Le célèbre réalisateur égyptien optimiste pour l'avenir du cinéma saoudien

Le célèbre réalisateur égyptien Khairy Beshara a joué un rôle important dans de nombreuses vies saoudiennes, en particulier pour ceux qui ont grandi dans les années 1980 et 1990 (Une photo de Huda Bashatah)
Le célèbre réalisateur égyptien Khairy Beshara a joué un rôle important dans de nombreuses vies saoudiennes, en particulier pour ceux qui ont grandi dans les années 1980 et 1990 (Une photo de Huda Bashatah)
Short Url
Publié le Mercredi 23 décembre 2020

Le célèbre réalisateur égyptien optimiste pour l'avenir du cinéma saoudien

  • Khairy Beshara souligne que le cinéma saoudien a fait un bond avec la nouvelle génération de réalisateurs qui créent des films exceptionnels et courageux, au niveau artistique élevé
  • Khairy Beshara travaille sur un nouveau roman et un nouveau film inspirés par un Chinois analphabète qui a déménagé en Égypte en 1937

DJEDDAH: Le célèbre réalisateur égyptien Khairy Beshara a joué un rôle important dans de nombreuses vies saoudiennes, en particulier pour ceux qui ont grandi dans les années 1980 et 1990, et il ne pourrait pas être plus heureux quand il voit leur amour et leur soutien. 

Dans ses efforts pour promouvoir le cinéma dans le Royaume, le Festival international du film de la mer Rouge projette des restaurations des films préférés du réalisateur dans les salles à travers le Royaume. Khairy Beshara a été touché par le geste: «Je suis très reconnaissant au talentueux réalisateur Mahmoud Sabbagh, qui a eu l’idée de restaurer mes films.» 

Il témoigne de sa surprise de voir toutes les séances afficher complet, en particulier avec certaines projections commençant tard dans la nuit. «L'Arabie saoudite et mon public ici me sont très chers. En toute honnêteté, je suis très reconnaissant de voir huit de mes films restaurés et rediffusés pour le public, dont cinq à Djeddah, Riyad et Dhahran.» 

Les longs-métrages choisis incluent The Collar and the Bracelet, Bitter Day, Sweet Day, Ice Cream in Gleam, Abracadabra America, et Traffic Light.  

Le célèbre réalisateur a visité le Royaume pour la dernière fois il y a quinze ans, et il a remarqué l'étonnante transformation qui a eu lieu depuis. «Je ne peux rien reconnaître sauf le vieux Djeddah. Il est resté dans ma mémoire lorsque je suis allé filmer la région pour le plaisir», déclare-t-il. 

Sa visite comprenait un séminaire organisé par le festival du film intitulé «Renouveler le cinéma à travers des intrigues, des histoires et des performances», où il a parlé de sa carrière, de ses défis et de son aspiration à convaincre l'actrice égyptienne Sherihan de jouer dans l'une de ses œuvres. «La classe de maître était incroyable. J'étais en grande forme et l'ambiance était bonne. C'était spontané et des questions émanaient du public. Il y a eu des questions vraiment intéressantes de l'hôte, Antoine Khalifa. Il est intelligent et connaît parfaitement ma carrière dans son ensemble, ce qui en fait l'un de mes événements les plus réussis», précise Khairy Beshara. 

Il souligne que le cinéma saoudien a fait un bond avec la nouvelle génération de réalisateurs qui créent des films exceptionnels et courageux, au niveau artistique élevé. «Ces films sont visionnés dans des festivals internationaux et gagnent en reconnaissance, sinon en récompenses. L'industrie cinématographique est en mouvement et c'est très prometteur», déclare-t-il. «Nous n'étions pas habitués à parler de choses réelles et de luttes basées sur la réalité sociale de nos pays. En conséquence, en raison des changements sociaux et culturels en Arabie saoudite, les films présentés ont désormais le courage d’aborder des sujets qui n'ont jamais été discutés, ce qui est très positif.» 

