Pedro Sánchez défend l'amnistie en Catalogne, indispensable à sa reconduction au pouvoir

Le Premier ministre espagnol par intérim Pedro Sanchez s'exprime lors d'un débat parlementaire à la veille du vote pour élire le prochain Premier ministre espagnol, au Congrès des députés à Madrid, le 15 novembre 2023 (Photo de JAVIER SORIANO / AFP).
Le Premier ministre espagnol par intérim Pedro Sanchez s'exprime lors d'un débat parlementaire à la veille du vote pour élire le prochain Premier ministre espagnol, au Congrès des députés à Madrid, le 15 novembre 2023 (Photo de JAVIER SORIANO / AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 15 novembre 2023

Pedro Sánchez défend l'amnistie en Catalogne, indispensable à sa reconduction au pouvoir

  • Depuis dix jours, des rassemblements quotidiens de l'extrême droite, parfois violents, ont lieu devant le siège du Parti socialiste à Madrid
  • Arrivé en deuxième position derrière son rival conservateur Alberto Núñez Feijóo lors du scrutin du 23 juillet, Pedro Sánchez est assuré d'obtenir la majorité nécessaire à sa reconduction

MADRID: Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a défendu mercredi l'amnistie concédée aux partis indépendantistes catalans en échange de sa reconduction au pouvoir, appelant l'opposition à la "responsabilité" dans un contexte de vives tensions provoquées par ce projet controversé.

"Nous avons préféré les retrouvailles à la vengeance, l'unité à la fracture", a déclaré le chef de file socialiste, au pouvoir depuis 2018, lors de son discours d'investiture devant la Chambre des députés.

La future loi d'amnistie, destinée à tourner la page de la tentative de sécession de la Catalogne en 2017, "va bénéficier à de nombreuses personnes et dirigeants politiques", poursuivis par la justice, "dont je ne partage pas les idées et dont je rejette les actions", a expliqué M. Sánchez.

Mais elle est nécessaire pour "refermer les blessures" ouvertes par cette "crise politique dont personne ne peut être fier", a-t-il poursuivi, en assurant, devant les députés, vouloir garantir "l'unité de l'Espagne par la voie du dialogue et du pardon".

Lors de ce discours d'une heure et quarante-cinq minutes, M. Sánchez a défendu la constitutionnalité de cette mesure, à laquelle il était opposé par le passé, et appelé l'opposition de droite, qui a fait descendre des centaines de milliers de personnes dans la rue dimanche, à la "responsabilité".

"Le problème du Parti populaire" (PP), principale formation de droite, et du parti d'extrême droite "Vox, ce n'est pas l'amnistie" mais le fait "qu'ils n'acceptent pas le résultat" des législatives du mois de juillet, a lancé M. Sánchez, qui se soumettra jeudi à un vote de confiance.

Majorité absolue

Arrivé en deuxième position derrière son rival conservateur Alberto Núñez Feijóo lors du scrutin du 23 juillet, Pedro Sánchez est assuré d'obtenir la majorité nécessaire à sa reconduction.

A la différence du chef du PP, incapable d'accéder au pouvoir faute de soutiens suffisants au Parlement, le dirigeant socialiste, réputé pour sa capacité à survivre politiquement, a en effet réussi à nouer de multiples alliances.

Il a ainsi obtenu le soutien de l'extrême gauche, en échange d'un accord prévoyant une nouvelle hausse du salaire minimum et une réduction de 40 à 37,5 heures de la durée de la semaine de travail, et des partis basques.

Le responsable de 51 ans a aussi et surtout engrangé l'appui des deux grandes formations séparatistes catalanes: Ensemble pour la Catalogne (Junts), de Carles Puigdemont, et Gauche républicaine de Catalogne (ERC).

De quoi s'assurer un total de 179 voix au Parlement, alors que la majorité absolue est fixée à 176.

Mais la mesure d'amnistie - réclamée notamment par Carles Puigdemont, qui a fui en Belgique en 2017 pour échapper aux poursuites judiciaires - a réveillé une profonde fracture au sein de la société espagnole et fait naître des doutes sur la capacité de M. Sánchez à gouverner de façon sereine.

