Les efforts remarquables d'Ons Jabeur inspirent deux adolescentes marocaines à rêver en grand

Malak El Allami est devenue la première Marocaine à remporter un match en simple à Wimbledon lorsqu'elle s'est qualifiée pour le deuxième tour du tableau des juniors. (Daniel Kopatsch)
Malak El Allami est devenue la première Marocaine à remporter un match en simple à Wimbledon lorsqu'elle s'est qualifiée pour le deuxième tour du tableau des juniors. (Daniel Kopatsch)
Malak El Allami est devenue la première Marocaine à remporter un match en simple à Wimbledon lorsqu'elle s'est qualifiée pour le deuxième tour du tableau des juniors. (Daniel Kopatsch)
Malak El Allami est devenue la première Marocaine à remporter un match en simple à Wimbledon lorsqu'elle s'est qualifiée pour le deuxième tour du tableau des juniors. (Daniel Kopatsch)
Short Url
Publié le Samedi 15 juillet 2023

Les efforts remarquables d'Ons Jabeur inspirent deux adolescentes marocaines à rêver en grand

  • Malak El-Allami et Aya El-Aouni citent toutes deux le joueur tunisien comme modèle à suivre
  • Jabeur est le joueur de tennis arabe le plus titré de l'histoire

RIYAD: Il y a quelques jours, Malak El-Allami, une jeune fille de 16 ans originaire de Casablanca, est devenue la première Marocaine à remporter un match en simple à Wimbledon lorsqu'elle s'est qualifiée pour le deuxième tour du tableau des juniors.

El-Allami, qui aura 17 ans à la fin du mois, est actuellement classée 41 dans le classement mondial junior de l'ITF. Elle a fait équipe avec sa compatriote Aya El-Aouni pour remporter une manche du tournoi de double junior de Roland Garros à Paris il y a quelques semaines.

El-Aouni est entrée dans le top 30 du classement mondial junior en mai et, à 18 ans, se prépare à passer au circuit professionnel.

Lors d'interviews séparées à Wimbledon cette semaine, on a demandé à El-Allami et El-Aouni qui était leur joueur préféré lorsqu'elles étaient jeunes. Toutes deux ont répondu sans hésiter : « Ons Jabeur ».

Jabeur est la joueuse de tennis arabe la plus titrée de l'histoire. Elle a atteint la deuxième place mondiale l'année dernière après avoir participé à deux finales majeures. Le 15 juillet, la Tunisienne a une chance de devenir la première championne du Grand Chelem née en Afrique et la première du monde arabe.

Jabeur a toujours rappelé au public qu'elle est « à 100 % un produit de la Tunisie » et son succès sur la scène mondiale a inspiré El-Allami, El-Aouni et d'innombrables autres personnes de la région qui rêvent de suivre ses traces.

L'Égyptienne Mayar Sherif a atteint le mois dernier le classement le plus élevé de sa carrière, à savoir 31, et s’est trouvée en tête de série pour la première fois dans un tournoi du Grand Chelem à Wimbledon cette année. Sherif affirme que le fait d'assister à l'ascension de Jabeur vers les plus hautes sphères du sport la pousse à travailler plus dur.

Il en va de même pour les adolescentes marocaines qui entament leur propre parcours.  

« C'est une personne vraiment formidable. Chaque fois que nous la voyons ici à Wimbledon, elle nous salue et nous demande des nouvelles de mes matches et de tout le reste », a déclaré El-Allami à propos de Jabeur, qui connaît Fatima, la sœur aînée d'El-Allami, depuis l'époque où elles évoluaient ensemble sur le circuit junior.

« Cela aide de voir des joueuses comme Ons et Mayar si bien réussir, parce que ce sont des gens de pays proches du vôtre, et de cultures proches de la vôtre, qui accomplissent tant de grandes choses, alors que les gens disent toujours que le tennis n'est pas pour nous. »

« Quand vous les voyez réaliser de grandes choses, vous y croyez encore plus et cela vous motive à travailler très dur », a ajouté El-Allami.

El-Aouni admire le « jeu spécial » de Jabeur et affirme qu'il est parfaitement adapté au gazon, une surface que la Marocaine ne connaît pas très bien et sur laquelle elle a éprouvé des difficultés cette semaine dans l'épreuve des juniors.

El-Allami et El-Aouni sont toutes deux issues de familles de joueurs de tennis.

« J'ai commencé à jouer à Casablanca bien avant que je m’en souvienne et je suis tombée amoureuse de ce sport », a déclaré El-Allami. « Mon père est entraîneur, et mes frères aussi, alors j'ai commencé à jouer avec mon frère et j'ai commencé à m'améliorer, puis je suis entrée au centre national de tennis et je m'entraîne avec eux depuis toujours. J'espère vraiment réussir dans ce sport ».