Le réalisateur estime que des lignes directrices flexibles en matière de censure – sans toutefois éliminer complètement cette dernière – permettent un contenu qui critique et dépeint des problèmes de société. «Cela représente un grand effort de sensibiliser et d’aider à son tour les sociétés à surmonter les luttes en cours et à avancer, ce à quoi sert l'art. L'art existe pour éclairer et illuminer. Au fur et à mesure que vous élargissez les marges de créativité, vous êtes obligé de voir des résultats fructueux et étonnants», indique-t-il. 

Khairy Beshara a visité l’université Effat de Djeddah pour étudier le travail des étudiants dans le cadre de ses activités au Festival du film de la mer Rouge. Il révèle qu’il a vu des œuvres prometteuses à partir de scripts, de postproductions et de films achevés. Il ajoute qu'il est strict et honnête avec les œuvres qui, selon lui, ne sont pas à la hauteur de ses normes. «Peut-être qu’en donnant mon opinion de façon aussi dure, cela peut profiter aux jeunes qui cherchent encore leur chemin. Ce n’est pas la fin du monde quand on vous dit que vous êtes nul.» 

Pour atténuer ses propos, le réalisateur a parlé aux cinéastes novices d'Effat de certains des pires étudiants qu’il ait eus à l'université. Beaucoup sont désormais des stars majeures, dont Marwan Hamed, Ahmed Alaa Al-Deeb et Hala Lotfy. 

«Si vous échouez ou vivez une expérience infructueuse, vous apprenez. J'ai du mal à donner des conseils ouverts, car chaque expérience est différente, mais nous regardons tous des films, et ce serait insensé si vous faisiez un film terrible et que ça ne puisse pas être dit, il y a des exemples tout autour de nous dans des productions internationales ou locales.» 

Le conseil du réalisateur est d’avoir une réflexion personnelle et de se demander: «Quelle est ma lacune? Que me manque-t-il? Comment puis-je m’améliorer ? Où vais-je avec cette histoire?» 

Il travaille sur un nouveau roman et un nouveau film inspirés par un Chinois analphabète qui a déménagé en Égypte en 1937 depuis un village du Shandong, avant d’y mourir en 1994. L'homme devient l'un des plus vénérés propriétaires de ventes aux enchères d'antiquités et d'objets, tout en ouvrant également la deuxième plus importante franchise de restaurants chinois en Égypte. 

«C'est une histoire très touchante pour moi, car j'ai rencontré cet homme, et son fils est un de mes très chers amis», souligne Khairy Beshara, qui a terminé le scénario pour le film et travaille à finir le roman qui sera publié l'année prochaine. 

Khairy Beshara est né à Tanta en 1947. Il a fréquenté l'Institut supérieur égyptien du cinéma en 1976 et a obtenu une bourse de deux ans à l'Institut du cinéma en Pologne. Dans les années 1980, il a dirigé le mouvement «néoréaliste» dans les films égyptiens et introduit les films folkloriques fantastiques dans le cinéma arabe. 

Le Festival du film de la mer Rouge devait démarrer en mars, mais il a été reporté en raison de la pandémie. Il est géré par la Fondation du festival du film de la mer, la première organisation saoudienne à but non lucratif ayant pour mandat officiel de promouvoir la culture cinématographique, et de renforcer l'industrie. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com 


L'engin lunaire japonais SLIM s'est rallumé, après deux semaines de repos forcé

Cette photo publiée le 25 janvier 2024 par l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA) montre une image de la surface lunaire prise et transmise par LEV-2 «SORA-Q» le robot lunaire transformable, installé sur le module lunaire de la société privée pour la mission Smart Lander for Investigating Moon (SLIM), après son atterrissage sur la Lune le 20 janvier (Photo, JAXA/AFP).
Cette photo publiée le 25 janvier 2024 par l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA) montre une image de la surface lunaire prise et transmise par LEV-2 «SORA-Q» le robot lunaire transformable, installé sur le module lunaire de la société privée pour la mission Smart Lander for Investigating Moon (SLIM), après son atterrissage sur la Lune le 20 janvier (Photo, JAXA/AFP).
Short Url
  • La sonde japonaise SLIM, posée sur la Lune depuis fin janvier, est de nouveau activée après avoir survécu à deux semaines de rigoureuse nuit lunaire
  • Le module SLIM a réussi le 20 janvier dernier un alunissage à 55 m de sa cible initiale, soit un très haut degré de précision

TOKYO: La sonde japonaise SLIM, posée sur la Lune depuis fin janvier, est de nouveau activée après avoir survécu à deux semaines de rigoureuse nuit lunaire, a annoncé lundi l'agence spatiale japonaise Jaxa.

