Frémissements mondiaux après les réunions de Marrakech: Les inquiétudes économiques augmentent avec l'escalade entre Israël et le Hamas

«Notre attention devrait se détourner de l'allocation de fonds à des projets ayant un impact marginal sur la population et l'environnement», déclare à Arab News Abderrahim Ksiri, expert marocain en politique. (Fournie)
«Notre attention devrait se détourner de l'allocation de fonds à des projets ayant un impact marginal sur la population et l'environnement», déclare à Arab News Abderrahim Ksiri, expert marocain en politique. (Fournie)
Short Url
Publié le Mercredi 15 novembre 2023

Frémissements mondiaux après les réunions de Marrakech: Les inquiétudes économiques augmentent avec l'escalade entre Israël et le Hamas

  • L'escalade du conflit entre Israël et le Hamas suscite des inquiétudes quant au potentiel impact économique mondial, avec des craintes de récession et de perturbations, notamment si le conflit s'étend régionalement
  • Au milieu des défis économiques mondiaux et des craintes que les prix du pétrole influent sur l'aide climatique, les experts soulignent la nécessité de se détourner des projets ayant un impact marginal sur la population et l'environnement

TUNIS: Dans la chorégraphie complexe de la géopolitique mondiale, l'escalade récente de la violence entre Israël et le Hamas soulève des préoccupations quant à son impact potentiel sur l'économie mondiale. Alors que la communauté internationale observe ce spectacle tragique se dérouler, la question se pose: est-ce le moment décisif où le «Sud global» s'affirme en tant que force géoéconomique redoutable?

Le récent vote de l'Assemblée générale de l'ONU le 26 octobre a mis en évidence une communauté internationale divisée. Les États-Unis se sont retrouvés en petite minorité, s'alignant avec Israël contre la motion. L'Union européenne (UE), souvent considérée comme une alliée ferme des États-Unis, a affiché une position éparpillée. Dans le même temps, la plupart des pays en développement ont favorisé le cessez-le-feu, bien que l'Inde, leader autoproclamé du «Sud global», penche en faveur d'Israël avec une abstention.

L'Histoire suggère que même lorsque les États-Unis font l'objet de critiques pour leurs décisions en matière de politique étrangère, cela n'entrave pas nécessairement leur capacité à s'engager dans le commerce mondial ou les négociations. Les conséquences de la guerre en Irak de George W. Bush en 2003 ont entraîné un déclin de l'opinion mondiale sur les États-Unis, mais n'ont pas isolé le pays économiquement.

De plus, les États-Unis ont fait preuve de résilience en programmant et en participant à des accords commerciaux majeurs malgré les controverses géopolitiques. Le partenariat transpacifique en 2008 qui incluait des nations économiquement orientées vers la Chine et les négociations en cours dans le contexte du Cadre économique de l'Indopacifique cette semaine soulignent l'engagement des États-Unis dans leurs relations commerciales.

Cependant, des experts en géopolitique et en économie mondiale mettent en garde contre le risque de voir l'économie mondiale perturbée par le conflit actuel, pouvant, dans un scénario pessimiste, la précipiter dans une récession. Si l'armée israélienne venait à affronter des milices au Liban et en Syrie soutenant le Hamas, le conflit pourrait déborder et se transformer en une guerre régionale, impliquant potentiellement l'Iran.

Une telle escalade pourrait entraîner une flambée des prix du pétrole, avec des estimations suggérant qu'ils pourraient atteindre 150 dollars (1 dollar = 0,93 euro) le baril, impactant significativement la croissance mondiale. L'interconnexion de l'économie mondiale signifie que des perturbations au Moyen-Orient peuvent envoyer des ondes de choc à travers le monde, affectant l'inflation, la stabilité économique, et même les relations géopolitiques.

En plein conflit persistant à Gaza, la communauté internationale fait face à un avenir incertain en ce qui concerne l'économie mondiale. Alors que la situation évolue, le monde attend anxieusement une résolution qui pourrait potentiellement apporter stabilité et prospérité à la région et au-delà.

Les récentes réunions annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale à Marrakech se sont déroulées sur fond de conflit croissant entre Israël et le Hamas à Gaza. Initialement convoquées pour aborder les défis majeurs de la finance au développement, la guerre au Moyen-Orient a jeté une ombre durable d'incertitude sur le paysage économique mondial.

La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a averti que la guerre «assombrissait l'horizon» d'une économie mondiale déjà affaiblie. Des inquiétudes quant aux perturbations potentielles de l'approvisionnement pétrolier et à leur impact sur l'économie mondiale ont été soulevées, d'autant plus que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) surveille étroitement la situation.

