Séisme au Maroc: pourtant «pas la zone la plus active» du pays, souligne un sismologue

Un habitant marche parmi les décombres suite au séisme de magnitude 6,8 à Marrakech le 9 septembre 2023. (AFP)
Un habitant marche parmi les décombres suite au séisme de magnitude 6,8 à Marrakech le 9 septembre 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 13 septembre 2023

Séisme au Maroc: pourtant «pas la zone la plus active» du pays, souligne un sismologue

  • «En Turquie, un séisme en a déclenché un autre. La première déchirure peut par effet de cascade conduire à la rupture d'une autre faille, c'est ce qui fait qu'il y a parfois un risque de séisme plus fort après un premier», explique Philippe Vernant
  • «On va avoir des répliques forcément, et même si elles sont moins fortes, ça peut conduire à l'effondrement de constructions déjà fragilisées par le séisme», a-t-il rajouté

PARIS: Le puissant séisme qui a frappé le Maroc s'est produit dans une zone qui n'est pourtant "pas la plus active" du pays, explique Philippe Vernant, enseignant-chercheur à l'université de Montpellier (sud) et spécialiste en tectonique active, notamment au Maroc.

Ce séisme est-il une surprise?

Le Maroc fait partie des pays où on ne se demande pas s'il va y avoir des séismes, mais plutôt quand ils auront lieu. Le séisme d'Agadir (5,7 degrés en 1960) avait détruit toute la ville et fait près de 15 000 morts, et plus récemment il y a eu celui d'Al Hoecima (6,4 degrés en 2004), plus au bord de la Méditerranée. Historiquement on en connaît aussi au 18e siècle, probablement autour de la magnitude 7 dans la région de Fès.

Après, l'épicentre ne se situe pas dans la zone la plus active du Maroc. Mais il y a le Haut-Atlas, une chaîne de montagnes assez élevées, ce qui suppose de la déformation encore en action à l'heure actuelle. Ce genre de séisme est ce qui conduit à la montée du Haut-Atlas.

Ce séisme est-il de même nature que celui survenu en Turquie en février dernier?

En Turquie, on était sur un mouvement horizontal, puisque la Turquie s'échappe en gros vers l'ouest, elle "part" vers la Grèce. Il y a un coulissement horizontal des plaques. Là, on est plutôt sur une convergence entre l'Afrique et l'Eurasie ou l'Ibérie, la partie espagnole, et sur des failles chevauchantes: le relief du Haut-Atlas est en train de monter sur l'avant-pays au nord. Mais on est toujours dans un contexte de limite de plaques.

Qu'est-ce qui explique la violence de ce séisme?

Il faut voir à quelle magnitude le séisme va se fixer. On est autour de 6,8 ou 6,9, ce qui est une intensité assez forte. Cela correspond en gros à un déplacement moyen sur la faille de l'ordre d'un mètre, en quelques secondes, sur plusieurs kilomètres. Forcément, ça secoue énormément la région.

Après, il y a la profondeur: au début elle avait été annoncée autour de 25-30 kilomètres, mais elle semblerait remonter, plus proche de 10 kilomètres. Plus on approche de la surface, plus l'effet de la rupture va être important. On a connu ça en France en 2019 dans la région du Teil en Ardèche (sud): c'était un "petit" séisme, mais comme il s'est produit à un kilomètres de profondeur, il a beaucoup secoué.

Faut-il redouter des répliques?

On va avoir des répliques forcément, et même si elles sont moins fortes, ça peut conduire à l'effondrement de constructions déjà fragilisées par le séisme.

Classiquement on a tendance à dire que les répliques diminuent en intensité, comme de petits "cracs". Il faut voir ça comme un gros élastique sur lequel on a tiré, et un morceau s'est déchiré. Mais en Turquie, un séisme en a déclenché un autre. La première déchirure peut par effet de cascade conduire à la rupture d'une autre faille, c'est ce qui fait qu'il y a parfois un risque de séisme plus fort après un premier.

Peut-on prévoir ce genre d'événement?

Malheureusement, on ne peut rien prévoir. On essaie d'estimer des périodes de récurrence en fonction des différentes magnitudes des séismes; mais après le comportement peut être chaotique, avec deux séismes forts sur une période courte puis très longtemps sans rien.


Le député du Hezbollah s'engage à ne pas battre en retraite, alors que les affrontements frontaliers reprennent.

Cette photo prise depuis le village d'Alma Al-Shaab, dans le sud du Liban, montre le poste militaire israélien de Hanita près de la frontière, le 17 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières, alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza. (AFP)
Cette photo prise depuis le village d'Alma Al-Shaab, dans le sud du Liban, montre le poste militaire israélien de Hanita près de la frontière, le 17 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières, alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza. (AFP)
Short Url
  • Naim Qassem promet une "réponse proportionnée" à toute escalade de la part d'Israël
  • L'armée israélienne a tiré des fusées éclairantes au-dessus des villages de l'ouest et du centre de la région frontalière vendredi en fin de journée.

BEYROUTH : Le Hezbollah a lancé samedi une série de frappes contre l'armée israélienne, visant des sites militaires près de la frontière sud du Liban, du Hermon à la ville côtière de Naqoura.

Le groupe a déclaré avoir tiré des missiles sur des soldats israéliens déployés près de la montagne Har Addir, en face de Rmaych, un village majoritairement chrétien situé à la frontière.

Il a également pris pour cible du "matériel d'espionnage" dans l'avant-poste israélien d'Al-Raheb, en face du village libanais d'Aita Al-Shaab.

Le Hezbollah a déclaré qu'une opération visant l'avant-poste de Hadb Yarin "avec des armes appropriées" avait abouti à des frappes directes, tandis que Ruwaizat Al-Alam, dans les collines de Kfar Shouba, a été frappée par quatre missiles.

