Décès du sculpteur colombien Fernando Botero

L'artiste colombien Fernando Botero s'exprime lors du lancement des livres "Botero, 80 ans" du Colombien Santiago Velez, et "Fernando Botero, la recherche du style, 1949-1963" du Colombien Christian Padilla au musée Antioquia à Medellin, département d'Antioquia, Colombie, le 22 janvier 2013. (Photo  Raul Arboleda AFP)
L'artiste colombien Fernando Botero s'exprime lors du lancement des livres "Botero, 80 ans" du Colombien Santiago Velez, et "Fernando Botero, la recherche du style, 1949-1963" du Colombien Christian Padilla au musée Antioquia à Medellin, département d'Antioquia, Colombie, le 22 janvier 2013. (Photo Raul Arboleda AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 15 septembre 2023

Décès du sculpteur colombien Fernando Botero

  • Selon la presse colombienne, qui saluait vendredi matin à l'unisson «le plus grand artiste colombien de tous les temps», le maître avait vu son état de santé s'aggraver ces derniers jours, souffrant notamment d'une pneumonie
  • «Fernando Botero, le peintre de nos traditions et de nos défauts, le peintre de nos vertus, est mort», a annoncé vendredi sur le réseau X (ex-Twitter) le président colombien Gustavo Petro

BOGOTÁ, Colombie : Le peintre et sculpteur colombien Fernando Botero, célèbre pour ses personnages aux formes voluptueuses et considéré comme l'un des plus grands artistes du XXe siècle, est décédé.

«Fernando Botero, le peintre de nos traditions et de nos défauts, le peintre de nos vertus, est mort», a annoncé vendredi sur le réseau X (anciennement Twitter) le président colombien Gustavo Petro

«Le peintre de notre violence et de notre paix. De la colombe mille fois rejetée et mille fois placée sur son trône», a ajouté le chef d'Etat, en référence à l'un des animaux emblématiques de l'artiste.

Il n'a donné aucuntre précision sur le lieu de son décès. Fernando Botero, né en 1932 à Medellin, dans le centre de la Colombie, est considéré comme l'un des plus grands artistes du XXe siècle.

Selon la presse colombienne, qui saluait vendredi matin à l'unisson «le plus grand artiste colombien de tous les temps», le maître avait vu son état de santé s'aggraver ces derniers jours, souffrant notamment d'une pneumonie.

- «Quitter ce monde» -

«Je pense souvent à la mort et cela m'attriste de quitter ce monde et de ne plus pouvoir travailler parce que je prends beaucoup de plaisir à mon travail», avait confié le «maestro» à l'AFP lors d'un entretien à l'occasion de ses 80 ans en 2012.

Fils d'un représentant de commerce, il s'initie à l'art très tôt. A l'âge de 15 ans, il vendait déjà ses dessins de tauromachie aux portes des arènes de Bogota.

«Quand j'ai débuté, c'était un métier exotique en Colombie, qui n'était pas bien vu et n'offrait aucun avenir. Lorsque j'ai dit à ma famille que je comptais me dédier à la peinture, ils m'ont répondu: +Bon d'accord, mais nous ne pouvons pas t'aider+», racontait l'artiste colombien le plus coté au monde.

Après une première exposition individuelle à Bogota dans les années 1950, il part pour l'Europe, séjournant en Espagne, France et Italie où il découvre l'art classique. Son oeuvre est aussi influencée par l'art précolombien et les fresques du Mexique, où il s'installera plus tard.

Sa carrière décolle dans les années 1970 lorsqu'il rencontre le directeur du musée allemand de New York, Dietrich Malov, avec lequel il organisera plusieurs expositions à succès. «Totalement inconnu, sans même un contrat avec une galerie de New York, j'ai alors commencé à être contacté par les plus grands marchands d'art du monde», racontait-il.

Les dimensions hors du commun de son art, qui deviendront sa marque de fabrique, se révèlent en 1957 dans le tableau «Nature morte avec mandoline». Il peint alors l'ouïe centrale (ouverture) de la mandoline trop petite, en comparaison avec la taille de l'instrument.

