La «croissance démographique des jeunes», un atout pour les pays arabes

Le secteur éducatif dans la région MENA varie beaucoup d’un pays à un autre, certains étant très en avance sur les problèmes du marché du travail alors que d’autres sont à la traîne (Photo, Shutterstock).
Le secteur éducatif dans la région MENA varie beaucoup d’un pays à un autre, certains étant très en avance sur les problèmes du marché du travail alors que d’autres sont à la traîne (Photo, Shutterstock).
Short Url
Publié le Lundi 14 août 2023

La «croissance démographique des jeunes», un atout pour les pays arabes

  • La population de jeunes dans la région MENA devrait atteindre 65 millions d’ici la fin de 2030
  • Les jeunes employés dans des activités productives augmentent le dividende démographique

DUBAÏ : La région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord connaît un «boom démographique» caractérisé par un taux disproportionné de jeunes dans la population.

Bien que le pic de cette vague démographique soit considéré comme passé dans la plupart des pays arabes, la population de jeunes dans toute la région devrait atteindre 65 millions d'ici la fin de 2030. Cependant, il s’agit de savoir si les pays concernés seront en mesure de tirer parti de ce phénomène.

L'expression «la démographie est le destin», souvent attribuée au philosophe français du XIXe siècle Auguste Comte, souligne l'importance de la démographie dans le développement, que ce soit celui des communautés, des nations, ou encore des économies politiques.

Un boom démographique peut devenir un «dividende démographique» si les cohortes croissantes de jeunes hommes et femmes en âge de travailler peuvent être employées dans des activités productives, augmentant ainsi le niveau du revenu moyen par habitant.

ds
Le secteur éducatif dans la région MENA varie beaucoup d’un pays à un autre, certains étant très en avance sur les problèmes du marché du travail alors que d’autres sont à la traîne (Photo, Shutterstock).

Cependant, si la plupart des adultes en âge de travailler ne peuvent pas trouver d'emplois et gagner un revenu satisfaisant, les frustrations résultant d'un chômage élevé chez les jeunes pourraient se transformer en un défi sécuritaire.

Que ce soit dans le monde arabe ou dans toute autre région, une importante population de jeunes est donc une bénédiction mitigée en ce qui concerne les opportunités d'emploi et d'éducation, la croissance économique, ainsi que la stabilité sociale et politique.

Selon un rapport de la Banque mondiale de 2022 intitulé «Emplois inachevés : Repenser le rôle des gouvernements vis-à-vis des marchés et des travailleurs au Moyen-Orient et en Afrique du Nord», un tiers (32%) des jeunes âgés de 15 à 24 ans dans la région MENA sont au chômage et ne suivent pas d'éducation ou de formation.

ds
Infographie du rapport 2022 de la Banque mondiale intitulé «Emplois inachevés : Repenser le rôle des gouvernements vis-à-vis des marchés et des travailleurs au Moyen-Orient et en Afrique du Nord»

En fait, les jeunes travailleurs de la région font face aux taux de chômage les plus élevés au monde, atteignant en moyenne 26%, 30% en Algérie et en Tunisie, 40% en Jordanie et dépassant50 % en Libye.

«Le secteur dans la région MENA varie beaucoup d'un pays à l'autre, certains étant très en avance dans la résolution des problèmes du marché du travail et beaucoup d'autres étant en retard», a déclaré Roberto D'Ambrosio, PDG d'Axiory Global, à Arab News.

Cela rend la question de l'employabilité des jeunes «très difficile à aborder, transformant un avantage et un atout majeurs, représentés par un pourcentage très élevé de jeunes, en une véritable responsabilité.»

ds
Roberto D’Ambrosio, PDG de Axiory Global (Photo, Fournie). 

D'Ambrosio a souligné les «obstacles bureaucratiques et les réglementations rigides du marché du travail» comme des facteurs qui entravent souvent la création d'emplois et découragent l'investissement privé, rendant ainsi difficile pour les jeunes de trouver du travail.

«Dans les pays les plus touchés, la principale raison du chômage des jeunes réside dans la croissance économique et la diversification insuffisantes, dans la bureaucratie excessive et les politiques protectionnistes à courte vue, qui, associées à un certain niveau d'obstacles locaux, rendent difficile pour les investissements dirigés par des étrangers de considérer l'engagement dans ces juridictions.»

