Frappes sur des hôpitaux de Gaza, le bilan israélien de l’opération du 7 octobre revu à la baisse

Des familles palestiniennes fuyant la ville de Gaza et d'autres parties du nord de Gaza vers les zones méridionales, marchent le long d'une route le 10 novembre 2023 au milieu des batailles en cours entre Israël et le mouvement palestinien Hamas. (AFP)
Des familles palestiniennes fuyant la ville de Gaza et d'autres parties du nord de Gaza vers les zones méridionales, marchent le long d'une route le 10 novembre 2023 au milieu des batailles en cours entre Israël et le mouvement palestinien Hamas. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 11 novembre 2023

Frappes sur des hôpitaux de Gaza, le bilan israélien de l’opération du 7 octobre revu à la baisse

  • Vendredi, le Hamas a fait état de 13 morts dans une frappe sur le complexe de l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, le plus grand du territoire où la guerre a mis le système de santé «à genoux», selon l'OMS
  • Le Hamas a attribué cette frappe à Israël, comme le directeur de l'hôpital, Mohammed Abou Salmiya

JÉRUSALEM: Des frappes meurtrières dans le nord de la bande de Gaza ont touché vendredi, selon des responsables palestiniens, une école et des hôpitaux où les civils cherchent refuge pour échapper aux bombardements israéliens.

Plus d'un mois après le début de la guerre déclenchée par l'attaque sanglante lancée sur son sol par le Hamas le 7 octobre, Israël a revu à la baisse, à environ 1 200 morts, en majorité des civils, le bilan de cette attaque.

En représailles, Israël a déclenché une guerre pour "éradiquer" le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza depuis 2007, et pilonne sans relâche le petit territoire palestinien assiégé, plongé dans une situation humanitaire catastrophique.

Vendredi, le Hamas a fait état de 13 morts dans une frappe sur le complexe de l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, le plus grand du territoire où la guerre a mis le système de santé "à genoux", selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le Hamas a attribué cette frappe à Israël, comme le directeur de l'hôpital, Mohammed Abou Salmiya. Celui-ci a aussi affirmé que l'hôpital avait reçu "une cinquantaine de corps après le bombardement vendredi matin d'une école" de la ville accueillant des déplacés.

"Tous les hôpitaux de la ville de Gaza ont été visés" vendredi par l'armée israélienne, a assuré à l'AFP le médecin.

L'armée, qui n'a pas commenté ces affirmations, avait indiqué jeudi soir qu'une de ses divisions menait d'importantes opérations dans une zone "très très proche" de l'hôpital. Elle a affirmé vendredi qu'elle "tuerait" les combattants du Hamas "qui tirent à partir des hôpitaux" à Gaza.

«Des morgues qui débordent»

Le directeur général de l'OMS a lancé vendredi un nouveau cri d'alarme devant le Conseil de sécurité de l'ONU, affirmant que la moitié des 36 hôpitaux de la bande de Gaza ne fonctionnent "plus du tout" et que "plus de 250 attaques" ont visé le secteur de la santé à Gaza et en Cisjordanie occupée depuis le début de la guerre.

"La situation sur le terrain est impossible à décrire: des couloirs d'hôpitaux où s'entassent blessés, malades et mourants, des morgues qui débordent, des chirurgies sans anesthésie, des dizaines de milliers de personnes réfugiées dans les hôpitaux", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Dans la ville de Gaza en ruines, où les denrées de base manquent, les combats ne cessent de gagner en intensité alors que grossissent les colonnes de familles fuyant vers le sud.

Dans la cour de l'immense complexe hospitalier al-Shifa, Mohammed Rihane marche avec des béquilles, tandis que résonnent les explosions alentour. "Les gens meurent, déchiquetés dans les rues et on ne peut pas aller les chercher", confie-t-il à l'AFP.

Arrêter le «carnage»

Le directeur de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), Philippe Lazzarini, a appelé vendredi à l'arrêt du "carnage" dans la bande de Gaza.

"Raser des quartiers entiers n'est pas une réponse aux crimes odieux commis par le Hamas. Au contraire, cela crée une nouvelle génération de Palestiniens lésés, susceptibles de perpétuer le cycle de la violence", a-t-il déclaré.

