Après le sommet de Djeddah, la formule de paix de l’Ukraine est la seule voie à suivre

"La Russie doit respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues", a déclaré M. Kuleba à Arab News. (Photo, AN)
"La Russie doit respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues", a déclaré M. Kuleba à Arab News. (Photo, AN)
Short Url
Publié le Mercredi 16 août 2023

Après le sommet de Djeddah, la formule de paix de l’Ukraine est la seule voie à suivre

  • Le diplomate en chef de l’Ukraine déclare que le monde se dirige vers un sommet de la paix mondiale
  • Il félicite le «rôle constructif de l’Arabie saoudite dans la politique internationale»

RIYAD: Le monde se rapproche d'un sommet pour la paix, mais mettre fin au conflit avec la Russie ne peut être réalisé que si le plan de paix de l'Ukraine est respecté, souligne Dmytro Kuleba, ministre des Affaires étrangères de l'Ukraine, dans une interview exclusive accordée à Arab News.

Lors d'une interview exclusive réalisée via Zoom, M. Kuleba a indiqué qu'il était encore prématuré d'aborder en détail les lieux ou les dates spécifiques d'un sommet mondial. Cependant, il a affirmé que le dialogue progressait dans la bonne direction, à condition que la formule de paix ukrainienne soit mise en œuvre.

De hauts fonctionnaires de quarante-deux pays se sont rassemblés à Djeddah, en Arabie saoudite, les 5 et 6 août, dans le but d'élaborer les principes phares pour mettre fin à la guerre avec la Russie. Ce sommet faisait suite à un forum similaire qui s'était tenu à Copenhague, au Danemark, plus tôt cet été.

Dmytro Kuleba commente: «À la suite de la réunion de Djeddah, je peux affirmer que nous progressons définitivement dans cette direction à un bon rythme et que cela se concrétisera. Nous travaillons en étroite collaboration avec l'Arabie saoudite et d'autres pays impliqués pour organiser ce sommet, comme proposé par l'Ukraine.»

«Et l'objectif de ce sommet est très clair, la formule de paix de l'Ukraine, qui est une manière globale de résoudre le conflit, donnera des résultats, et tous les enjeux couverts par cette solution de paix commenceront à être mis en œuvre.»

«C'est la seule voie à suivre, selon la Charte des nations unies et le droit international.»

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a déclaré qu'il espère que l'initiative diplomatique conduira à un sommet de paix des dirigeants mondiaux à l'automne pour approuver les principes, basés sur sa propre formule en dix points pour un règlement.

Il a présenté le plan lors du sommet du Groupe des vingt (G20) à Bali, en Indonésie, en novembre dernier.

img 1

Celui-ci abordait la sécurité nucléaire, la sécurité alimentaire et énergétique, la libération des prisonniers, la restitution du territoire, la cessation des hostilités, la responsabilité des crimes de guerre, la sécurité environnementale, la prévention des futures agressions et la confirmation de la fin de la guerre. Arab News a contacté l'ambassade de Russie pour un commentaire, sans succès.

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a récemment déclaré que Moscou appréciait les «initiatives humanitaires et de médiation» des amis de la Russie, tout en réitérant le rejet par son pays de la « formule de paix » proposée par l'Ukraine.

«En promouvant la formule de Zelensky, le régime de Kiev et l'Occident tentent de minimiser l'importance des initiatives de paix proposées par d'autres pays et de monopoliser le droit de les faire avancer», a-t-elle affirmé lors d'une conférence de presse la semaine dernière. 

La réunion de Djeddah, qui vient de s'achever, s'est terminée sans conférence de presse de clôture ni déclaration officielle saoudienne. Toutefois, le Royaume a maintenu jusqu'à présent son désir de servir d'intermédiaire neutre entre la Russie et l'Ukraine. Mardi, le Cabinet saoudien a décrit le sommet de Djeddah comme une poursuite des initiatives et des efforts du prince héritier visant à contribuer à la réalisation d'une paix durable et à réduire l'impact humanitaire de la crise.

Lors de la réunion de Copenhague en juin, la demande de l'Ukraine selon laquelle toutes les troupes russes devaient se retirer avant le début des pourparlers de paix a été considérée par certains pays participants comme une demande irréaliste.

La Russie, qui contrôle de vastes parties du territoire ukrainien, notamment la Crimée et des parties de Donetsk et Louhansk, a déclaré que toute négociation devait tenir compte des «nouvelles réalités territoriales».

Interrogé sur la signification des positions de ces deux nations, M. Kuleba affirme que l'Ukraine avait la «vérité» de son côté.