D'autres défis incluent un déséquilibre entre l'éducation et le marché du travail, ainsi que les types d'emplois proposés.

ds
Infographie du rapport 2022 de la Banque mondiale intitulé «Emplois inachevés : Repenser le rôle des gouvernements vis-à-vis des marchés et des travailleurs au Moyen-Orient et en Afrique du Nord»

Par exemple, l'emploi informel est estimé être aussi élevé que 77% du chiffre total au Maroc, 69% en Égypte, 64% dans les territoires palestiniens occupés de la Cisjordanie et de Gaza. En revanche, le taux est aussi bas que 16% à Bahreïn.

L'emploi informel fait souvent référence, entre autres, aux travailleurs domestiques, aux vendeurs de rue, aux récupérateurs de déchets et aux travailleurs à domicile comme les fabricants de vêtements, qui ne sont ni taxés ni surveillés par le gouvernement.

«L'emploi informel ne bénéficie pas des mêmes investissements en talent et des mêmes avantages que les emplois formels», a déclaré Sonia Ben Jaafar, PDG de la Fondation Abdalla al-Ghurair, à Arab News.

ds
Sonia Ben Jaafar, PDG de la Fondation Abdalla al-Ghurair (Photo, Fournie).

Un autre problème critique dans les données concerne les femmes : celles-ci représentent seulement 20% de la main-d'œuvre de la région MENA, ce qui en fait le taux le plus bas au monde. «La disparité entre les sexes est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles beaucoup de jeunes femmes ne font pas partie de la main-d'œuvre existante», a-t-elle déclaré.

Tous les pays de la région MENA ne luttent pas pour stimuler les opportunités d'emploi. Des stratégies réussies en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, par exemple, aident ces pays à diversifier leurs économies au-delà du pétrole, à investir dans des pôles d'innovation et à privilégier des réformes éducatives qui correspondent aux besoins du marché du travail.

«Les politiques d'émiratisation ont également montré des résultats prometteurs, avec plus de 50 000 Émiratis rejoignant le secteur privé en 2023 seulement, dépassant ainsi les attentes de la stratégie et élargissant les possibilités pour la main-d'œuvre», a déclaré Ben Jaafar.

EN BREF

  • Le taux de chômage des jeunes dans le monde était de 15,58% en 2022
  • 75 millions de jeunes dans le monde sont formés mais n'ont pas d'emploi
  • Dans la prochaine décennie, 1 milliard de jeunes entreront sur le marché du travail
  • Les jeunes sont environ 3 fois plus susceptibles d'être au chômage que les adultes
  • Le 12 août était la Journée internationale de la jeunesse

Il n'est pas un secret que de nombreuses économies de la région MENA dépendent de manière disproportionnée des industries extractives telles que le pétrole et le gaz. Ceci, selon les experts, est l’une des principales raisons de l'offre limitée actuelle d'opportunités d'emploi au-delà de ces secteurs et des entités soutenues par le gouvernement.

«La diversification économique est cruciale pour créer une gamme d'opportunités d'emploi pour les jeunes», a déclaré D'Ambrosio. «Cela est abordé par le déploiement d'investissements massifs dans des pays tels que l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.»

Par exemple, la Vision saoudienne 2030 inclut des initiatives visant à réduire le chômage des jeunes en stimulant la croissance du secteur privé, en promouvant une culture entrepreneuriale, en développant la formation professionnelle et technique et en encourageant l'investissement dans une gamme de nouvelles industries.

ds
Infographie du rapport 2022 de la Banque mondiale intitulé «Emplois inachevés : Repenser le rôle des gouvernements vis-à-vis des marchés et des travailleurs au Moyen-Orient et en Afrique du Nord»

De même, le Programme national d'Emiratisation des Émirats arabes unis vise à augmenter la participation des nationaux sur le marché du travail, proposant des programmes de formation et de développement afin d’améliorer l'employabilité des jeunes Émiratis.

«Les Émirats arabes unis sont devenus une juridiction très attractive pour les professionnels qualifiés et expérimentés d'Amérique du Nord, d'Europe et d'Asie», a déclaré D'Ambrosio. «Avec le temps, ces compétences et expériences seront transmises à la main-d'œuvre locale, permettant une plus grande employabilité des citoyens et des résidents des Émirats arabes unis.»

De plus, les Émirats arabes unis et le Qatar cherchent à se positionner comme des pôles d'éducation internationaux en attirant des institutions réputées pour établir des écoles et des collèges. Pour la région dans son ensemble, cependant, l'inégalité éducative reste un problème.

Nidhal Guessoum, professeur de physique, d'astronomie et de sciences spatiales à l'Université américaine de Sharjah, estime que le secteur de l'éducation de la région MENA a du mal à suivre le rythme des développements technologiques rapides.