Le président français Emmanuel Macron a pour sa part "exhort(é) Israël à cesser" les bombardements tuant des civils à Gaza, dans un entretien accordé à la BBC diffusé vendredi soir. "Ces bébés, ces femmes, ces personnes âgées sont bombardés et tués." Il n'y a "aucune justification" et "aucune légitimité à cela", a-t-il estimé.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a réagi en soulignant que "la responsabilité de tout tort fait aux civils incombe au Hamas", qui a déclenché la guerre avec les massacres du 7 octobre et qui utilise des civils comme "boucliers humains".

Le 7 octobre, des commandos du Hamas ont mené sur le sol israélien une attaque sanglante contre des civils d'une ampleur et d'une violence jamais vues depuis la création d'Israël en 1948.

Depuis, les bombardements israéliens ont fait 11 078 morts dans la bande de Gaza, essentiellement des civils, parmi lesquels 4 506 enfants, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Le mouvement islamiste, classé organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne, détient en outre 239 otages, selon l'armée israélienne.

Ces derniers jours, l'armée a déclaré mener des combats acharnés contre le Hamas au cœur de la ville de Gaza, où se trouve selon elle le "centre" de l'infrastructure du mouvement palestinien, retranché dans un réseau de tunnels.

Le directeur de l'hôpital al-Shifa a fait état de tirs de chars israéliens sur la maternité, tandis qu'un journaliste de l'AFP a vu au moins sept corps près de l'hôpital.

Un père de famille de 32 ans, qui se fait appeler Abou Mohammed, a raconté à l'AFP s'être réfugié à al-Shifa, dans l'ouest de la ville de Gaza, avec 15 de ses proches après des bombardements sur son quartier dans l'est.

«Aucun endroit sûr»

"Il n'y a aucun endroit sûr, l'armée a frappé al-Shifa, je ne sais plus quoi faire", dit-il.

Depuis des années, Israël accuse le Hamas d'utiliser les hôpitaux pour mener des attaques ou cacher des tunnels, et les civils comme boucliers humains, ce que dément le mouvement.

"Les chars israéliens assiègent quatre hôpitaux de l'ouest de la ville de Gaza", a affirmé vendredi le ministère de la Santé du Hamas.

Des témoins ont vu notamment l'hôpital pour enfants d'al-Rantissi encerclé par des chars.

Le Croissant-Rouge palestinien a indiqué que des snipers israéliens tiraient vendredi sur l'hôpital al-Quds, parlant d'au moins un mort.

Israël a accepté de faire des "pauses" humanitaires quotidiennes pour permettre aux civils de fuir le nord de la bande de Gaza, où les combats sont les plus intenses, vers le sud, selon les Etats-Unis.

Cette route a encore été empruntée par 30 000 personnes vendredi malgré des "explosions" qui y ont fait des morts, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

«Pas d'eau»

Vendredi, plusieurs dizaines de milliers de civils, selon les autorités israéliennes, se sont à nouveau dirigés vers le sud.

Parmi eux se trouvait Mounir al-Raï, venu de l'immense camp de réfugiés de Chati où, raconte-t-il, l'armée israélienne tire depuis les airs, la mer, au sol avec ses chars, sans discrimination, où "des maisons s'écroulent sur leurs habitants".

Des centaines de milliers de réfugiés sont désormais entassés dans le sud du territoire, dans des conditions désastreuses.

"On n'a pas d'eau, pas de toilettes, pas de boulangerie", dit Oum Alaa al-Hajin, qui a trouvé refuge dans l'hôpital al-Nasser, dans la ville de Khan Younès, après des jours de marche.

Selon l'Ocha, le nombre de déplacés s'élève à 1,6 million de personnes sur les 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza.

L'étroit territoire est privé d'eau, d'électricité, de nourriture et de médicaments par le siège total imposé par Israël depuis le 9 octobre.

Dans le nord, où demeurent encore des centaines de milliers de personnes, "le manque de nourriture est de plus en plus préoccupant", s'inquiète l'ONU.

Pendant ce temps, des roquettes continuent d'être tirées quotidiennement depuis la bande de Gaza vers Israël, où des sirènes ont retenti vendredi à Tel-Aviv. Deux femmes ont été blessées par des éclats d'obus, selon les secours.