«De toutes les perspectives, légales, politiques, économiques et historiques, la Russie doit respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues», déclare-t-il.

«Les frontières ont été reconnues par la Russie, ainsi que par le reste du monde, notamment l'Arabie saoudite et d'autres pays. Donc, la différence entre notre position et celle de la Russie est que notre position est légitime, à l’inverse de la leur.»

«Et la vérité dans ce cas est de notre côté. Alors pourquoi ne devrions-nous pas la poursuivre?»

img 1
La rédactrice en chef adjointe d'Arab News, Noor Nugali, s'est entretenue en exclusivité avec Dmytro Kuleba, de l'Ukraine. (Photo, AN)

Commentant le sommet de Djeddah, le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, avait déclaré que «toute tentative de promouvoir un règlement pacifique mérite une évaluation positive».

Quand on lui a demandé si cela pouvait suggérer que la Russie était prête à envisager d'autres moyens pour parvenir à la paix, Dmytro Kuleba a fait remarquer que Kiev ne croit pas aux paroles de Moscou – seules les actions importent.

«Je pense qu'il serait trop tôt et naïf de tirer des conclusions d'un seul commentaire du porte-parole du président Poutine», souligne M. Kuleba.

«À différentes occasions, non seulement lui, mais d'autres hauts responsables russes ont également déclaré que l'agression russe contre l'Ukraine se poursuivra tant que la Russie atteindra les objectifs de cette agression.»

«Nous ne faisons donc pas confiance aux paroles russes. Nous voulons voir des actions russes spécifiques sur le terrain pour en conclure qu'ils sont prêts à restaurer la paix. Pour l'instant, ce n'est pas le cas.»

Arab News a contacté l'ambassade de Russie pour obtenir un commentaire, mais sans succès.

Dmytro Kuleba a reconnu le rôle prépondérant de l'Arabie saoudite dans les efforts visant à résoudre la crise ukrainienne, depuis l'échange de prisonniers qu'elle a facilité en septembre 2022 jusqu'à l'intervention de M. Zelensky devant la Ligue arabe à Djeddah en mai de cette année et, plus récemment, en tant qu'hôte du sommet de ce mois-ci.

«J’estime que l'Arabie saoudite joue un rôle très constructif dans les affaires liées à l'agression russe contre l'Ukraine», précise-t-il.

img 1

«Nous sommes conscients que votre direction a identifié une possibilité pour l'Arabie saoudite de jouer un rôle véritablement global et positif sur la scène de la politique internationale.»

«Et je ne peux que saluer la vision et le leadership de votre pays dans ces affaires, car pour résoudre les problèmes mondiaux, il faut avoir une ambition mondiale. L'Arabie saoudite a clairement démontré qu'elle a cette ambition.»

«En conséquence, elle a également prouvé sa capacité à réaliser énormément de choses, ce qui ne peut qu'être accueilli et salué.»

Récemment, les responsables ukrainiens ont porté leurs efforts diplomatiques vers la construction d'un soutien au-delà des principaux soutiens occidentaux de Kiev en s'adressant aux pays du Sud mondial.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles l'Ukraine considère soudainement le Sud mondial comme une composante si essentielle, M. Kuleba a indiqué qu’un nombre important de ces nations avaient souffert de l'agression russe.

«Bien que l'agression russe contre l'Ukraine se déroule en Europe, elle a des répercussions mondiales et ce sont les pays du Moyen-Orient, d'Asie, d'Afrique et d'Amérique du Sud qui ressentent les conséquences de cette agression», déclare Dmytro Kuleba.

«C'est pourquoi il est essentiel que tous ces pays s'associent dans un effort commun visant à mettre fin à ce conflit, afin d’alléger la pression sur nos économies, pour la sécurité alimentaire mondiale et, bien sûr, pour rétablir le respect du droit international, ceci étant dans l'intérêt de tous.»

Lorsqu'on l'a questionné sur la possibilité que des pays tels que la Turquie, l'Inde, l'Indonésie, l'Afrique du Sud, le Brésil et même la Chine aient les incitations ou l'influence nécessaires pour convaincre le Kremlin de modifier sa trajectoire, M. Kuleba a expliqué que cela constituerait un processus graduel, mais qu'il se déroulerait dans la bonne direction.

«Si je regarde la liste des pays qui ont participé à la réunion similaire des conseillers à la sécurité nationale et des représentants des ministères des Affaires étrangères à Copenhague, il y a un peu plus d'un mois, puis à la réunion de suivi à Djeddah, je constate que le nombre de pays participants augmente – notamment la Chine, qui a rejoint le format pour la première fois – ce qui témoigne du fait très simple qu'ils y voient de la valeur et que leur incitation évolue», déclare-t-il.

