Espagne: le roi charge Pedro Sánchez de tenter de former un gouvernement

Le Premier ministre espagnol par intérim Pedro Sánchez part après avoir prononcé un discours au palais de la Moncloa à Madrid le 3 octobre 2023 après avoir rencontré le roi Felipe VI (Photo de Thomas COEX / AFP).
Le Premier ministre espagnol par intérim Pedro Sánchez part après avoir prononcé un discours au palais de la Moncloa à Madrid le 3 octobre 2023 après avoir rencontré le roi Felipe VI (Photo de Thomas COEX / AFP).
Short Url
Publié le Mardi 03 octobre 2023

Espagne: le roi charge Pedro Sánchez de tenter de former un gouvernement

  • Afin d'obtenir la confiance des députés, le socialiste devra disposer du soutien crucial des indépendantistes catalans, qui exigent en échange une mesure d'amnistie très controversée
  • Le chef du gouvernement sortant, qui est au pouvoir depuis 2018, a jusqu'au 27 novembre pour être reconduit au pouvoir par le Parlement

MADRID: Le roi d'Espagne, Felipe VI, a chargé mardi le Premier ministre sortant, le socialiste Pedro Sánchez, de présenter sa candidature devant le Parlement pour tenter d'être reconduit au pouvoir, a annoncé la présidente de la Chambre des députés.

"Sa majesté le Roi", qui a consulté depuis lundi les représentants des partis politiques, "m'a communiqué sa décision de proposer M. Pedro Sánchez (au Parlement) comme candidat à la présidence du gouvernement", a déclaré Francina Armengol lors d'une allocution télévisée.

Espagne: Pedro Sánchez promet de la «générosité» aux indépendantistes catalans

Le socialiste espagnol Pedro Sánchez, qui va tenter prochainement d'être reconduit au pouvoir par le Parlement, a promis mardi la "générosité" de la gauche aux indépendantistes catalans, dont son sort dépend et qui exigent une amnistie très controversée.

Disposant déjà du soutien de l'extrême gauche, avec qui il gouverne en coalition depuis 2020, Pedro Sánchez doit encore obtenir l'appui indispensable du parti indépendantiste catalan de Carles Puigdemont, qui s'est systématiquement opposé à son gouvernement ces dernières années.

Les négociations "vont être complexes", a reconnu le socialiste mais "j'ai confiance" dans le fait d'y parvenir, a-t-il assuré.

Carles Puigdemont, chef d'orchestre de la tentative de sécession de la Catalogne en 2017, a exigé début septembre depuis Bruxelles, où il s'est installé pour fuir les poursuites judiciaires, l'amnistie des indépendantistes visés par la justice espagnole, en échange du soutien de sa formation.

Cette éventuelle amnistie provoque la fureur de la droite espagnole mais aussi le malaise d'une partie du Parti socialiste, formation qui y était par le passé catégoriquement opposée.

Manifestation à Barcelone dimanche 

Une organisation anti-indépendantiste a convoqué dimanche une manifestation dans les rues de Barcelone à laquelle participera M. Feijóo et d'autres responsables du PP.

Sans jamais prononcer le mot amnistie, malgré les questions insistantes des journalistes, M. Sánchez a préparé le terrain à un accord avec les indépendantistes et justifié sa main tendue.

"On ne peut pas être à la tête du gouvernement (...) sans comprendre la pluralité politique du Parlement ou la diversité territoriale de la nation. C'est donc l'heure de la politique (...) C'est l'heure de la générosité", a-t-il insisté.

Arrivé au pouvoir moins d'un an après la tentative de sécession, le chef de file socialiste a accédé à plusieurs reprises aux demandes des indépendantistes catalans, dont une partie a soutenu son gouvernement minoritaire au parlement.

Il a ainsi gracié leurs dirigeants condamnés à la prison et réformé le Code pénal pour supprimer le délit de sédition pour lequel ils avaient été poursuivis. Des "concessions" inacceptables pour la droite et l'extrême droite qui l'accuse d'être "otage" des séparatistes.

"Quand j'ai pris la décision de les gracier, j'avais confiance dans les effets positifs" de cette mesure "sur la coexistence au sein de la Catalogne en vue de dépasser les évènements de 2017", a argumenté mardi M. Sánchez.

