Le Cambodge et la Chine s'engagent à maintenir de bonnes relations

Le Premier ministre désigné du Cambodge Hun Manet serre la main du ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi au Palais de la Paix à Phnom Penh (Photo, AFP)
Le Premier ministre désigné du Cambodge Hun Manet serre la main du ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi au Palais de la Paix à Phnom Penh (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 14 août 2023

Le Cambodge et la Chine s'engagent à maintenir de bonnes relations

  • Hun Manet a été nommé par le roi, mais lui et son gouvernement doivent encore être confirmés par un vote le 22 août au Parlemen
  • M. Wang s'est rendu au Cambodge où il a rencontré son homologue cambodgien

PHNOM PENH: Le prochain dirigeant du Cambodge, Hun Manet, a affirmé être déterminé à renforcer les liens avec la Chine, à l'occasion d'une rencontre dimanche à Phnom Penh avec le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

M. Wang est arrivé au Cambodge samedi, premier officiel chinois à s'y rendre depuis que Hun Manet a été nommé Premier ministre lundi, dans le cadre d'une tournée de trois jours en Asie du Sud-Est.

Hun Manet a été nommé par le roi, mais lui et son gouvernement doivent encore être confirmés par un vote le 22 août au Parlement, où le Parti du peuple cambodgien (PPC) dirigé par son père Hun Sen, domine la chambre basse.

Hun Manet a publié sur sa chaîne Telegram que lui et M. Wang "se sont engagés à promouvoir la coopération entre les deux pays".

Il a également réaffirmé dans un message sur Facebook la "position inchangée" de son gouvernement à l'égard de la politique d'une seule Chine et a promis de ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures chinoises.

«Engagement inébranlable»

M. Wang s'est également rendu au Cambodge où il a rencontré son homologue cambodgien et a réaffirmé "l'engagement inébranlable" de Pékin à respecter la souveraineté du Cambodge, selon un communiqué du ministère cambodgien des Affaires étrangères.

Le Cambodge, Singapour, la Malaisie et les Philippines sont membres de l'Association des Nations du Sud-Est asiatique, qui est en pourparlers avec la Chine au sujet d'un code de bonne conduite dans la mer de Chine méridionale, que Pékin revendique dans sa quasi-totalité.

Le Cambodge est devenu l'un des principaux alliés de Pékin dans la région sous la direction de Hun Sen, qui a gouverné pendant près de quarante ans en recevant d'importants montants d'investissements chinois.

Le PPC de Hun Sen a remporté la totalité des 125 sièges de la chambre basse, à l'exception de cinq, lors des élections de juillet, qui ont été largement critiquées, le principal parti d'opposition n'ayant pas été autorisé à se présenter.

Quelques jours après cette victoire écrasante, il a annoncé qu'il transmettrait le pouvoir à son fils aîné, un général quatre étoiles, et qu'il deviendrait président du Sénat au début de l'année prochaine, tout en occupant d'autres fonctions jusqu'en 2033 au moins.


Tir mortel sur le film « Rust »: l'armurière fixée sur sa peine lundi

Les avocats d'Alec Baldwin tentent actuellement de faire annuler son procès pénal, en soulevant des nullités.  La semaine dernière, le parquet a réclamé son maintien, dans une réponse détaillée qui charge lourdement l'acteur de 66 ans.  Les procureurs fustigent l'attitude du comédien, qui "hurlait régulièrement" sur tout le monde et voulait finir le film plus vite. (AFP).
Les avocats d'Alec Baldwin tentent actuellement de faire annuler son procès pénal, en soulevant des nullités. La semaine dernière, le parquet a réclamé son maintien, dans une réponse détaillée qui charge lourdement l'acteur de 66 ans. Les procureurs fustigent l'attitude du comédien, qui "hurlait régulièrement" sur tout le monde et voulait finir le film plus vite. (AFP).
Short Url
  • Responsable des armes sur le film, Hannah Gutierrez-Reed, a été jugée coupable d'homicide involontaire début mars par un tribunal du Nouveau-Mexique
  • C'est elle qui avait chargé le revolver avec lequel Alec Baldwin répétait en octobre 2021, lorsque le tournage a viré au drame dans un ranch de cette région du sud-ouest des Etats-Unis: une balle réelle avait tué la directrice de la photographie

LOS ANGELES: L'armurière du western "Rust", produit par Alec Baldwin et sur le tournage duquel la directrice de la photographie avait été tuée par un tir, doit être fixée sur sa peine lundi.

Responsable des armes sur le film, Hannah Gutierrez-Reed, a été jugée coupable d'homicide involontaire début mars par un tribunal du Nouveau-Mexique.