El-Allami est entraînée par son père Mokhtar, ses frères Mohamed et Omar, et reçoit également l'aide de la Fédération marocaine de tennis, qui a mis à sa disposition l'entraîneur français Cyril Genevois pour l'accompagner à Wimbledon.

Elle explique que la fédération, ainsi que le Comité national olympique marocain, ont beaucoup investi en elle, en prenant en charge ses frais de déplacement pour les tournois et en mettant à sa disposition des entraîneurs et des kinésithérapeutes.

C'est à Wimbledon qu'El-Allami a joué pour la première fois sur gazon. Elle n'avait pas pu participer au tournoi junior sur gazon de Roehampton la semaine précédente en raison de retards dans l'obtention de son visa d'entrée au Royaume-Uni. Bien qu'elle se soit sentie mal à l'aise au début, son jeu agressif lui a permis de remporter une victoire au premier tour contre l'Américaine Anya Murthy.

El-Allami a déclaré qu'elle avait pris confiance en elle au cours des deux dernières années, depuis qu'elle a commencé à bien jouer contre des adversaires coriaces. Elle est ambitieuse par nature et parle avec une confiance et une sagesse qui dépassent son âge.

« Si je fais quelque chose, je veux être la meilleure. Parce que si je le fais de toute façon, autant être la meilleure », a-t-elle dit.

« Lors de la Coupe Billie Jean King Junior 2021, le Maroc s'est classé sixième et c'était une première pour les Arabes et l'Afrique. Nous avons joué avec les meilleures du monde dans nos catégories, ce qui nous a fait croire que nous étions près du but et que nous pouvions rivaliser avec elles », a-t-elle ajouté. « Je pense que c'est à ce moment-là que j'ai commencé à croire davantage en ce que nous pouvions faire au Maroc. »

Hormis Jabeur, El-Allami admire Serena Williams « parce qu'elle a un jeu tellement agressif et que son mental est vraiment fort », Roger Federer et Rafael Nadal « parce que tout ce que fait Nadal est tellement impressionnant ».

Elle n'a pas encore décidé si elle irait à l'université aux États-Unis pour jouer au tennis ou si elle poursuivrait une carrière sur le circuit professionnel dès sa sortie du lycée.

« L'objectif est de faire une carrière de joueuse de tennis professionnelle. Je ne suis pas contre l'idée d'aller à l'université. Si, au cours de ces deux années, je n'ai pas beaucoup de succès, j'irai à l'université, comme l'a fait Mayar, qui joue maintenant très bien », a expliqué El-Allami, notant que Sherif a excellé à l'université Pepperdine avant de passer au circuit professionnel et grimper en flèche dans les classements. « Même si vous allez à l'université, que vous continuez à travailler dur et que vous avez vos objectifs en tête, pourquoi cela ne marcherait-il pas ? »

El-Allami s'entraîne dans le club du SOC, le Stade Olympique Casablancais, dans son pays d'origine et dit qu'elle et El-Aouni s'entraînent ensemble presque tous les jours. « Je pense que c'est une excellente chose car nous nous motivons mutuellement et comme nous nous entraînons ensemble tous les jours, lorsque nous réussissons, nous croyons encore plus en ce que nous pouvons faire », dit-elle.

Il n'y a pas beaucoup d'autres joueuses de son niveau, et le fait de partir à l'étranger pour ses études universitaires pourrait l'aider à partager le terrain avec des adversaires plus coriaces.

El-Aouni a commencé à jouer au tennis grâce à son père Abdelrahim et est actuellement entraînée par son oncle Hamid Abdelrazaq.

Leurs familles se connaissent depuis avant la naissance de Malak et d'Aya, ce qui les a naturellement amenées à devenir de bonnes amies, des partenaires d'entraînement et des coéquipières.

El-Allami a commencé à participer à des tournois professionnels ITF, mais elle admet qu'elle a encore du travail à faire sur le plan mental pour obtenir les résultats qu'elle sait pouvoir atteindre.

« Je rencontre des joueuses que je battrais si je les affrontais chez les juniors. Mais au fur et à mesure que je les affronte sur le circuit professionnel, c'est plus difficile. Je ne sais pas pourquoi. Quand je l'aurai compris, je percerai », a-t-elle déclaré. « Je pense qu'il est très important de commencer tôt la transition entre les juniors et la WTA, afin d'avoir le temps de s'adapter. »

Si elle avait l'occasion de s'entretenir avec Jabeur ou Sherif, El-Allami sait exactement ce qu'elle aimerait leur demander.

