Irak: douleur et colère à Qaraqosh après un mariage endeuillé par un incendie

Des personnes en deuil portent un cercueil lors des funérailles des victimes de l'incendie mortel survenu lors d'un mariage, à Hamdaniya, en Irak (REUTERS).
Des personnes en deuil portent un cercueil lors des funérailles des victimes de l'incendie mortel survenu lors d'un mariage, à Hamdaniya, en Irak (REUTERS).
Short Url
Publié le Vendredi 29 septembre 2023

Irak: douleur et colère à Qaraqosh après un mariage endeuillé par un incendie

  • Le feu ayant ravagé mardi soir une salle des fêtes de Qaraqosh a fait une centaine de morts et 150 blessés, selon un bilan toujours provisoire
  • Les matériaux ont immédiatement pris feu au contact de «feux d'artifice» d'intérieur, des engins pyrotechniques projetant de hautes gerbes d'étincelles, largement utilisés pour égayer les mariages

QARAQOSH: Douleur et colère dominaient jeudi dans la petite ville de Qaraqosh, encore sous le choc d'un incendie ayant endeuillé un mariage dans le nord de l'Irak, le Premier ministre réclamant les "peines maximales" à l'encontre des responsables de la tragédie.

Arrivé dans la province de Ninive, dont fait partie Qaraqosh, le Premier ministre irakien Mohamed Chia al-Soudani s'est rendu dans la matinée au chevet des blessés soignés dans deux hôpitaux de la région.

Le feu ayant ravagé mardi soir une salle des fêtes de Qaraqosh --également connue sous le nom de Hamdaniyah-- a fait une centaine de morts et 150 blessés, selon un bilan toujours provisoire. Quelque 900 invités se trouvaient dans ce bâtiment qui n'était pas aux normes de sécurité, d'après le ministère de l'Intérieur.

Jeudi matin à Qaraqosh, sous les arches en marbre de l'église syriaque catholique d'al-Tahira, des dizaines de fidèles ont assisté à une messe en mémoire des victimes. Des femmes aux traits tirés étaient enlacées sur un banc. Non loin, une femme prenait dans ses bras un homme qui ne peut retenir ses larmes.

Des survivants assistaient également à la cérémonie, parmi lesquels un homme au bras bandé pour des brûlures, d'après un journaliste de l'AFP.

Les portraits des victimes, dont des enfants, étaient alignés au pied de l'escalier menant au choeur.

«Disparus»

"Je ne sais pas quoi dire, c'est une douleur dans notre cœur, une tragédie qui ne sera jamais oubliée", confie d'une voix triste Najiba Youhana, 55 ans, égrenant les noms de proches disparus. "Il y a de la colère et une tristesse indescriptible".

Mercredi, des centaines de personnes s'étaient rassemblées au cimetière de Qaraqosh pour enterrer des proches. D'autres funérailles sont prévues ces prochains jours.

Contacté par l'AFP, un proche du marié qui célébrait son union mardi a assuré que le couple était physiquement indemne malgré des "brûlures légères". Mais le drame les a frappés de plein fouet.

"La mariée a perdu toute sa famille. Trois frères, tous ses oncles, ses jeunes cousins", a confié à l'AFP Jamil al-Jamil. "Le marié a perdu sa mère", a-t-il ajouté, précisant que "les gens cherchent encore des disparus".

Les témoignages récoltés par l'AFP s'accordent à dire que l'incendie s'est propagé à une vitesse ahurissante. Outre un nombre insuffisant d'issues de secours, la Défense civile a dénoncé, dans la construction du bâtiment, le recours à des panneaux en préfabriqué "hautement inflammables et contrevenant aux normes de sécurité".

Ces matériaux ont immédiatement pris feu au contact de "feux d'artifice" d'intérieur, des engins pyrotechniques projetant de hautes gerbes d'étincelles, largement utilisés pour égayer les mariages.

Les services de sécurité ont arrêté 14 personnes, "dont 10 employés (de la salle), le propriétaire et trois personnes impliquées dans l'activation des feux d'artifice", selon le ministère de l'Intérieur.

Jeudi, le Premier ministre s'est rendu à une église de Qaraqosh où il a "présenté ses condoléances" aux familles des victimes.

M. Soudani a réclamé "les peines juridiques maximales pour les personnes responsables de manquements ou de négligences et qui sont à l'origine du douloureux incendie", selon un communiqué de ses services.

«Erreur humaine»

Saccagée par les djihadistes du groupe Etat islamique en 2014, Qaraqosh a depuis été lentement reconstruite et 26.000 chrétiens sont retournés y vivre, soit la moitié de sa population originelle.