Des sirènes ont retenti à Even Menachem, dans l'ouest de la Galilée, et dans les colonies de Shomera et de Kiryat Shmona, par crainte d'une attaque de drone du Hezbollah.

Les médias israéliens ont par la suite confirmé les dommages causés par les roquettes du Hezbollah à des propriétés agricoles à Even Menachem.

La plupart des habitants ont fui les régions du sud du Liban après 196 jours d'affrontements entre le Hezbollah et Israël dans le sillage du conflit de Gaza.

Les frappes aériennes israéliennes ont visé une maison à Kfarkela et dans la ville d'Aita Al-Shaab, tandis que l'artillerie israélienne a bombardé la ville de Dhayra.

Une personne blessée lors de la frappe de Kfarkela a été transportée à l'hôpital.

L'armée israélienne a tiré des fusées éclairantes au-dessus des villages de l'ouest et du centre de la région frontalière vendredi en fin de journée. Des avions de reconnaissance ont survolé toute la nuit les villages frontaliers adjacents à la Ligne bleue, atteignant la périphérie de Tyr.

Les responsables du Hezbollah ont déclaré que "nous répondrons de manière proportionnée à toute violation par Israël du plafond établi dans la confrontation".

Le député du groupe, Naim Qassem, a déclaré : "Si une escalade atteint un certain niveau, nous l'affronterons comme il se doit : "Si l'escalade atteint un certain niveau, nous y ferons face comme il se doit.

Il a ajouté : "Il n'y a pas de retrait de la confrontation, ni de retrait du soutien et de la protection de Gaza".

Les combats dans le sud du Liban se poursuivront tant qu'Israël n'aura pas mis fin à ses attaques contre Gaza, a déclaré M. Qassem.

"Ce soutien concerne aussi bien Gaza que le Liban, car ceux qui voient ce qui se passe à Gaza savent que s'ils restent silencieux, ils seront les prochains, et ils savent que s'ils permettent aux Israéliens d'être arrogants, ces derniers croiront qu'ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent", a-t-il ajouté.

Hassan Al-Baghdadi, membre du conseil central du Hezbollah, a déclaré qu'Israël "n'a jamais connu de pire moment qu'aujourd'hui", ajoutant : "On peut le constater en observant la réaction de ses agents.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Abbas : l'Autorité palestinienne va "réexaminer sa relation" avec les Etats-Unis après leur veto à l'ONU

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, au siège de l'ONU à New York, le 18 avril 2024 (AFP)
Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, au siège de l'ONU à New York, le 18 avril 2024 (AFP)
Short Url
  • "La direction palestinienne va réexaminer les relations bilatérales avec les Etats-Unis pour garantir la préservation des intérêts de notre peuple, de notre cause et de nos droits",
  • "Le veto américain a "suscité une colère sans précédent parmi les Palestiniens et les populations de la région, poussant potentiellement la région vers plus d'instabilité, de chaos et de terrorisme",

RAMALLAH : Mahmoud Abbas a annoncé samedi que l'Autorité palestinienne allait "réexaminer sa relation" avec Washington après le veto américain jeudi à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies.

"La direction palestinienne va réexaminer les relations bilatérales avec les Etats-Unis pour garantir la préservation des intérêts de notre peuple, de notre cause et de nos droits", a déclaré le président Abbas dans un entretien à l'agence de presse palestinienne Wafa.

Les Palestiniens, qui ont depuis 2012 le statut inférieur "d'Etat non membre observateur" à l'ONU, demandaient au Conseil de sécurité d'accepter qu'un "Etat palestinien" déjà reconnu par la majorité des capitales prenne sa place "légitime" au sein des Nations unies.

Mais les Etats-Unis, qui ont tout fait pour retarder le vote, n'ont pas hésité à recourir à leur droit de veto qu'ils utilisent régulièrement pour protéger leur allié israélien.

Le veto américain a "suscité une colère sans précédent parmi les Palestiniens et les populations de la région, poussant potentiellement la région vers plus d'instabilité, de chaos et de terrorisme", a averti le président Abbas.

Aussi l'Autorité palestinienne va-t-elle "élaborer une nouvelle stratégie" pour affirmer ses choix "de façon indépendante et suivre un projet palestinien plutôt qu'une vision américaine", a-t-il poursuivi.


Erdogan appelle les Palestiniens "à l'unité" après sa rencontre avec Haniyeh

Le président turc Tayyip Erdogan rencontre Ismail Haniyeh, chef du groupe islamiste palestinien Hamas, à Istanbul le 20 avril 2024. (Reuters)
Le président turc Tayyip Erdogan rencontre Ismail Haniyeh, chef du groupe islamiste palestinien Hamas, à Istanbul le 20 avril 2024. (Reuters)
Short Url
  • la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat turque
  • la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

ISTAMBUL : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé samedi les Palestiniens "à l'unité" face à Israël, au terme de sa rencontre avec le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh à Istanbul.

"Il est vital que les Palestiniens agissent dans l'unité dans ce processus; la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat selon un communiqué de la présidence turque.

Après les tensions récentes entre Israël et l'Iran, M. Erdoğan a souligné que "ce qui s'est passé ne devait pas faire gagner du terrain à Israël et qu'il est important d'agir de façon à conserver l'attention sur Gaza", poursuit le texte.

Enfin, toujours selon le communiqué, le chef de l'Etat a également assuré que la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

La Turquie qui est l'un des principaux pays à envoyer de l'aide à la population du territoire palestinien a déjà fait parvenir 45.00 tonnes de vivres et de médicaments dans la région.

M. Erdogan a également rappelé que son pays avait pris "un certain nombre de sanctions contre Israël, y compris des restrictions commerciales", ces dernières depuis le 9 avril.