Netanyahou s'engage à «détruire» le Hamas, la riposte israélienne s'accentue

Des Palestiniens inspectent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes dans le quartier de Rimal, à Gaza, le 10 octobre 2023 (Photo, AFP).
Des Palestiniens inspectent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes dans le quartier de Rimal, à Gaza, le 10 octobre 2023 (Photo, AFP).
Des Palestiniens inspectent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes dans le quartier de Rimal, à Gaza, le 10 octobre 2023 (Photo, AFP).
Des Palestiniens inspectent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes dans le quartier de Rimal, à Gaza, le 10 octobre 2023 (Photo, AFP).
Des Palestiniens inspectent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes dans le quartier de Rimal, à Gaza, le 10 octobre 2023 (Photo, AFP).
Des Palestiniens inspectent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes dans le quartier de Rimal, à Gaza, le 10 octobre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 12 octobre 2023

Netanyahou s'engage à «détruire» le Hamas, la riposte israélienne s'accentue

  • L'armée israélienne a annoncé le chiffre impressionnant de 1200 Israéliens tués, pour la plupart des civils non armés
  • Israël a également mobilisé 300 000 réservistes et déployé des dizaines de milliers de soldats autour de la bande de Gaza

JERUSALEM: Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s'est engagé mercredi, alors que les frappes israéliennes sur Gaza s'accentuent, à "détruire" le mouvement palestinien Hamas, responsable de l'attaque la plus meurtrière dans l'histoire de l'Etat d'Israël.

Au sixième jour de la guerre entre les deux ennemis qui a déjà fait des milliers de morts, les frappes israéliennes nocturnes se poursuivent sur le territoire palestinien d'où sont parties plusieurs salves de roquettes sur le sud d'Israël.

"Tout membre du Hamas est un homme mort", a lancé M. Netanyahou lors d'une première allocution solennelle commune avec les membres de son cabinet de guerre.

"Le Hamas c'est Daech (le groupe jihadiste Etat islamique, NDLR) et nous allons l'écraser et le détruire comme le monde a détruit Daech", a-t-il ajouté après avoir qualifié l'attaque de "sauvagerie jamais vue depuis la Shoah".

Le mouvement islamiste palestinien Hamas a affirmé mercredi soir dans un communiqué avoir libéré une Israélienne et ses deux enfants, vidéo à l'appui, mais les médias israéliens ont immédiatement crié à la supercherie.

Selon la presse israélienne, il s'agit d'Avital Aladjem, habitante du kibboutz Holit qui, selon le récit qu'elle a livré dans une série d'entretiens, avait été emmenée de force samedi par des hommes du Hamas avec deux des enfants d'une voisine jusqu'à la zone frontière entre Israël et la bande de Gaza, avant d'être laissée libre de partir avec les petits.

Les combattants du Hamas, au premier jour de leur offensive le 7 octobre notamment contre des localités du sud d'Israël, ont enlevé environ 150 Israéliens, étrangers et binationaux, parmi lesquels des femmes, enfants ou vieillards, selon les autorités israéliennes.

L'attaque surprise d'une ampleur sans précédent a été lancée à partir de Gaza par terre, par mer et par air, en plein Shabbat, le jour de repos hebdomadaire juif.

L'armée a fait état de 1.200 morts en Israël, la plupart des civils. Dans la bande de Gaza, au moins 1.055 personnes, dont de nombreux civils, ont été tuées dans les raids aériens destructeurs israéliens menés en représailles, selon les autorités locales.

Israël a également mobilisé 300.000 réservistes et déployé des dizaines de milliers de soldats autour de la bande de Gaza, suscitant les craintes d'un assaut terrestre sur le territoire palestinien.

Sur le plan politique, après des mois de divisions, M. Netanyahou et son rival Benny Gantz ont annoncé mercredi "la mise en place d'un gouvernement d'urgence et d'un cabinet de guerre" pour la durée du conflit avec le Hamas.

ds
Les destructions causées par les bombardements aériens israéliens sont visibles dans la ville de Gaza, le 11 octobre 2023 (Photo, AP).

 

Netanyahou: «tout membre du Hamas est un homme mort»

"Le Hamas, c'est Daech (le groupe jihadiste Etat islamique, ndlr) et nous allons les écraser et les détruire comme le monde a détruit Daech", a-t-il ajouté lors d'une première allocution solennelle commune avec les membres de son cabinet de guerre formé plus tôt dans la journée.

Dans sa déclaration, le Premier ministre israélien a pour la première fois exprimé clairement l'intention d'Israël de "détruire" le Hamas. Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a renchéri en déclarant: "nous allons effacer le Hamas de la terre".

