À la frontière israélo-libanaise, un village au coeur des tensions

Cette photo prise depuis le village de Ghajar montre un véhicule de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) passant le long de la barrière frontalière séparant le Liban et Israël, le 9 août 2023 (Photo, AFP).
Cette photo prise depuis le village de Ghajar montre un véhicule de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) passant le long de la barrière frontalière séparant le Liban et Israël, le 9 août 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 23 août 2023

À la frontière israélo-libanaise, un village au coeur des tensions

  • Le pittoresque village de Ghajar se retrouve malgré lui au coeur des tensions entre les deux pays frontaliers, officiellement en état de guerre
  • Récemment, la zone frontalière avec Israël dans le sud du Liban a été le théâtre d'incidents entre le Hezbollah et les forces israéliennes

GHAJAR: A cheval entre le Liban et le plateau du Golan, occupé et annexé par Israël, le pittoresque village de Ghajar se retrouve malgré lui au coeur des tensions entre les deux pays frontaliers, officiellement en état de guerre.

Dans les rues paisibles de Ghajar, aux parterres de fleurs bien entretenus, une frontière invisible sépare les deux camps.

"La ligne bleue est dans l'air", dit Abou Youssef Khatib, un habitant du village, en référence au nom de cette frontière imaginaire délimitée par l'ONU après le retrait israélien du sud-Liban en 2000, qui a mis fin à 22 ans d'occupation.

Celle-ci situe le nord de Ghajar en territoire libanais et la partie sud dans la région du Golan, relevant ainsi d'Israël.

Mais il y a quelques semaines, les Israéliens ont érigé une clôture surmontée de barbelés du côté libanais de la ligne bleue, trois mois après la plus importante confrontation de ces dernières années entre les deux pays, déclenchée par des tirs de roquettes depuis le Liban vers Israël.

Pour le ministère libanais des Affaires étrangères, il s'agit d'une tentative d'Israël d'annexer la partie nord de Ghajar.

Une série d'incidents a suscité la crainte d'un embrasement. Récemment, la zone frontalière avec Israël dans le sud du Liban, bastion du Hezbollah, a été le théâtre d'incidents entre le groupe libanais chiite pro-iranien et les forces israéliennes.

Dans les mémoires: une guerre dévastatrice qui avait opposé en 2006 Israël au Hezbollah et qui avait fait plus de 1 200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, des militaires pour la plupart.

«Atmosphère électrique»

En dépit des tensions, Nahlah Saeed, une habitante de Ghajar, affirme s'y sentir en sécurité. "Je ne sais pas de quoi sera fait l'avenir" mais "je sais que je vis bien, heureuse", confie-t-elle à l'AFP, assise à l'ombre.

Selon la mairie, le village compte environ 3 000 habitants qui ont obtenu la citoyenneté israélienne depuis que le pays a saisi le plateau du Golan à la Syrie lors de la guerre des Six Jours en 1967, puis l'a annexé en 1981.

Nous avons "le droit de construire une clôture autour de nos propres maisons", estime Bilal Khatib, porte-parole du village.

Le conseil local a construit la barrière pour "protéger" les maisons, se justifie-t-il auprès de l'AFP, précisant qu'elle empêche également que "des animaux sauvages (entrent) dans le village".

La nouvelle clôture, de plusieurs mètres de haut, surplombe les maisons du village voisin libanais de Wazzani.

Les responsables locaux se querellent à coups d'actes de propriété et de cartes qui prouvent selon eux qu'ils sont les propriétaires des lieux.

Ahmad al-Mohammed, le maire de Wazzani, affirme s'être "adapté à l'atmosphère électrique".

"Ces dernières années, il y a eu des bombardements israéliens qui ont eu un impact humain, matériel et sur le bétail. Mais les gens ne quittent pas le village, car ils sont attachés à leurs moyens de subsistance", déclare-t-il.

Depuis quelques décennies, des citoyens israéliens ont commencé à construire des maisons aux murs pastel vers le nord de Ghajar. Les autorités libanaises considèrent ces actes comme une atteinte à leur souveraineté.

Aux abords de Wazzani, Imad al-Mohamed, dirige son troupeau de moutons. Du haut de son cheval, il affirme que "lorsque les terres libanaises de Ghajar seront récupérées, il y aura plus de pâturages" pour ses bêtes, désignant les maisons désormais derrière la barrière israélienne.

«La paix avant tout»

L'ONU sert de médiateur dans cette affaire de barrière et joue les intermédiaires dans les pourparlers sur la ligne bleue.

"Malgré toutes les tensions (...), les deux parties sont engagées au maintien de la trêve et ne veulent pas de conflit", assure Andrea Tenenti, porte-parole de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul).