"La nuit dernière, une commande a été envoyée à SLIM et une réponse a été reçue, confirmant que l'engin a survécu à la nuit lunaire et a gardé sa capacité de communication!", a déclaré avec enthousiasme la Jaxa sur X (anciennement Twitter).

Les communications ont été "interrompues peu de temps après, car c'était encore la mi-journée lunaire et la température des équipements de communication était très élevée", a précisé la Jaxa.

"Des préparatifs sont en cours pour reprendre les opérations lorsque les températures des instruments auront suffisamment refroidi", a ajouté l'agence spatiale.

Le module SLIM (Smart Lander for Investigating Moon) a réussi le 20 janvier dernier un alunissage à 55 m de sa cible initiale, soit un très haut degré de précision, faisant du Japon le cinquième pays à réussir à se poser sur le satellite naturel de la Terre après les Etats-Unis, l'URSS, la Chine et l'Inde.

Mais en raison d'un problème moteur dans les dernières dizaines de mètres de sa descente, SLIM s'était posé de manière inclinée et ses cellules photovoltaïques orientées vers l'ouest ne recevaient pas la lumière du soleil.

SLIM a aluni dans un petit cratère de moins de 300 mètres de diamètre, appelé Shioli. Avant d'être éteint, l'engin avait pu débarquer normalement ses deux mini-rovers, censés mener des analyses de roches provenant de la structure interne de la Lune (le manteau lunaire), encore très mal connue.

Nouvelle ruée vers la Lune

Plus de 50 ans après que son sol a été foulé pour la première fois par des humains - les Américains en 1969 - la Lune refait l'objet d'une course mondiale.

Le programme américain Artémis prévoit de renvoyer des astronautes sur la Lune, un projet récemment reporté à septembre 2026, avec à plus long terme la construction d'une base permanente sur place. La Chine a des projets concurrents similaires.

Les deux premières tentatives d'alunissage du Japon avaient mal tourné. En 2022, une sonde de la Jaxa, Omotenashi, embarquée à bord de la mission américaine Artémis 1, avait connu une défaillance fatale de ses batteries peu après son éjection dans l'espace.

Et l'an dernier, un alunisseur de la jeune entreprise privée japonaise ispace s'était écrasé à la surface de la Lune, ayant raté l'étape cruciale de la descente en douceur.

La semaine dernière, les Etats-Unis sont revenus sur la Lune pour la première fois depuis plus de 50 ans, avec la sonde d'une société privée américaine, Intuitive Machines.

L'entreprise a annoncé que sa sonde était probablement allongée sur un côté, mais que des données scientifiques et images devraient malgré tout pouvoir être récupérées.

Atteindre la Lune reste un immense défi technologique, même pour les grandes puissances spatiales: une autre entreprise privée américaine, Astrobotic, également sous contrat avec la Nasa, a échoué début janvier à poser son premier engin sur la Lune.


Un film sur la violence des colons israéliens remporte le prix du meilleur documentaire au Festival du film de Berlin

Le réalisateur israélien Yuval Abraham et le réalisateur palestinien Basel Adra sur scène après avoir reçu le prix du documentaire de la Berlinale pour « No Other Land » lors de la cérémonie de remise des prix de la 74e édition du Festival international du film de Berlin (Photo, AFP).
Le réalisateur israélien Yuval Abraham et le réalisateur palestinien Basel Adra sur scène après avoir reçu le prix du documentaire de la Berlinale pour « No Other Land » lors de la cérémonie de remise des prix de la 74e édition du Festival international du film de Berlin (Photo, AFP).
Short Url
  • «No Other Land» est une production israélo-palestinienne, dont l'activiste palestinien Basel Adra et le journaliste israélien Yuval Abraham sont les coréalisateurs
  • Il a exhorté l'Allemagne à « respecter les appels de l'ONU et à cesser d'envoyer des armes à Israël ».