Blinken en Israël jeudi
Cette annonce est intervenue à la veille de l'arrivée jeudi en Israël du secrétaire d'Etat américain Antony Blinken pour une visite de solidarité, et alors que les Etats-Unis ont dit être prêts "si nécessaire" à déployer un second porte-avions à des fins de dissuasion.

L'attaque du Hamas a provoqué la sidération en Israël où au moins 169 soldats ont été tués en quatre jours selon l'armée et où se multiplient les récits glaçants de témoins et de rescapés. L'inquiétude grandit par ailleurs sur le sort des personnes enlevées par le Hamas.

Parmi ces otages figurent des jeunes capturés pendant un festival de musique, où des combattants palestiniens ont fait irruption samedi, tuant 270 personnes d'après les autorités.

A l'entrée du kibboutz Beeri, à moins de cinq kilomètres de la frontière avec la bande de Gaza, une pile de cadavres témoignait encore mercredi de l'ampleur de l'attaque à l'intérieur du village: sur 1.200 habitants de la localité, plus d'une centaine ont été tués, selon l'armée.

A l'extérieur d'une maison, on peut encore voir de longues traînées de sang au milieu de plusieurs chargeurs abandonnés, a constaté une journaliste de l'AFP.

"La dévastation ici est absolument immense", a déclaré sur place Doron Spielman, porte-parole de l'armée israélienne.

Pris de court par l'attaque coordonnée du Hamas, son ennemi juré, Israël a riposté en pilonnant depuis sans relâche Gaza, faisant planer la possibilité d'une guerre longue y compris d'une incursion terrestre, qui serait la première depuis la guerre de 2014.

ds
Des frappes aériennes israéliennes dans la ville de Gaza, le 11 octobre 2023 (Photo, AP).

Hôpitaux débordés à Gaza
Soumise à un blocus israélien depuis plus de 15 ans, la bande de Gaza, territoire pauvre et exigu où s'entassent 2,3 millions de Palestiniens, est désormais en état de siège.

Israël y a coupé les approvisionnements en eau, en électricité et en nourriture. La seule centrale électrique du territoire est à l'arrêt faute de carburant et ses hôpitaux, qui manquent de matériel, sont débordés.

Plus de 330.000 personnes ont été déplacées par les frappes, selon l'ONU. La Maison Blanche a annoncé que les Etats-Unis travaillaient "activement" avec Israël et l'Egypte pour permettre à des civils de quitter Gaza.

Les bombardements ont touché des dizaines d'immeubles, des usines, des mosquées et des magasins, d'après le Hamas. Des femmes, leurs enfants dans les bras, fuyaient entre les décombres, dans des rues dévastées.

Selon l'armée israélienne, les frappes ont visé 2.687 cibles à Gaza depuis samedi.

"C'est comme une apocalypse ou un tremblement de terre (...) Ils (les Israéliens) sont venus pour détruire, comme si ces gens ne méritaient pas de vivre. Comme s'ils n'étaient pas des humains", a affirmé au milieu des ruines un habitant du quartier de Karama à Gaza, qui n'a pas voulu donner son nom.

Les avions de combat ont bombardé une université islamique liée au Hamas. Des ambulances ont été touchées, provoquant la mort de quatre membres du Croissant-Rouge palestinien, selon la Croix-Rouge.

D'après l'ONU, 11 de ses employés et 30 élèves des écoles gérées par l'une de ses agences ont été tués à Gaza depuis samedi.

En Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, six Palestiniens ont été tués mercredi, quatre dans une attaque de colons israéliens et deux par des soldats, selon l'Autorité palestinienne. Depuis samedi, vingt-neuf Palestiniens ont été tués en Cisjordanie dans les violences liées au conflit entre Israël et le Hamas.

Tension à la frontière Nord
A la frontière de Gaza, Israël poursuit sa mobilisation avec le déploiement de chars et de véhicules militaires.

L'armée, qui a repris le contrôle d'une dizaine de localités dans la zone frontalière attaquée samedi, a affirmé avoir récupéré les corps de 1.500 combattants du Hamas qui s'y étaient infiltrés.

Sur le front nord, la situation est volatile.

Mercredi, l'armée israélienne a frappé une nouvelle fois le sud du Liban, en riposte à des tirs de roquettes du Hezbollah, un allié du Hamas.

ds
Un soldat se tient sur la tourelle d'un char alors que les forces israéliennes prennent position près de la ville de Sderot, près de la frontière avec Gaza, le 11 octobre 2023 (Photo, AFP).