Ainsi, expliquait-il, «entre le petit détail et la générosité du tracé extérieur, une nouvelle dimension apparaît, plus volumétrique, plus monumentale, plus extravagante».

- Pas «gros» -

Pour l'artiste, le qualificatif de «gros» ne convenait pas à ses personnages. Amoureux de la Renaissance italienne, il se disait «défenseur du volume» en art moderne. Sa sculpture, également marquée par le gigantisme, a occupé une place très importante dans sa carrière, développée essentiellement à Pietrasanta, en Italie.

Il a partagé pendant des années sa vie entre ce coin de Toscane, New York, Medellin et Monaco où il continuait de créer.

L'artiste, qui disait ne jamais savoir ce qu'il allait peindre le lendemain, s'est inspiré de la beauté, mais aussi des tourments de son pays, marqué par un conflit armé de plus d'un demi-siècle.

En 1995, une bombe placée au pied de sa sculpture «L'Oiseau» avait tué 27 personnes à Medellin. Cinq ans plus tard, il avait fait don d'une réplique baptisée «L'Oiseau de la paix».

Son oeuvre met en scène guérillas, séismes, maisons de passe. Il a aussi peint une série sur les prisonniers du pénitencier américain d'Abu Ghraib, en Irak.

L'artiste a aussi été un grand mécène, avec des donations estimées à plus de 200 millions de dollars. Il a donné aux musées de Medellin et de Bogota nombre de ses oeuvres, et des dizaines de tableaux de sa collection privée, dont des Picasso, Monet, Renoir, Miro...

Pour ses 90 ans, sa ville natale lui avait consacré une exposition pour lui dire «merci».

Ses oeuvres sont aussi visibles en plein air dans de nombreuses villes du monde, l'artiste estimant que les expositions dans les espaces publics sont un «rapprochement révolutionnaire» de l'art avec le public.

Une idée qu'il avait étrennée en 1992 sur les Champs-Elysées à Paris, puis près du Grand canal de Venise et face aux pyramides d'Egypte. Ses statues ont aussi voyagé jusqu'en Chine en 2015.

Marié trois fois, la dernière à la sculptrice grecque Sophia Vari, le «maestro» a souffert de la mort de l'un de ses enfants, à l'âge de quatre ans, dans un accident de voiture.

Son oeuvre, de plus de 3.000 tableaux et 300 sculptures, démontre son insatiable appétit de créer. La seule idée d'abandonner les pinceaux «me terrorise plus que la mort», disait-il.


La Coupe d'Arabie saoudite débute à Riyad avec une présentation de la mode traditionnelle

Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuse ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement. (Photos de Huda Bashatah)
Short Url
  • Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuses ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour l'événement
  • La Coupe d'Arabie dispose de prix de 35,4 millions de dollars, la course de la Coupe d'Arabie elle-même de 20 millions de dollars conservant sa position de « course comportant le plus important prix au monde »

RIYAD: La Saudi Cup, la course hippique internationale annuelle du Royaume, est de retour ce week-end à Riyad pour sa cinquième édition, avec une présentation de mode qui fait tourner toutes les têtes.

Des créations sur mesure conçues exclusivement par et pour des icônes du style, aux tenues originales audacieuses ; les invités étaient vêtus de tenues saisissantes pour cet événement, qui se tient les 23 et 24 février.

La princesse Nourah Al-Faisal, conseillère spéciale du président du Jockey Club d'Arabie saoudite, a parlé à Arab News de la mode lors de cet événement, ainsi que de la vision du prince héritier Mohammed ben Salmane pour l'événement.

La princesse Nourah Al-Faisal portait un voile de tulle finement brodé, sur une robe rehaussée de broderie sur les poignets. (Photo de Huda Bashatah)
La princesse Nourah Al-Faisal portait un voile de tulle finement brodé, sur une robe rehaussée de broderie sur les poignets. (Photo de Huda Bashatah)

«Il avait vraiment une vision particulière, et pas seulement pour la mode, mais il avait l’idée qu’il voulait que l’événement représente notre culture et notre patrimoine de toutes les manières possibles», a-t-elle affirmé.

