Devant l'Assemblée, Elisabeth Borne appelle à une «trêve humanitaire» en Israël

La Première ministre française Élisabeth Borne prononce un discours lors d'une session parlementaire axée sur la situation au Moyen-Orient pendant la guerre entre Israël et le Hamas, à l'Assemblée nationale française à Paris, le 23 octobre 2023. (Photo Bertrand GUAY, AFP)
La Première ministre française Élisabeth Borne prononce un discours lors d'une session parlementaire axée sur la situation au Moyen-Orient pendant la guerre entre Israël et le Hamas, à l'Assemblée nationale française à Paris, le 23 octobre 2023. (Photo Bertrand GUAY, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 23 octobre 2023

Devant l'Assemblée, Elisabeth Borne appelle à une «trêve humanitaire» en Israël

  • La France appelle à une «trêve humanitaire» pour permettre la distribution d'aide dans la bande de Gaza
  • Emmanuel Macron est attendu mardi matin à Tel-Aviv

PARIS: A la veille d'une visite d'Emmanuel Macron en Israël, la Première ministre Elisabeth Borne a appelé lundi l'Etat hébreu à une "réponse juste" face au "terrorisme" du Hamas palestinien et demandé une "trêve humanitaire qui pourra mener à un cessez-le-feu", devant une Assemblée nationale électrisée par les positions de La France insoumise.

Après avoir de nouveau dénoncé les massacres et atrocités commis par le Hamas le 7 octobre en Israël, "une attaque terroriste barbare", la cheffe du gouvernement a adressé un message aux Palestiniens et au monde arabe.

La France appelle à une "trêve humanitaire" pour permettre la distribution d'aide dans la bande de Gaza, qui "pourra mener à un cessez-le-feu", a-t-elle déclaré lors de ce débat spécial sur le Proche-Orient.

"Elle est l'amie d'Israël, l'amie des Palestiniens et elle est l'amie des pays arabes de la région. C'est une position indépendante que nous avons toujours assumée (...), qui nous donne un rôle pivot pour aider à tracer le chemin de la paix", a dit Mme Borne, voulant tordre le coup aux accusations d'"indignations sélectives" émanant d'une partie de la gauche.

Devant un hémicycle clairsemé, elle a également appelé Israël à "ne pas tomber dans le piège du Hamas" et à fournir une "réponse juste" face au "terrorisme".

Emmanuel Macron est attendu mardi matin à Tel-Aviv, plus de deux semaines après ces événements qui ont déclenché une nouvelle guerre entre Israël et le Hamas. Il doit notamment y rencontrer le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.

Devant les parlementaires, Mme Borne a estimé que "minimiser, justifier voire absoudre le terrorisme, c'est accepter qu'il frappe à nouveau demain, en Israël, en France ou partout ailleurs".

"Nous ne devons faire preuve d'aucune ambiguïté face à de tels crimes", a-t-elle encore martelé, alors que La France insoumise est fortement critiquée pour n'avoir pas qualifié le Hamas de "terroriste".

Applaudie sur tous les bancs, sauf ceux de LFI, elle a fait part de son "soutien" à la présidente de l'Assemblée Yaël Braun-Pivet et dénoncé les "accusations ignobles" à son encontre. Dimanche, le leader insoumis Jean-Luc Mélenchon avait accusé Mme Braun-Pivet d'"encourager le massacre" à Gaza en se rendant en Israël.

Après la Première ministre, la présidente du groupe insoumis Mathilde Panot a exhorté la France à "peser de tout son poids pour permettre l'adoption d'une résolution exigeant un cessez-le-feu pour arrêter cette escalade meurtrière".

"Dites-le à vos amis du Hamas", lui a répliqué un député de la majorité, tandis que fusait également l'accusation de "collabo" à l'encontre de LFI.

"Etat aligné" 

Mme Panot a dénoncé une France "devenue un État aligné, (...) sur les États-Unis et sur le gouvernement israélien va-t-en-guerre d'extrême droite".

