Gaza: l'agence palestinienne annonce la mort d'un de ses journalistes dans une frappe israélienne

Le caméraman palestinien Mohammed Alaloul pleure le corps de son fils tué lors d'une frappe israélienne sur le camp de réfugiés d'Al-Maghazi à Deir Balah, dans le centre de la bande de Gaza, à l'hôpital al-Quds de la même ville, le 5 novembre 2023. (Photo, AFP)
Le caméraman palestinien Mohammed Alaloul pleure le corps de son fils tué lors d'une frappe israélienne sur le camp de réfugiés d'Al-Maghazi à Deir Balah, dans le centre de la bande de Gaza, à l'hôpital al-Quds de la même ville, le 5 novembre 2023. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 07 novembre 2023

Gaza: l'agence palestinienne annonce la mort d'un de ses journalistes dans une frappe israélienne

  • Le journaliste, Mohammad Abou Hassira, a été tué dans "un bombardement israélien qui a visé sa maison près du port de pêche à l'ouest de la ville de Gaza", a indiqué l'agence
  • Selon elle, 42 membres de la famille du journaliste "dont ses enfants et ses frères" ont également péri dans la frappe

INDEFINI: L'agence de presse officielle palestinienne Wafa a annoncé mardi qu'un des ses journalistes à Gaza avait été tué dans une frappe israélienne.

Le journaliste, Mohammad Abou Hassira, a été tué dans "un bombardement israélien qui a visé sa maison près du port de pêche à l'ouest de la ville de Gaza", a indiqué l'agence.

Selon elle, 42 membres de la famille du journaliste "dont ses enfants et ses frères" ont également péri dans la frappe.

Selon le service de presse du gouvernement du Hamas à Gaza, ce bombardement a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi et le corps du journaliste a été extrait des décombres mardi matin.

Jeudi, la télévision officielle palestinienne a annoncé qu'un de ses correspondants dans la bande de Gaza, Mohammad Abou Hatab, avait été tué dans une frappe israélienne contre son appartement à Khan Younès, dans le sud du territoire

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a dénombré lundi au moins 36 journalistes et employés de médias (31 Palestiniens, 4 Israéliens, 1 Libanais) tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre.

La guerre a été déclenchée par des attaques du Hamas, au pouvoir à Gaza, sur le sol israélien, inédites par leur ampleur et leur violence, qui ont fait plus de 1.400 morts, en majorité des civils, selon les autorités israéliennes.

Le ministère de la Santé du Hamas a de son côté annoncé que les bombardements israéliens lancés en représailles dans la bande de Gaza ont tué plus de 10.000 personnes, également des civils dans leur immense majorité


Le bilan de l'incendie d'un immeuble au Koweït s'élève à quarante-neuf morts, selon le ministère de l'Intérieur

Les forces de police inspectent le bâtiment incendié abritant des travailleurs dans la ville de Mangaf, dans le gouvernorat d'Ahmadi, au sud du Koweït, le 12 juin 2024. (Reuters)
Les forces de police inspectent le bâtiment incendié abritant des travailleurs dans la ville de Mangaf, dans le gouvernorat d'Ahmadi, au sud du Koweït, le 12 juin 2024. (Reuters)
Short Url
  • Le propriétaire du bâtiment touché a été arrêté en attendant la conclusion de l’enquête
  • La municipalité a reçu l'ordre de démolir, dès aujourd’hui, les bâtiments non conformes aux normes de sécurité, sans prévenir les contrevenants

KOWEÏT: Au moins quarante-neuf personnes ont péri dans un incendie qui a ravagé, mercredi, un immeuble abritant des travailleurs dans la ville de Mangaf, dans le gouvernorat d'Ahmadi, au sud du Koweït, selon le ministère koweïtien de l'Intérieur.

Dans une déclaration, l'émir du Koweït, le cheikh Mechal al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, a ordonné une enquête sur les causes de l'incendie et il s’est engagé à traduire en justice les personnes responsables.

Le propriétaire du bâtiment touché a été arrêté en attendant la conclusion de l’enquête, selon le vice-Premier ministre, ministre de la Défense et ministre de l'Intérieur par intérim, cheikh Fahad Youssef Saoud al-Sabah.

«Nous allons nous pencher sur la question de la surpopulation des travailleurs et de la négligence», a déclaré M. Al-Sabah dans un communiqué publié par l'agence de presse koweïtienne (Kuna).

À la suite de l'incendie dévastateur, la municipalité a également reçu l'ordre de démolir, dès aujourd’hui, les bâtiments non conformes aux normes de sécurité, sans prévenir les contrevenants.