«Je dois dire que j’en suis ravie et très enthousiasmée, surtout par cette réintroduction de notre patrimoine auprès de la jeune génération… (et) en voyant ce que cette jeune génération fait avec cela, vous en constatez les résultats», a-t-elle ajouté.

La princesse Nourah portait un voile de tulle finement brodé, sur une robe rehaussée de broderie sur les poignets, d'Art of Heritage.

L'influenceur et mannequin Rakan Alhamdan a également présenté des tenues inspirées de son pays.

«Aujourd’hui, je suis habillé en Siraj Sanad – c’est un (créateur) saoudien à Djeddah. Comme vous pouvez le voir, ce sont des vêtements de style patrimonial avec trois triangles brodés symbolisant le Najd», a-t-il indiqué, faisant référence à la région du Najd d’Arabie saoudite, célèbre pour ses triangles visibles dans l'architecture et la broderie.

L’influenceur et mannequin Rakan Alhamdan. (Photo de Huda Bashatah)
L’influenceur et mannequin Rakan Alhamdan. (Photo de Huda Bashatah)

D’autres invités ont arboré un arc-en-ciel de couleurs lors de cet événement avant-gardiste, avec des versions modernes de tenues saoudiennes repérées partout dans la salle – des burqas recouvertes de pierres précieuses aux élégants caftans ornés de fines broderies.

La Coupe d'Arabie saoudite dispose de prix de 35,4 millions de dollars, la course de la Coupe d'Arabie saoudite, elle-même d'une valeur de 20 millions de dollars, conservant elle-même sa position de « course comportant le plus important prix au monde ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 


Films et séries: LVMH mise sur l'audiovisuel pour promouvoir ses marques

Le géant français du luxe LVMH a annoncé la création d'une société dédiée à la promotion de ses marques à travers des partenariats avec l'industrie du divertissement (Photo, AFP).
Le géant français du luxe LVMH a annoncé la création d'une société dédiée à la promotion de ses marques à travers des partenariats avec l'industrie du divertissement (Photo, AFP).
Short Url
  • Baptisée «22 Montaigne Entertainment», en référence à l'adresse du groupe à Paris, la nouvelle entité sera supervisée par un comité dirigé par Antoine Arnault
  • La nouvelle entreprise «coordonnera les liens avec l'industrie du divertissement au nom» des plus de 75 maisons du groupe

PARIS: Le géant français du luxe LVMH a annoncé la création d'une société dédiée à la promotion de ses marques à travers des partenariats avec l'industrie du divertissement, nouveau signe que les frontières entre luxe, mode, séries et cinéma se brouillent.

Baptisée "22 Montaigne Entertainment", en référence à l'adresse du groupe à Paris, la nouvelle entité sera supervisée par un comité dirigé par Antoine Arnault, fils de Bernard Arnault et vice-président du conseil d'administration de la holding Christian Dior SE qui contrôle LVMH, et par le directeur de LVMH Amérique du Nord, Anish Melwani. Ce dernier la dirigera opérationnellement.

Ils travailleront en partenariat avec la société Superconnector Studios, spécialisée dans le lien entre le monde des grandes marques et l'industrie du divertissement, à Hollywood et ailleurs.

La nouvelle entreprise "coordonnera les liens avec l'industrie du divertissement au nom" des plus de 75 maisons du groupe en "collaborant avec les principaux créateurs, producteurs et distributeurs" pour "codévelopper, coproduire et cofinancer" des productions.

La société "s'appuiera" notamment sur des "initiatives réussies" comme le documentaire "Inside the Dream", consacré aux coulisses de la maison de haute joaillerie Bulgari, diffusé sur Prime Video, explique LVMH dans un communiqué.

Il s'agit de "formaliser notre approche de la promotion de nos marques à travers des formats de divertissement", a commenté M. Melwani, cité dans le communiqué.

"Il y a une demande" pour des collaborations avec les marques du groupe et "nous faisons et avons fait des choses". Mais "nous n'étions pas organisés", a-t-il détaillé auprès du média Deadline, lançant un appel aux professionnels de l'audiovisuel qui seraient "intéressés pour raconter les histoires de chaque maison".