Samedi, les pays de la Ligue arabe et de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) qui craignent une escalade du conflit doivent se réunir en urgence à Ryad.

L'armée israélienne a annoncé avoir intercepté jeudi trois drones qui se dirigeaient vers son territoire, et a frappé vendredi la Syrie après la chute d'un drone sur une école dans le sud d'Israël.

Israël est confronté "à plusieurs fronts", a déclaré vendredi un porte-parole de l'armée, Richard Hecht.

L'armée a également indiqué vendredi "poursuivre ses opérations pour détruire les infrastructures" du Hezbollah au Liban, avec lequel les échanges de tirs sont quotidiens. Le mouvement pro-iranien a fait état vendredi de la mort de sept de ses combattants tués par Israël.


L'armée israélienne dit avoir tué dix «terroristes» dans un raid en Cisjordanie occupée

Des volutes de fumée se dégagent lors d'un raid israélien sur le camp de réfugiés palestiniens de Nur Shams, en Cisjordanie occupée, le 20 avril 2024. (Photo Zain JAAFAR / AFP)
Des volutes de fumée se dégagent lors d'un raid israélien sur le camp de réfugiés palestiniens de Nur Shams, en Cisjordanie occupée, le 20 avril 2024. (Photo Zain JAAFAR / AFP)
Short Url
  • «Les forces de sécurité ont éliminé dix terroristes pendant des affrontements» a indiqué l'armée dans un communiqué, ajoutant mener cette opération «depuis plus de 40 heures»
  • Le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne de son côté fait état de «plusieurs personnes tuées et blessées à l'intérieur du camp, mais l'armée empêche les équipes médicales de porter secours aux blessés»

TULKAREM, Territoires Palestiniens : L'armée israélienne a dit samedi avoir tué dix personnes et en avoir arrêté huit autres lors d'un raid dans le camp de Nour-Shams, près de la ville de Tulkarem dans le nord de la Cisjordanie occupée.

Un correspondant de l'AFP sur place a rapporté avoir entendu des explosions et des tirs samedi matin, et avoir vu une maison exploser ainsi que des drones survoler le camp. Sur des images de l'AFPTV, on peut voir des véhicules militaires et des soldats parcourir les ruelles du camp.

«Les forces de sécurité ont éliminé dix terroristes pendant des affrontements» a indiqué l'armée dans un communiqué, ajoutant mener cette opération «depuis plus de 40 heures».

L'armée israélienne affirme que ces incursions visent des groupes armés palestiniens, mais des civils font souvent partie des victimes.

Le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne de son côté fait état de «plusieurs personnes tuées et blessées à l'intérieur du camp, mais l'armée empêche les équipes médicales de porter secours aux blessés».

Un secouriste a été blessé par balles a ajouté la même source dans un communiqué.

Selon des habitants joints par l'AFP, il n'y a plus d'électricité, la nourriture commence à manquer, et personne ne peut entrer ni sortir du camp.

«Le siège du camp Nour-Shams se poursuit depuis plus de 42 heures», a indiqué à l'AFP Muayad Shaaban, chef de la Commission de résistance à la colonisation et au mur.

«Cette incursion est sans précédent (...), il y a des snipers sur les toits et des forces spéciales déployées» dans le camp, a ajouté M. Shaaban.

Parmi les victimes, Qais Fathi Nasrallah, 16 ans, est mort après avoir été «touché à la tête par des tirs israéliens» dans le camp de déplacés de Tulkarem, avaient indiqué vendredi le ministère palestinien de la Santé et l'agence de presse palestinienne Wafa.

Salim Faisal Ghanem, 30 ans, a été «tué par les troupes israéliennes» vendredi dans le camp voisin de Nour-Shams, selon Wafa.

Les commerçants étaient en grève samedi à Tulkarem pour protester contre ce raid, d'après cette même source.

Le raid de Nour-Shams s'inscrit dans un contexte d'intensification de la violence en Cisjordanie occupée depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza, déclenchée par l'attaque du Hamas du 7 octobre contre Israël.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, au moins 479 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes ou des colons en Cisjordanie.


