Les inégalités, défi pour le roi du Maroc après un quart de siècle au pouvoir

Le roi du Maroc Mohammed VI célèbre son 60e anniversaire le 21 août, alors que la nation nord-africaine est confrontée à une série de défis près d'un quart de siècle après son accession au trône. (Photo Abdelhak Senna / AFP)
Le roi du Maroc Mohammed VI célèbre son 60e anniversaire le 21 août, alors que la nation nord-africaine est confrontée à une série de défis près d'un quart de siècle après son accession au trône. (Photo Abdelhak Senna / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 19 août 2023

Les inégalités, défi pour le roi du Maroc après un quart de siècle au pouvoir

  • Un rapport commandé en 2019 par le roi pour élaborer un «nouveau modèle de développement (NMD)» déplorait «l'aggravation des inégalités», «la lenteur des réformes» et une «résistance au changement»
  • Sous la houlette du roi Mohammed VI, qui fête lundi ses 60 ans, la généralisation des allocations directes aux familles défavorisées, longuement attendue, devrait être parachevée en fin d'année

RABAT, Maroc : Près d'un quart de siècle après être monté sur le trône du Maroc, Mohammed VI, qui fêtera discrètement ses 60 ans lundi, a impulsé une transformation rapide de son pays mais il fait face au défi des inégalités sociales.

S'il a su maintenir la stabilité dans une région agitée, moderniser l'économie et piloter une diplomatie offensive, au prix d'une mise au pas des critiques, il n'est pas parvenu à venir à bout du fléau de la pauvreté.

Dans son dernier discours le 30 juillet, «M6» a appelé à «franchir de nouveaux seuils sur la voie du progrès et à échafauder des projets de plus grande envergure, dignes des Marocains».

Successeur d'Hassan II le 23 juillet 1999, le «monarque exécutif» a gardé la haute main sur les secteurs stratégiques: économie, affaires étrangères, défense et appareil sécuritaire.

«Alors que son père occupait fortement la scène politique, le style de Mohammed VI est différent. Il préfère guider le navire silencieusement tout en contrôlant les leviers du pouvoir», estime le politologue Mohamed Chiker.

On lui doit de grands travaux comme le port de Tanger Med, la centrale solaire Noor, la ligne de TGV Tanger-Casablanca, le développement d'industries automobile et aéronautique et aujourd'hui, l'hydrogène vert et le label «Made in Morocco».

Autre initiative du «soft power» marocain, sa décision d'associer son pays à l'Espagne et au Portugal pour organiser le Mondial-2030.

- «Lenteur des réformes» -

Au plan international, Mohammed VI a diversifié les partenariats jusque-là axés sur France et Europe, en optant pour une ouverture vers l'Afrique, depuis le retour du Maroc dans l'Union africaine en 2017.

Mais la priorité est le Sahara occidental, ex-colonie espagnole au statut non réglé, «le prisme à travers lequel le Maroc considère son environnement international», proclame-t-il.

Depuis 1975, un conflit de basse intensité y oppose Rabat aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par l'Algérie.

Ne négligeant aucun moyen, le Maroc a obtenu le ralliement de l'Espagne à son «plan d'autonomie» sous sa seule souveraineté, pour régler le différend. Le Polisario réclame un référendum d'autodétermination sous l'égide de l'ONU.

Mieux, en décembre 2020, les Etats-Unis ont reconnu la «marocanité» du territoire disputé. Israël a suivi le mois dernier sur fond de resserrement des liens avec Rabat. Au grand dam de l'Algérie, rivale régionale.

Mais ces succès diplomatiques ne sauraient effacer le retard pris dans la réduction des disparités, un paradoxe pour «le roi des pauvres».

L'écart entre riches et pauvres, villes et campagnes, ne cesse de s'élargir.

Un rapport commandé en 2019 par le roi pour élaborer un «nouveau modèle de développement (NMD)» déplorait «l'aggravation des inégalités», «la lenteur des réformes» et une «résistance au changement».

«Les 10% de Marocains les plus aisés concentrent encore onze fois plus de richesses que les 10% les plus pauvres», selon ce rapport.

Analphabétisme, revenu national brut/habitant, le Maroc occupe le bas du classement de l'indice de développement humain (IDH) de l'ONU.

- «Extrêmement contrôlés» -

Selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP), sous l'effet du Covid-19 et de l'inflation, le Maroc est retombé aux niveaux de pauvreté de 2014.