Profonde fracture

Depuis dix jours, des rassemblements quotidiens de l'extrême droite, parfois violents, ont ainsi lieu devant le siège du Parti socialiste à Madrid. Le PP et Vox, qui appelle à la "résistance" face au nouveau gouvernement, ont par ailleurs prévu de multiplier les recours judiciaires contre l'amnistie.

Pedro Sánchez a accepté cette mesure "exclusivement pour (obtenir) les sept voix" des députés de Junts "dont il a besoin", a dénoncé mercredi la numéro deux du PP, Cuca Gamarra. "Ce n'est ni pour l'Espagne, ni au nom du peuple espagnol", a-t-elle insisté, en accusant le Premier ministre d'alimenter la "division".

En raison des tensions entourant son investiture, plus de 1 600 policiers ont été déployés mercredi autour du Parlement, totalement bouclé par les forces de l'ordre. Un dispositif équivalent à celui d'un match de football classé à haut risque.

Le Premier ministre "va rompre l'égalité des Espagnols face à la loi", a dénoncé auprès de l'AFP Jacinto Medina, 50 ans, venu manifester à bonne distance de la Chambre haute, devant une banderole accusant le socialiste de "trahison". Il "est en train de vendre l'Espagne" aux indépendantistes catalans, a abondé, enveloppée dans un drapeau espagnol, Belen Valdez.

S'exprimant sur ces rassemblements, Pedro Sánchez a défendu le droit à manifester, tout en appelant la droite à ne pas "profiter de cette situation pour mettre le feu à la rue".


Des milliers de manifestants anti-Netanyahu près du Congrès américain avant son discours

Des manifestants pro-palestiniens protestent près du Capitole américain avant que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ne s'adresse à une réunion conjointe du Congrès, le 24 juillet 2024, à Washington, DC. (Photo AFP)
Des manifestants pro-palestiniens protestent près du Capitole américain avant que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ne s'adresse à une réunion conjointe du Congrès, le 24 juillet 2024, à Washington, DC. (Photo AFP)
Short Url
  • "Nous sommes là pour montrer notre opposition à l'accueil du criminel Netanyahu dans notre capitale par les mêmes responsables politiques qui lui envoient des armes pour tuer des enfants à Gaza", a expliqué à l'AFP Karameh Kuemmerle, de l'association Doct
  • Benjamin Netanyahu devait débuter à 18H00 GMT un discours devant un Congrès américain divisé sur sa conduite de la guerre à Gaza.

WASHINGTON : Des milliers de manifestants se sont rassemblés mercredi autour du Congrès américain à Washington pour protester contre le discours du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et pour demander un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, dévastée par plus de neuf mois de guerre.

Vers 17H30 GMT, de légers heurts ont éclaté entre les manifestants portant des drapeaux palestiniens et la police, qui a utilisé du gaz au poivre contre la foule pour la repousser alors qu'elle s'approchait du Capitole, dans le centre de la capitale des Etats-Unis, a constaté un journaliste de l'AFP.

Auparavant, avec des slogans comme "Palestine libre", elle criait sa colère contre la venue du dirigeant israélien, contre lequel le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé un mandat d'arrêt pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.

"Nous sommes là pour montrer notre opposition à l'accueil du criminel Netanyahu dans notre capitale par les mêmes responsables politiques qui lui envoient des armes pour tuer des enfants à Gaza", a expliqué à l'AFP Karameh Kuemmerle, de l'association Doctors Against Genocide (Médecins contre le génocide, en français).

"Nous sommes horrifiés par la destruction du système de santé à Gaza", a-t-il dit, alors que le territoire palestinien est assiégé et bombardé sans relâche par l'armée israélienne depuis l'attaque sans précédant du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre.

Benjamin Netanyahu devait débuter à 18H00 GMT un discours devant un Congrès américain divisé sur sa conduite de la guerre à Gaza. Il s'efforcera de faire pression sur les Etats-Unis dans un contexte relativement tendu entre les deux pays. Les Etats-Unis restent le premier allié et principal soutien militaire d'Israël.

"L'hypocrisie des hommes politiques a complètement dépassé les limites", a dit à l'AFP Mo, un manifestant de 58 ans qui n'a pas souhaité donner son nom complet. Pour lui, le soutien américain à Israël est "la question numéro un" pour l'élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis.

"Recherche la paix et poursuis-la", peut-on lire sur une pancarte, reprenant une citation de la Bible.