Mais dans un pays ravagé par des décennies de conflits et de guerres, il y a aussi les drames du quotidien.

L'Irak est régulièrement le théâtre d'incendies ou d'accidents domestiques mortels, bien souvent à cause du manque de respect des normes de sécurité, notamment dans les secteurs de la construction et du transport.

En 2021, à quelques mois d'intervalles, deux incendies avaient fait plusieurs dizaines de morts dans des hôpitaux, illustrant aussi la gabegie des services publics après des décennies de mauvaise gestion et de corruption.

A l'église d'Al-Tahira, Riad Bahnam, 53 ans, est venu prier en mémoire de sa belle-soeur et sa petite-nièce de six ans. Il fustige une "erreur humaine" et des "manquements" à l'origine de la tragédie.

Pour lui, tout fonctionnaire "ayant commis une négligence en donnant les autorisations requises au propriétaire est aussi responsable: il est censé réclamer le respect des normes de sécurité", dénonce-t-il.


Gaza: Israël poursuit ses frappes après un veto américain à l'ONU

De vastes zones de Gaza ont été réduites en ruines et l'ONU affirme qu'environ 80 pour cent de la population a été déplacée (Photo, Fichier/AP).
De vastes zones de Gaza ont été réduites en ruines et l'ONU affirme qu'environ 80 pour cent de la population a été déplacée (Photo, Fichier/AP).
Short Url
  • En l'espace de 24 heures, 71 morts et 160 blessés sont arrivés à l'hôpital Al-Aqsa de la ville de Deir al-Balah
  • Le bilan s'est également alourdi en Cisjordanie, territoire occupé depuis 1967 par Israël, où l'armée dit avoir arrêté depuis le début de la guerre 2200 personnes

GAZA: Israël a poursuivi samedi ses bombardements sur Gaza dans la guerre contre le Hamas, après le veto des Etats-Unis à une résolution de l'ONU appelant à un cessez-le-feu sur le territoire palestinien où la situation humanitaire est apocalyptique, selon des ONG.

Le blocage par Washington de cette résolution du Conseil de sécurité des Nations unies a été condamné par l'Autorité palestinienne et le mouvement islamiste Hamas au pouvoir depuis 2007 dans la bande de Gaza.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen, a lui estimé qu'un cessez-le-feu "empêcherait l'effondrement de l'organisation terroriste Hamas".

La guerre a été déclenchée par l'attaque sanglante perpétrée le 7 octobre par des commandos du Hamas qui se sont infiltrés depuis Gaza sur le territoire israélien, au cours de laquelle 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées, selon les autorités israéliennes. Environ 240 personnes avaient été prises en otage et emmenées à Gaza où 138 sont toujours retenues.

Israël a juré d'"anéantir" le Hamas, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël, notamment.

"Les opérations dans la bande de Gaza se poursuivent", a indiqué samedi l'armée israélienne, qui mène une vaste offensive terrestre depuis le 27 octobre dans ce territoire exigu et densément peuplé.

En l'espace de 24 heures, 71 morts et 160 blessés sont arrivés à l'hôpital Al-Aqsa de la ville de Deir al-Balah, à la suite de bombardements sur le centre de la bande de Gaza, a affirmé de son côté le ministère de la Santé du Hamas.

Ce dernier a publié un dernier bilan global faisant état de 17.490 morts dans la bande de Gaza, pour la plupart des femmes et des enfants, depuis le début de la guerre.

Les Brigades Ezzedine al-Qassam, branche armée du Hamas, ont elles revendiqué samedi de nouveaux tirs de roquettes sur le sud d'Israël, depuis la bande de Gaza.

Complices du carnage

Après un peu plus de deux mois de guerre, plus de la moitié des habitations ont été détruites ou endommagées dans le territoire palestinien, où 85% de la population a été déplacée, selon l'ONU.

En raison de la surpopulation et des mauvaises conditions sanitaires dans les abris de l'agence de l'ONU dédiée aux réfugiés palestiniens (UNRWA) dans le sud du territoire, certaines maladies transmissibles telles que la diarrhée, les infections respiratoires aiguës et les infections cutanées ont fortement augmenté.

Le blocage américain vendredi soir à l'ONU a également été condamné par des ONG, notamment Médecins sans frontières (MSF), qui juge qu'il les rend "complices du carnage à Gaza".

Des habitants d'un quartier de Rafah où des immeubles ont été détruits par une frappe israélienne ont manifesté samedi leur colère après ce veto: "Quelle résolution le Conseil de sécurité a-t-il jamais été approuvée et mise en oeuvre pour notre cause et le peuple palestinien?", a lancé à l'AFP l'un d'eux, Mohammed al-Khatib.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a lui déclaré samedi qu'il tenait les Etats-Unis pour "responsables de l'effusion de sang" à Gaza.

