Menace d’un black-out de l’internet en Algérie

En plus de l’affaire liée au partenariat avec la société Mobilik, filiale du groupe des frères Kouninef, pour l’installation de cabines téléphoniques Horia, l’ex-ministre des Postes et Télécommunications, Houda Imène Feraoun, se retrouve mise en cause dans le contrat entre Algérie Télécom et la société PCCW Global (Photo, AFP).
En plus de l’affaire liée au partenariat avec la société Mobilik, filiale du groupe des frères Kouninef, pour l’installation de cabines téléphoniques Horia, l’ex-ministre des Postes et Télécommunications, Houda Imène Feraoun, se retrouve mise en cause dans le contrat entre Algérie Télécom et la société PCCW Global (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 19 décembre 2020

Menace d’un black-out de l’internet en Algérie

  • L’opérateur étranger menace de suspendre ses services liés au trafic d’internet
  • L’ex-ministre Houda Imène Feraoun est mise en cause dans le contrat entre Algérie Télécom et la société PCCW Global

L’opérateur étranger réclame la somme de plus de 11 millions de dollars de factures impayées, et menace de suspendre ses services liés au trafic d’internet. Une affaire qui met à mal Algérie Télécom et montre la vulnérabilité de son réseau.

En plus de l’affaire liée au partenariat avec la société Mobilik, filiale du groupe des frères Kouninef, pour l’installation de cabines téléphoniques Horia, l’ex-ministre des Postes et Télécommunications, Houda Imène Feraoun, se retrouve mise en cause dans le contrat entre Algérie Télécom et la société PCCW Global, chargée de l’installation du câble sous-marin, connu sous le nom de Medex, objet d’un lourd contentieux financier.

L’ex-ministre de la Poste et des Télécommunications, Imène Houda Feraoun, est rattrapée par l’affaire opposant Algérie Télécom à l’opérateur PCCW Global, filiale du groupe Hong Kong Telecom, fournisseur mondial de services dans les télécommunications, la transformation numérique, ainsi que dans la gestion et la commercialisation des câbles sous-marins, qui réclame la somme de plus de 11 millions de dollars de factures impayées et les dommages qu’elles ont occasionnés, en menaçant depuis septembre dernier de suspendre ses services liés au câble sous-marin Medex, mis en marche en février 2019.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.

 


Une lecture des résultats des élections au Liban: règne de la minorité, opposition majoritaire

Le président Michel Aoun (à droite) et le Premier ministre Najib Mikati (au centre) à la tête de la réunion du cabinet au palais gouvernemental de la capitale Beyrouth, le 20 mai 2022 (Photo, Dalati and Nohra/AFP).
Le président Michel Aoun (à droite) et le Premier ministre Najib Mikati (au centre) à la tête de la réunion du cabinet au palais gouvernemental de la capitale Beyrouth, le 20 mai 2022 (Photo, Dalati and Nohra/AFP).
Short Url
  • Beaucoup sont restés perplexes même après la fin des élections, car tous les partis, qu'ils aient gagné ou perdu, ont revendiqué la victoire
  • L'émergence d'une nouvelle majorité n'aura de conséquence que si elle présente des alternatives convaincantes et réalistes

J'ai en tête le commentaire d'un politicien libanais expérimenté sur les élections. L'« excès » de commentaires et d'analyses depuis l'annonce de la date des élections a surmonté « l'excès » de force du Hezbollah. En vérité, beaucoup a été écrit sur ces élections, en termes de prédictions et de commentaires, c'était tiré par les cheveux. Cela a obscurci de nombreux faits et répandu soit un sentiment de soulagement, soit de désespoir et, dans les deux cas, un vœu pieux a prévalu. En effet, beaucoup sont restés perplexes même après la fin des élections, car tous les partis, qu'ils aient gagné ou perdu, ont revendiqué la victoire.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Dialogue du Président sans le président

Le président Saïed s’est de nouveau attiré les foudres des acteurs politiques qui protestent ou qui soutiennent le processus du 25 juillet (Photo, AFP).
Le président Saïed s’est de nouveau attiré les foudres des acteurs politiques qui protestent ou qui soutiennent le processus du 25 juillet (Photo, AFP).
Short Url
  • Il est évident que si Saïed autorisait la participation des partis à ce dialogue, il lui serait difficile d’en exclure quelques-uns quels que soient ses arguments
  • Le dialogue national avec le format envisagé, avec ou sans l’appui de l’Ugtt, ne parviendra pas à tracer une nouvelle voie pour la relance du pays

En excluant du dialogue national tous les partis politiques, Saïed s’est de nouveau attiré les foudres des acteurs politiques qui protestent ou qui soutiennent le processus du 25 juillet.

Bien que les raisons inhérentes à ce choix controversé n’aient pas été révélées aux Tunisiens et aient suscité l’ire de la Centrale syndicale qui « refuse  de participer à un dialogue qui ne rassemble pas les Tunisiens ou dont les résultats et l’issue sont connus d’avance », l’on est en droit de se demander si la participation des partis politiques serait propice dans le contexte actuel. Faut-il rappeler à ce propos que bien que le format de ce dialogue ne soit qu’une pâle réplique de celui déjà engagé en 2013, il n’est pas logique d’inclure dans les négociations plus de 230  partis qui ne forment pas une mosaïque harmonieuse dans le pays. Ne nous voilons pas la face, la majorité de ces partis politiques ne dépassent pas la taille d’une simple cellule par le nombre de leurs adhérents et n’ont aucun prolongement populaire sur le terrain.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Le Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan de retour du 10 au 17 juin

La salle de l’Institut français abritera la projection des 8 films documentaires en lice (Photo, Le Matin).
La salle de l’Institut français abritera la projection des 8 films documentaires en lice (Photo, Le Matin).
Short Url
  • La 27e édition de cet événement, fort de son passé depuis 1985, promet une programmation haute en couleurs
  • Le jury du Long métrage fiction sera présidé cette année par l'Ivoirien Jacques Trabi

Bonne nouvelle pour les cinéphiles. Le Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan est de retour du 10 au 17 juin. La 27e édition de cet événement fort de son passé depuis 1985 promet une programmation haute en couleurs avec des invités représentant la diversité du cinéma méditerranéen, arabe et africain. Le jury du Long métrage fiction sera présidé cette année par l'Ivoirien Jacques Trabi.

Scénariste, réalisateur et producteur, il enseigne d’abord les mathématiques et les arts martiaux avant d’intégrer l’École supérieure de réalisation audiovisuelle de Paris en 1995. En 1997, il écrit, réalise et produit son premier film, «Bouzié» (À ma mère), qui remporte le Prix du meilleur du court métrage au Fespaco. En 1999, il réalise son deuxième court, Bol d'amour. Il coproduit et réalise en 2013 «L’Amour en bonus», une comédie romantique ivoirienne. Jacques Trabi sera accompagné dans sa mission par la réalisatrice et actrice espagnole Mabel Lozano, le romancier et critique de cinéma marocain Mohamed Laroussi, et l’artiste-peintre marocain Mohamed El Baz.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.