"Nous sommes prêts à partager la mission et la vision de 22 Montaigne Entertainment avec Hollywood", ont réagi dans le communiqué Jae Goodman et John Kaplan, fondateurs de Superconnector Studios.

Les ambitions de LVMH de conquérir davantage le monde des séries, du cinéma ou des podcasts reflètent les liens de plus en plus fréquents entre luxe et divertissement.

Les défilés-spectacles ne sont pas nouveaux, particulièrement pour les marques du groupe LVMH comme Dior ou Louis Vuitton.

L'été dernier, le premier défilé-événement du musicien, producteur et styliste Pharrell Williams pour Louis Vuitton, après avoir été nommé directeur artistique, avait été remarqué pour la présence de nombreuses stars: la chanteuse et femme d'affaires Rihanna ou encore la chanteuse Beyoncé et son époux, le rappeur Jay-Z, qui a donné un concert.

Une décennie après avoir vu son créateur incarné deux fois la même année à l'écran, par Pierre Niney et Gaspard Ulliel, la maison Yves Saint Laurent, qui appartient à Kering, concurrent de LVMH, est devenue en 2023 la première marque de luxe à fonder sa propre société de production.

Toujours dans le groupe Kering, la famille Gucci s'est vu consacrer un film, "House of Gucci", avec Lady Gaga, Adam Driver, Al Pacino ou Jared Leto.

Et Artémis, la holding de la famille Pinault, a annoncé l'automne dernier un accord pour prendre le contrôle de l'agence de talents américaine Creative Artists Agency (CAA), l'une des plus importantes au monde et présente dans le divertissement et le sport.


Imad Kehdy fait ses débuts à Dubaï avec son spectacle spécial «Hamburger»

Imad Kehdy, un humoriste basé à Beyrouth, au Liban, est reconnu pour sa polyvalence, alternant entre un contenu léger et familial à un humour parfois plus sombre, s'inspirant de ses expériences quotidiennes (Photo fournie).
Imad Kehdy, un humoriste basé à Beyrouth, au Liban, est reconnu pour sa polyvalence, alternant entre un contenu léger et familial à un humour parfois plus sombre, s'inspirant de ses expériences quotidiennes (Photo fournie).
Short Url
  • Le comédien Imad Kehdy se prépare à enchanter Dubaï avec son tout premier spectacle spécial, «Hamburger»
  • Prévu pour le jeudi 29 février au Théâtre Zabeel, situé à l'hôtel Jumeirah Zabeel Saray, cet événement promet d'être mémorable

RABAT: Le comédien Imad Kehdy se prépare à enchanter Dubaï avec son tout premier spectacle spécial, «Hamburger». Prévu pour le jeudi 29 février au Théâtre Zabeel, situé à l'hôtel Jumeirah Zabeel Saray, cet événement promet d'être mémorable.

Imad Kehdy, un humoriste basé à Beyrouth, au Liban, est reconnu pour sa polyvalence, alternant entre un contenu léger et familial à un humour parfois plus sombre, s'inspirant de ses expériences quotidiennes. En plus de sa carrière de stand-up, il est également populaire pour ses sketches en ligne couvrant une variété de sujets.

Sa première apparition sur scène avec awk.word à l'âge de 30 ans l'a propulsé rapidement du stand-up comme passe-temps à une carrière professionnelle à part entière. Son spectacle d'une heure, «Hamburger», lancé en avril 2023, a rencontré un vif succès, préparant le terrain pour cette tournée internationale très attendue.

Ce spectacle marque le début de la tournée inaugurale d'Imad Kehdy, qui traversera divers paysages, allant de l'Europe au monde arabe. Après ses débuts à Amman le 18 février, Imad Kehdy apportera son flair comique unique à des villes telles que Muscat, Doha, Riyad, Luxembourg, Bruxelles, Amsterdam, Berlin, Madrid, Genève, Barcelone, Londres, et enfin, Paris le 2 avril.

View this post on Instagram

A post shared by awk.word (@awkwordcomedy)

Les portes ouvriront à 19h, et Imad Kehdy est prêt à captiver le public de Dubaï pour la toute première fois. Les billets pour cet événement sont disponibles dès maintenant et peuvent être sécurisés via le lien dans la bio de awk.word sur Instagram.