Pour sa part, l'Iran a mis en garde samedi contre "la possibilité" d'"une explosion incontrôlable" au Moyen-Orient, tandis que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a qualifié le Conseil de sécurité de l'ONU de "Conseil de protection d'Israël".

Colère

A Gaza, "les gens sont désespérés, effrayés et en colère", a déploré vendredi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, évoquant un "contexte humanitaire cauchemardesque".

Une grande partie des 1,9 million de Gazaouis qui ont fui les combats et les bombes se sont dirigés vers le sud, transformant Rafah, le long de la frontière fermée avec l'Egypte, en vaste camp de réfugiés.

Le gouvernorat de Rafah reste depuis vendredi la seule zone de Gaza où des distributions limitées d'aide ont lieu. Dans le gouvernorat de Khan Younès, la distribution de l'aide est quasiment à l'arrêt ces derniers jours en raison de l'intensité des hostilités et des restrictions de circulation le long des routes principales, à l'exception de livraisons restreintes de carburant aux principaux fournisseurs de services.

A l'hôpital Nasser de Khan Younès, des blessés parmi lesquels des enfants sont soignés à même le sol, les uns à côté des autres, a constaté un journaliste de l'AFP.

A Rafah, des habitants parcourent les décombres après des frappes dans leur quartier et récupèrent ce qui peut l'être, comme des couvertures.

"Nous avons fui la ville de Gaza vers Khan Younès, et ensuite Rafah, mais où peut-on aller après?", a confié à l'AFP Fayez Nusseiri, à l’hôpital Al Najjar de Rafah.

Dans le nord de la bande de Gaza, le marché du camp de Jabaliya a été transformé en cimetière pour les victimes des frappes israéliennes. Des tombes sont creusées à la hâte.

Otage mort

Le bilan s'est également alourdi en Cisjordanie, territoire occupé depuis 1967 par Israël, où l'armée dit avoir arrêté depuis le début de la guerre 2.200 personnes, parmi lesquelles 1.800 membres du Hamas.

Israël a aussi indiqué vendredi avoir perdu 93 soldats à Gaza depuis le début de la guerre, ajoutant que deux autres militaires avaient été blessés lors de l'échec d'une tentative de libération d'otages dans la nuit.

Samedi, les proches d'un otage israélien de 25 ans enlevé le 7 octobre ont confirmé sa mort. Le Hamas avait auparavant affirmé qu'un otage avait été tué au cours d'une opération de l'armée israélienne.

Vendredi, une attaque contre l'ambassade des Etats-Unis en Irak a renforcé les craintes d'un conflit régional plus large. Samedi, l'armée israélienne a déclaré avoir riposté à des "tirs" depuis le Liban en direction de la zone de Misgav Am, à la frontière nord d'Israël.

Outre Gaza, les échanges de tirs se sont multipliés à la frontière nord d'Israël entre l'armée israélienne et le mouvement libanais Hezbollah, un allié du Hamas soutenu par l'Iran, depuis le début de la guerre.


Les positions publiques et privées du Royaume sur Gaza sont identiques, souligne Faisal ben Farhane

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, se trouve à la tête du Comité ministériel arabo-islamique présent à Washington pour appeler à un cessez-le-feu à Gaza. (X: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, se trouve à la tête du Comité ministériel arabo-islamique présent à Washington pour appeler à un cessez-le-feu à Gaza. (X: @KSAMOFA)
Short Url
  • Le prince Faisal est en désaccord concernant le veto américain sur un cessez-le-feu à Gaza
  • Le prince Faisal a rencontré le secrétaire d'État américain Anthony Blinken pour des entretiens sur Gaza

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a confirmé, lors d'une interview avec PBS NewsHour, le fait que la position du Royaume à l'égard de Gaza était la même aux niveaux public et privé.

Le prince Faisal réfutait les affirmations du présentateur de PBS Nick Schifrin selon lesquelles «les demandes au niveau public de l’Arabie saoudite ne correspondaient pas à vos demandes au niveau privé à détruire le Hamas. Pourquoi ce double message?»

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a déclaré: «Il n’y a pas de double message. Ce que nous disons en privé et ce que nous disons en public est exactement le même, non seulement pour le Royaume mais pour tous les Arabes.»

Il a ajouté: «Je suis très fier du fait que ce que nous disons en public et en privé est le même. Je ne peux pas en dire autant de certains de nos interlocuteurs occidentaux.»