Négociations liées aux otages
Samedi à l'aube, après avoir franchi la barrière frontalière qu'Israël considérait imprenable, des centaines de combattants du Hamas se sont engouffrés depuis Gaza dans des localités du Sud, allant de maison en maison, abattant des habitants ou les enlevant, selon les témoignages.

Selon une source officielle turque, le président Recep Tayyip Erdogan a lancé un processus de négociations avec le Hamas en vue d'obtenir la libération des otages après que le mouvement palestinien a menacé de les exécuter.

Les Brigades Al-Qassam, la branche militaire du Hamas, ont annoncé avoir déclenché l'opération "déluge d'Al-Aqsa" pour "mettre fin aux crimes de l'occupation", en référence à l'occupation depuis 1967 par Israël de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, où se trouve l'Esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l'islam qui abrite la mosquée Al-Aqsa.

Israël avait retiré ses troupes et évacué les colons de Gaza en 2005 après 38 ans d'occupation. Mais il a gardé le contrôle de l'espace aérien et des eaux territoriales et celui du passage des biens et personnes entre Israël et l'enclave.

Les Occidentaux ont apporté leur soutien à Israël, le président russe Vladimir Poutine a appelé à des négociations entre Israéliens et Palestiniens et la Ligue arabe a condamné le siège imposé par Israël à Gaza.


Le secrétaire général de la LIM reçoit une délégation américaine à Riyad

Dr Mohammed ben Abdelkrim al-Issa rencontre une délégation du Congrès américain à Riyad. (Photo fournie)
Dr Mohammed ben Abdelkrim al-Issa rencontre une délégation du Congrès américain à Riyad. (Photo fournie)
Dr Mohammed ben Abdelkrim al-Issa s'entretient avec Dr. Gohar Ejaz à Riyad. (Photo fournie)
Dr Mohammed ben Abdelkrim al-Issa s'entretient avec Dr. Gohar Ejaz à Riyad. (Photo fournie)
Short Url
  • La délégation américaine a salué l'initiative de la LIM au siège de l'ONU à New York, qui vise à construire des ponts entre l'Orient et l'Occident et à créer un monde plus compréhensif et plus pacifique
  • Al-Issa a également reçu Gohar Ejaz, ministre pakistanais du Commerce, de l’Industrie et de la Production et ministre de l’Intérieur

RIYADH: Le Dr Mohammed ben Abdelkrim al-Issa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale et président de l'Association des érudits musulmans, a reçu une délégation du Congrès américain, dirigée par le membre du Congrès Andre Carson, au siège de la LIM à Riyad.

Les deux parties ont discuté de plusieurs sujets liés au renforcement de l'amitié et de la coopération entre les nations et les peuples afin de lutter contre l'extrémisme et de surmonter les différences culturelles.

La délégation américaine a salué l'initiative de la LIM au siège des Nations unies à New York, qui vise à construire des ponts entre l'Orient et l'Occident et à créer un monde plus compréhensif et plus pacifique. La position de la ligue concernant la guerre de Gaza a également été soulignée; Al-Issa a condamné le meurtre de femmes et d'enfants en violation flagrante du droit humanitaire international.

Al-Issa a également reçu Gohar Ejaz, ministre pakistanais du Commerce, de l’Industrie et de la Production et ministre de l’Intérieur, accompagné d’Aftab Akbar Durrani, secrétaire pakistanais à l’Intérieur, au siège de la ligue à Riyad.

Les deux parties ont discuté de plusieurs sujets d'intérêt commun aux niveaux islamique et international, ainsi que des perspectives de coopération.

Ejaz a salué le rôle essentiel joué par la Ligue islamique dans la transmission du véritable message de l'islam au monde et dans l'accomplissement de son devoir de représentation des nations musulmanes dans les forums internationaux.

Al-Issa a souligné les relations historiques de longue date entre l'Arabie saoudite et le Pakistan, ainsi que les liens entre le Pakistan et la Ligue musulmane, affirmant la position importante du Pakistan en ce qui concerne les principes islamiques. Il a exprimé sa gratitude pour les efforts déployés par les savants saoudiens dans le cadre du parcours de la LIM, qui est considéré comme l'une des bonnes actions de l'Arabie saoudite, qu'elle a établie et transmise au monde islamique. Il a également salué la grande inspiration de la Vision 2030 de l'Arabie saoudite et ses réalisations dans le cadre de la transformation globale du Royaume, en particulier son rôle de premier plan dans le monde.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les experts de l'ONU exigent l'arrêt «immédiat» des transferts d'armes vers Israël