"On ne demande pas à des terroristes de cesser le feu mais de déposer les armes et de libérer les otages", lui a rétorqué la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen.

La leader d'extrême-droite a cependant dénoncé "le délitement" de la diplomatie française sous la présidence d'Emmanuel Macron. Elle a défendu le "droit à se défendre" d'Israël qui n'est cependant "pas inconditionnel" et jugé tout aussi "légitime" la "protection de la population civile de Gaza".

Le leader communiste Fabien Roussel a demandé que "la France appelle à un cessez-le-feu immédiat et condamne, sans réserve, l'opération vengeresse qui a cours dans la bande de Gaza". Même appel au cessez-le-feu de la part du chef des députés socialistes Boris Vallaud, qui a réclamé en outre "la levée du blocus total de Gaza, cruel, inhumain et illégal".

Pour la présidente du groupe écologiste Cyrielle Chatelain, "le droit à la légitime défense" d'Israël "ne justifie pas de commettre des crimes de guerre".

L'oratrice de LR, Michèle Tabarot, a de son côté reproché au gouvernement de donner le sentiment d'être "hésitant", en votant aux Nations-Unies une "résolution qui ne rappelle même pas le droit d'Israël à se défendre". Elle a souhaité que la France "suspend(e) les aides au développement" pour les Palestiniens "comme l'ont fait la Suède, le Danemark, l'Allemagne et l'Autriche".

Le président (MoDem) de la Commission des affaires étrangères ,Jean-Louis Bourlanges, a mis en garde contre le "risque d'une escalade incontrôlée pouvant conduire à un embrasement général" et contre un "anéantissement massif des populations civiles, utilisées par les uns comme des boucliers humains et par les autres comme l'exutoire d'une tentation de vengeance, pour reprendre l'expression préoccupante du Premier ministre israélien".

Il a été applaudi par la gauche debout, mais vivement critiqué par le député LR Meyer Habib, proche de Benjamin Netanyahu.


Ukraine: Gabriel Attal évoque «les troupes de Poutine» en visant Marine Le Pen

«Emmanuel Macron a franchi une étape supplémentaire vers la belligérance, faisant planer un risque existentiel sur 70 millions de Français, et plus particulièrement sur nos forces armées déjà déployées à l'est de l'Europe», a-t-elle jugé (Photo, AFP).
«Emmanuel Macron a franchi une étape supplémentaire vers la belligérance, faisant planer un risque existentiel sur 70 millions de Français, et plus particulièrement sur nos forces armées déjà déployées à l'est de l'Europe», a-t-elle jugé (Photo, AFP).
Short Url
  • Gabriel Attal a jugé mardi qu'il y avait «lieu de se demander si les troupes de Vladimir Poutine (n'étaient) pas déjà dans notre pays», visant nommément Marine Le Pen
  • «Si nous vous avions écouté à l'époque, nous n'aurions pas accompagné les Ukrainiens face à cette agression», a-t-il ajouté

PARIS: Le premier ministre Gabriel Attal a jugé mardi qu'il y avait "lieu de se demander si les troupes de Vladimir Poutine (n'étaient) pas déjà dans notre pays", visant nommément Marine Le Pen, dans une passe d'armes tendue avec la leader du RN à l'Assemblée nationale.

La députée du Pas-de-Calais a interpellé le chef du gouvernement à propos des déclarations de lundi soir d'Emmanuel Macron, qui avait indiqué ne pas exclure l'hypothèse d'un envoi de troupes occidentales en Ukraine.

"Emmanuel Macron a franchi une étape supplémentaire vers la belligérance, faisant planer un risque existentiel sur 70 millions de Français, et plus particulièrement sur nos forces armées déjà déployées à l'est de l'Europe", a-t-elle jugé.

"On me dit que c'est dans l'intérêt de l'humanité. Mais quel est donc ce droit divin qui a fait de la France le soldat de toutes les justes causes dans le monde, alors que le seul empire mondial existant, les États-Unis, s'y refuse à leur endroit?", a-t-elle ironisé.