Des manifestants montrent Benjamin Netanyahu sur une affiche de criminel recherché quand d'autres demandent sur leurs pancartes: "Arrêtez ce criminel de guerre".

Le Premier ministre israélien doit s'entretenir jeudi avec le président américain Joe Biden. Il doit aussi rencontrer sa vice-présidente et désormais candidate démocrate à la présidentielle Kamala Harris ainsi que le candidat républicain Donald Trump.

Le 7 octobre, des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël ont mené une attaque qui a entraîné la mort de 1.197 personnes, essentiellement des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a lancé une campagne aérienne puis terrestre contre le territoire pauvre et surpeuplé, qui a provoqué une catastrophe humanitaire et fait jusque-là 39.145 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.


HRW condamne le "procès expéditif" de 57 Bangladais aux Emirats

Des étudiants bangladais transportent une femme blessée après des affrontements avec la section jeunesse de la ligue Awami à Dhaka le 15 juillet 2024. (AFP)
Des étudiants bangladais transportent une femme blessée après des affrontements avec la section jeunesse de la ligue Awami à Dhaka le 15 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • La justice des Emirats, où les manifestations non autorisées sont interdites, a prononcé ces peines dimanche, à l'issue d'une enquête expéditive.
  • Dans un communiqué, l'ONG de défense des droits humains a dénoncé un procès "expéditif qui soulève de sérieuses inquiétudes quant à l'équité et à la régularité de la procédure".

DUBAI :  L'ONG Human Rights Watch (HRW) a qualifié mercredi de "déni de justice" la condamnation aux Emirats arabes unis de 57 Bangladais à de lourdes peines de prison pour avoir manifesté dans ce pays du Golfe.

La justice des Emirats, où les manifestations non autorisées sont interdites, a prononcé ces peines dimanche, à l'issue d'une enquête expéditive.

Trois accusés ont été condamnés à la prison à vie, tandis que 53 autres à 10 ans de prison chacun et un à 11 ans.

Dans un communiqué, l'ONG de défense des droits humains a dénoncé un procès "expéditif qui soulève de sérieuses inquiétudes quant à l'équité et à la régularité de la procédure".

"Il est impossible que les accusés puissent bénéficier d'un procès équitable lorsque l'enquête, le procès et le verdict ont eu lieu en moins de 48 heures", a déclaré, dans le communiqué, Joey Shea, chercheur de HRW.

Les autorités ont donné peu de détails sur l'ampleur des manifestations ou leur localisation, mais des vidéos collectées et vérifiées par HRW ont montré d'importants rassemblements dans plusieurs villes des Emirats, y compris la capitale Abou Dhabi et Dubaï.

Une vidéo enregistrée près du Dubaï Mall "montre des centaines, voire des milliers de manifestants rassemblés sur la route et reprenant les slogans des étudiants du Bangladesh", a indiqué HRW.

Des manifestations ont eu lieu ce mois-ci au Bangladesh pour protester contre un système de quotas pour les emplois de la fonction publique qui, selon les critiques, profite aux partisans de la Première ministre autocratique Sheikh Hasina.

Des marches ont dégénéré en troubles civils, faisant au moins 186 morts, selon un décompte de l'AFP portant sur les victimes signalées par la police et les hôpitaux.

Les Bangladais constituent le troisième groupe d'étrangers aux Emirats arabes unis, après les Pakistanais et les Indiens, selon le ministère des affaires étrangères émirati.

L'Etat du Golfe, riche en pétrole, interdit les manifestations non autorisées ainsi que les critiques à l'encontre des dirigeants ou les discours susceptibles d'encourager l'agitation sociale.

La diffamation, ainsi que les insultes verbales et écrites, qu'elles soient publiées ou prononcées en privé, sont punies par la loi. Le code pénal du pays criminalise également l'offense aux Etats étrangers ou la mise en péril des liens avec eux.


A la tête du G20, Lula sonne la mobilisation contre la faim

Short Url
  • Le défi est de taille: 733 millions de personnes ont souffert de la faim en 2023, soit 9% de la population mondiale, selon un rapport publié mercredi par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et d'autres agences onusi
  • Il y aurait d'une part un document spécifique sur la "coopération internationale en matière fiscale", incluant la question de la taxation des "super-riches", d'autre part un communiqué final plus large et enfin une "déclaration" publiée séparément par la

RIO DE JANEIRO : Le président brésilien Lula va embarquer mercredi à Rio de Janeiro les pays du G20 dans la lutte contre la faim dans le monde, avant une réunion des ministres des Finances du groupe promise à d'âpres discussions sur la taxation des milliardaires.