Dans le contexte des projections prudentes de croissance du FMI, actuellement fixées à 3% pour l'année en cours, mais signalant une baisse à 2,9% en 2024, soulignant ainsi la fragilité de l'économie mondiale, le secteur des prix mondiaux du pétrole a connu des turbulences significatives.

Réagissant initialement au conflit par une hausse, ces prix reflétaient les incertitudes accrues liées aux tensions géopolitiques. Cependant, une stabilisation ultérieure a apporté un soulagement, les perturbations limitées dans l'approvisionnement pétrolier atténuant les inquiétudes.

Ajoutant une nuance au paysage économique, Saïd Skounti, un chercheur de l'Initiative Imal pour le Climat et le Développement, basé au Maroc, a partagé ses réflexions sur les suites des réunions annuelles. Malgré l'optimisme initial et les aspirations à des changements transformateurs dans la finance internationale tout au long de l'année, les observations de M. Skounti mettent en évidence que les réunions se sont conclues sans aborder de manière concluante les défis majeurs.

Cette perspective de Saïd Skounti offre un regard critique permettant de comprendre les écarts entre les attentes et les résultats dans le domaine des délibérations financières mondiales.

«Les États membres du FMI ont accepté d'augmenter leurs contributions et d'accorder à l'Afrique un troisième siège au Conseil d'administration, une mesure perçue comme un pas vers une meilleure gouvernance. Cependant, la répartition des quotas déterminant le pouvoir de vote n'a pas changé, soulignant les défis persistants pour parvenir à une représentation équitable», déclare M. Skounti à Arab News. En dehors de la conclusion de l'accord de restructuration de la dette de la Zambie, «les appels à une annulation de la dette à plus grande échelle, préconisée par les ONG et les dirigeants africains, ont reçu une attention limitée», ajoute-t-il.

Dans des régions comme le Moyen-Orient et l'Afrique, où de nombreuses opportunités d'investissement s'offrent dans divers secteurs, établir des partenariats résilients devient impératif pour que les entreprises puissent prospérer face aux incertitudes mondiales. Cependant, sur fond de ces défis, l'objectif annoncé des réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale à Marrakech visait à relever des défis critiques en matière de financement du développement.

Le conflit à Gaza, avec son impact prépondérant, a jeté une ombre sur ces discussions économiques. Alors que le monde est témoin de la violence continue au Moyen-Orient, l'économie mondiale reste en suspens, enveloppée d'incertitudes quant à l'avenir. Les implications pour les entreprises, le risque imminent d'un conflit régional plus large et les conséquences économiques globales pèsent tous dans la balance.

«La croissance économique mondiale se remet encore du choc économique de la pandémie, et les vrais coûts ne deviennent visibles que maintenant. Parallèlement, plusieurs guerres se déroulent, impactant des aspects cruciaux tels que le coût de la nourriture et du carburant», explique Ryan O'Grady, le PDG de KI Africa, une société d'investissement, à Arab News. En plaidant en faveur d'une concentration sur le soutien de la stabilité des chaînes d'approvisionnement, la garantie de prêts à long terme et abordables, et la promotion de la collaboration pour l'intégration régionale, M. O'Grady souligne la nécessité de naviguer à travers ces défis pour favoriser un environnement économique mondial résilient.

Au milieu de ces complexités, le FMI et la Banque mondiale cherchent activement à renforcer la collaboration avec le secteur privé. Ils offrent des garanties d'investissement et des mécanismes pour atténuer les risques liés aux investissements sur les marchés africains. Cette approche proactive devrait réduire le coût du capital, rendant les projets plus compétitifs et rentables dans la recherche de la stabilité économique.

On craint également que les prix du pétrole n'influencent la volonté des pays plus riches d'aider les nations ravagées par le climat, ralentissant potentiellement la transition loin de la production d'hydrocarbures. Dans le même temps, la crise actuelle à Gaza, marquée par les impacts dévastateurs sur les infrastructures hydriques, le déplacement massif et la susceptibilité accrue des Palestiniens au changement climatique, offre une opportunité d'amplifier les voix soulignant l'impératif de protéger les communautés vulnérables à travers le monde, en particulier dans le contexte des répercussions environnementales.