Selon Kuna, au moins quarante-trois personnes ont été hospitalisées à cause de l'incendie. Les autorités ont déclaré avoir contenu le feu, soulignant qu’elles étaient en train d'enquêter sur l’origine de l’incendie.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


«Préparez-vous à pleurer», lance le Hezbollah à Israël à la suite de l'assassinat d’un haut commandant du parti

Le 12 juin 2024, Hachem Safieddine, haut responsable du Hezbollah, s'est adressé aux personnes endeuillées lors des funérailles de Taleb Sami Abdallah, également connu sous le nom d'Abou Taleb, dans la banlieue sud de Beyrouth (AFP).
Le 12 juin 2024, Hachem Safieddine, haut responsable du Hezbollah, s'est adressé aux personnes endeuillées lors des funérailles de Taleb Sami Abdallah, également connu sous le nom d'Abou Taleb, dans la banlieue sud de Beyrouth (AFP).
Des pompiers israéliens éteignent les flammes dans un champ après que des roquettes tirées depuis le Sud-Liban ont atterri dans la région de Banias, sur le plateau du Golan annexé par Israël. Pendant ce temps, les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah s’affrontent violemment à la frontière. (Dossier/AFP)
Des pompiers israéliens éteignent les flammes dans un champ après que des roquettes tirées depuis le Sud-Liban ont atterri dans la région de Banias, sur le plateau du Golan annexé par Israël. Pendant ce temps, les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah s’affrontent violemment à la frontière. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Le Hezbollah identifie le commandant assassiné comme étant Taleb Sami Abdallah, également connu sous le nom «Abou Taleb», né en 1969
  • En représailles, le Hezbollah a riposté en ciblant des sites militaires en profondeur du territoire israélien, en lançant des salves de roquettes qui ont atteint Tibériade pour la première fois

BEYROUTH: Le Hezbollah a lancé une salve de roquettes sur Israël mercredi, promettant d'intensifier ses attaques en représailles à une frappe israélienne qui a tué un haut commandant du Hezbollah sur le terrain.

Alors que le conflit à la frontière sud s'intensifiait de manière alarmante, un dirigeant du Hezbollah a averti l'armée israélienne qu'elle devrait «se préparer à pleurer et à se lamenter».

Cette escalade dramatique fait suite à une frappe israélienne tard mardi dans le village de Jouaiyya, dans le sud du Liban, qui a tué Taleb Sami Abdallah, 55 ans, un haut commandant de terrain et le plus haut responsable du Hezbollah à avoir été tué en huit mois de combats.

Trois autres combattants du Hezbollah ont également été tués lors de cette frappe qui, selon Israël, a visé un centre de commandement et de contrôle.

En représailles, le Hezbollah a riposté en ciblant des sites militaires en profondeur du territoire israélien, en lançant des salves de roquettes qui ont atteint Tibériade pour la première fois

La radio de l'armée israélienne a rapporté que «170 obus et roquettes ont été tirés du Liban vers le nord d'Israël, à midi».

Le Hezbollah a rendu hommage à Abdallah en tant que «moudjahid et leader». Ses funérailles ont eu lieu dans la banlieue sud de Beyrouth, son cercueil recouvert du drapeau du Hezbollah.

hezbollah
Le Hezbollah identifie le commandant assassiné comme étant Taleb Sami Abdallah, également connu sous le nom «Abou Taleb» (Bureau de presse militaire du Hezbollah/AFP)

Au cours de son discours, Sayyed Hachem Safieddine, chef du conseil exécutif du Hezbollah, a déclaré: «En réponse au martyre de Taleb Sami Abdallah, nous allons intensifier nos opérations en termes de sévérité, de quantité et de qualité. L'ennemi doit se préparer à nous affronter sur le champ de bataille. Si l'armée israélienne crie et gémit déjà sous l’impact de nos frappes dans le nord de la Palestine, elle devrait se préparer à pleurer et à se lamenter encore davantage».

Le Hamas et le Djihad islamique ont également rendu hommage à Abdallah, tout comme les brigades de Sayyed al-Chouhada, une faction irakienne affiliée à la résistance islamique en Irak, en affirmant que le commandant du Hezbollah tué était «un camarade de Qassem Soleimani, le commandant de la Force Al-Qods au sein du Corps des gardiens de la révolution iranienne».

Mercredi matin, le Hezbollah a ciblé le site de Rwaysat al-Qarn dans les fermes de Chebaa avec des roquettes, et également le site de Ramtha dans les collines de Kfarchouba. Plus tard dans la journée, il a visé des soldats israéliens sur le site de Malkiyah avec des tirs d'artillerie.