«Cela ne se produit pas en un jour, mais la dynamique générale de ce processus est positive. Et je tiens à remercier une fois de plus l'Arabie saoudite d'avoir joué un rôle très constructif en aidant d'autres pays à rejoindre le processus et à y réaliser leurs intérêts.»

Dmytro Kuleba spécifie que c’est la voix collective du Sud mondial, par opposition aux nations individuelles, qui amènerait finalement la Russie à la table des négociations.

img 1

«Si l'on prend la Chine, elle entretient des relations spéciales avec la Russie», indique-t-il. «Si l'on prend la Turquie, elle entretient des relations très profondes avec la Russie. Si l'on prend l'Arabie saoudite, on peut en dire autant.»

«Alors, peut-être que chaque pays agissant individuellement ne dispose pas des ressources nécessaires pour influencer la Russie à changer de position. Cependant, si tous ces pays sont réunis, l'effet cumulatif sur la Russie pourrait être décisif.»

«Et c'est précisément l'objectif; réunir tous ceux qui sont prêts à transformer la situation pour le mieux. Ensemble, nous pouvons mettre fin à cette guerre, mettre en place une formule de paix et restaurer l'intégrité territoriale de l'Ukraine, dans l'intérêt de la communauté internationale tout entière.»

Cependant, des inquiétudes persistent parmi les pays du Sud global concernant les risques de compromettre leurs relations avec la Russie en s'alignant aux côtés de l'Ukraine. En effet, même l'Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) semble hésitante quant à la manière dont elle doit agir pour confronter la Russie, refusant de proposer une voie claire permettant à l'Ukraine de rejoindre l'alliance militaire.

«Je pense que ce sont deux voies distinctes», déclare M. Kuleba. «L'Ukraine se dirige progressivement vers son intégration dans l'Union européenne (UE) et l'Otan pour des raisons économiques et de sécurité. C'est un choix très naturel pour notre pays, compte tenu de notre histoire et de notre géographie.»

«Les pays du Sud global ont beaucoup perdu en raison de l'agression russe contre notre pays. Mais cela n'a rien à voir avec nos aspirations à devenir membres de l'UE ou de l'Otan.»

«Ce que les pays d'Asie, d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Amérique du Sud veulent voir, ce sont des marchés mondiaux de l'alimentation stables, des perspectives de commerce avec l'Ukraine et l'exploitation du plein potentiel de l'éducation pour leurs étudiants en Ukraine. Tout cela fonctionnait parfaitement avant que la Russie n'attaque.»

«Je n'ai donc pas l'impression que les pays du monde voient la situation à travers le prisme des intérêts régionaux de l'Ukraine, qui visent une intégration étroite avec l'UE et l'Otan.»

L'Ukraine semble considérer le retrait de la Russie de l'Initiative pour les céréales de la mer Noire en juillet comme un problème autour duquel elle pourrait peut-être mobiliser le soutien du Sud global.

L'Ukraine et la Russie figurent parmi les principaux exportateurs mondiaux de céréales. L'accord sur les céréales a été négocié par l'Organisation des nations unies (ONU) et la Turquie en juillet 2022 afin d’aider à combattre une crise alimentaire mondiale aggravée par l'invasion.

img 1

La Russie a déclaré que trop peu de céréales étaient parvenues aux pays pauvres en vertu des termes de l'accord – une affirmation contestée par l'ONU. Moscou estimait également que la partie de l'accord permettant une augmentation des exportations agricoles russes n'était pas respectée par l'Occident en raison des sanctions.

En réponse à l'argument du Kremlin, Dmytro Kuleba a déclaré que la Russie n'avait pas le droit de demander des conditions préférentielles dans une crise qu'elle avait elle-même provoquée.

«Il convient de revenir à février 2022, lorsque la Russie a lancé une attaque illégale contre l'Ukraine et a imposé un blocus sur les exportations maritimes ukrainiennes de céréales. Cette action était en violation de la loi et illégitime», précise-t-il.

«Ainsi, lorsque la Russie tente de négocier en sa faveur à la suite de ses propres actions illégales, il est inapproprié de considérer l'apaisement des préoccupations et des intérêts légitimes de la Russie dans de telles circonstances.»

«La Russie est à l'origine de ce problème et elle doit déployer tous les efforts nécessaires pour le résoudre, plutôt que de chercher à maintenir le blocus des ports ukrainiens et de tenter de protéger ses propres intérêts sur la scène mondiale. Ce n'est tout simplement pas la manière dont les choses fonctionnent.»