Des enfants se tiennent à côté d'un mur tombé, portant une peinture murale, au sein des décombres d'un bâtiment détruit par un bombardement israélien à Rafah, le 22 février 2024, alors que les batailles entre Israël et le Hamas se poursuivent. (Photo, AFP)
Des enfants se tiennent à côté d'un mur tombé, portant une peinture murale, au sein des décombres d'un bâtiment détruit par un bombardement israélien à Rafah, le 22 février 2024, alors que les batailles entre Israël et le Hamas se poursuivent. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les transferts sont interdits même si l'État exportateur n'a pas l'intention d'utiliser ces armes en violation de la loi
  • «Israël n’a pas respecté le droit international à plusieurs reprises», affirment les experts

GENÈVE: Tout transfert d'armes ou de munitions à Israël qui seraient utilisées à Gaza est susceptible de violer le droit humanitaire international et doit cesser immédiatement, ont averti ce vendredi des experts de l'ONU.

«Tous les États doivent ‘veiller au respect’ du droit international humanitaire par les parties à un conflit armé, comme l'exigent les conventions de Genève de 1949 et le droit international coutumier», ont déclaré les experts dans un communiqué de presse.

«Les États doivent donc s'abstenir de transférer des armes ou des munitions − ou des pièces pour ces armes − s’il est prévu, compte tenu des faits ou des comportements passés, qu’elles seront utilisées pour enfreindre le droit international.»

Selon les experts, de tels transferts sont interdits même si l'État exportateur n'a pas l'intention d'utiliser les armes en violation de la loi − ou ne sait pas avec certitude qu'elles seront utilisées de cette manière − tant qu'il existe un risque clair.

Par ailleurs, les experts de l'ONU ont salué la décision d'une cour d'appel néerlandaise qui, le 12 février, a ordonné aux Pays-Bas de mettre un terme à l'exportation de pièces d'avions de combat F-35 vers Israël.

La Cour a estimé qu'il existait un «risque évident» que les pièces soient utilisées pour commettre ou faciliter de graves violations du droit humanitaire international, car «de nombreux éléments indiquent qu'Israël a violé le droit humanitaire de la guerre dans un nombre non négligeable de cas».

«Israël n’a pas respecté le droit international à plusieurs reprises», affirment les experts.

Ils ont noté que les États parties au traité sur le commerce des armes ont l'obligation supplémentaire de refuser les exportations d'armes s'ils «savent» que les armes «seraient» utilisées pour commettre des crimes internationaux, ou s'il existe un «risque prépondérant» que les armes transférées «pourraient» être utilisées pour commettre des violations graves du droit humanitaire international.

Les États membres de l'UE sont en outre liés par les lois sur le contrôle des exportations d'armes de l'Union.

«La nécessité d'un embargo sur les armes à destination d'Israël est renforcée par l'arrêt de la Cour internationale de justice du 26 janvier 2024, selon lequel il existe un risque plausible de génocide à Gaza, ainsi que de graves préjudices subis par les civils depuis lors», ont expliqué les experts.

La convention sur le génocide de 1948 exige des États parties qu'ils emploient tous les moyens raisonnablement à leur disposition pour prévenir, dans la mesure du possible, un génocide dans un autre État.

«Cela nécessite l'arrêt des exportations d'armes dans les circonstances actuelles», ont ajouté les experts.

Ils se sont également félicités de la suspension des transferts d'armes vers Israël par la Belgique, l'Italie, l'Espagne, les Pays-Bas et la société japonaise Itochu Corp.

L'UE a également découragé récemment les exportations d'armes vers Israël.

En outre, les experts ont exhorté les autres États à cesser immédiatement les transferts d'armes vers Israël, notamment les licences d'exportation et l'aide militaire.

Les États-Unis et l'Allemagne sont de loin les plus gros exportateurs d'armes et les livraisons ont augmenté depuis l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre. La France, le Royaume-Uni, le Canada et l'Australie sont d'autres exportateurs d'armes important.

Les experts ont également noté que les transferts d'armes vers le Hamas et d'autres groupes armés sont également interdits par le droit international, compte tenu des graves violations du droit humanitaire international commises par ces derniers lors de l'attaque d'octobre, notamment la prise d'otages et les tirs de roquettes aveugles qui s'en sont suivis.

L'obligation de «veiller au respect» du droit humanitaire s'applique «en toutes circonstances», surtout lorsqu'Israël prétend lutter contre le terrorisme.