"Vous attendiez la première occasion pour rappeler les vrais fidélités qui sont les vôtres" et "montrer le vrai visage qui est le votre", a rétorqué le Premier ministre.

Il a estimé que "quand on lit les enquêtes qui sont réalisées", comme celle du Washington Post le 30 décembre dernier accusant le RN de liens persistants avec Moscou en vue d'affaiblir le soutien à l'Ukraine, "il y a lieu de se demander si les troupes de Vladimir Poutine ne sont pas déjà dans notre pays".

"Je parle de vous et de vos troupes, Mme Le Pen", a-t-il encore asséné.

"Si nous vous avions écouté à l'époque, nous n'aurions pas accompagné les Ukrainiens face à cette agression", a-t-il ajouté, jugeant que "le Kremlin mise sur l'oubli et la complaisance de ceux qui l'ont soutenu, défendu, voire idolâtré".

"Quand on regarde les positions qui sont les vôtres, qui ont été les vôtres, vous défendiez une alliance militaire avec la Russie", et ce "il y a seulement deux ans: c'était dans votre programme pour l'élection présidentielle", a-t-il fait observer.

Et d'ajouter: "Si vous aviez été élue en 2022, on serait en train de fournir des armes à la Russie pour écraser les Ukrainiens, c'est ça la réalité".


Ukraine: L'Elysée annonce un débat au Parlement après la polémique sur l'envoi de troupes

Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence de presse à l'issue de la conférence internationale visant à renforcer le soutien occidental à l'Ukraine, à l'Elysée à Paris (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence de presse à l'issue de la conférence internationale visant à renforcer le soutien occidental à l'Ukraine, à l'Elysée à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs alliés européens de la France ont rejeté l'idée de déployer des soldats en Ukraine
  • Cet accord de sécurité «inscrit notre soutien à l'Ukraine dans la durée pour faire échec à la guerre d'agression de la Russie»

PARIS: L'Elysée a annoncé mardi qu'un débat et un vote auraient lieu au Parlement sur la question du soutien à Kiev, au lendemain de déclarations d'Emmanuel Macron fustigées par les oppositions, car n'excluant pas l'hypothèse d'un envoi de troupes occidentales en Ukraine.

Dans un communiqué, la présidence a indiqué que le chef de l'Etat avait demandé au gouvernement de faire devant le Parlement une déclaration "relative à l'accord bilatéral de sécurité conclu avec l'Ukraine" le 16 février, suivie d'un débat et d'un vote.

Cet accord de sécurité "inscrit notre soutien à l'Ukraine dans la durée pour faire échec à la guerre d'agression de la Russie", rappelle l'Élysée qui ne précise pas la date du débat parlementaire, décidé au titre de l'article 50-1 de la Constitution.

Cette annonce intervient au lendemain de déclarations décriées d'Emmanuel Macron. A l'issue d'une conférence internationale de soutien à l'Ukraine à Paris, le chef de l'Etat avait dit lundi qu'"il n'y a pas de consensus aujourd'hui pour envoyer de manière officielle, assumée et endossée des troupes au sol".

"Mais en dynamique, rien ne doit être exclu", avait-il ajouté, en assumant une "ambiguïté stratégique".

Ces déclarations ont été vivement critiquées par les oppositions, de LFI au RN, qui réclamaient un débat au Parlement, avant la publication du communiqué de l'Elysée.

Plusieurs alliés européens de la France ont également rejeté l'idée de déployer des soldats en Ukraine.