C'est elle qui avait chargé le revolver avec lequel Alec Baldwin répétait en octobre 2021, lorsque le tournage a viré au drame dans un ranch de cette région du sud-ouest des Etats-Unis: une balle réelle avait tué la directrice de la photographie Halyna Hutchins et blessé le réalisateur Joel Souza.

Hannah Gutierrez-Reed risque jusqu'à 18 mois d'emprisonnement.

Star et producteur du film, Alec Baldwin est également accusé d'homicide involontaire. Il encourt la même peine, mais doit être jugé séparément en juillet.

Ce fait divers rare avait choqué Hollywood et provoqué des appels à interdire les armes à feu sur les plateaux.

Lors du procès de l'armurière, l'accusation a fustigé son amateurisme et son inexpérience. Sa négligence a engendré des "défaillances de sécurité constantes et sans fin" sur le plateau, selon la procureure Kari Morrissey.

« Roulette russe »

L'armurière "laissait tout le temps des armes sans surveillance", a-t-elle poursuivi, et ne vérifiait pas que les munitions étaient sans danger, au mépris des règles de sécurité de l'industrie cinématographique.

Les balles à blanc utilisées en plateau produisent un cliquetis facilement identifiable par un professionnel lorsqu'il secoue l'arme.

"Si elle ne vérifie pas les munitions factices (...) pour s'assurer qu'il s'agit bien de balles à blanc, (...) c'est un jeu de roulette russe qui s'engage à chaque fois qu'un acteur porte une arme", a tancé Mme Morrissey.

La défense de Mme Gutierrez-Reed l'a présentée comme "bouc émissaire" d'une production qui négligeait la sécurité pour des raisons financières.

La jeune femme n'avait aucun moyen de savoir que des munitions réelles avaient infiltré le plateau et croyait que la production s'était procuré uniquement des balles à blanc, selon son avocat Jason Bowles.

Elle était aussi chargé d'autres tâches, qui l'empêchaient de se concentrer pleinement sur son rôle d'armurière.

"La responsabilité revient à la production, comme dans toute organisation. Cela commence au sommet", a-t-il argué.

Interrompu par la tragédie, le tournage de "Rust" a finalement été complété dans le Montana (nord-ouest), avec le veuf de Halyna Hutchins, Matthew, en tant que producteur exécutif.

Fin 2022, il avait abandonné les poursuites qu'il avait engagées au civil contre Alec Baldwin au terme d'un accord dont le montant n'a pas été divulgué.

« Pression » de Baldwin

Les avocats d'Alec Baldwin tentent actuellement de faire annuler son procès pénal, en soulevant des nullités.

La semaine dernière, le parquet a réclamé son maintien, dans une réponse détaillée qui charge lourdement l'acteur de 66 ans.

Les procureurs fustigent l'attitude du comédien, qui "hurlait régulièrement" sur tout le monde et voulait finir le film plus vite.

"La pression de M. Baldwin à l'encontre de l'équipe sur le plateau de tournage a régulièrement compromis la sécurité", a estimé l'accusation.

L'acteur, qui nie avoir appuyé sur la détente, "a menti éhontément sur son comportement" en plateau, a ajouté le parquet. Dans son premier interrogatoire avec la police, il ne soutient pas explicitement que l'arme s'est déclenchée toute seule: cette thèse n'a été développée que plus tard, lors d'une interview télévisée.

Une expertise du FBI a conclu que le pistolet tenu par l'acteur n'avait pas pu faire feu sans une pression sur la détente. Elle est contestée par sa défense.


Suède : un ancien général syrien jugé pour crimes de guerre

En tant que général à la tête d'une division armée, Mohammed Hamo a participé à la coordination de ces opérations et a fourni des armes aux unités impliquées, facilitant la mise en oeuvre d'ordres "à un niveau opérationnel". (AFP).
En tant que général à la tête d'une division armée, Mohammed Hamo a participé à la coordination de ces opérations et a fourni des armes aux unités impliquées, facilitant la mise en oeuvre d'ordres "à un niveau opérationnel". (AFP).
Short Url
  • L'ancien officier a contribué "par ses conseils et son action" aux agissements de l'armée "qui ont systématiquement consisté en des attaques aveugles contre plusieurs villes ou (autres) localités de la région à l'intérieur et autour de Hama et de Homs"
  • Le parquet estime que la "guerre livrée par l'armée syrienne a comporté des attaques aériennes et terrestres généralisées dont les auteurs sont inconnus au sein de l'armée syrienne"

STOCKHOLM: Un ancien général syrien comparaît lundi devant un tribunal à Stockholm pour son rôle présumé dans des crimes de guerre dans son pays en 2012, devenant le plus haut responsable militaire syrien jugé en Europe.