Comment l'adoption de véhicules électriques stimule l'agenda vert de l'Arabie saoudite

Le passage des véhicules traditionnels à moteur à combustion aux nouveaux modèles électriques s'est accéléré dans le monde entier, les entreprises et les consommateurs optant pour des modes de transport plus écologiques. (fournie)
Le passage des véhicules traditionnels à moteur à combustion aux nouveaux modèles électriques s'est accéléré dans le monde entier, les entreprises et les consommateurs optant pour des modes de transport plus écologiques. (fournie)
Short Url
  • Le Fonds d'investissement public d'Arabie saoudite souhaite produire un demi-million de véhicules électriques d'ici à 2030.
  • Le Royaume a installé des bornes de recharge dans les zones publiques de Diriyah afin d'encourager la possession de véhicules électriques.

RIYADH : Dans le monde entier, les véhicules électriques révolutionnent déjà les loisirs, les transports publics et la logistique, en réduisant l'empreinte carbone des déplacements, en améliorant la qualité de l'air et en réduisant la pollution dans l'air, sur terre et dans la mer.

Alors que l'Arabie saoudite se lance dans une série d'initiatives environnementales destinées à relever les défis posés par le changement climatique et à favoriser un développement économique durable, les VE sont devenus un domaine d'intérêt important.

Le passage des véhicules traditionnels à moteur à combustion aux nouveaux modèles électriques s'est accéléré dans le monde entier, les entreprises et les consommateurs optant pour des modes de transport plus écologiques. L'Arabie saoudite ne fait pas exception.

La compagnie nationale du Royaume (Saudia), a signé un accord pour l'acquisition de 100 jets électriques auprès de Lilium, concepteur du premier jet tout électrique à décollage et atterrissage verticaux ("eVTOL"). (Fournie)
La compagnie nationale du Royaume (Saudia), a signé un accord pour l'acquisition de 100 jets électriques auprès de Lilium, concepteur du premier jet tout électrique à décollage et atterrissage verticaux ("eVTOL"). (Fournie)

La transition des voitures ordinaires vers les véhicules électriques est en plein essor dans le Royaume. La tendance des VE va au-delà de la possession d'un véhicule personnel, avec la prolifération de tout ce qui va des scooters électriques aux bus électriques.

Des discussions sont même en cours pour savoir si la technologie des VE sera bientôt appliquée aux avions et peut-être aux voyages dans l'espace.

Stephen Crolius, ancien conseiller climatique de la Fondation Clinton et actuel président de Carbon-Neutral Consulting, soutient l'idée de posséder un VE en raison de ses avantages environnementaux.

Bien qu'il soit encore difficile d'éduquer le public dans certaines sociétés sur les avantages de la transition vers les VE, M. Crolius estime que les avantages l'emportent sur les inconvénients.

"Pour qu'une transition de masse se produise sur n'importe quel front, il faut qu'il y ait un ensemble de circonstances qui la provoquent", a-t-il déclaré à Arab News.

"Grâce aux encouragements du gouvernement, nous pouvons continuer à augmenter le volume (et) faire mûrir les industries, comme, par exemple, l'industrie des batteries, qui a beaucoup mûri au cours des 15 dernières années [...] le coût et le prix des batteries ont baissé de manière extraordinaire.

 

"Nous développons la production d'électricité à partir de sources renouvelables. Le faisons-nous assez rapidement pour éviter la crise climatique ? Je n'en sais rien. Mais par rapport aux nouvelles générations de technologies qui sont mises en œuvre, nous déployons une grande partie de la production d'électricité renouvelable, en termes historiques, très rapidement".

Des entreprises telles que CEER et Lucid, largement financées par le Fonds d'investissement public saoudien, sont à l'avant-garde de la croissance de l'industrie des véhicules électriques en Arabie saoudite.

Le fabricant américain de voitures électriques Lucid a signé un contrat avec le PIF il y a deux ans pour construire une usine dans la King Abdullah Economic City sur la mer Rouge. Aujourd'hui, le PIF détient un peu plus de la moitié des parts du groupe dans le Royaume et vise à produire près d'un demi-million de véhicules électriques d'ici à 2030.

Depuis l'année dernière, l'utilisation de véhicules électriques dans le Royaume s'est étendue aux autobus électriques, qui constituent une alternative durable aux véhicules traditionnels alimentés par des combustibles fossiles.

