Emirats: Un pilote mort et un autre porté disparu dans le crash d'un hélicoptère

L'accident s'est produit au large de Dubaï après le décollage de l'hélicoptère de l'aéroport international Al Maktoum (Photo, AFP).
L'accident s'est produit au large de Dubaï après le décollage de l'hélicoptère de l'aéroport international Al Maktoum (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 09 septembre 2023

Emirats: Un pilote mort et un autre porté disparu dans le crash d'un hélicoptère

  • Les autorités n'ont pas précisé lequel des deux a été retrouvé mort vendredi
  • Les autorités n'ont pas précisé lequel des deux a été retrouvé mort vendredi

DUBAÏ: Un pilote a été retrouvé mort et un autre est toujours porté disparu après le crash d'un hélicoptère au large des Emirats arabes unis, ont indiqué vendredi les autorités de cet Etat du Golfe.

"Un membre de l'équipage de l'hélicoptère +Bell 212+ a été retrouvé mort, tandis que les opérations de recherche et de sauvetage se poursuivent pour retrouver l'autre pilote disparu", a indiqué vendredi soir l'agence de presse officielle WAM, qui avait annoncé le crash plus tôt dans la journée.

L'appareil appartenant à la compagnie Aerogulf est tombé en mer au large de l'émirat de Oum Al-Qaïwain (nord-est) jeudi vers 20H30 (16H30 GMT) alors qu'il effectuait un entraînement de nuit, selon l'Autorité générale de l'aviation civile, citée par WAM.

Vol commercial 

L'agence avait annoncé vendredi matin que les autorités étaient à la recherche des deux pilotes, l'un de nationalités égyptienne et l'autre sud-africaine.

Les autorités n'ont pas précisé lequel des deux a été retrouvé mort vendredi.

Les raisons du crash n'ont pas été révélées.

L'appareil avait décollé de l'aéroport international d'Al-Maktoum, à Dubaï, selon WAM.

La compagnie Aerogulf est le premier opérateur d'hélicoptères commerciaux de l'émirat. Elle a été fondée en 1976 pour fournir des services à l'industrie pétrolière et gazière, avant d'étendre ses services à d'autres secteurs.

En 2022, un paramoteur s'était écrasé à Dubaï, provoquant le mort du pilote.


Frappes israéliennes sur le sud de Gaza, Blinken en quête de cessez-le-feu

L'armée israélienne pilonne jeudi le sud de la bande de Gaza après une tournée au Moyen-Orient du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken qui cherche à arracher un accord de cessez-le feu entre Israël et le Hamas. (AFP)
L'armée israélienne pilonne jeudi le sud de la bande de Gaza après une tournée au Moyen-Orient du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken qui cherche à arracher un accord de cessez-le feu entre Israël et le Hamas. (AFP)
Short Url
  • Une équipe de l'AFP a fait état aux premières heures d'intenses tirs d'artillerie et de frappes par des hélicoptères israéliens dans le secteur de Rafah, à la pointe sud du territoire, près de la frontière avec l'Egypte
  • Tôt jeudi, les sirènes d'alarme antiroquettes retentissaient toujours dans le nord d'Israël, selon l'armée. Et au Yémen, les rebelles Houthis, alliés aussi du Hamas palestinien, ont revendiqué une attaque qui a endommagé en mer Rouge un vraquier grec

RAFAH: L'armée israélienne pilonne jeudi le sud de la bande de Gaza après une tournée au Moyen-Orient du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken qui cherche à arracher un accord de cessez-le feu entre Israël et le Hamas.

Une équipe de l'AFP a fait état aux premières heures d'intenses tirs d'artillerie et de frappes par des hélicoptères israéliens dans le secteur de Rafah, à la pointe sud du territoire, près de la frontière avec l'Egypte.

Mercredi, le Hezbollah libanais, allié du Hamas, a lancé une pluie de roquettes sur le nord d'Israël et promis d'intensifier ses attaques pour venger la mort d'un haut commandant militaire tué la veille dans une frappe ciblée israélienne sur le sud du Liban.

Tôt jeudi, les sirènes d'alarme antiroquettes retentissaient toujours dans le nord d'Israël, selon l'armée. Et au Yémen, les rebelles Houthis, alliés aussi du Hamas palestinien, ont revendiqué une attaque qui a endommagé en mer Rouge un vraquier grec soupçonné selon eux de liens avec Israël.