Le défi est de taille: 733 millions de personnes ont souffert de la faim en 2023, soit 9% de la population mondiale, selon un rapport publié mercredi par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et d'autres agences onusiennes.

Le président Luiz Inacio Lula da Silva avait affiché ses ambitions lundi lors d'un entretien à plusieurs agences de presse internationales, dont l'AFP. "La lutte contre les inégalités, contre la faim, contre la pauvreté, ne peut pas être menée par un seul pays. Elle doit être menée de concert par les pays qui sont disposés à assumer cette responsabilité historique", a-t-il dit.

Face au fléau de la malnutrition, qui persiste en raison notamment des conflits, des difficultés économiques et des intempéries extrêmes, Lula va lancer l'"Alliance globale contre la faim et la pauvreté", une priorité de la présidence brésilienne du G20.

Le dirigeant de gauche a une crédibilité dans ce domaine: ses programmes sociaux avaient permis de sortir des millions de Brésiliens de la pauvreté durant ses deux premiers mandats (2003-2010).

L'"Alliance" vise à trouver des moyens financiers communs pour lutter contre la faim ou à répliquer les initiatives qui fonctionnent localement.

- Taxation des milliardaires -

Jeudi et vendredi, le rendez-vous des grands argentiers du G20 marquera l'une des dernières grandes étapes avant le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des principales économies mondiales les 18 et 19 novembre, également à Rio.

Après une première réunion à Sao Paulo en février, les ministres des Finances du G20 doivent tenter d'avancer sur l'idée d'une taxation des "super-riches", autre objectif fixé par Brasilia.

Soutenue par la France, l'Espagne, l'Afrique du Sud, la Colombie et l'Union africaine, l'initiative entend taxer les plus hauts patrimoines en utilisant comme base les travaux du spécialiste français des inégalités Gabriel Zucman, auteur d'un rapport en juin à la demande du Brésil.

Mais les avancées restent très hypothétiques.

"Il n'y a aucun consensus en l'état actuel des choses", a averti mardi le ministère allemand des Finances.

Les Etats-Unis s'opposent à des négociations internationales sur le sujet, comme la secrétaire au Trésor Janet Yellen l'a rappelé lors d'un "G7 Finances" en Italie en mai. D'éventuelles taxes de ce genre "varieront très certainement assez largement" d'un pays à l'autre, selon un haut fonctionnaire de son administration.

La France - représentée par le directeur général du Trésor en l'absence de Bruno Le Maire, membre d'un gouvernement qui gère désormais les affaires courantes - veut croire pour sa part qu'"une première étape peut être atteinte de façon rapide", en matière d'échange d'informations entre Etats.

- Trois textes -

Les pays membres du G20 vont par ailleurs tenter de progresser sur la fiscalité des multinationales, près de trois ans après la signature d'un accord par près de 140 pays. Les négociations patinent sur la façon de taxer les multinationales du numérique là où elles exercent leur activité.

Alors que le G20 est entravé par les divisions entre pays occidentaux et Russie depuis le début de la guerre en Ukraine, la question d'un communiqué commun demeure épineuse. A Sao Paulo en février, les grands argentiers avaient buté sur une "impasse", de l'aveu du ministre brésilien de l'Economie Fernando Haddad.

La solution imaginée par le Brésil est d'aboutir cette fois à trois textes, a expliqué mardi soir Tatiana Rosito, une haute responsable du ministère.

Il y aurait d'une part un document spécifique sur la "coopération internationale en matière fiscale", incluant la question de la taxation des "super-riches", d'autre part un communiqué final plus large et enfin une "déclaration" publiée séparément par la présidence brésilienne qui elle seule évoquerait les crises géopolitiques.

"Les négociations avancent bien", a affirmé Mme Rosito.

Fondé en 1999, le G20 rassemble la plupart des principales économies mondiales, ainsi que l'Union européenne et l'Union africaine. Sa vocation était dans un premier temps surtout économique mais il s'est de plus en plus saisi des sujets brûlants de l'actualité mondiale.