« Je demanderais à Ons ce qui lui a permis de continuer à croire en elle, parce qu'elle a gagné Roland Garros en juniors mais n'a pas été très bien classée en seniors, puis 10 ans plus tard, elle a très bien réussi. C'est incroyable d'avoir une telle force et un tel courage », souligne El-Allami.

« Quant à Mayar, j'aimerais lui demander comment elle est parvenue à aller à l'université et continuer à se battre pour ses objectifs (sur le circuit professionnel), c'est incroyable. »

Comme l'a dit un jour la légendaire Billie Jean King, « il faut le voir pour l'être ». Heureusement pour El-Allami et El-Aouni, Jabeur et, plus récemment, Sherif fournissent un excellent exemple aux jeunes joueurs de tennis d'Afrique du Nord et du monde arabe pour qu'ils puissent poursuivre leurs rêves.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Au moins 16 morts, dont plusieurs écoliers, dans des inondations à Oman

Cette photo prise le 4 janvier 2022 montre des voitures complètement inondées dans un parking à l'extérieur d'un centre commercial à Mascate, la capitale d'Oman. Le mauvais temps affecte les États du Golfe, et plusieurs d'entre eux ont émis des alertes météorologiques. (Photo Mohammed Mahjoub AFP)
Cette photo prise le 4 janvier 2022 montre des voitures complètement inondées dans un parking à l'extérieur d'un centre commercial à Mascate, la capitale d'Oman. Le mauvais temps affecte les États du Golfe, et plusieurs d'entre eux ont émis des alertes météorologiques. (Photo Mohammed Mahjoub AFP)
Short Url
  • Les orages violents, accompagnés de fortes pluies et de rafales de vents, qui frappent le pays depuis dimanche ont provoqué des crues soudaines dans plusieurs régions du nord et de l'est du pays
  • Les intempéries devraient s'étendre à d’autres pays du Golfe dans les heures à venir, notamment Bahreïn et les Emirats arabes unis

MASCATE, Oman : Au moins 16 personnes, dont de nombreux enfants, ont péri à Oman dans des inondations provoquées par les fortes pluies qui s'abattent depuis dimanche sur le pays du Golfe, ont indiqué les autorités.

L'agence de presse officielle Oman news agency a rapporté dimanche soir que neuf écoliers et trois adultes ont "perdu la vie après que leur véhicule a été emporté par les eaux" dans le gouvernorat d'Ach-Charqiya du Nord situé à l'est du pays, à quelques 150 kilomètres de la capitale Mascate, tandis que cinq personnes étaient portées disparue.

Lundi, les corps d'un enfant et de trois autres personnes ont également été retrouvés sans vie, selon la même source.

Les orages violents, accompagnés de fortes pluies et de rafales de vents, qui frappent le pays depuis dimanche ont provoqué des crues soudaines dans plusieurs régions du nord et de l'est du pays.

Le ministère omanais de l’Education a qualifié l'incident de tragique, en affirmant avoir mis en garde les parents contre les pluies torrentielles prévues dans la région. Les écoles ont été fermées lundi dans la plupart des gouvernorats du pays.

Des inondations avaient déjà provoqué la mort de trois enfants le 12 février.

Les forces aériennes omanaises sont intervenues avec des hélicoptères pour récupérer des personnes toujours bloquées.

Les intempéries devraient s'étendre à d’autres pays du Golfe dans les heures à venir, notamment Bahreïn et les Emirats arabes unis.


Liban: le Hezbollah dit avoir visé des soldats israéliens ayant «franchi la frontière»

Un soldat de l'armée libanaise et des secouristes de la défense civile devant un cratère d'impact à la suite d'une frappe aérienne israélienne qui a touché une route dans le village d'Alma al-Shaab, au sud du Liban, le 15 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues. (Photo par AFP)
Un soldat de l'armée libanaise et des secouristes de la défense civile devant un cratère d'impact à la suite d'une frappe aérienne israélienne qui a touché une route dans le village d'Alma al-Shaab, au sud du Liban, le 15 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues. (Photo par AFP)
Short Url
  • C'est la première fois que le Hezbollah pro-iranien, qui échange des tirs avec Israël depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de six mois, annonce une telle opération
  • L'armée israélienne n'a pas confirmé que ses soldats ont franchi la frontière avec le Liban

BEYROUTH, Liban : Le Hezbollah libanais a affirmé lundi avoir activé des «engins explosifs» au passage de soldats israéliens qui ont traversé la frontière côté libanais, Israël faisant état de quatre soldats blessés.

C'est la première fois que le Hezbollah pro-iranien, qui échange des tirs avec Israël depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de six mois, annonce une telle opération.