Le prince Faisal, qui se trouve actuellement à la tête du Comité ministériel arabo-islamique présent à Washington pour appeler à un cessez-le-feu à Gaza, a désapprouvé samedi le veto américain à la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU.

Il a également exprimé sa déception face à l’incapacité du Conseil de sécurité à «prendre une position ferme» sur Gaza.

«Nous assistons actuellement à un niveau de carnage sans précédent à Gaza, injustifiable sous aucun prétexte d’autodéfense», a indiqué le prince Faisal.

Le Comité arabo-islamique a également protesté contre le veto américain qui a bloqué la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, lors d'une réunion avec le secrétaire d'État américain Anthony Blinken. Le prince Faisal a indiqué que le comité ferait pression en faveur d'un cessez-le-feu dans le but d’éviter davantage de morts civils.

«Ce degré continu de pertes civiles ne sert les intérêts de personne, y compris les intérêts d’Israël ou sa sécurité.»

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a mis en garde contre le risque d’extension de la guerre de Gaza au reste de la région, ainsi que contre la menace croissante de l’extrémisme. «Les gens perdent confiance dans l’argumentation en faveur de la paix dans notre région, mais ils perdent également confiance dans les systèmes internationaux de garanties et de droits», a-t-il soutenu.

Samedi, le prince Farhane a rencontré séparément Blinken à Washington pour discuter de la guerre entre Israël et le Hamas (photo fournie)
Le prince Farhane a rencontré séparément Blinken à Washington pour discuter de la guerre entre Israël et le Hamas (photo fournie)

Samedi, le prince Farhane a rencontré séparément Blinken à Washington pour discuter de la guerre entre Israël et le Hamas.

Les deux responsables ont discuté de «tous les efforts possibles visant à réduire le rythme de l’escalade et empêcher une extension de la violence afin d’éviter ses dangereuses répercussions sur la paix et la sécurité internationales», a rapporté la Saudi press agency (SPA).

La réunion s'est déroulée en présence de la princesse Reema bent Bandar, ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


L’Algérie se prépare à prendre en charge plus de 300 enfants palestiniens

Des enfants palestiniens qui ont fui Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, vers le camp de Rafah, plus au sud, près de la frontière avec l'Égypte, le 7 décembre (Photo, AFP).
Des enfants palestiniens qui ont fui Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, vers le camp de Rafah, plus au sud, près de la frontière avec l'Égypte, le 7 décembre (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon ces informations, le gouvernement algérien travaille activement pour réaliser ces évacuations d'urgence
  • L’Algérie accueillera également leurs accompagnateurs de Gaza

ALGER : Selon les informations disponibles, l'Algérie a exprimé sa disponibilité à accueillir à travers l’Égypte le plus grand nombre d'enfants palestiniens blessés, soit plus de 300 enfants victimes des récentes actions militaires d’Israël. L’Algérie accueillera également leurs accompagnateurs de Gaza, territoire toujours assiégé et bombardé par l'armée israélienne depuis deux mois. 

Selon ces informations, le gouvernement algérien travaille activement pour réaliser ces évacuations d'urgence dans les plus brefs délais. Cependant, cette action humanitaire s'avère complexe, car les autorités israéliennes n'ont autorisé le passage que pour moins de 1% des blessés et des personnes valides.

Selon les informations, le passage de Rafah fait l'objet de bombardements israéliens, rendant l'évacuation des personnes valides et blessées encore plus complexe. Les établissements sanitaires en Algérie ont pris toutes les dispositions nécessaires sous la directive du chef de l'État algérien pour accueillir ces enfants, la plupart étant mutilés.

Des agressions d'une ampleur inédite dans l'histoire de l'humanité sont rapportées par les médias algériens. Ces enfants palestiniens seront soignés dans les hôpitaux d'Alger, Constantine et Oran, selon la même source.

Système sanitaire en crise 

Dans ce contexte, le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Palestine, Rik Peeperkorn, a déclaré hier qu'en moyenne, un enfant est tué toutes les 10 minutes à Gaza. Le commissaire général de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, a mis en garde contre les risques d'un "tsunami humanitaire" en raison de l'agression israélienne dans la bande de Gaza, où la grande majorité des victimes sont des enfants.

Malgré la mise en place d'hôpitaux de campagne, les besoins en soins médicaux augmentent dans la bande de Gaza, soumise à des bombardements massifs de l'armée israélienne, rendant l'accès aux hôpitaux encore fonctionnels impossible. Cela fait de l'évacuation des patients à l'étranger la seule solution restante.

Les bombardements israéliens dans la bande de Gaza ont causé la mort de 17 177 personnes, dont 70% sont des femmes, des enfants et des adolescents, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du Hamas.