Ce qui n'empêche pas Mohammed VI, souverain secret qui incarne la continuité de la dynastie alaouite, de jouir d'un large consensus.

Sous sa houlette, la généralisation des allocations directes aux familles défavorisées, longuement attendue, devrait être parachevée en fin d'année.

En 2004, Mohammed VI avait imposé une autre réforme emblématique: l'adoption d'un code de la famille favorable au droit des femmes, sans toutefois répondre aux demandes des féministes.

En revanche, son régime, démocratique et autoritaire à la fois, est critiqué pour «les restrictions à la liberté d'expression» visant opposants, journalistes et internautes dissidents, certains emprisonnés.

Un tour de vis sécuritaire, assumé aussi au nom de la lutte antiterroriste après les attentats jihadistes de Casablanca (33 morts) en mai 2003, qui a stoppé la libéralisation entamée à la fin du règne de Hassan II.

Et si les réseaux sociaux ont libéré la parole, les médias, sous perfusion de l'Etat, restent étroitement sous contrôle, voire ont disparu comme leur pluralisme.

Quant aux partis politiques, ils sont affaiblis ou marginalisés.

Pour Pierre Vermeren, historien du Maghreb, «les Marocains demeurent extrêmement contrôlés. C'est le fruit de la succession des chocs extérieurs et des crises qui a été telle que l'expansion économique a buté sur un plafond de verre».

«Le rattrapage du niveau de vie sur l'Algérie et la Tunisie est un acquis, mais la transition démocratique demeure une promesse», constate-t-il.


Le député du Hezbollah s'engage à ne pas battre en retraite, alors que les affrontements frontaliers reprennent.

Cette photo prise depuis le village d'Alma Al-Shaab, dans le sud du Liban, montre le poste militaire israélien de Hanita près de la frontière, le 17 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières, alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza. (AFP)
Cette photo prise depuis le village d'Alma Al-Shaab, dans le sud du Liban, montre le poste militaire israélien de Hanita près de la frontière, le 17 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières, alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza. (AFP)
Short Url
  • Naim Qassem promet une "réponse proportionnée" à toute escalade de la part d'Israël
  • L'armée israélienne a tiré des fusées éclairantes au-dessus des villages de l'ouest et du centre de la région frontalière vendredi en fin de journée.

BEYROUTH : Le Hezbollah a lancé samedi une série de frappes contre l'armée israélienne, visant des sites militaires près de la frontière sud du Liban, du Hermon à la ville côtière de Naqoura.

Le groupe a déclaré avoir tiré des missiles sur des soldats israéliens déployés près de la montagne Har Addir, en face de Rmaych, un village majoritairement chrétien situé à la frontière.

Il a également pris pour cible du "matériel d'espionnage" dans l'avant-poste israélien d'Al-Raheb, en face du village libanais d'Aita Al-Shaab.

Le Hezbollah a déclaré qu'une opération visant l'avant-poste de Hadb Yarin "avec des armes appropriées" avait abouti à des frappes directes, tandis que Ruwaizat Al-Alam, dans les collines de Kfar Shouba, a été frappée par quatre missiles.

Des sirènes ont retenti à Even Menachem, dans l'ouest de la Galilée, et dans les colonies de Shomera et de Kiryat Shmona, par crainte d'une attaque de drone du Hezbollah.

Les médias israéliens ont par la suite confirmé les dommages causés par les roquettes du Hezbollah à des propriétés agricoles à Even Menachem.

La plupart des habitants ont fui les régions du sud du Liban après 196 jours d'affrontements entre le Hezbollah et Israël dans le sillage du conflit de Gaza.

Les frappes aériennes israéliennes ont visé une maison à Kfarkela et dans la ville d'Aita Al-Shaab, tandis que l'artillerie israélienne a bombardé la ville de Dhayra.

Une personne blessée lors de la frappe de Kfarkela a été transportée à l'hôpital.

L'armée israélienne a tiré des fusées éclairantes au-dessus des villages de l'ouest et du centre de la région frontalière vendredi en fin de journée. Des avions de reconnaissance ont survolé toute la nuit les villages frontaliers adjacents à la Ligne bleue, atteignant la périphérie de Tyr.

Les responsables du Hezbollah ont déclaré que "nous répondrons de manière proportionnée à toute violation par Israël du plafond établi dans la confrontation".