Les bus électriques ne produisent aucune émission et réduisent donc considérablement la pollution de l'air et les gaz à effet de serre dans les zones urbaines, en particulier pendant la saison du Hadj, lorsque les pèlerins affluent dans le Royaume et utilisent son réseau de transport en commun.

Al-Jubeir a expliqué que l'Arabie saoudite avait jusqu'à présent ciblé des investissements de 186 milliards de dollars dans plus de 80 projets différents (Photo, AFP).
Al-Jubeir a expliqué que l'Arabie saoudite avait jusqu'à présent ciblé des investissements de 186 milliards de dollars dans plus de 80 projets différents (Photo, AFP).

Un service de bus électriques reliant l'aéroport à la mosquée du prophète à Médine a été lancé par le gouverneur de la région, le prince Faisal bin Salman bin Abdulaziz, au cours de la dernière saison du Hadj.

L'itinéraire reliant les deux sites a permis une grande efficacité opérationnelle, un bus pouvant parcourir 250 km avec une seule charge.

Les autobus électriques offrent de nombreux avantages, notamment une réduction du bruit, une meilleure efficacité énergétique et des coûts de maintenance moins élevés. En outre, ils ont une empreinte carbone plus faible, ce qui constitue une étape cruciale vers la durabilité.

Les Saoudiens soucieux de protéger l'environnement ont également intégré les VE dans leurs déplacements quotidiens, avec les scooters électriques que l'on trouve désormais à Riyad et dans d'autres villes. Les scooters électriques constituent une solution écologique pour les transports locaux en réduisant les émissions toxiques et la pollution sonore.

L'offre de services de scooters électriques en divers endroits de Riyad est un signe clair de l'empressement du Royaume non seulement à établir des réglementations et à promouvoir les véhicules électriques, mais aussi à amener la société à adopter une attitude positive à l'égard d'un mode de vie durable.

Les services d'e-scooters de Gazal sont devenus une option populaire pour ceux qui se déplacent spécialement dans les endroits bondés de Riyad. (Photo avec l'aimable autorisation de Gazal)
Les services d'e-scooters de Gazal sont devenus une option populaire pour ceux qui se déplacent spécialement dans les endroits bondés de Riyad. (Photo avec l'aimable autorisation de Gazal)

En outre, grâce aux progrès de la technologie des batteries et au développement de l'infrastructure de recharge, les véhicules électriques deviennent une option viable pour les entreprises qui souhaitent décarboniser leurs activités.

Par exemple, dans les zones publiques de Diriyah telles qu'Albujairi et At-Turaif, des prises murales standard sont disponibles pour permettre aux propriétaires de VE de recharger leur véhicule pendant qu'ils visitent le site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'industrie aéronautique étant l'un des principaux responsables des émissions de carbone, le concept d'avion électrique pourrait constituer une solution prometteuse pour la décarbonisation de l'économie mondiale.

Il y a trois ans, le constructeur automobile britannique Rolls-Royce a battu des records lorsque son avion "Spirit of Innovation" a atteint 628 km à l'heure, ce qui en fait le véhicule tout électrique le plus rapide au monde.

À l'époque, Warren East, alors PDG de la société, avait déclaré que les avions électriques pourraient faire du "jet zéro" une réalité et contribuer à la décarbonisation de toutes les formes de transport.

Par rapport aux avions commerciaux actuels, qui utilisent du pétrole et des mélanges de carburants synthétiques, les avions électriques sont moins bruyants, ont des coûts d'exploitation moins élevés et émettent beaucoup moins de gaz à effet de serre.

Cependant, plusieurs obstacles s'opposent encore à l'adoption généralisée des avions électriques, en particulier le coût de l'adaptation de l'infrastructure existante nécessaire à leur utilisation.

Bien que les gouvernements et les entreprises privées du monde entier puissent collaborer et construire un réseau complet de stations de recharge pour répondre à la demande croissante, cela pourrait peser sur les économies de certains pays.

Néanmoins, l'importance croissante des véhicules électriques autres que les voitures, tels que les bus, les scooters électriques et les avions, est très prometteuse pour un avenir décarbonisé.