«Les gens deviennent alors victimes de ces développements : nouveaux diplômés, décrocheurs et employés sont licenciés parce que leurs emplois ne sont plus nécessaires. Et avec l'avènement de l'intelligence artificielle et son remplacement des travailleurs humains, cette tendance continuera et s'accélérera», a-t-il déclaré à Arab News.

fd
Avec l’évolution de l’IA, les jeunes de certains pays de la région MEN risquent d’être négativement impactés (Photo d’archive AFP).

«Le système éducatif de notre région est notoirement lent et résistant aux changements, et nous nous concentrons toujours sur l'enseignement du contenu et de la 'connaissance' plutôt que sur les compétences, les méthodes et les possibilités.»

Pour résoudre ce problème, Guessoum estime que les gouvernements doivent constituer des comités permanents d'experts pour examiner en permanence les tendances de l'économie mondiale et conseiller sur les modifications à apporter aux programmes nationaux et à l'industrie.

Le fait de ne pas s'adapter ne fera qu'augmenter le nombre de jeunes chômeurs, car leurs compétences ne répondront pas aux exigences industrielles actuelles et futures. Selon D'Ambrosio d'Axiory Global, «il y aurait une demande insuffisante des organisations régionales pour employer les jeunes qui cherchent un emploi.»

Cela se traduit par plus de jeunes rejoignant la recherche d'emplois, rendant encore plus difficile pour eux de se démarquer individuellement auprès des employeurs potentiels et de sécuriser un salaire décent.

Un rapport de 2019 publié par le FMI a révélé que dans la plupart des régions du monde, la durée du chômage est plus courte pour les jeunes que pour les adultes, reflétant la tendance naturelle des jeunes à changer plus fréquemment d'emploi.

Or, dans la plupart des pays de la région MENA, le chômage des jeunes semble être le résultat de l'attente du bon emploi. Cela signifie que les périodes de chômage peuvent être plus longues en moyenne, en particulier pour les jeunes instruits, qui peuvent avoir besoin de plus de temps pour trouver un bon emploi correspondant à leurs compétences.

ds
Certaines stratégies efficaces aident quelques pays du Golfe à diversifier leurs économies, à investir dans des pôles d'innovation et à donner la priorité aux réformes de l'éducation (Photo, AFP).

«C'est un point important, car c'est la durée du chômage, plutôt que son occurrence, qui est la plus préjudiciable à l'accumulation du capital humain», indique le rapport du FMI.

En plaçant la situation de la «jeunesse en surabondance» de la région MENA dans une perspective, Ben Jaafar a déclaré que les dirigeants régionaux se tournent vers des solutions plus durables favorisant l'inclusion et créant des compétences plus flexibles pour s'adapter à une économie en évolution.

«Nous commençons déjà à voir des changements de politique en ce qui concerne la diversification des parcours de l'éducation au travail, comme le montre le ministère de l'Éducation des Émirats arabes unis, qui s'est déjà montré ouvert à l'utilisation de la modalité en ligne et à la prise en compte des cours empilables», a-t-elle déclaré.

ds
Des élèves égyptiens fréquentent une classe du secondaire à l'école privée «Futures Tech» au Caire (Photo, AFP).

Cependant, les écoles et les collèges doivent être équipés afin de mettre en œuvre des programmes de renforcement des compétences engageants et des initiatives allant au-delà de la simple «employabilité». Ce n'est qu'alors que les jeunes pourront tirer parti de leurs compétences techniques dans diverses industries. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L’Arabie saoudite accueillera les assemblées annuelles et le jubilé d’or du Groupe de la Banque islamique de développement

L’Arabie saoudite accueillera les assemblées annuelles et les célébrations du jubilé d’or du Groupe de la Banque islamique de développement à Riyad du 27 au 30 avril. (Banque islamique de développement)
L’Arabie saoudite accueillera les assemblées annuelles et les célébrations du jubilé d’or du Groupe de la Banque islamique de développement à Riyad du 27 au 30 avril. (Banque islamique de développement)
Short Url
  • Alors que la Banque célèbre son 50e anniversaire, les réunions auront pour thème « Être fiers de notre passé et façonner notre avenir : authenticité, solidarité et prospérité ».
  • a réunion annuelle sert de forum vital pour le renforcement des liens économiques et l’expansion de la coopération entre les participants.

RIYAD : L’Arabie saoudite accueillera les réunions annuelles et les célébrations du jubilé d’or du Groupe de la Banque islamique de développement à Riyad du 27 au 30 avril, sous le patronage du roi Salman.