"Avec humilité, je pense que nous y sommes parvenus et que la situation en Catalogne n'a aujourd'hui rien à voir" avec celle d'il y a cinq ans, a-t-il soutenu. "Ce que veulent les Catalans et les Catalanes, c'est tourner la page", a encore affirmé le socialiste.

Le Premier ministre sortant a en revanche répété que l'organisation d'un référendum d'autodétermination était une ligne rouge, alors que les séparatistes ont fait monter la pression vendredi en appelant à "ne pas appuyer l'investiture d'un futur gouvernement espagnol qui ne s'engagerait pas à travailler pour rendre effectives les conditions de l'organisation d'un référendum".

Avec Carles Puigdemont à sa tête, le gouvernement régional catalan avait organisé le 1er octobre 2017 un tel référendum, malgré son interdiction par la justice. Ce scrutin avait été suivi par une déclaration unilatérale d'indépendance, qui avait provoqué la pire crise politique en Espagne depuis des décennies.

Afin d'obtenir la confiance des députés, le socialiste devra disposer du soutien crucial des indépendantistes catalans, qui exigent en échange une mesure d'amnistie très controversée.

Le chef du gouvernement sortant, qui est au pouvoir depuis 2018, a jusqu'au 27 novembre pour être reconduit au pouvoir par le Parlement. Faute de quoi, un nouveau scrutin sera automatiquement convoqué pour la mi-janvier.

Son rival conservateur Alberto Núñez Feijóo, qui était arrivé en tête des législatives du 23 juillet, mais sans majorité viable, a vu sa candidature rejetée la semaine dernière par les députés.


Le gouvernement britannique choisit Samir Shah pour diriger la BBC

Il est également directeur général de l'ONG One World Media, qui soutient des médias indépendants en particulier dans les pays en développement (Photo, AFP).
Il est également directeur général de l'ONG One World Media, qui soutient des médias indépendants en particulier dans les pays en développement (Photo, AFP).
Short Url
  • Né en Inde et arrivé au Royaume-Uni en 1960, Samir Shah dirige actuellement la société de production indépendante Juniper
  • Sa nomination doit désormais être approuvée par les députés

LONDRES: Le gouvernement britannique a recommandé mercredi de nommer à la tête de la BBC Samir Shah, un cadre expérimenté de l'audiovisuel, après la démission de son ancien dirigeant pour conflit d'intérêts.

Épinglé pour un coup de pouce aux finances privées de Boris Johnson, le président de la BBC Richard Sharp avait annoncé sa démission fin avril, secouant une nouvelle fois ce géant de l'audiovisuel public dont l'impartialité est régulièrement mise en cause.

Après quelques mois d'intérim, le gouvernement a rendu public mercredi le nom de son successeur potentiel, Samir Shah, 71 ans, qui travaille dans l'audiovisuel britannique depuis près de 40 ans et a déjà occupé par le passé des postes de responsabilité au sein de la BBC.

Sa nomination doit désormais être approuvée par les députés.

"Sa connaissance de la BBC (...) et son travail considérable pour promouvoir la diversité dans l'audiovisuel seront inestimables pour garantir que la BBC reflète, représente et sert les communautés à travers tout le Royaume-Uni", a déclaré la ministre de la Culture Lucy Frazer.

La BBC s'est également "félicitée" de cette annonce.

Institution incontournable du paysage audiovisuel britannique, cette entreprise a fêté son centenaire en plein doute il y a près d'un an, tourmentée par la concurrence des plateformes payantes et par les menaces qui planent sur son financement public.

Elle cherche actuellement à réaliser 500 millions de livres d'économies (583 millions d'euros) et a récemment fait état de réductions budgétaires pour son programme phare "Newsnight".

"Ce serait un honneur de pouvoir mettre à profit les compétences, l'expérience et la compréhension du service public de radiodiffusion acquises pendant ma carrière pour aider cette brillante organisation", s'est réjoui Samir Shah.

Il sera notamment chargé de négocier avec le gouvernement une augmentation de la redevance, qui constitue la principale source de financement de la BBC.

Les médias britanniques ont récemment rapporté que le Premier ministre Rishi Sunak envisageait de bloquer une augmentation de 9% de la redevance annuelle, qui s'élève actuellement à 159 livres sterling (185 euros) par foyer.

