Marche contre l'antisémitisme: des responsables chrétiens attendus, peu de musulmans

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet et son homologue du Sénat Gérard Larcher posent avant une interview sur le plateau de la chaîne de télévision française TF1 à Boulogne-Billancourt, près de Paris, le 8 novembre 2023 (Photo de Ludovic MARIN / AFP).
La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet et son homologue du Sénat Gérard Larcher posent avant une interview sur le plateau de la chaîne de télévision française TF1 à Boulogne-Billancourt, près de Paris, le 8 novembre 2023 (Photo de Ludovic MARIN / AFP).
Short Url
Publié le Samedi 11 novembre 2023

Marche contre l'antisémitisme: des responsables chrétiens attendus, peu de musulmans

  • "La Grande mosquée ne participera pas à la marche prévue dimanche prochain contre l'antisémitisme", a affirmé vendredi l'imam de la Grande mosquée de Paris Abdennour Tahraoui
  • Mercredi déjà le Conseil français du culte musulman (CFCM) avait estimé que "cette marche qui a comme objectif exclusif de dénoncer l'antisémitisme sans un mot sur l'islamophobie n’est malheureusement pas de nature à rassembler"

PARIS: Plusieurs imams ou organes musulmans ont affirmé qu'ils ne participeraient pas dimanche à la marche contre l'antisémitisme, regrettant qu'elle se tienne "sans un mot sur l'islamophobie", mais de nombreux responsables catholiques et protestants seront présents.

"La Grande mosquée ne participera pas à la marche prévue dimanche prochain contre l'antisémitisme", a affirmé vendredi l'imam de la Grande mosquée de Paris Abdennour Tahraoui lors de son prêche devant les fidèles.

"Pouvons nous faire la même marche pour (les actes) anti-musulmans ?" s'est-il interrogé, en déplorant "le silence glacial de la société française, qui est notre pays d'accueil et notre patrie".

"Nous ne sommes pas antisémites, c'est la stricte vérité", a-t-il ajouté, avant de s'interroger: "Pourquoi ce que nous disons ou faisons est-il perçu comme une agression, une intrusion ou un non-respect des lois de la République, tandis que si un autre insulte ou incite à la haine des musulmans cela devient subitement de la liberté d'expression ? Sommes nous égaux ou bien des Français de seconde zone ?".

Mercredi déjà le Conseil français du culte musulman (CFCM) avait estimé que "cette marche qui a comme objectif exclusif de dénoncer l'antisémitisme sans un mot sur l'islamophobie n’est malheureusement pas de nature à rassembler". "Elle peut en outre être interprétée par les islamophobes comme un signe d’impunité", avait ajouté l'instance dans un communiqué.

"Si nous condamnons sans réserve l'antisémitisme, nous ne marcherons pas avec des islamophobes notoires et des soutiens inconditionnels d'un État colonial", a également affirmé sur X (ex-Twitter) l’Union des démocrates musulmans français.

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet et son homologue du Sénat Gérard Larcher organisent dimanche une "marche civique" en réponse à la recrudescence des actes antisémites en France. L'événement suscite une controverse, notamment en raison de la présence annoncée du Rassemblement national qui fait face à des accusations sur son histoire marquée par l'antisémitisme.

Toulouse: la justice autorise un spectacle de Dieudonné, initialement interdit

Le juge des référés du tribunal administratif de Toulouse a autorisé vendredi un spectacle de l'humoriste controversé Dieudonné, prévu dimanche, que la mairie avait initialement interdit.

Dans sa décision dont l'AFP a pris connaissance, le juge chargé de statuer en urgence a estimé qu'il n'existait "aucune circonstance particulière" permettant de "tenir pour établi le risque allégué de trouble à l'ordre public" mis en avant par la mairie de Toulouse.

Lundi, elle avait décidé d'interdire le spectacle intitulé "Sous bracelet: un spectacle hors du commun" de l'humoriste de 57 ans, condamné à plusieurs reprises pour injures raciales ou incitation à la haine raciale.

L'imam de Bordeaux Tareq Oubrou a estimé sur LCI qu'"il n'y aura pas beaucoup de musulmans dans cette manifestation", en pointant un "conflit d'interprétation de l'initiative". Même si selon lui "vu les circonstances, marcher contre l'antisémitisme est une obligation morale et citoyenne".

L’imam de Drancy Hassen Chalghoumi a lui indiqué qu'il se rendrait à la marche "pour dire haut et fort +non à la haine et l’antisémitisme+".