La radio de l'armée israélienne a déclaré: «C'est la première fois que les sirènes d'alarme retentissent à Tibériade depuis octobre», tandis que les médias israéliens ont diffusé une vidéo montrant des roquettes tombant sur une base militaire à Tibériade pour la première fois.

Les sirènes ont retenti après qu'une autre salve de roquettes a atterri près de la base aérienne israélienne de Meron, en Haute Galilée.

Cette escalade rapide a conduit le Premier ministre sortant, Najib Mikati, à appeler à des négociations diplomatiques élargies avec l'Union européenne (UE), sous l’égide de l'ambassadrice de l'UE au Liban, Sandra De Waele.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Une attaque houthie endommage un navire commercial en mer Rouge

Un "navire de surface sans pilote" des Houthis a frappé le M/V Tutor, un navire battant pavillon libérien, "de propriété grecque" et qui avait "accosté récemment en Russie", a souligné le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom). (AFP)
Un "navire de surface sans pilote" des Houthis a frappé le M/V Tutor, un navire battant pavillon libérien, "de propriété grecque" et qui avait "accosté récemment en Russie", a souligné le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom). (AFP)
Short Url
  • Cette frappe a "provoqué de graves inondations et des dommages à la salle des machines", a ajouté le Centcom, disant par ailleurs avoir détruit trois missiles anti-navires et un drone des Houthis au cours des dernières 24 heures
  • Le navire a été touché à environ 68 milles nautiques (125 km) au sud-ouest de Hodeida, port tenu par les rebelles dans l'ouest du Yémen, selon Ambrey

DUBAI: Les rebelles yéménites Houthis ont revendiqué mercredi soir une attaque en mer Rouge contre un navire commercial de propriété grecque, qui a "provoqué de graves inondations" et des dégâts à bord selon l'armée américaine.

Dans un communiqué, les Houthis ont dit avoir mené une "opération militaire ciblant le navire Tutor en mer Rouge, en utilisant un drone maritime, des drones aériens et des missiles balistiques".

Plus tôt, la société de sécurité Ambrey et l'agence de sécurité maritime britannique UKMTO avaient indiqué qu'un navire marchand avait lancé un appel de détresse mercredi après avoir été touché en mer Rouge, au large du Yémen.

Un "navire de surface sans pilote" des Houthis a frappé le M/V Tutor, un navire battant pavillon libérien, "de propriété grecque" et qui avait "accosté récemment en Russie", a souligné le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

Cette frappe a "provoqué de graves inondations et des dommages à la salle des machines", a ajouté le Centcom, disant par ailleurs avoir détruit trois missiles anti-navires et un drone des Houthis au cours des dernières 24 heures.

Le navire a été touché à environ 68 milles nautiques (125 km) au sud-ouest de Hodeida, port tenu par les rebelles dans l'ouest du Yémen, selon Ambrey.

La société a estimé dans un communiqué, sans donner plus de détails, que "le navire correspond au profil des cibles (généralement visées) par les Houthis", qui affirment mener une campagne en "solidarité" avec les Palestiniens de la bande de Gaza.

Le UKMTO a précisé que le navire Tutor, un vraquier battant pavillon du Liberia selon différents sites spécialisés dans le trafic maritime, avait été touché par un engin de "couleur blanche et de cinq à sept mètres de long".

"Le navire a pris l'eau et n'est plus sous le contrôle de l'équipage", a indiqué l'agence britannique en citant le capitaine du navire.

Elle a ajouté que le navire avait été "touché une seconde fois par un projectile aérien non identifié" et que les autorités militaires apportaient leur aide au bateau.

Des dizaines de frappes

Cet incident survient dans un contexte marqué par des attaques à répétition lancées depuis novembre par ces rebelles contre des navires marchands en mer Rouge et dans le golfe d'Aden.

Au pouvoir dans une bonne partie du Yémen en guerre depuis leur prise de la capitale Sanaa en 2014, ces alliés de l'Iran disent agir en "solidarité" avec les Palestiniens de la bande de Gaza, où Israël mène une guerre contre le Hamas après l'attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien.

Depuis novembre, les rebelles yéménites ont lancé plusieurs dizaines de frappes de drones et de missiles contre des navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden, perturbant le commerce maritime mondial dans cette zone stratégique.

Les Houthis disent cibler les embarcations liées à Israël. Dans le cas du Tutor, ce "navire a été ciblé car la compagnie qui en est le propriétaire a violé" l'avertissement des rebelles visant les embarcations "accostant dans les ports" d'Israël.

En réaction aux attaques des Houthis, les Etats-Unis ont mis en place en décembre une force multinationale pour protéger la navigation en mer Rouge et lancé, avec l'aide du Royaume-Uni, des frappes au Yémen contre les rebelles.