Né en Inde et arrivé au Royaume-Uni en 1960, Samir Shah dirige actuellement la société de production indépendante Juniper. Il est également directeur général de l'ONG One World Media, qui soutient des médias indépendants en particulier dans les pays en développement.

Il a été par le passé responsable des actualités et des programmes politiques à la BBC et un des directeurs non exécutifs de la société entre 2007 et 2010.


L'Iran a lancé une «capsule de vie» dans l'espace

L'Iran a déclaré mercredi avoir envoyé une capsule sur une orbite non divulguée transportant des animaux alors qu'il se prépare à des missions humaines dans les années à venir (Photo, AP).
L'Iran a déclaré mercredi avoir envoyé une capsule sur une orbite non divulguée transportant des animaux alors qu'il se prépare à des missions humaines dans les années à venir (Photo, AP).
Short Url
  • L'Iran a connu plusieurs échecs dans le lancement de satellites en raison de problèmes techniques
  • Cette capsule de 500 kg a été transportée par un lanceur de nouvelle génération

PARIS: L'Iran a annoncé mercredi avoir lancé avec succès une "capsule de vie" dans l'espace, nouvelle étape dans l'ambitieux programme aérospatial développé par la République islamique malgré les inquiétudes des pays occidentaux sur ses finalités.

"Après une décennie de pause, la nouvelle capsule de vie de notre pays a été lancée avec succès à 130 km d'altitude par un lanceur fabriqué localement", a déclaré le ministre des Télécommunications Issa Zarepour, cité par l'agence officielle Irna.

Cette capsule de 500 kg a été transportée par un lanceur de nouvelle génération, dénommé "Salman", qui est développé avec l'ambition d'envoyer des astronautes dans l'espace.

L'Iran avait lancé sa première "capsule de vie" en 2010 avec, à son bord, des animaux vivants - un rat, deux tortues et un ver de terre. Il avait ensuite envoyé dans l'espace en 2013 un singe, qui était revenu vivant.

Plusieurs échecs 

L'Iran a connu plusieurs échecs dans le lancement de satellites en raison de problèmes techniques.

Mais le 27 septembre, les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique, avaient annoncé avoir placé en orbite un satellite d'imagerie, Nour-3, à 450 km au dessus de la Terre.

Téhéran maintient que ses activités aérospatiales sont pacifiques et conformes à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.

Mais les gouvernements occidentaux craignent que ses systèmes de lancement de satellites intègrent des technologies interchangeables avec celles utilisées dans les missiles balistiques capables de livrer une ogive nucléaire, ce que l'Iran a toujours nié vouloir construire.


L'Ukraine face au défi d'un soutien occidental qui se fissure

Une garde d'honneur se tient à côté des tombes de soldats ukrainiens lors de la Journée des forces armées ukrainiennes, au cimetière Lychakiv, dans la ville de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, le 6 décembre 2023 (Photo, AFP).
Une garde d'honneur se tient à côté des tombes de soldats ukrainiens lors de la Journée des forces armées ukrainiennes, au cimetière Lychakiv, dans la ville de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, le 6 décembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Volodymyr Zelensky devait s'exprimer virtuellement mardi devant le Congrès américain pour tenter de débloquer une nouvelle enveloppe
  • La grande contre-offensive ukrainienne lancée en juin a largement échoué à libérer les territoires occupés dans l'Est et le Sud

PARIS: "Peur d'être lâchée": l'Ukraine, dont la contre-offensive face aux Russes n'a pas donné les résultats escomptés, est prise dans des vents contraires avec une aide américaine en question et une unité européenne chancelante à l'approche d'un Conseil européen décisif la semaine prochaine.

Illustration de la fébrilité ambiante, le président ukrainien Volodymyr Zelensky devait s'exprimer virtuellement mardi devant le Congrès américain pour tenter de débloquer une nouvelle enveloppe financière autant débattue que cruciale pour son pays en guerre. Une intervention finalement annulée à la dernière minute, sans donner de raison.

Le président français Emmanuel Macron recevra, lui, jeudi à l'Elysée le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui semble vouloir faire obstruction sur le soutien à Kiev.