Les réunions de cette année auront lieu sous le thème « Être fiers de notre passé et façonner notre avenir : authenticité, solidarité et prospérité », a rapporté l’agence de presse saoudienne.

La banque se décrit comme une plate-forme essentielle pour le dialogue sur le développement, et a déclaré qu’elle célèbre 50 ans de promotion de la croissance sociale et économique parmi ses membres. En tant que banque multilatérale de développement de premier plan, elle s’attend à ce que l’événement attire une attention internationale et régionale significative.

Les participants comprendront des ministres de l’économie, de la planification et des finances des 57 pays membres de la banque, ainsi que des représentants d’agences et d’organisations financières internationales et régionales, de banques islamiques, du secteur privé, d’institutions de financement du développement, des organisations non gouvernementales et des chambres de commerce et d’industrie.

Les organisateurs ont déclaré que la réunion annuelle sert de forum vital pour le renforcement des liens économiques et l’expansion de la coopération entre les participants. Son ordre du jour comprend des forums, des séminaires et des réunions sur un éventail de sujets, avec des événements particulièrement notables, notamment la Table ronde des gouverneurs, le 18e Forum mondial de la BID sur la finance islamique et le Forum du secteur privé du Groupe de la BID.

Les sujets de discussion comprendront le rôle des petites et moyennes entreprises dans le programme de développement et de diversification Vision 2030 de l’Arabie saoudite, les stratégies de financement des efforts pour atteindre les objectifs de développement durable, la mobilisation des financements islamiques pour le développement d’infrastructures résilientes et la création du Forum du Groupe de coordination arabe.

Le Symposium sur la vision future et l’Assemblée générale de l’Union des consultants dans les pays islamiques auront également lieu pendant l’événement.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le journaliste iranien poignardé Pouria Zeraati mieux, mais pas complètement rétabli

Le journaliste iranien Pouria Zeraati a été poignardé par trois hommes et hospitalisé pour des blessures à la jambe. (X: @pouriazeraati)
Le journaliste iranien Pouria Zeraati a été poignardé par trois hommes et hospitalisé pour des blessures à la jambe. (X: @pouriazeraati)
Short Url
  • Le présentateur d’Iran International a évoqué, au micro de l’émission Today de BBC Radio 4, l’attaque et ses répercussions sur sa vie
  • «Je me sens beaucoup mieux physiquement, mais comme vous le savez, la récupération mentale prend du temps»

LONDRES: Le journaliste iranien, Pouria Zeraati, qui a été poignardé, a déclaré, mardi, qu’il se sentait «beaucoup mieux», mais qu’il était encore loin d’être complètement rétabli.

Le présentateur d’Iran International a évoqué, au micro de l’émission Today de BBC Radio 4, l’attaque et ses répercussions sur sa vie.

«Je me sens beaucoup mieux physiquement, mais comme vous le savez, la récupération mentale prend du temps», déclare M. Zeraati, ajoutant que «la vie continue».

Le journaliste a été agressé à la fin du mois dernier devant son domicile, dans le sud de Londres. Il a été poignardé par trois hommes et hospitalisé pour des blessures à la jambe.

Se remémorant l’agression, Pouria Zeraati indique à BBC Radio 4 qu’il se dirigeait vers sa voiture pour se rendre au studio lorsqu’un homme à l’air «suspect» s’est approché de lui et lui a demandé de la monnaie.

«Il a fait semblant de demander de la monnaie. Je me suis excusé en lui disant que je n’en avais pas. Je m’apprêtais à ouvrir la porte, lorsque le deuxième homme s’est approché», précise-t-il.

«Ils m’ont attrapé par devant et ils ont serré très fort. Je ne pouvais plus bouger les mains», avant qu’un des agresseurs ne le poignarde à la jambe.

Les deux hommes se sont immédiatement enfuis dans une voiture qui les attendait pour les conduire à l’aéroport Heathrow.

«Je me suis rendu compte que mes affaires n’avaient pas été volées; ni mes téléphones portables, ni ma montre, ni mes AirPods et ni mon portefeuille contenant de l’argent liquide. C’est à ce moment que j’ai compris que cet incident était en lien avec mon travail. Ce n’était pas un vol», déclare-t-il à Today.

Il est transporté à l’hôpital peu de temps après, puis autorisé à quitter l’hôpital. Il réside actuellement dans un endroit sûr sous surveillance policière.

La police métropolitaine a déclaré que les suspects avaient quitté le Royaume-Uni, mais qu’elle enquêtait toujours sur les raisons de l’attaque.