Les combattants du Hezbollah «ont placé des charges dans la zone de Tal Ismaïl, près de la» frontière israélienne, qui ont explosé après que les soldats israéliens «ont traversé la frontière», a indiqué le groupe dans un communiqué.

De son côté, l'armée israélienne a annoncé que quatre de ses soldats, «en activité dans une zone à la frontière nord», ont été blessés durant la nuit, dont l'un «grièvement, à la suite d'une explosion d'origine inconnue».

L'armée israélienne n'a pas confirmé que ses soldats ont franchi la frontière avec le Liban.

Interrogée par l'AFP, elle a refusé de donner des précisions, se bornant à indiquer qu'une «enquête est en cours».

Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas le 7 octobre, des échanges de tirs opposent quotidiennement l'armée israélienne au Hezbollah, qui affirme soutenir son allié, le mouvement islamiste palestinien.

L'attaque du Hezbollah intervient à la suite d'un pic de tension ce week-end.

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'Iran a lancé une attaque inédite contre Israël à l'aide de drones et de missiles, en réponse à une frappe sur son consulat à Damas.

Au même moment, le Hezbollah a annoncé avoir lancé deux salves de roquettes Katioucha sur des positions militaires israéliennes situées dans le Golan syrien occupé par Israël. Israël a de son côté mené plusieurs frappes en territoire libanais.


La main-d'œuvre de la NEOM devrait dépasser les 200 000 personnes d'ici à 2025 selon le PDG

NEOM a réuni plus de 100 des principales entreprises de construction du monde pour un forum industriel de deux jours. NEOM
NEOM a réuni plus de 100 des principales entreprises de construction du monde pour un forum industriel de deux jours. NEOM
Short Url
  • Cette augmentation significative de la main-d'œuvre - une hausse de 43 % par rapport au niveau actuel - marque une étape cruciale dans l'initiative Vision 2030, soulignant le rôle central du projet dans la refonte de l'économie saoudienne
  • a réunion, à laquelle ont participé des entreprises d'Arabie saoudite et des entreprises internationales d'Asie, d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Afrique du Nord, a mis en évidence les progrès actuels de la construction sur le si

RIYADH : La main-d'œuvre du gigantesque projet saoudien NEOM devrait dépasser les 200 000 personnes d'ici 2025, alors que l'ambitieuse ville du Royaume, d'une valeur de 500 milliards de dollars, entre dans sa phase de développement la plus active.  

Cette augmentation significative de la main-d'œuvre - une hausse de 43 % par rapport au niveau actuel - marque une étape cruciale dans l'initiative Vision 2030, soulignant le rôle central du projet dans la refonte de l'économie saoudienne.  

NEOM, actuellement en cours de construction dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite, a rassemblé plus de 100 des principales entreprises de construction du monde pour un forum industriel de deux jours, selon un communiqué.  

Nadhmi Al-Nasr, PDG du gigantesque projet, s'est exprimé à cette occasion : "Alors que nous entrons dans la phase de développement la plus active de notre histoire, l'ampleur des opportunités offertes par NEOM est monumentale. Les projets progressant rapidement dans toute la région, nous nous engageons à collaborer avec des entrepreneurs de renommée mondiale pour concrétiser la vision de NEOM".   

L'hôtel d'OXAGON comptera 300 chambres (Fourni)
L'hôtel d'OXAGON comptera 300 chambres (Fourni)

 

Les participants ont pu se faire une idée des plans et de la portée des opportunités à venir et ont visité des sites de projets afin d'assister directement aux travaux de construction en cours. 

L'événement a également facilité les rencontres individuelles, permettant des discussions approfondies sur des perspectives commerciales spécifiques tandis que les entrepreneurs faisaient la démonstration de leurs services et de leurs capacités. 

La réunion, à laquelle ont participé des entreprises d'Arabie saoudite et des entreprises internationales d'Asie, d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Afrique du Nord, a mis en évidence les progrès actuels de la construction sur le site tout en soulignant les développements futurs, signifiant ainsi la transition de NEOM vers la phase suivante de son vaste portefeuille de projets. 

La déclaration souligne qu'à mesure que les projets de la ville entrent dans une nouvelle phase d'exécution, le besoin d'une expertise de premier plan en matière de construction est crucial pour mener à bien certains des projets de développement les plus ambitieux que le monde ait jamais connus. 

It further stated that among these ambitious projects is The Line, a 170-km-long city currently being constructed in modular phases, with the first phase expected to welcome residents in 2030. 

The forum, furthermore, underscored the critical role of innovation within the industry, emphasizing that traditional construction methods are inadequate to meet the scale and scope of the projects in the city of the future. 

Moreover, progress made on-site was demonstrated across NEOM, encompassing advancements in the construction of key projects such as The Line, the Spine, Oxagon, Trojena, and an international airport. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com