Mohammed Hamo, 65 ans et vivant en Suède, est accusé de "complicité" de crimes de guerre entre janvier et juillet 2012, une accusation qui peut potentiellement lui valoir une condamnation à la prison à perpétuité.

L'ancien officier a contribué "par ses conseils et son action" aux agissements de l'armée "qui ont systématiquement consisté en des attaques aveugles contre plusieurs villes ou (autres) localités de la région à l'intérieur et autour de Hama et de Homs", selon l'acte d'accusation.

Le procès devrait durer jusqu'à fin mai.

Civils comme militaires

Le parquet estime que la "guerre livrée par l'armée syrienne a comporté des attaques aériennes et terrestres généralisées dont les auteurs sont inconnus au sein de l'armée syrienne".

Celles-ci ont été effectuées sans distinction - nécessaire au regard du droit international - entre les civils et les cibles militaires, ajoute-t-il.

En tant que général à la tête d'une division armée, Mohammed Hamo a participé à la coordination de ces opérations et a fourni des armes aux unités impliquées, facilitant la mise en oeuvre d'ordres "à un niveau opérationnel".

Ce militaire syrien nie avoir commis un crime, a dit son avocate Mari Kilman à l'AFP, sans vouloir faire plus de commentaires pour le moment.

Sept parties civiles, plusieurs d'entre elles des Syriens originaires des villes en question, vont témoigner au procès. Parmi elles figure un photographe britannique blessé pendant l'une des frappes citées dans l'acte d'accusation.

La guerre civile en Syrie entre le régime de Bachar al-Assad et des groupes d'opposition armés dont l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), déclenchée en 2011 par la répression de manifestations en faveur de la démocratie, a fait plus d'un demi-million de morts et morcelé ce pays.

« Impunité »

"Les attaques menées en 2012 à Homs et Hama et dans leurs environs ont causé des dommages considérables aux civils et des destructions immenses de leurs biens", a déclaré à l'AFP Aida Samani, conseillère juridique principale auprès de l'organisation de défense des droits Civil Rights Defenders.

"L'armée syrienne s'est conduite de la même manière dans d'autres villes de Syrie en toute impunité", a-t-elle poursuivi.

Ce procès sera le premier en Europe à "traiter de ce type d'attaques aveugles par l'armée syrienne", selon Mme Samani. "Ce sera la première occasion pour les victimes de ces attaques de faire entendre leur voix devant un tribunal indépendant".

Mohammed Hamo, qui était brigadier général dans l'armée, est à ce titre le dirigeant militaire syrien de plus haut rang à comparaître devant un tribunal en Europe mais des procédures sont en cours dans d'autres pays qui visent des généraux de plus haut rang.

En mars, Rifaat al-Assad, un des oncles du président syrien Bachar al-Assad, a été renvoyé devant la justice suisse pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité remontant aux années 1980.

Il est cependant peu probable que cet homme, rentré en Syrie en 2021 après 37 ans d'exil, comparaisse en personne devant le tribunal. En Suisse, une personne peut être jugée en son absence, sous certaines conditions.

En France, le président syrien Bachar al-Assad, son frère et deux généraux font l'objet depuis novembre de mandats d'arrêt internationaux de la justice, soupçonnés de complicité de crimes contre l'humanité pour les attaques chimiques perpétrées en Syrie à l'été 2013.

En janvier 2022, un ancien colonel syrien, Anwar Raslan, a été condamné par la justice allemande à la prison à perpétuité pour crimes contre l'humanité, à l'issue du premier procès au monde sur des exactions du régime de Bachar al-Assad.


JO-2024: que le feu surgisse! La flamme olympique va être allumée à Olympie

A 100 jours ou presque de la cérémonie d'ouverture des JO, la flamme olympique va être allumée mardi sur le site antique d'Olympie, en Grèce. (AFP).
A 100 jours ou presque de la cérémonie d'ouverture des JO, la flamme olympique va être allumée mardi sur le site antique d'Olympie, en Grèce. (AFP).
Short Url
  • Dans le sanctuaire d'Olympie, devant les ruines vieilles de 2.600 ans du temple d'Héra, la "grande prêtresse", vêtue d'un costume inspiré de l'Antiquité, doit procéder en milieu de journée à l'allumage de la flamme devant quelque 600 invités
  • L'ensemble du sanctuaire d'Olympie, ravagé au fil de l'histoire par les séismes et les inondations, était dédié à Zeus et les Jeux visaient à lui rendre hommage

OLYMPIE: A 100 jours ou presque de la cérémonie d'ouverture des JO, la flamme olympique va être allumée mardi sur le site antique d'Olympie, en Grèce, avant un vaste périple qui la mènera de l'Acropole jusqu'à Paris en passant notamment par la Polynésie française.