Côté catholiques, la Conférence des évêques de France (CEF) enverra son directeur du service des relations avec le judaïsme Christophe Le Sourt ainsi que son  secrétaire général Hugues de Woillemont. L'évêque de Nanterre Matthieu Rougé sera également présent.

Le président de la Fédération protestante de France Christian Krieger, qui a été invité par le cabinet de Yaël Braun-Pivet, s'y rendra aussi. Mais "même sans être invité j’y serais allé", a-t-il expliqué à l’AFP.

Le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) a lui invité dans un communiqué à se joindre à la marche, à laquelle participera son président Erwan Cloarec.


Environ 10.000 personnes à Paris pour dénoncer les derniers bombardements à Rafah

Un manifestant brandit un slogan « Honte aux spectateurs et à l'humanité silencieuse » lors d'une manifestation organisée par l'organisation française « France Palestine Solidarité » à Paris. (AFP).
Un manifestant brandit un slogan « Honte aux spectateurs et à l'humanité silencieuse » lors d'une manifestation organisée par l'organisation française « France Palestine Solidarité » à Paris. (AFP).
Short Url
  • Une foule compacte s'est rassemblée en fin d'après-midi à quelques centaines de mètres de l'ambassade d'Israël aux cris de "Nous sommes tous des enfants de Gaza"
  • Des drapeaux palestiniens étaient brandis par la foule, au sein de laquelle des participants arboraient des keffieh et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "On ne tue pas un enfant, qu'il soit juif ou palestinien"

PARIS: Quelque 10.000 personnes ont manifesté lundi à Paris contre les bombardements à Rafah qui ont fait, selon le ministère de la Santé de Gaza, au moins 45 morts dans la nuit de dimanche à lundi, a constaté l'AFP.

Une foule compacte s'est rassemblée en fin d'après-midi à quelques centaines de mètres de l'ambassade d'Israël aux cris de "Nous sommes tous des enfants de Gaza", "vive la lutte du peuple palestinien", "free Gaza", ou encore "Gaza, Paris est avec toi".

Des drapeaux palestiniens étaient brandis par la foule, au sein de laquelle des participants arboraient des keffieh et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "On ne tue pas un enfant, qu'il soit juif ou palestinien: Stop aux bombardements, free Palestine", "Rafah, Gaza on est avec toi".

"Hier, des Palestiniens ont été brûlés vifs par des bombardements israéliens sur un camp de réfugiés. On a vu des vidéos de familles qui tirent leurs proches de tentes enflammées. C'est le massacre de trop", a dénoncé François Rippe, vice-président de l'Association France Palestine solidarité (AFPS), un organisateur du rassemblement.

"Plusieurs milliers" de personnes étaient présentes selon lui. La préfecture de police de Paris a fait état d'environ 10.000 personnes.

"Ils mettent le feu dans un camp de réfugiés, ils brûlent des gens et on ne convoque pas l'ambassadrice d'Israël pour lui demander des comptes. C'est juste insupportable", a poursuivi M. Rippe.

Une large banderole montrait des dessins des visages des présidents français Emmanuel Macron et américain Joe Biden, ainsi que du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, surmontant un slogan "c'est l'humanité qu'ils assassinent".

Le député de gauche radicale Eric Coquerel a déclaré espérer "que la mobilisation va finir par faire réfléchir le gouvernement. Dans les paroles, la position de la France est un peu plus juste qu'elle ne l'a été. Mais tant qu'il n'y a pas des actes, ça veut dire qu'en réalité vous ne faites rien".

Mehdi Bekkour, dont un ami est selon lui actuellement coincé à Gaza, a indiqué pour sa part être venu "en tant que papa qui s'identifie beaucoup à ce qui se passe là-bas".

"Mon ami m'a envoyé un message il y a deux jours de Gaza, que je n'ai même pas le courage d'écouter ni de lui répondre. Je ne sais pas quoi lui dire".

L'ONU et nombre de pays ont condamné cette frappe israélienne sur un camp de déplacés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza et les Etats-Unis ont de nouveau demandé à Israël de "protéger les civils".

L'armée israélienne a de son côté indiqué enquêter sur ce que le Premier ministre a qualifié d'"accident tragique".