 


Pour près de 40% des forces de l'ordre, les contrôles d'identité sont «peu ou pas efficaces»

Un policier municipal contrôle un homme à Nantes, dans l'ouest de la France, le 21 février 2024 (Photo, AFP).
Un policier municipal contrôle un homme à Nantes, dans l'ouest de la France, le 21 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les contrôles d'identité, estimés à près de 47 millions par an selon la Cour des comptes, sont peu voire pas efficaces
  • La majorité des policiers et gendarmes considère par ailleurs que mener à bien leur mission est prioritaire sur le respect de la loi

PARIS: Le débat sur l'efficacité des contrôles d'identité se poursuit: une part significative de gendarmes et policiers les jugent peu ou pas efficaces pour garantir la sécurité d'un territoire, selon une étude du Défenseur des droits publiée mardi.

Les contrôles d'identité, estimés à près de 47 millions par an selon la Cour des comptes, sont peu voire pas efficaces pour garantir la sécurité d'un territoire pour 39,2% des gendarmes et policiers interrogés, montre l'étude confiée à des chercheurs du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP).

Concernant les pratiques professionnelles, les réponses sont contrastées: si l'usage de la force pour obtenir des aveux est réprouvé dans plus de 9 cas sur 10, près de 6 répondants sur 10 (59,8%) estiment que, dans certains cas, le recours à plus de force que ce qui est prévu dans les textes devrait être toléré.

La majorité des policiers et gendarmes considère par ailleurs que mener à bien leur mission est prioritaire sur le respect de la loi (51,8% contre 45,2%).

La formation continue reste un problème selon une part significative des forces de l'ordre interrogées. Une faible minorité de gendarmes et de policiers (respectivement 12% et 5,5%) ont bénéficié de formation dans l'année écoulée sur la désescalade de la violence.

De la même manière, près de la moitié des agents (45,7%) se dit insuffisamment formée aux droits des citoyens. Ils sont 66,6% à avoir étudié le droit des mineurs, 53,5% le droit de la non-discrimination, 28,8% le droit des réfugiés et des étrangers et 20,1% les droits économiques et sociaux.

«Enquête à charge»

Face à ces résultats, la Défenseure des droits Claire Hédon invite les pouvoirs publics et institutions concernées à mettre en œuvre les recommandations qu'elle a formulées à de nombreuses reprises, comme "renforcer la formation initiale et continue des policiers et des gendarmes" et "mettre en place un dispositif d'évaluation de la pratique des contrôles d'identité, de leur efficacité et de leur impact sur les relations avec la population".

L'institution réclame de longue date la traçabilité des contrôles d’identité. La Défenseure des droits avait d'ailleurs saisi la Cour des comptes pour qu'elle engage une étude sur les conditions de leur pratique.

Les magistrats de la Cour avaient souligné que le recours "massif" aux contrôles d'identité, dont les objectifs sont "peu définis" auprès d'agents insuffisamment formés, était porteur de "dérives".

Le syndicat Alternative police CFDT a regretté "une enquête à charge, partiale et orientée contre la police nationale", conduite "dans le seul but du projet de la Défenseure des droits pour la création d'un récépissé d'un contrôle d'identité".

"On est contre une sorte de récépissé pour les contrôles. C'est alourdir le travail des forces de l'ordre, mettre en doute leur déontologie, leur professionnalisme. Si 40% des policiers et gendarmes les jugent peu ou pas efficaces, 60% pensent qu'ils le sont. C'est une majorité confortable", a réagi auprès de l'AFP Eric Henry, délégué national Alliance, un des principaux syndicats de policiers.

"Publier une étude comme celle-ci en donnant le sentiment à l'opinion publique qu'il faudrait abolir le contrôle d'identité, ce n'est pas très honnête de la part de l'institution", a estimé Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat de police Unité SGP-FO, regrettant un échantillonnage "pas représentatif" dans la méthodologie du rapport.

L'enquête repose sur un échantillon de 976 gendarmes et 655 policiers répartis sur sept départements: trois en région parisienne (Yvelines, Essonne, Val-d'Oise) et quatre en région Auvergne-Rhône-Alpes (Cantal, Isère, Loire, Rhône). Les effectifs de police et de gendarmerie comptent quelque 250.000 membres en France.