Après deux éditions gâchées par les restrictions liées à la pandémie de Covid-19, en 2020 et 2021, pour les JO de Tokyo et de Pékin, la cérémonie traditionnelle dans le berceau de l'olympisme retrouvera toutes ses couleurs avec un parterre d'officiels attendus.

Dans le sanctuaire d'Olympie, devant les ruines vieilles de 2.600 ans du temple d'Héra, la "grande prêtresse", vêtue d'un costume inspiré de l'Antiquité, doit procéder en milieu de journée à l'allumage de la flamme devant quelque 600 invités, dont le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach.

Ce rituel dans un tel endroit se fait "avec beaucoup d'humilité", a expliqué à l'AFP Nikos Aliagas, l'animateur de télévision et de radio franco-grec qui en sera l'hôte, à très exactement 101 jours de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Paris, organisés du 26 juillet au 11 août.

"Les symboles sont importants en Grèce. On est (...) dans l'universel car on porte quelque chose qui ne nous appartient pas, qui est un héritage", a-t-il ajouté, affirmant vouloir être "un intermédiaire" entre la Grèce et la France.

L'ensemble du sanctuaire d'Olympie, ravagé au fil de l'histoire par les séismes et les inondations, était dédié à Zeus et les Jeux visaient à lui rendre hommage. Sur le site, une statue du "dieu des dieux", aujourd'hui disparue, était considérée comme l'une des sept merveilles du monde antique.

La chorégraphie de la cérémonie de mardi, elle aussi inspirée de la Grèce antique, a été confiée à l'artiste Artémis Ignatiou, et la mezzo-soprano américaine Joyce DiDonato interprétera l'hymne olympique.

Comme tous les deux ans, la cérémonie se déroule près du stade où les jeunes athlètes de l'Antiquité disputèrent leurs premiers Jeux au VIIIe siècle avant Jésus-Christ. A l'époque, les femmes étaient interdites de participation, et le resteront jusqu'à l'abolition des Jeux antiques en 393 ap. J.-C.

Laure Manaudou pressentie 

Le système d'allumage de la flamme passe par l'utilisation du soleil et d'un miroir cylindro-parabolique, un procédé déjà connu des Grecs anciens: les rayons du soleil qui se réfléchissent dans le récipient dégagent une chaleur intense permettant d'obtenir une flamme.

Les prévisions météorologiques annoncent un ciel nuageux mardi dans cette région occidentale de la péninsule du Péloponnèse (sud-ouest), mais même en cas de ciel capricieux ou, pire, de pluie, tout est prévu pour que le feu puisse surgir.

La "grande prêtresse", l'actrice grecque Mary Mina, pourra alors brandir la torche qui sera ensuite emmenée par le premier relayeur, Stefanos Ntouskos, champion olympique d’aviron aux JO de Tokyo.

La nageuse française Laure Manaudou qui avait décroché son premier titre olympique, sur 400 m nage libre, aux Jeux olympiques d'Athènes en 2004, est pressentie pour lui succéder et être la première relayeuse française.

La flamme va ensuite entamer un périple de 5.000 km à travers la Grèce durant 11 jours, de l'île de Corfou, en mer Ionienne, à celle de Santorin dans les Cyclades, au decor de carte postale célébrissime, en passant par Kastellorizo, au sud-est du pays.

Elle montera également le rocher de l'Acropole pour passer une nuit près du Parthénon qui domine la capitale grecque.

Puis la flamme sera transmise aux organisateurs français le 26 avril dans le stade panathénaïque à Athènes, l'enceinte dans laquelle furent disputés les premiers Jeux olympiques de l'ère moderne en 1896.

Au Pirée, le grand port au sud d'Athènes, la flamme embarquera ensuite à bord du trois-mâts Belem pour débarquer, le 8 mai, à Marseille, dans le sud-est de la France.

Le symbole des JO traversera ensuite toute la France, passant par les Antilles et la Polynésie française, pour arriver à Paris le jour de la cérémonie d'ouverture, le 26 juillet.

La flamme qui brûlait durant toute la durée des Jeux dans l'Antiquité représentait l'idéal de paix et d'unité entre les peuples.  Elle n'a été remise au goût du jour qu'en 1936, aux JO de Berlin, dans l'Allemagne hitlérienne.