Les renseignements militaires ne doivent pas non plus être partagés lorsqu'il existe un risque évident qu'ils soient utilisés pour violer le droit humanitaire international.

«Les représentants de l'État impliqués dans les exportations d'armes peuvent être individuellement passibles de poursuites pénales pour avoir aidé et encouragé des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité ou des actes de génocide», ont soutenu les experts.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les Emirats arabes unis vont investir 35 milliards de dollars en Egypte

Les Émirats arabes unis et l’Égypte ont signé un accord pour développer une partie importante de sa côte méditerranéenne. (WAM)
Les Émirats arabes unis et l’Égypte ont signé un accord pour développer une partie importante de sa côte méditerranéenne. (WAM)
Short Url
  • Le fonds souverain d'Abou Dhabi, ADQ, a confirmé des investissements de 35 milliards, dont la majorité seront destinés au développement de Ras el-Hikma, une ville sur la côte méditerranéenne
  • Le gouvernement compte sur ces investissements étrangers pour tenter notamment de contribuer à résoudre la crise des devises étrangères en Egypte

LE CAIRE: Les Emirats arabes unis vont injecter "35 milliards de dollars en investissements directs" en Egypte, pays lourdement endetté, a annoncé vendredi le Premier ministre égyptien, Moustafa Madbouli.

Le fonds souverain d'Abou Dhabi, ADQ, a confirmé des investissements de 35 milliards, dont la majorité seront destinés au développement de Ras el-Hikma, une ville sur la côte méditerranéenne.

Les investissements pour cette ville entrent dans le cadre du plan national de développement urbain "Egypte 2052" visant notamment à développer la côte nord et à faire de cette ville une destination touristique mondiale.

Le gouvernement compte sur ces investissements étrangers pour tenter notamment de contribuer à résoudre la crise des devises étrangères en Egypte, alors que le pays est en difficulté pour rembourser sa dette extérieure qui s'élève à près de 165 milliards de dollars.

Selon M. Madbouli, ces investissements permettront également de résoudre "la présence de deux prix pour le dollar", en référence au taux officiel pratiqué par les banques qui, la plupart du temps, refusent de céder des dollars à leurs clients et à celui, deux fois plus élevé, pratiqué sur le marché noir.

L'accord signé vendredi entre les deux pays prévoit le versement "de 15 milliards de dollars d'ici une semaine et un second versement, deux mois après le premier, de 20 milliards de dollars", a précisé M. Madbouli lors d'une conférence de presse.

"ADQ va acheter les droits de développement de Ras El-Hikma pour 24 milliards de dollars afin d'en faire l'une des plus grandes villes nouvelles développées par un consortium privé", a annoncé de son côté le fonds souverain d'Abou Dhabi.

Politique de développement 

Quelque 11 milliards de dollars seront également consacrés à des investissements dans "des projets de premier plan dans toute l'Egypte", a-t-il ajouté.

Fondé en 2018, ADQ est dirigé par le frère du président des Emirats Arabes Unis, cheikh Tahnoun ben Zayed.

Située à environ 350 kilomètres au nord-ouest du Caire, Ras el-Hikma est appelée à devenir une "destination de vacances, (...) un centre financier et une zone franche dotée d'une infrastructure de classe mondiale pour renforcer le potentiel de croissance économique et touristique de l'Egypte" a affirmé ADQ.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi dit vouloir faire du "développement" sa priorité. Les économistes, eux, dénoncent des mégaprojets –-villes nouvelles dont la nouvelle capitale, trains à grande vitesse, ponts et routes-– qui n'ont fait, selon eux, que siphonner les caisses de l'Etat et tripler la dette.

L'Egypte est désormais le deuxième pays le plus à risque de faire défaut de sa dette, juste derrière l'Ukraine en guerre.

Pour les experts, les raisons de s'inquiéter s'accumulent: les rentrées en devises du tourisme sont en baisse depuis des années.

Pire encore, les envois d'argent des travailleurs égyptiens à l'étranger --loin devant les recettes du secteur touristique et des droits de transit à Suez-- ont baissé d'environ 30% au premier trimestre 2023/2024.

Le Fonds monétaire international (FMI) a accordé un prêt de trois milliards de dollars à l'Egypte fin 2022, mais les tranches de prêt et les examens de programme ont été maintes fois reportés jusqu'à ce que Le Caire avance sur les réformes économiques, y compris un "taux de change entièrement flexible", comme le stipule le FMI.

Deux tiers des Egyptiens vivent en dessous ou juste au-dessus du seuil de pauvreté, alors que l'inflation s'élève à 35%.