Selon lui, "Israël doit se retirer de la partie nord de Ghajar", en vertu d'accords internationaux soutenus par les deux pays. Le Liban doit, pour sa part, enlever une tente érigée en début d'année de l'autre côté de la ligne bleue, au nord-est de Ghajar.

Un responsable sécuritaire israélien a déclaré sous couvert d'anonymat que "l'armée terroriste voyou" du Hezbollah l'avait installée.

"Personne ne veut que ça dégénère", poursuit toutefois ce responsable.

Pour Abou Youssef Khatib, le plus important reste "la paix avant tout".

"Chacun a ses droits, je prends la terre qui m'appartient et il prend la terre qui lui appartient", dit-il, face à la vallée.


Israël et ses alliés ont «déjoué» l'attaque iranienne

Une photo fournie par le bureau de presse de l'armée iranienne le 19 janvier 2024 montre le lancement d'un missile lors d'un exercice militaire dans un lieu tenu secret dans le sud de l'Iran. (AFP)
Une photo fournie par le bureau de presse de l'armée iranienne le 19 janvier 2024 montre le lancement d'un missile lors d'un exercice militaire dans un lieu tenu secret dans le sud de l'Iran. (AFP)
Short Url
  • Aucun drone ni missile "n'a pénétré le territoire d'Israël" tandis que seuls quelques missiles balistiques "sont entrés et ont touché légèrement la base de Nevatim:
  • 300 projectiles ont été lancés au cours de l'attaque, dont 170 drones interceptés sans atteindre Israël

JERUSALEM: Israël et des pays alliés ont "déjoué" l'attaque iranienne contre son territoire en interceptant "99% des tirs", a déclaré dimanche le porte-parole de l'armée israélienne.

"L'attaque iranienne a été déjouée (...). Nous avons intercepté 99% des tirs vers Israël", a déclaré le contre-amiral Daniel Hagari dans une allocution télévisée, après une attaque massive menée par l'Iran au cours de laquelle ce dernier a lancé "plus de 300 drones et missiles" vers Israël.

Aucun drone ni missile "n'a pénétré le territoire d'Israël" tandis que seuls quelques missiles balistiques "sont entrés et ont touché légèrement la base de Nevatim", a-t-il poursuivi. "La base est toujours en activité et les pistes sont utilisées pour des atterrissages et des décollages."


Des jardins florissants : Cultiver et nourrir les plantes sans détruire le sol

Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques. (AN Photo/Haifa Alshammari)
Short Url
  • La base d'un jardin réussi est la santé du sol
  • Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt qu'en recourant à des engrais chimiques ou synthétiques

RIYAD : Prendre soin des plantes à la maison réduit le stress et augmente la satisfaction. Le jardinage permet aux gens de se rapprocher de la nature et d'apprécier la beauté de leur jardin.

Toutefois, il est important d'utiliser des méthodes durables pour garantir la santé des plantes et la protection de l'environnement. La préservation et l'entretien du sol sont donc très importants pour le jardinage durable.

La santé du sol est la base d'un jardin réussi. Il est essentiel de prendre soin du sol avant de planter des graines en créant des éléments organiques dans le sol plutôt que de compter sur des engrais chimiques ou synthétiques.

Le compostage des déchets alimentaires, des déchets de jardin et d'autres produits organiques pour améliorer la fertilité du sol fournira des nutriments aux plantes, augmentera l'activité microbienne et renforcera la santé du sol.

« Les engrais synthétiques ne sont pas utilisés dans le Royaume. Ils sont rares. La plupart des gens utilisent des produits organiques tels que des déchets animaux mélangés à des déchets alimentaires », explique Haitham Sharbaji, un technicien agricole qui travaille à Riyad.

Sharbaji, qui exploite sa propre pépinière, explique que différentes plantes nécessitent des techniques spécifiques.

Lorsqu'on lui demande des exemples de plantes cultivées par temps chaud et sec comme en Arabie saoudite, il cite des arbres tels que le poinciana, le racosperma et le laurier-rose. Selon Sharbaji, ces espèces sont particulièrement adaptées au climat de Riyad.

Il a souligné l'importance de planter des arbres dans un sol sain.

« Tout d'abord, le sol doit être sain et adapté au type de plante que vous souhaitez faire pousser. Par exemple, il existe des types de sol pour les plantes d'intérieur et d'autres pour les plantes d'extérieur, a précisé Sharbaji.