Si ce genre de comportement de la Russie est toléré, d'autres acteurs à travers le monde pourraient être tentés d'adopter la même approche, de générer des problèmes, puis d’essayer de les résoudre au détriment d'autrui, plutôt que d'éliminer simplement la cause initiale – la raison fondamentale des problèmes auxquels nous sommes tous confrontés.

Noor Nugali est rédactrice en chef adjointe d'Arab News.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Amnesty se félicite de l’annonce du possible abandon des poursuites contre l’équipage du navire d’une ONG

Le navire de sauvetage Iuventa, exploité par l’ONG allemande Jugend Rettet («La jeunesse sauve»), saisi par les autorités judiciaires dans le port de Trapani, le 12 juillet 2018 (AFP)
Le navire de sauvetage Iuventa, exploité par l’ONG allemande Jugend Rettet («La jeunesse sauve»), saisi par les autorités judiciaires dans le port de Trapani, le 12 juillet 2018 (AFP)
Short Url
  • Des membres de l’équipage du navire Iuventa ont été inculpés de «facilitation de l'immigration irrégulière vers l’Italie depuis la Libye»
  • Cette semaine, les procureurs ont indiqué que l’absence de preuves signifiait l’abandon des poursuites

LONDRES: Amnesty International s’est félicitée de l’annonce de l’abandon possible des poursuites engagées contre l’équipage du navire Iuventa appartenant à une ONG, qui a œuvré au sauvetage de milliers de personnes en Méditerranée.

En 2017, les autorités italiennes ont ouvert une enquête sur les activités de l’Iuventa. Quatre membres d’équipage ont finalement été inculpés de «facilitation de l'immigration irrégulière vers l’Italie depuis la Libye». Il semblerait qu’ils aient collaboré avec des trafiquants d’êtres humains, ce qui pourrait leur valoir des peines allant jusqu’à vingt ans d’emprisonnement.

Un tribunal de la ville italienne de Trapani doit se prononcer samedi sur l’inculpation de l’équipage ainsi que des membres de Médecins sans frontières et de Save the Children. Cependant, mercredi, les procureurs ont indiqué que l’absence de preuves signifiait l’abandon des poursuites.

«L’équipage de l’Iuventa a enduré six ans et demi de procédures judiciaires avec une grâce et une résistance inébranlables. Nous sommes heureux qu’il y ait un nouvel espoir que les poursuites soit finalement abandonnées» a déclaré Elisa De Pieri, chercheuse régionale à Amnesty International.

«Le navire Iuventa a secouru plus de 14 000 personnes, notamment des enfants, et son équipage l’a fait en respectant le droit de la mer. Nous appelons les autorités à cesser d’abuser des procédures pénales et des accusations de facilitation de la migration irrégulière pour entraver les activités de sauvetage», a-t-elle poursuivi. 

«L’humanité doit passer avant tout. Nous saluons l’intrépidité de l’équipage de l’Iuventa et des autres personnes qui luttent contre les horreurs qui se déroulent dans les eaux tumultueuses de la Méditerranée.»

«Leurs actes de solidarité avec les réfugiés et les migrants devraient être encouragés et ne jamais être punis. Sans eux, le nombre déjà élevé de morts en Méditerranée centrale ne ferait qu’augmenter», a conclu Mme De Pieri.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Grèves en Corée du Sud: le gouvernement offre de négocier avec les médecins

Le gouvernement sud-coréen s'est engagé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65 pour cent, invoquant la pénurie de professionnels de santé et une crise démographique imminente (Photo, AFP).
Le gouvernement sud-coréen s'est engagé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65 pour cent, invoquant la pénurie de professionnels de santé et une crise démographique imminente (Photo, AFP).
Short Url
  • Les internes affirment que ce plan nuirait à la qualité du service
  • Séoul affirme avoir l'un des ratios médecins-patients les plus faibles parmi les pays développés

SÉOUL: Le gouvernement sud-coréen a indiqué jeudi chercher à ouvrir des négociations avec les jeunes médecins en grève qui paralysent le système de santé du pays, les exhortant à revenir au travail pour ne pas risquer de poursuites.

Près de 10.000 internes en médecine, soit 80% des effectifs, ont débrayé depuis la semaine dernière pour protester contre une réforme ouvrant plus largement l'admission dans les facultés de médecine.

Le gouvernement leur a donné jusqu'à ce jeudi pour reprendre le travail, faute de quoi ils risquent des arrestations ou de perdre leur licence.

"J'ai envoyé un message demandant une rencontre (aux représentants des médecins) (...) Je dois me rendre sur place aujourd'hui pour voir combien de personnes seront présentes", a déclaré le deuxième vice-ministre de la Santé, Park Min-soo, lors d'un point de presse.