«Notre attention devrait se détourner de l'allocation de fonds à des projets ayant un impact marginal sur la population et l'environnement», déclare à Arab News Abderrahim Ksiri, expert marocain en politique.
«L'examen approfondi des facteurs liés au climat dans le financement de projets de développement dans divers secteurs est essentiel pour relever les défis posés par le changement climatique et assurer un avenir durable», ajoute-t-il.


Priorité FII: les dirigeants de Miami et du Royaume suscitent un environnement propice à la croissance et aux talents

Conformément à sa Vision 2030, l’Arabie saoudite a entrepris d’importantes réformes politiques, plaçant la diversité et l’intégration au premier plan de son programme de développement. (Capture d'écran)
Conformément à sa Vision 2030, l’Arabie saoudite a entrepris d’importantes réformes politiques, plaçant la diversité et l’intégration au premier plan de son programme de développement. (Capture d'écran)
Short Url
  • La diversité et l'intégration sont des composantes importantes pour rendre un lieu attrayant, a déclaré l’un des intervenants
  • Le Royaume a apporté de grandes améliorations pour devenir un centre mondial de talents

MIAMI: Les dirigeants d'Arabie saoudite et de Miami ont un point commun dans leurs efforts visant à favoriser des environnements propices à la croissance et aux talents, ont souligné les experts lors de la conférence FII Priority à Miami vendredi.

Au cours des dernières années, les deux ont donné la priorité aux initiatives visant à améliorer le niveau de vie de leurs résidents, en se concentrant sur la politique socio-économique qui favorise la diversité et l'intégration.

«Il y a tellement de similitudes entre ce qui se passe ici (à Miami) et ce qui se passe là-bas (en Arabie Saoudite)», a indiqué Jeff Zalaznick, restaurateur et directeur associé de la société hôtelière Major Food Group.

Lors d’une séance intitulée «La sauce spéciale: quelle est la recette d’une ville dynamique?», il a ajouté: «Les deux suscitent un environnement où les gens peuvent progresser et exceller dans leur domaine. Ils veulent attirer les talents.

Zalaznick a indiqué que les deux régions parvenaient à un équilibre entre la culture de la diversité et des talents au niveau local tout en attirant les meilleurs du monde, en renforçant leur potentiel dans divers domaines tels que le sport, la musique et les arts culinaires.

Conformément à sa Vision 2030, l’Arabie saoudite a entrepris d’importantes réformes politiques, plaçant la diversité et l’intégration au premier plan de son programme de développement.

Ce changement a été surtout vital pour la population jeune du Royaume, qui aspire à tirer parti de cet élan et à développer différents créneaux dans divers secteurs.

«(Lorsque vous incitez) les jeunes à se sentir optimistes quant à ce qu'ils peuvent faire, vous écrivez essentiellement l'avenir», a affirmé Steve Stoute, PDG de l'agence de marketing Translation et du label de musique UnitedMasters.

«Je crois que cette idée du multiculturalisme, de l'adhésion aux sous-cultures émergentes et la contribution à leur application, sont des ingrédients (fondamentaux) dont dispose cette ville et (seulement) deux ou trois autres villes.»

Il a mis en relief le fait que les endroits manquant de diversité et de systèmes de soutien intégratifs ne parvenaient pas à attirer les jeunes talents les plus brillants, car ils n’arrivent pas à créer le cadre dynamique et évolutif nécessaire à la croissance et à l'innovation.

Réputée être un paradis pour les retraités, Miami a connu une transformation ces dernières années, attirant une population plus jeune avec une combinaison de perspectives d'emploi et d'obligations fiscales réduites.

De la même manière, l’Arabie saoudite s’est lancée dans une campagne visant à se redéfinir non seulement comme un pôle régional, mais aussi comme un pôle mondial d’attraction pour les jeunes talents.

Avec une population de plus de 32 millions d'habitants, selon un recensement réalisé en 2022 par l'Autorité générale des statistiques, l'Arabie saoudite possède une majorité de jeunes, les moins de 30 ans constituant 63 % du total de la population.

Faisant des parallèles entre ces deux «renaissances», Zalaznick a observé l’évolution des critères de villes dynamiques et l’évolution des préférences des citadins.

Il a souligné l'importance croissante du dynamisme culturel et du multiculturalisme dans la sélection des villes, en particulier pour les entreprises à la recherche de réserves de talents diversifiés et d'environnements innovants.

«Il s'agit des jeunes», a affirmé Tom Garfinkel, vice-président, président et PDG de Miami Dolphins et du Hard Rock Stadium, et directeur associé du Grand Prix de Formule 1 de Miami.