« La lumière est également importante, car chaque plante a des besoins différents en matière d'éclairage. » 

Une autre méthode que les jardiniers peuvent utiliser pour prévenir l'épuisement du sol consiste à contrôler la rotation des plantes. La rotation des plantes cultivées dans différentes zones d'un jardin permet de réduire les maladies et les parasites et d'éviter les carences en nutriments.

En plus de changer la position de la plante, la recouvrir d'une couche de paillis organique, comme des copeaux de bois ou des feuilles, contribue à maintenir la santé du sol. Cette technique permet de capter l'humidité et de modérer la température du sol, ce qui améliore sa structure. Au fil du temps, elle enrichit le sol d'organismes bénéfiques.

Les pesticides chimiques sont un autre outil à éviter ou à réduire, car ils peuvent nuire aux insectes utiles, endommager les organismes présents dans le sol et perturber l'écosystème du jardin. Les méthodes naturelles de lutte contre les parasites, comme l'introduction d'insectes tels que les coccinelles et les chrysopes, constituent une alternative utile.

En Arabie saoudite, l'eau est une ressource précieuse pour la culture des plantes, et il est essentiel de l'utiliser efficacement. Un moyen optimal de réguler l'arrosage des plantes consiste à installer des systèmes d'irrigation au goutte-à-goutte afin de contrôler la quantité d'eau utilisée et de l'acheminer directement vers les racines.

Il faut tenir compte du climat chaud du Royaume, qui peut accélérer l'évaporation de l'eau. Par conséquent, arroser le jardin en fin d'après-midi ou le soir permet de réduire les pertes d'eau dues aux basses températures. 

« L'eau est le plus grand ennemi de la terre des plantes d'intérieur. La terre préparée pour les plantes d'intérieur n'a pas besoin de trop d'eau, car elle peut créer des champignons toxiques », explique  Sharbaji.

Il recommande d'arroser les plantes d'intérieur en fonction de la température ambiante. D'une manière générale, une personne peut arroser une plante d'intérieur tous les 15 à 20 jours, a-t-il ajouté.

L'utilisation excessive d'engrais synthétiques peut entraîner un déséquilibre des nutriments et une pollution de l'environnement. Il est préférable d'analyser régulièrement le sol pour détecter tout signe de carence en éléments nutritifs, comme la décoloration des feuilles ou des formes irrégulières.

Les engrais synthétiques peuvent être utiles, mais seulement lorsque cela est nécessaire, et ils doivent être utilisés à bon escient. Cela permet à la plante de recevoir les nutriments dont elle a besoin tout en minimisant le risque de bioamplification, c'est-à-dire l'augmentation de la concentration d'une substance dans les tissus d'organismes situés à des niveaux de plus en plus élevés de la chaîne alimentaire.

En adoptant des pratiques de jardinage durable, les gens peuvent cultiver et protéger leur jardin tout en préservant la santé du sol. Une préparation saine du sol, le paillage et les méthodes naturelles de lutte contre les parasites sont quelques exemples de jardinage sain, en gardant à l'esprit qu'un jardin prospère commence par le sol.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'Irak, la Jordanie et le Liban annoncent la réouverture de leur espace aérien

Vue générale de l'aéroport international libanais de la capitale Beyrouth, le 1er novembre 2023. (Photo d'AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Vue générale de l'aéroport international libanais de la capitale Beyrouth, le 1er novembre 2023. (Photo d'AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Short Url
  • Ces trois pays avaient annoncé dans la nuit de samedi à dimanche la fermeture de l'espace aérien ainsi que l'interruption du trafic
  • Au Liban, pays voisin d'Israël, le ministre des Transports, Ali Hamie, a déclaré: «nous avons repris les vols depuis 7H00 (4H00 GMT) et nous surveillons la situation»

BAGDAD: L'Irak, le Liban et la Jordanie ont annoncé dimanche matin la réouverture de leur espace aérien, fermé depuis samedi soir en raison de l'attaque inédite lancée par l'Iran contre Israël.

Ces trois pays avaient annoncé dans la nuit de samedi à dimanche la fermeture de l'espace aérien ainsi que l'interruption du trafic.

Dans un communiqué dimanche matin l'Autorité de l'aviation civile confirme "la réouverture de l'espace aérien" aux avions qui arriveraient ou partiraient des aéroports irakiens notamment, assurant que "tous les risques pesant sur la sécurité des avions civils en Irak -- pays voisin de l'Iran -- ont été écartés."

Le Liban, pays voisin d'Israël, le ministre des Transports, Ali Hamie, a déclaré à l'AFP: "nous avons repris les vols depuis 7H00 (4H00 GMT) et nous surveillons la situation".

La Jordanie, un autre pays frontalier d'Israël, a également annoncé dans un communiqué la réouverture dimanche matin de son espace aérien.