Les frappes israéliennes à Rafah relancent le débat sur la reconnaissance d'un Etat palestinien

La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège avaient annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine (Photo, AFP).
La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège avaient annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine (Photo, AFP).
Short Url
  • L'émotion est aussi vive qu'unanime à gauche, après cette frappe nocturne qui a tué au moins 40 personnes
  • Plusieurs voix jusque dans le camp macroniste, à l'image du numéro deux de la liste conduite par Valérie Hayer pour les européennes, Bernard Guetta

PARIS: Le bombardement meurtrier d'un centre de déplacés près de Rafah a suscité lundi une vague d'indignations à gauche et relancé dans la classe politique française le débat sur la reconnaissance d'un Etat palestinien.

L'émotion est aussi vive qu'unanime à gauche, après cette frappe nocturne qui a tué au moins 40 personnes. Israël affirme avoir frappé "un complexe du Hamas" dans lequel opéraient "d'importants terroristes".

"Les images de Rafah sont littéralement insoutenables. Rien ne peut justifier de tels crimes", a réagi sur X la tête de liste PS-Place publique pour les européennes, Raphaël Glucksamnn, appelant à "faire réellement pression sur Netanyahu. Maintenant".

Cet "abominable massacre (...) résume ce que sont les assassins de cette armée de criminels de guerre et leurs chefs", a relevé de son côté le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, réclamant la "rupture de la coopération avec le gouvernement Netanyahu et son économie", ainsi qu'un "embargo sur les armes" et la "reconnaissance de l'Etat de Palestine".

Position partagée,  sur le même réseau social, par la patronne des écologistes Marine Tondelier qui appelle la France et l'Union européenne à "opérer une rupture en urgence dans leur action diplomatique pour stopper ce massacre".

Geste de diplomatie 

Le numéro un socialiste, Olivier Faure, a lui aussi souhaité sur TF1 "un geste politique et diplomatique puissant" avec la reconnaissance d'un Etat palestinien pour que la France "puisse être du bon côté de l'Histoire".

Plusieurs voix jusque dans le camp macroniste, à l'image du numéro deux de la liste conduite par Valérie Hayer pour les européennes, Bernard Guetta, appellent à une telle reconnaissance.

"Il ne s'agit pas d'être pro-palestinien ou pro-israélien, il s'agit d'être pro-paix, d'obliger les dirigeants de ces deux peuples à se rasseoir à une table de négociation", a estimé M. Guetta sur Sud Radio, observant que la frappe israélienne faisait suite à un tir de roquettes du Hamas.

La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège avaient annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine, à partir du 28 mai, s'attirant les foudres d'Israël.

Mais, à droite, les réticences restent fortes.

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour le scrutin du 9 juin, met en garde contre le "grand danger de reconnaître aujourd'hui un Etat palestinien", au risque de "donner le sentiment que l'on donne raison à ceux qui ont déclenché l'attentat terroriste du 7 octobre", même s'il "faudra mettre un jour en oeuvre une solution à deux Etats".

"Israël a le droit de se défendre dans le respect du droit international", a-t-il ajouté sur France Inter, jugeant nécessaire de "faire toute la lumière sur les conditions de la frappe (sur le centre de déplacés près de Rafah, NDLR) et ses conséquences réelles".


Reconnaître l'Etat de Palestine aujourd'hui serait «un grand danger», selon Bellamy

Le parti de droite français Les Républicains (LR) tête de liste François-Xavier Bellamy (Photo, AFP).
Le parti de droite français Les Républicains (LR) tête de liste François-Xavier Bellamy (Photo, AFP).
Short Url
  • Le numéro 2 de la liste macroniste aux élections européennes, Bernard Guetta, s'est prononcé lundi pour une reconnaissance par la France de «l'existence d'un Etat palestinien»
  • La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine

PARIS: La tête de liste LR aux élections européennes François-Xavier Bellamy a estimé lundi que la reconnaissance de l'Etat de Palestine aujourd'hui serait "un grand danger", tout en appelant à "faire toute la lumière" sur le bombardement d'un centre pour personnes déplacées près de Rafah.

"Il faudra mettre un jour en oeuvre une solution à deux Etats (...). C'est la seule voie nécessaire pour avancer vers la paix", a affirmé l'eurodéputé sortant, estimant toutefois que ce "n'est pas possible aujourd'hui".

Car à ses yeux, "c'est un grand danger de reconnaître aujourd'hui un Etat palestinien parce que ce serait potentiellement donner le sentiment que l'on donne raison à ceux qui ont déclenché l'attentat terroriste du 7 octobre".

La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine, à partir du 28 mai, s'attirant les foudres d'Israël.