministre a insisté sur le fait qu'Israël se réservait le droit de se protéger», a déclaré le gouvernement israélien dans un communiqué.

M. Netanyahu a aussi «récusé les allégations des organisations internationales sur une famine à Gaza et a affirmé qu'Israël fait tout son possible sur la question humanitaire».

Les ministres des Affaires étrangères britannique, David Cameron, et allemande, Annalena Baerbock, sont les premiers chefs de diplomatie étrangers à avoir fait le déplacement en Israël depuis l'attaque inédite de l'Iran contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche.

Après avoir rencontré les deux diplomates, M. Netanyahu s'est adressé à son cabinet, expliquant qu'il avait reçu «toutes sortes de suggestions et de conseils» de la part des alliés du pays depuis l'attaque iranienne.

«Toutefois, je tiens également à préciser que nous prendrons nos décisions nous-mêmes», a-t-il déclaré, selon un communiqué publié par son bureau, alors qu'Israël a dit sa détermination à faire payer l'Iran pour le tir de quelque 350 drones et missiles, dont la quasi-totalité a été interceptée.


Le vice-ministre saoudien de la Défense arrive au Pakistan pour finaliser des projets de sécurité bilatéraux

Le sous-ministre saoudien de la Défense Talal Bin Abdullah Bin Turki Al-Otaibi arrive à Islamabad pour une visite de deux jours afin de finaliser les accords de défense - Ministère pakistanais de la Défense. (Fournie)
Le sous-ministre saoudien de la Défense Talal Bin Abdullah Bin Turki Al-Otaibi arrive à Islamabad pour une visite de deux jours afin de finaliser les accords de défense - Ministère pakistanais de la Défense. (Fournie)
Short Url
  • La visite d’Al-Otaibi intervient après que le ministre saoudien des Affaires étrangères était à Islamabad pour une visite de deux jours afin de discuter des investissements
  • Le Pakistan maintient des liens militaires étroits et fournit des armes et une formation étendues aux forces armées saoudienne

ISLAMABAD : Le ministre saoudien adjoint de la Défense, Talal Bin Abdullah Bin Turki Al-Otaibi, est au Pakistan pour une visite de deux jours afin de finaliser des projets bilatéraux liés à la défense, a déclaré mercredi le ministère pakistanais de la Défense. 

La visite d’Al-Otaibi fait suite à une visite de deux jours à Islamabad du ministre saoudien des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan Al Saud, visant à renforcer la coopération économique bilatérale et à faire avancer les accords d’investissement précédemment convenus.

« Le ministre adjoint de la Défense saoudien est arrivé au Pakistan pour une visite de deux jours », a déclaré le ministère pakistanais de la Défense, ajoutant que les projets bilatéraux dans les domaines liés à la défense seraient finalisés au cours de la visite. 

Des photos et des vidéos publiées par le ministère de la Défense montrent qu’Al-Otaibi est arrivé au Pakistan mardi soir et a été reçu par des responsables militaires et gouvernementaux pakistanais et des diplomates saoudiens, y compris l’ambassadeur à Islamabad. 

Le Pakistan entretient des liens militaires étroits avec l’Arabie saoudite, fournissant un soutien étendu, des armes et une formation aux forces armées saoudiennes. 

Depuis les années 1970, des soldats pakistanais sont stationnés en Arabie saoudite pour protéger le royaume et le Pakistan offre également une formation aux soldats et aux pilotes saoudiens. Les deux pays mènent également régulièrement des coentreprises multidimensionnelles et des exercices de défense. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com