DUBAΪ : Un film documentaire sur les luttes d'un village de Cisjordanie contre les colons israéliens a remporté le prix du film documentaire de la Berlinale au Festival du film de Berlin.

« No Other Land » est une production israélo-palestinienne, dont l'activiste palestinien Basel Adra et le journaliste israélien Yuval Abraham sont les coréalisateurs.

ds
« No Other Land » est une production israélo-palestinienne dont les coréalisateurs sont l'activiste palestinien Basel Adra et le journaliste israélien Yuval Abraham (Photo, Fournie).

« Je suis ici pour recevoir ce prix, mais il m'est très difficile de me réjouir alors que des dizaines de milliers de personnes de mon peuple sont massacrées par Israël à Gaza », a déclaré Basel Adra lors de la cérémonie de samedi.

Il a exhorté l'Allemagne à «respecter les appels de l'ONU et à cesser d'envoyer des armes à Israël».

Son coréalisateur, Abraham, a ajouté : « Je suis israélien, Basel est palestinien. Dans deux jours, nous retournerons sur une terre où nous ne sommes pas égaux... Cette situation d'apartheid entre nous, cette inégalité doit cesser ».

Le film « No Other Land » avait également remporté un prix du public.

Dans une précédente interview accordée à Variety, Adra avait déclaré : « Yuval et Rachel, qui sont israéliens, sont venus il y a cinq ans pour écrire sur des sujets - Yuval est journaliste - nous nous sommes rencontrés et nous sommes devenus amis, mais aussi activistes ensemble, en travaillant sur des articles concernant la région ». Il a ajouté : « Et puis nous avons eu l'idée de faire cela, de créer ce film. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Inauguration «officielle» de la Grande mosquée d'Alger

Cette photo montre la Grande mosquée d'Alger, également connue sous le nom de «Djamaâ El Djazaïr», à Alger le 27 octobre 2020 (Photo, AFP).
Cette photo montre la Grande mosquée d'Alger, également connue sous le nom de «Djamaâ El Djazaïr», à Alger le 27 octobre 2020 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a inauguré officiellement dimanche la Grande mosquée d'Alger, la troisième plus vaste au monde et la plus monumentale d'Afrique
  • Inaugurée en octobre 2020 en l'absence du président Tebboune alors atteint du Covid-19, «Djamaâ El Djazaïr» («La mosquée d'Alger») peut recevoir jusqu'à 120000 fidèles

ALGER: Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a inauguré officiellement dimanche la Grande mosquée d'Alger, la troisième plus vaste au monde et la plus monumentale d'Afrique, selon des images de la télévision algérienne.

Inaugurée en octobre 2020 en l'absence du président Tebboune alors atteint du Covid-19, "Djamaâ El Djazaïr" ("La mosquée d'Alger") peut recevoir jusqu'à 120.000 fidèles.

A l'architecture géométrique et étendue sur 27,75 hectares, "El Djazaïr" ne le cède en gigantisme qu'à la mosquée Al-Haram à La Mecque et à celle du Prophète à Médine, les deux principaux lieux saints de l'islam, en Arabie saoudite.

Son minaret, qui surplombe la célèbre baie d'Alger, est le plus haut au monde: il culmine à 267 mètres, soit 43 étages desservis par des ascenseurs panoramiques.

Méga-projet emblématique de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir par les manifestations du mouvement pro-démocratie Hirak, en avril 2019, sa construction avait suscité une vive polémique en particulier en raison de son coût.

Achevé en avril 2019, son chantier a duré plus de sept ans et a nécessité des investissements supérieurs à 750 millions d'euros.

Le mandat de M. Tebboune, élu en décembre 2019, à la présidence de l'Algérie, arrive à échéance en fin d'année et il n'a pas encore fait connaître ses intentions sur son éventuelle candidature à un deuxième mandat.