Concluant à Doha une tournée dans quatre pays de la région dont Israël, M. Blinken a affirmé que son pays travaillerait avec les autres pays médiateurs - Qatar et Egypte -, afin de parvenir à un accord de cessez-le-feu.

"Plus cela (la guerre) dure, plus les gens souffriront, et il est temps de cesser les marchandages", a-t-il dit.

Mardi, le Hamas a annoncé avoir remis au Qatar et à l'Egypte sa réponse au plan annoncé le 31 mai par le président américain Joe Biden.

Ce plan prévoit, dans une première phase, un cessez-le-feu de six semaines accompagné d'un retrait israélien des zones densément peuplées de Gaza, de la libération de certains otages retenus à Gaza depuis l'attaque du Hamas le 7 octobre contre Israël, et de la libération de Palestiniens emprisonnés par Israël.

"Le Hamas ne voit pas que nous sommes fatigués? Nous sommes morts, détruits (…) La guerre doit cesser à n'importe quel prix. Nous n'en pouvons plus", a lancé à l'AFP Abou Chaker, un habitant de Gaza-Ville dans le nord du territoire assiégé par l'armée israélienne.

"Assez! nous sommes exténués! Chaque jour nous sommes forcés à nous déplacer. Nos enfants sont privés de nourriture et d'eau", s'est écrié Ezzedine al-Belbissi du camp de Bureij (centre).

« Pression » sur Israël

Le contenu de la réponse du Hamas n'a pas été révélé, mais M. Blinken a déclaré à Doha que "certains changements" réclamés par le Hamas étaient "réalisables, d'autres pas". "Je pense que ce fossé peut être comblé", a-t-il ajouté.

M. Blinken a aussi affirmé que les Etats-Unis présenteraient "dans les semaines à venir les éléments clés" pour l'après-guerre, "y compris des idées concrètes sur la manière de gérer la gouvernance, la sécurité et la reconstruction" à Gaza.

En annonçant le plan de cessez-le-feu, M. Biden l'avait présenté comme une proposition israélienne. Mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu affirme qu'il poursuivra la guerre jusqu'à la défaite du Hamas.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken "continue de parler de l'accord d'Israël à la dernière proposition (de cessez-le-feu), mais nous n'avons entendu aucun responsable israélien s'exprimer à ce sujet", a plus tard indiqué le Hamas dans un communiqué.

"Dans ce contexte, nous appelons M. Blinken et le gouvernement Biden à faire pression directement" sur Israël, a ajouté le mouvement.

Selon une source proche des discussions, la réponse du Hamas contient des "amendements" au plan annoncé par Joe Biden, "notamment un calendrier pour un cessez-le-feu permanent et le retrait total des troupes israéliennes de Gaza".

Le Forum des familles, principale association de proches d'otages, a exhorté le gouvernement à agir vite car "tout délai pourrait mettre gravement en danger les otages."

« Crimes contre l'humanité »

La guerre a été déclenchée par une attaque le 7 octobre de commandos du Hamas infiltrés à partir de Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes enlevées, 116 sont toujours retenues en otages à Gaza, dont 41 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, Israël a juré de détruire le Hamas qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007 et qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne. Et son armée a lancé une offensive d'envergure à Gaza qui a fait jusqu'à présent 37.202 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement local, dirigé par le Hamas.

A Genève, une commission d'enquête de l'ONU a estimé qu'Israël était responsable de "crimes contre l'humanité", notamment pour "extermination", dans le territoire palestinien. Elle a aussi accusé les autorités israéliennes et sept groupes armés palestiniens, dont le Hamas, de crimes de guerre.

L'ambassade israélienne à Genève a accusé la commission de "discrimination systématique" à l'encontre d'Israël.

L'ONU s'inquiète des risques de famine à Gaza, où au moins 1,7 million de Palestiniens, sur environ 2,4 millions d'habitants, ont été déplacés à plusieurs reprises par la guerre.

Plus de 8.000 enfants âgés de moins de cinq ans ont été soignés à Gaza pour malnutrition aiguë, "dont 1.600 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère" et 28 sont morts, a révélé l'Organisation mondiale de la santé.