M. Orban a réclamé l'ajournement de deux décisions clés pour l'Ukraine qui doivent être soumises au vote des pays membres de l'Union européenne: l'une relative au soutien budgétaire de 50 milliards d'euros, l'autre sur l'ouverture de négociations d'adhésion à l'UE.

La grande contre-offensive ukrainienne lancée en juin a largement échoué à libérer les territoires occupés dans l'Est et le Sud, questionnant sur la poursuite d'une aide occidentale massive.

Et si des gains ont été enregistrés en mer Noire, permettant à Kiev d'exporter plusieurs tonnes de produits agricoles, la situation militaire sur le front terrestre semble désormais figée, sans véritable solution tactique en vue à court terme. Kiev assure cependant pouvoir gagner si l'aide militaire occidentale se poursuit.

«Gérer Zelensky»

Or "même sous perfusion continue de l'Occident, l'Ukraine manque d'hommes, là où la Russie n'a pas ce problème", souligne auprès de l'AFP un haut responsable militaire européen en poste à l'Otan, constatant que "dans les cycles de formation (dispensée par l'Otan aux soldats ukrainiens, ndlr), ce sont des personnes plus âgées, moins expérimentées qui se présentent désormais".

"Il faut maintenant gérer Zelensky, le faire revenir de sa posture un peu jusqu'au-boutiste. Personne ne dit ça officiellement, mais je pense que c'est quand même un peu ce qui se prépare", commente cette source otanienne.

De source diplomatique française, on s'efforce d'atténuer ces propos en soulignant que l'Ukraine a pour l'heure "un taux de mobilisation très faible" et que du côté de la Russie, "les statistiques sont trafiquées".

Le moral des Ukrainiens s'est certes érodé, las de cette guerre. Mais sur le terrain, le discours des soldats ne change pas.

Bien que la guerre soit très coûteuse, "les Européens ne laisseront jamais tomber l'Ukraine car ils sont conscients que si (Vladimir) Poutine s'empare de l'Ukraine, ce serait un précédent extrêmement dangereux" avec des risques pour les pays baltes et la Pologne, estime en outre Tatiana Kastouéva-Jean, experte à l'Institut français des relations internationales (Ifri).

La source diplomatique française souligne à cet égard que toutes les raisons ayant conduit à soutenir l'Ukraine, dès le 24 février 2022, restent d'actualité.

"Soutenir l'Ukraine, c'est un enjeu de sécurité pour l'Europe et pour la France", a déclaré cette source à quelques journalistes, ajoutant qu'il fallait aussi "battre en brèche l'idée qu'une crise en chassait une autre", en référence aux craintes des Ukrainiens que la guerre entre Israël et le Hamas ne détourne les Européens du conflit en Ukraine.

«Période à risques»

Il est naturel qu'il y ait des interrogations près de deux ans après le début de cette guerre, observe cette source diplomatique. "Tout le monde comprend qu'on est dans une période à risques mais je ne vois pas de défaitisme à Bruxelles ou à l'Otan".

Pour Tatiana Kastouéva-Jean, il y a néanmoins urgence pour les Européens à faire taire les voix dissonantes telles que celles de la Hongrie au moment où "tout joue en faveur d'un statu quo" sur le plan militaire, et ce, probablement jusqu'aux élections américaines de novembre 2024.

Un signal est d'autant plus souhaitable que sur le plan domestique ukrainien, "des querelles au sein des élites sont apparues", souligne l'experte, en référence notamment à la détérioration des relations entre le présdient Zelensky et le commandant en chef des forces armées Valery Zaloujny.

"Est-ce la fin de l'union sacrée derrière Zelensky ou est-ce juste une parenthèse liée au défi sur le front?", s'interroge-t-elle.

Dans ce contexte, les diplomates français s'efforcent de convaincre leurs partenaires européens et de l'Alliance Atlantique qu'il est également fondamental de poursuivre le soutien à l'Ukraine afin d'envoyer le signal à Vladimir Poutine de "ne pas compter sur l'épuisement du soutien" à Kiev.

Mais pour cela, les Européens doivent aussi accélérer sur la montée en puissance des cadences de leur industrie de la défense et sur l'interopérabilité des équipements.

L'ambassadrice ukrainienne auprès de l'Otan, Nataliia Galibarenko, déplorait récemment que les forces armées en Ukraine utilisaient plus de 200 systèmes différents d'armement.