Le personnel d’Iran International a déjà été la cible de menaces liées au régime iranien et la chaîne dissidente a été répertoriée comme organisation terroriste en Iran pour sa couverture du soulèvement iranien de 2022.

Le chargé d’affaires iranien au Royaume-Uni, qui est à la tête de sa mission diplomatique, a nié tout lien entre le régime iranien et l’attaque menée contre M. Zeraati.

Le journaliste a repris le travail au début du mois, un moyen de «retourner le message».

«Je suis toujours là, la vie continue et le public regarde toujours l’émission», conclut Pouria Zeraati.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite souligne ses efforts en matière d’environnement et de durabilité à la conférence "Our Ocean"

Les autorités saoudiennes ont présenté leurs programmes et plans pour des initiatives de protection de l’environnement et de durabilité mardi, lors de la première journée de la 9e Conférence Our Ocean à Athènes. (SPA)
Les autorités saoudiennes ont présenté leurs programmes et plans pour des initiatives de protection de l’environnement et de durabilité mardi, lors de la première journée de la 9e Conférence Our Ocean à Athènes. (SPA)
Short Url
  • La délégation saoudienne à l’événement de deux jours est dirigée par le PDG du Centre national pour la faune, Mohammed Qurban
  • Au cours de 8 événements précédents depuis le lancement de la conférence en 2014, les participants ont annoncé 2160 engagements d’une valeur de 130 milliards de dollars

RIYAD : Les autorités saoudiennes ont présenté leurs programmes et plans pour des initiatives de protection de l’environnement et de durabilité mardi, lors de la première journée de la 9e Conférence Our Ocean à Athènes.

Les délégués à l’événement de cette année, dont le thème est « Notre océan : un océan de potentiel », comprennent des représentants de gouvernements et d’entreprises, ainsi que des activistes et des experts sur les environnements marins, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

Ils discutent de sujets tels que les aires marines protégées, les économies bleues durables, la sécurité maritime, la relation entre les océans et le changement climatique, la pêche durable et les moyens de lutter contre la pollution marine. D’autres questions seront abordées lors de la conférence, notamment le tourisme durable dans les zones côtières et sur les îles, les moyens de réduire la pollution par le plastique et les microplastiques dans les environnements marins, le transport maritime vert et la transition verte en Méditerranée.

La délégation saoudienne à l’événement de deux jours est dirigée par le PDG du Centre national pour la faune, Mohammed Qurban. Les initiatives du Royaume mises en évidence lors de la conférence tournent autour des moyens de protéger les océans et les autres ressources en eau, et de l’utilisation durable des ressources marines.

« Notre participation aux travaux de cette conférence mondiale reflète la volonté du Royaume de soutenir les efforts et les efforts visant à atteindre les objectifs de développement durable, à protéger les mers, les océans et les ressources en eau, et l’utilisation durable des ressources marines d’une manière qui reflète les tendances du Royaume et (sa) Vision 2030 (plan de développement) pour soutenir les efforts de protection de l’environnement », a déclaré Qurban.

Il a souligné plusieurs projets nationaux clés en cours, dont l’Initiative verte saoudienne, qui vise à étendre les aires protégées du Royaume à 30 pour cent de son territoire terrestre et maritime total, et à planter 100 millions de palétuviers d’ici 2030.

« Le Royaume reste déterminé dans sa mission de sauvegarde de la nature et de ses précieux trésors écologiques, avec un accent particulier sur la région de la mer Rouge », a déclaré Qurban. « Nous sommes prêts à déployer toutes les ressources et tous les efforts nécessaires vers des efforts de conservation durables. »

La participation à des forums tels que la Conférence Our Ocean encourage le partage inestimable des connaissances, une pollinisation croisée des idées et des collaborations dans la création de moyens innovants pour relever les défis environnementaux et promouvoir des pratiques durables, a-t-il ajouté.

Au cours des huit événements précédents depuis le lancement de la conférence en 2014 par les États-Unis pour combler une lacune dans la gouvernance mondiale des océans à l’époque, les participants ont annoncé 2160 engagements d’une valeur de 130 milliards de dollars, ont déclaré les organisateurs.

Parmi les autres points à l’ordre du jour cette année, mentionnons les façons dont les océans répondront aux besoins des générations futures, les façons d’encourager les gouvernements, les entreprises et d’autres organisations à adopter des engagements à long terme qui ont des effets positifs sur les océans, et les efforts déployés pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies relatifs aux océans, aux mers et aux ressources marines.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com