«Nous devons attirer les jeunes, nous devons avoir une dynamique culturelle où les jeunes peuvent se permettre de vivre, où les opportunités d’affaires existent, où il est facile de démarrer une entreprise et de créer.

«Les talents se rendent dans la ville attrayante, qui a la culture qui attire les jeunes talents, et les entreprises y vont alors, et non l'inverse», a-t-il conclu.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le géant des puces TSMC ouvre une méga-usine au Japon, mitigeant le risque taïwanais

Une vue générale montre la nouvelle usine de semi-conducteurs de Japan Advanced Semiconductor Manufacturing Company (JASM), une filiale du géant taïwanais des puces TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing Company), à Kikuyo du district de Kikuchi, dans la préfecture de Kumamoto, le 14 février 2024. (Photo Philip Fong AFP)
Une vue générale montre la nouvelle usine de semi-conducteurs de Japan Advanced Semiconductor Manufacturing Company (JASM), une filiale du géant taïwanais des puces TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing Company), à Kikuyo du district de Kikuchi, dans la préfecture de Kumamoto, le 14 février 2024. (Photo Philip Fong AFP)
Short Url
  • Le géant taïwanais, qui compte Apple et Nvidia parmi ses clients, contrôle plus de la moitié de la production mondiale de puces, utilisées dans tous les domaines, des smartphones aux voitures connectées en passant par les missiles et l'intelligence artifi
  • L’usine de Kumamoto, au Japon, «va consolider la relation politique entre Taïwan et le Japon, à un moment où Taïwan cherche à s'assurer qu'il a des alliés puissants pouvant l'aider à résister à la pression chinoise»

KIKUYO, Japon : Une nouvelle usine du géant taïwanais des semi-conducteurs TSMC a été inaugurée samedi au Japon, et devrait permettre de renforcer l'approvisionnement mondial en puces, devenues cruciales pour l'économie, selon le fondateur du groupe, Morris Chang.

Cette usine, la première de TSMC dans l'archipel, «va, je crois, améliorer la résilience de l'approvisionnement en puces pour le Japon et pour le monde», a souligné le vétéran de 92 ans au cours de la cérémonie d'inauguration de l'usine à Kikuyo, sur l'île méridionale de Kyushu.

«Cela provoquera également une renaissance de la fabrication de semi-conducteurs au Japon», a déclaré M. Chang, qui apparaît rarement en public.

Le géant taïwanais, qui compte Apple et Nvidia parmi ses clients, contrôle plus de la moitié de la production mondiale de puces, utilisées dans tous les domaines, des smartphones aux voitures connectées en passant par les missiles et l'intelligence artificielle (IA).

Mais les clients de TSMC, ainsi que les gouvernements, préoccupés par l'approvisionnement en puces vitales pour leur économie et leur défense, ont incité l'entreprise à fabriquer davantage de puces en dehors de l'île autonome.

TSMC a commencé à diversifier davantage ses capacités industrielles, sur fond de montée des craintes d'une invasion de Taïwan par la Chine, qui considère l'île comme une province chinoise dont elle doit reprendre le contrôle.

- Subventions -

La méga-usine de Kikuyo, d'un coût équivalent à 8 milliards d'euros, a été subventionnée à plus de 40% par le Japon.

C'est l'un des piliers de l'ambitieux plan du Japon de revitaliser son industrie des semi-conducteurs.

L'usine de Kumamoto est l'un des plus importants investissements industriels à l'étranger de TSMC, souligne Chris Miller, professeur à l'université Tufts près de Boston (nord-est des Etats-Unis) et auteur en 2022 de «Chip War», un livre remarqué sur la compétition dans les puces électroniques que se livrent désormais l'Asie, les Etats-Unis et l'Europe.

Cette usine «va aussi consolider la relation politique entre Taïwan et le Japon, à un moment où Taïwan cherche à s'assurer qu'il a des alliés puissants pouvant l'aider à résister à la pression chinoise», ajoute M. Miller, interrogé par l'AFP.

La nouvelle installation de TSMC constitue également un coup d'éclat pour le Japon, qui rivalise avec les Etats-Unis et l'Europe pour séduire les entreprises de semi-conducteurs avec d'énormes subventions.

Le Premier ministre Fumio Kishida a déclaré lors de la cérémonie d'ouverture que le Japon était «désormais positionné comme un point d'ancrage important dans la stratégie mondiale de TSMC».