Les jeunes médecins rejettent le plan du gouvernement qui prévoit d'augmenter considérablement les admissions dans les écoles de médecine. Les autorités entendent ainsi faire face aux pénuries de personnel de santé et au vieillissement de la population.

Les internes affirment que ce plan nuirait à la qualité du service, et une association de médecins sud-coréens (KMA) a accusé mercredi le gouvernement d'"intimidations".

Selon M. Park, des médecins ont commencé à retourner travailler dans les hôpitaux jeudi. "Nous avons observé une diminution du mouvement de grève depuis deux jours consécutifs", a-t-il déclaré. Mais le ministre de la Santé Cho Kyoo-hong a indiqué jeudi aux médias locaux qu'"un retour massif (des jeunes médecins) ne s'est pas encore concrétisé". "Je les implore de le faire pour les patients", a-t-il déclaré.

M. Cho a souligné que le gouvernement était déterminé à mettre en œuvre son plan de réforme, qui augmenterait les admissions dans les écoles de médecine de 65%.

L'organisation de médecins KMA n'a pas commenté l'offre de négociations, mais un groupe de jeunes médecins sur un réseau social a partagé la capture d'écran d'un message du gouvernement avec la réponse : "Vous devez plaisanter".

«L'impasse va se poursuivre»

Les analystes estiment que la ligne dure du gouvernement pourrait lui être favorable dans la perspective des prochaines élections.

"Si le gouvernement devait faire marche arrière maintenant, cela serait perçu comme un revers majeur avant les élections législatives du 10 avril", a indiqué à l'AFP Kim Jae-heon, responsable d'une ONG en faveur de la gratuité des soins médicaux.

Mais les médecins "pensent que reculer à ce stade serait en leur défaveur. Il semble que l'impasse actuelle va se poursuivre pendant un certain temps".

Les partisans de la réforme estiment que les médecins sont surtout préoccupés par le fait que les changements pourraient dégrader leurs salaires et leur statut social.

Séoul affirme avoir l'un des ratios médecins-patients les plus faibles parmi les pays développés, et le gouvernement insiste pour admettre 2.000 étudiants supplémentaires dans les écoles de médecine chaque année, à partir de l’an prochain.

Près de 75% de la population est en faveur des réformes, selon des sondages, et la ligne dure adoptée par le président Yoon Suk Yeol dans cette crise lui a permis de voir sa cote de popularité augmenter.

Mais Kim Sung-ju, président du Conseil coréen pour les droits des patients atteints de cancer, estime que la vie des patients est "prise en otage".

"C'est incroyable (que les médecins) utilisent la vie des patients comme levier pour promouvoir leurs propres intérêts", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le débrayage massif a entraîné des annulations et des reports d'opérations chirurgicales pour les patients atteints de cancer et de césariennes pour les femmes enceintes.

Pour Kim Tae-hyeon, responsable d'une association de patients de maladie neurodégénérative, les internes en grève sont "pires que des criminels". "Dans les services de soins palliatifs et les unités de soins intensifs les patients luttent pour rester en vie".


Poutine met en garde les Occidentaux contre une «menace réelle» de guerre nucléaire

D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine (Photo, AFP).
D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • Conforté par les succès russes en Ukraine, le chef d'État russe s'est aussi félicité de l'avancée de ses troupes sur le front
  • Dans ses discours à la Nation, Vladimir Poutine fait traditionnellement le bilan de l'année écoulée et définit de nouvelles orientations stratégiques

MOSCOU: Vladimir Poutine a averti jeudi les Occidentaux contre une "menace réelle" de guerre nucléaire en cas d'escalade du conflit en Ukraine, dans son discours annuel à la Nation, grand-messe annuelle lors de laquelle il a défini les priorités pour la Russie.

Conforté par les succès russes en Ukraine, le chef d'État russe s'est aussi félicité de l'avancée de ses troupes sur le front, à deux semaines d'une élection présidentielle qu'il devrait remporter sans surprise.

D'un ton calme, sous les applaudissements très réguliers du public, il est revenu sur les propos polémiques de son homologue français Emmanuel Macron, qui a évoqué cette semaine l'éventualité de l'envoi de troupes occidentales en Ukraine.

"Ils (les Occidentaux) ont parlé de la possibilité d'envoyer en Ukraine des contingents militaires occidentaux (...) Mais les conséquences de ces interventions seraient vraiment plus tragiques", a-t-il déclaré, depuis le Gostiny Dvor, un palais des Congrès situé près de la place Rouge à Moscou.