L’Arabie saoudite inaugure un taxi aérien sans pilote pendant la saison du Hajj

Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Short Url
  • Mercredi, M. Al-Jasser a assisté au décollage vertical du véhicule autonome lors de la cérémonie de lancement
  • Le ministère souhaite également mettre en place des environnements expérimentaux afin de favoriser l’essor des futures technologies de transport

LA MECQUE: L’Arabie saoudite a inauguré un service pionnier de taxis aériens sans pilote destiné aux pèlerins pendant la saison du Hajj de cette année.

Ce taxi volant électrique assurera le transport des pèlerins entre les lieux saints et facilitera le transfert rapide des urgences et des fournitures médicales ainsi que la livraison de marchandises, a rapporté l’agence de presse saoudienne (SPA).

Le ministre saoudien des Transports et des Services logistiques, Saleh ben Nasser al-Jasser, a précisé que ce taxi volant était le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile.

Mercredi, M. Al-Jasser a assisté au décollage vertical du véhicule autonome lors de la cérémonie de lancement en présence d’Abdelaziz al-Duailej, président de l’Autorité générale de l’aviation civile (Gaca), de Rumaih al-Rumaih, vice-ministre des Transports et des Services logistiques, et de plusieurs représentants d’entités connexes.

Le ministre a indiqué que l’inauguration du taxi volant s’inscrivait dans le cadre des efforts qui visent à utiliser les dernières technologies de transport et à adopter des modèles de transport innovants et respectueux de l’environnement qui reposent sur des applications d’intelligence artificielle.

Conformément aux objectifs de la Stratégie nationale en matière de transport et de logistique, le Royaume cherche à moderniser le secteur des transports en lançant des taxis volants, des voitures électriques et des trains à hydrogène.

M. Al-Jasser a souligné que le ministère s’efforçait d’améliorer la mobilité intelligente et d’élaborer une législation, des lois et des systèmes qui permettent l’utilisation des technologies modernes.

Le ministère souhaite également mettre en place des environnements expérimentaux afin de favoriser l’essor des futures technologies de transport.

Le président de la Gaca, Abdelaziz al-Duailej, a affirmé que ce taxi volant figurait parmi les initiatives les plus importantes de la feuille de route sur la mobilité aérienne avancée, qui a pour but de réduire le temps de déplacement des passagers dans les zones congestionnées – en particulier en cas d’urgence –, de faciliter le transport de marchandises et de fournitures médicales ainsi qued’effectuer des tâches de surveillance et d’inspection de manière rapide.

Le taxi aérien fait partie des trente-deux technologies modernes mises en œuvre pour servir les pèlerins lors de la saison du Hajj de cette année.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une commission de l'ONU accuse Israël de crimes contre l'humanité et le Hamas de crimes de guerre

Selon le décompte d’Israël, plus de 1 200 personnes ont été tuées et 250 prises en otages lors des attaques transfrontalières du 7 octobre qui ont déclenché des représailles militaires à Gaza qui ont depuis tué plus de 37 000 personnes (Photo, Reuters).
Selon le décompte d’Israël, plus de 1 200 personnes ont été tuées et 250 prises en otages lors des attaques transfrontalières du 7 octobre qui ont déclenché des représailles militaires à Gaza qui ont depuis tué plus de 37 000 personnes (Photo, Reuters).
Short Url
  • Dans ce territoire, plus de 37.200 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués depuis dans les bombardements et les opérations militaires israéliennes terrestres
  • A l'inverse du génocide, les crimes contre l'humanité ne doivent pas obligatoirement prendre pour cible un groupe de population particulier mais peuvent viser toute population civile, selon l'ONU

 

GENEVE: Israël est responsable dans la bande de Gaza de crimes contre l'humanité, notamment pour "extermination", a estimé mercredi une commission d'enquête de l'ONU, accusant aussi les autorités israéliennes et les groupes armés palestiniens de crimes de guerre depuis le 7 octobre.

L'ambassade d'Israël à Genève a immédiatement accusé la commission de "discrimination systématique" à son encontre.

"Les crimes contre l'humanité d'extermination, de meurtre, de persécution fondée sur le genre ciblant les hommes et les garçons palestiniens, de transfert forcé, d'actes de torture et de traitements inhumains et cruels, ont été commis" par Israël, conclut dans un rapport cette commission, créée par le Conseil des droits de l'homme après la guerre de 11 jours que se sont livrés Israël et le Hamas en mai 2021.