Le député du groupe, Naim Qassem, a déclaré : "Si une escalade atteint un certain niveau, nous l'affronterons comme il se doit : "Si l'escalade atteint un certain niveau, nous y ferons face comme il se doit.

Il a ajouté : "Il n'y a pas de retrait de la confrontation, ni de retrait du soutien et de la protection de Gaza".

Les combats dans le sud du Liban se poursuivront tant qu'Israël n'aura pas mis fin à ses attaques contre Gaza, a déclaré M. Qassem.

"Ce soutien concerne aussi bien Gaza que le Liban, car ceux qui voient ce qui se passe à Gaza savent que s'ils restent silencieux, ils seront les prochains, et ils savent que s'ils permettent aux Israéliens d'être arrogants, ces derniers croiront qu'ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent", a-t-il ajouté.

Hassan Al-Baghdadi, membre du conseil central du Hezbollah, a déclaré qu'Israël "n'a jamais connu de pire moment qu'aujourd'hui", ajoutant : "On peut le constater en observant la réaction de ses agents.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Abbas : l'Autorité palestinienne va "réexaminer sa relation" avec les Etats-Unis après leur veto à l'ONU

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, au siège de l'ONU à New York, le 18 avril 2024 (AFP)
Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, au siège de l'ONU à New York, le 18 avril 2024 (AFP)
Short Url
  • "La direction palestinienne va réexaminer les relations bilatérales avec les Etats-Unis pour garantir la préservation des intérêts de notre peuple, de notre cause et de nos droits",
  • "Le veto américain a "suscité une colère sans précédent parmi les Palestiniens et les populations de la région, poussant potentiellement la région vers plus d'instabilité, de chaos et de terrorisme",

RAMALLAH : Mahmoud Abbas a annoncé samedi que l'Autorité palestinienne allait "réexaminer sa relation" avec Washington après le veto américain jeudi à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies.

"La direction palestinienne va réexaminer les relations bilatérales avec les Etats-Unis pour garantir la préservation des intérêts de notre peuple, de notre cause et de nos droits", a déclaré le président Abbas dans un entretien à l'agence de presse palestinienne Wafa.

Les Palestiniens, qui ont depuis 2012 le statut inférieur "d'Etat non membre observateur" à l'ONU, demandaient au Conseil de sécurité d'accepter qu'un "Etat palestinien" déjà reconnu par la majorité des capitales prenne sa place "légitime" au sein des Nations unies.

Mais les Etats-Unis, qui ont tout fait pour retarder le vote, n'ont pas hésité à recourir à leur droit de veto qu'ils utilisent régulièrement pour protéger leur allié israélien.

Le veto américain a "suscité une colère sans précédent parmi les Palestiniens et les populations de la région, poussant potentiellement la région vers plus d'instabilité, de chaos et de terrorisme", a averti le président Abbas.

Aussi l'Autorité palestinienne va-t-elle "élaborer une nouvelle stratégie" pour affirmer ses choix "de façon indépendante et suivre un projet palestinien plutôt qu'une vision américaine", a-t-il poursuivi.


Erdogan appelle les Palestiniens "à l'unité" après sa rencontre avec Haniyeh

Le président turc Tayyip Erdogan rencontre Ismail Haniyeh, chef du groupe islamiste palestinien Hamas, à Istanbul le 20 avril 2024. (Reuters)
Le président turc Tayyip Erdogan rencontre Ismail Haniyeh, chef du groupe islamiste palestinien Hamas, à Istanbul le 20 avril 2024. (Reuters)
Short Url
  • la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat turque
  • la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

ISTAMBUL : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé samedi les Palestiniens "à l'unité" face à Israël, au terme de sa rencontre avec le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh à Istanbul.

"Il est vital que les Palestiniens agissent dans l'unité dans ce processus; la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat selon un communiqué de la présidence turque.

Après les tensions récentes entre Israël et l'Iran, M. Erdoğan a souligné que "ce qui s'est passé ne devait pas faire gagner du terrain à Israël et qu'il est important d'agir de façon à conserver l'attention sur Gaza", poursuit le texte.

Enfin, toujours selon le communiqué, le chef de l'Etat a également assuré que la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

La Turquie qui est l'un des principaux pays à envoyer de l'aide à la population du territoire palestinien a déjà fait parvenir 45.00 tonnes de vivres et de médicaments dans la région.

M. Erdogan a également rappelé que son pays avait pris "un certain nombre de sanctions contre Israël, y compris des restrictions commerciales", ces dernières depuis le 9 avril.