L'importance croissante des véhicules électriques autres que les voitures, tels que les bus, les scooters électriques et les avions, est très prometteuse pour un avenir décarboné. (Photo Shutterstock)
L'importance croissante des véhicules électriques autres que les voitures, tels que les bus, les scooters électriques et les avions, est très prometteuse pour un avenir décarboné. (Photo Shutterstock)

L'utilisation de sources d'énergie alternatives dans ces domaines peut améliorer la situation en matière d'émissions de carbone, lutter contre la pollution de l'air et ouvrir la voie à des systèmes de transport durables dans le Royaume et dans le monde entier.

Toutefois, pour exploiter pleinement le potentiel des véhicules électriques, les gouvernements et les entreprises devront d'abord relever des défis tels que la mise en place d'infrastructures de recharge suffisantes et la limitation de l'autonomie des batteries.

Grâce à des innovations et des investissements continus, les véhicules électriques joueront un rôle clé dans la création d'un avenir plus vert et plus durable.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Soudan: l'ONU alerte sur un «nouveau front» au Darfour

Une femme et son bébé dans le camp de déplacés de Zamzam, près d'El Fasher au Darfour du Nord, au Soudan. (Reuters)
Une femme et son bébé dans le camp de déplacés de Zamzam, près d'El Fasher au Darfour du Nord, au Soudan. (Reuters)
Short Url
  • Le pays vit «une crise gigantesque, entièrement créée par l'Homme», a dénoncé la sous-secrétaire générale de l'ONU pour les Affaires politiques Rosemary DiCarlo
  • «Des combats à el-Facher pourraient entraîner un conflit intercommunautaire sanglant à travers le Darfour» et freiner encore plus la distribution de l'aide humanitaire dans une région «déjà au bord de la famine», a-t-elle renchéri

NATIONS UNIES : De hauts responsables de l'ONU ont alerté vendredi devant le Conseil de sécurité sur les risques d'un nouveau front au Soudan, autour du contrôle de la ville d'el-Facher, au Darfour, où la population est déjà au bord de la famine.

Après un an de guerre entre les forces armées (FAS) du général Abdel Fattah al-Burhane et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR), sous le commandement du général Mohamed Hamdane Daglo, le pays vit «une crise gigantesque, entièrement créée par l'Homme», a dénoncé la sous-secrétaire générale de l'ONU pour les Affaires politiques Rosemary DiCarlo.

«Les parties en conflit ont ignoré de façon répétée les appels à cesser les hostilités, y compris de ce Conseil. A la place, ils ont accéléré leurs préparatifs pour plus de combats, les FAS et les FSR continuant tous les deux leurs campagnes pour recruter des civils», a-t-elle déploré.

Elle s'est en particulier inquiétée des informations sur une possible attaque «imminente» des FSR contre el-Facher, seule capitale des cinq Etats du Darfour qu'elles ne contrôlent pas, «soulevant le spectre d'un nouveau front dans le conflit».

El-Facher fait office de hub humanitaire pour le Darfour, région où vivent environ un quart des 48 millions d'habitants du Soudan. La ville avait jusque là été relativement épargnée par les combats, accueillant de nombreux réfugiés.

Mais depuis mi-avril, des bombardements et des affrontements ont été rapportés dans les villages environnants.

«Depuis, il y a des informations continues sur des combats dans les parties Est et Nord de la ville, provoquant le déplacement de plus de 36.000 personnes», a indiqué Edem Wosornu, directrice des opérations pour le Bureau des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), notant que Médecins sans frontières a traité plus de 100 victimes à el-Facher ces derniers jours.

«Le nombre total de victimes civiles est probablement beaucoup plus élevé».

«Ces violences posent un danger extrême et immédiat pour les 800.000 civils vivant à el-Facher. Cela risque de déclencher plus de violences dans d'autres parties du Darfour», a-t-elle mis en garde.

«Des combats à el-Facher pourraient entraîner un conflit intercommunautaire sanglant à travers le Darfour» et freiner encore plus la distribution de l'aide humanitaire dans une région «déjà au bord de la famine», a renchéri Rosemary DiCarlo.

La région a déjà été ravagée il y a plus de 20 ans par la politique de la terre brûlée menée par les Janjawids --les miliciens arabes depuis enrôlés dans les FSR- pour le président de l'époque Omar el-Béchir.

Le nouveau conflit au Soudan, qui a débuté le 15 avril 2023 a déjà fait des milliers morts et provoqué le déplacement de plus de 8,5 millions de personnes, selon l'ONU.