Le gouvernement nippon prévoit d'investir jusqu'à 4.000 milliards de yens (environ 25 milliards d'euros) sur trois ans, dans le but de tripler les ventes de puces «made in Japan» d'ici 2030, à plus de 15.000 milliards de yens (plus de 90 milliards d'euros au cours actuel) par an.

- «Silicon Island» -

En février, TSMC a confirmé qu'il allait construire une deuxième méga-usine dans le département de Kumamoto, là aussi avec un important soutien financier de Tokyo et d'entreprises privées japonaises comme Sony et Toyota.

TSMC songe aussi à construire une troisième, voire une quatrième usine géante au Japon à plus long terme, selon la presse.

Le groupe est aussi en train de bâtir un gigantesque site de production en Arizona (sud-ouest des Etats-Unis), un chantier qui a pris du retard, et en prévoit un autre en Allemagne, son premier en Europe.

Mais le Japon a l'avantage d'être géographiquement proche de Taïwan, d'avoir une grande expérience dans la production de semi-conducteurs et d'être efficace: l'usine de TSMC a été achevée en seulement 22 mois.

L'île de Kyushu est surnommée «Silicon Island» depuis les années 1960, comme elle concentre plus d'un tiers des entreprises de semi-conducteurs au Japon.

Mais comme pour d'autres secteurs d'activité, le pays craint de manquer de main-d'œuvre pour redévelopper sa filière des semi-conducteurs, en raison de son déclin démographique prononcé.


Accord de prêt du Fonds saoudien pour le développement au secteur du transport tunisien

L'ambassadeur d’Arabie saoudite en Tunisie, Abdulaziz ben Ali Al-Saqr, le ministre tunisien des Transports Rabie El-Majidi, et des responsables des deux parties ont assisté à la cérémonie de signature. (SPA)
L'ambassadeur d’Arabie saoudite en Tunisie, Abdulaziz ben Ali Al-Saqr, le ministre tunisien des Transports Rabie El-Majidi, et des responsables des deux parties ont assisté à la cérémonie de signature. (SPA)
Short Url
  • Le financement vise à rénover 190 km environ du réseau ferroviaire, renforçant ainsi la capacité de transport du phosphate, et contribuant à la croissance économique de la Tunisie
  • Depuis 1975, le FSD a fourni des financements à la Tunisie, soutenant la mise en œuvre de 35 projets et programmes de développement à travers des prêts bonifiés et d’amples subventions

RIYAD: Le PDG du Fonds saoudien pour le développement, Sultan ben Abdulrahman Al-Marshad, a signé un accord de prêt bonifié d'une valeur de 55 millions de dollars avec la ministre tunisienne de l'Économie et de la Planification Feryel Ouerghi. Ce prêt financera la rénovation et le développement du réseau ferroviaire de transport du phosphate en Tunisie.

Le ministre tunisien des Transports Rabie El-Majidi, l'ambassadeur d’Arabie saoudite en Tunisie, Abdulaziz ben Ali Al-Saqr, ainsi que des responsables des deux parties ont assisté à la cérémonie de signature.

Ce financement vise à rénover 190 km environ de réseau ferroviaire, renforçant ainsi la capacité de transport du phosphate, et contribuant à la croissance économique de la Tunisie.

L'accord créera également des opportunités d'emplois directs et indirects, tout en réduisant la congestion du trafic.

Feryel Ouerghi a exprimé sa reconnaissance pour les efforts du FSD dans le suivi des projets de développement qu’il finance, ce qui facilite leur réalisation et contribue à lever les obstacles.

Elle a également salué le rôle du FSD dans l’obtention des résultats souhaités des projets, de même que dans l’ouverture de perspectives prometteuses de coopération pour de nouvelles initiatives.

Abdulrahman Al-Marshad, pour sa part, a souligné l'importance du secteur des transports dans le développement des pays aspirant à un avenir prospère pour leur peuple.

«Ce secteur contribue à accroître les opportunités vitales vers le développement durable, conduisant au bien-être et au progrès sociétal», a-t-il indiqué.

Il a réaffirmé la conviction du FDS selon laquelle le secteur des transports en Tunisie était essentiel pour le soutien du développement social et économique du pays, exprimant l'espoir que cet accord constituerait une contribution supplémentaire à cette fin.

Depuis 1975, le FSD a fourni des financements à la Tunisie, soutenant la mise en œuvre de 35 projets et programmes de développement à travers des prêts bonifiés et d’amples subventions totalisant plus de 1,3 milliard de dollars.

Ces fonds ont été alloués à des secteurs tels que les infrastructures sociales, les transports, l'énergie et le développement rural.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com