La commission d'enquête "a prouvé une fois de plus que ses actions sont toutes au service d’un ordre du jour politique focalisé contre Israël", a dénoncé l'ambassadrice d'Israël auprès de l'ONU à Genève, Meirav Shahar, dans un communiqué.

Interrogé sur ce rapport, Antonio Guterres n'a pas souhaité le commenter. "Mais nous sommes parfaitement conscients du niveau unique de destruction et de victimes au sein de la population palestinienne au cours de ces mois de guerre, qui n'a de précédent dans aucune autre situation que j'ai vécue en tant que secrétaire général des Nations unies", a-t-il dit au cours d'un point de presse à Genève.

A l'inverse du génocide, les crimes contre l'humanité ne doivent pas obligatoirement prendre pour cible un groupe de population particulier mais peuvent viser toute population civile, selon l'ONU. Ils doivent toutefois être commis dans le cadre d'attaques à grande échelle, contrairement aux crimes de guerre qui peuvent être des faits isolés.

Selon les enquêteurs onusiens, les autorités israéliennes et "la branche militaire du Hamas et six autres groupes armés palestiniens" sont "responsables" de "crimes de guerre".

"Il est impératif que tous ceux qui ont commis des crimes soient tenus pour responsables", a déclaré dans un communiqué la présidente de la commission, la Sud-Africaine Navi Pillay, qui fut Haute-Commissaire aux droits de l'homme, présidente du Tribunal pénal international pour le Rwanda et juge à la Cour pénale internationale (CPI).

La commission accuse les autorités israéliennes d'"entraver" ses investigations et n'a pas accès à Israël et aux territoires occupés. Le rapport s'appuie sur des entretiens avec des victimes, réalisés à distance et au cours d'une mission en Turquie et en Egypte, et des documents, dont des rapports médico-légaux et des images satellite.

«Lrosme palestinien»

"Israël doit immédiatement cesser ses opérations militaires et ses attaques à Gaza", a demandé Mme Pillay. "Le Hamas et les groupes armés palestiniens doivent immédiatement cesser leurs tirs de roquettes et libérer tous les otages. La prise d'otages constitue un crime de guerre".

La commission "tente de justifier l'odieux attentat terroriste du 7 octobre en le contextualisant à travers le prisme du narratif palestinien. Il ne mentionne pas le +terrorisme+ qui dure depuis des décennies, ni les tirs de roquettes incessants sur le territoire israélien", a répliqué l'ambassade israélienne.

La guerre, déclenchée par l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas du 7 octobre sur le sol israélien, a entraîné la mort de 1.194 personnes côté israélien, en majorité des civils, selon un comptage de l'AFP effectué à partir de chiffres officiels israéliens. Sur 251 personnes enlevées, 116 sont toujours dans la bande de Gaza, dont 41 sont mortes, selon l'armée israélienne.

Dans ce territoire, plus de 37.200 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués depuis dans les bombardements et les opérations militaires israéliennes terrestres, selon des données du ministère de la Santé de la bande de Gaza dirigé par le Hamas.

Concernant le 7 octobre, la commission accuse les groupes armés palestiniens d'avoir commis divers crimes de guerre, notamment des attaques contre des civils, des meurtres et des tortures.

Concernant l'offensive israélienne dans la bande de Gaza, la commission affirme que les autorités israéliennes sont "responsables de crimes de guerre" : utilisation de la famine comme méthode de guerre, attaques intentionnellement dirigées contre des civils, violences sexuelles, tortures et transferts forcés.

En Cisjordanie, elle assure que les forces israéliennes ont "commis des actes de violence sexuelle, de torture, des traitements inhumains ou cruels et des atteintes à la dignité de la personne, qui constituent tous des crimes de guerre". Sur les violences sexuelles, Israël dénonce une "fausse équivalence".

La commission affirme que le gouvernement israélien et les forces israéliennes "ont permis, encouragé et incité à une campagne de violence des colons".

Le rapport souligne aussi que les déclarations de responsables israéliens – "y compris celles reflétant la politique consistant à infliger des destructions généralisées et à tuer un grand nombre de civils" - peuvent constituer des crimes internationaux graves, tels que l'incitation au génocide ou aux discriminations et à la violence.