La Turquie veut «gagner du temps» en retardant la candidature de la Suède à l'OTAN

Initialement, le comité devait approuver le protocole d'adhésion et l'envoyer au parlement pour ratification avant la signature du président Recep Tayyip Erdogan. (Photo, AFP)
Initialement, le comité devait approuver le protocole d'adhésion et l'envoyer au parlement pour ratification avant la signature du président Recep Tayyip Erdogan. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 18 novembre 2023

La Turquie veut «gagner du temps» en retardant la candidature de la Suède à l'OTAN

  • Ankara met la pression sur Wahington au sujet de l'accord de 20 milliards de dollars sur les avions de combat, déclare un analyste à Arab News
  • «Les remarques positives d'Erdogan sur le Hamas ont rendu plus difficile pour l'administration Biden de faire passer la demande de F-16 de la Turquie par le Congrès», a expliqué Unluhisarcikli

ANKARA: La décision du parlement turc de reporter le vote sur la candidature de la Suède à l'adhésion à l'OTAN − dernier rebondissement en date d'une saga de 18 mois − a soulevé des questions sur les raisons de ce retard et ses impacts potentiels.

Selon les experts, ce report pourrait être lié aux espoirs de la Turquie d'acheter à Washington des avions de combat F-16 et des kits de modernisation pour un montant de 20 milliards de dollars américains (1 dollar américain = 0,92 euro).

Ankara prévoit d'exercer davantage de pression sur Washington pour qu'elle approuve l'accord avant d'accepter l’adhésion de la Suède à l'OTAN.

Officiellement, le report est attribué au fait que les députés ont besoin d'être davantage convaincus sur la question.

La crise au Moyen-Orient a permis au président Erdogan de s'exposer aux critiques de l'opposition, qui estime que les problèmes économiques de la Turquie l'ont rendu trop souple à l'égard de l'Occident.

Ozgur Unluhisarcikli, analyste

Initialement, il était prévu que la commission approuve le protocole d'adhésion et l'envoie au parlement pour ratification avant la signature du président Recep Tayyip Erdogan.

Cependant, un législateur de l'opposition, Kursad Zorlu, a déclaré que la Turquie ne devrait pas ratifier la demande avant un autre membre de l'OTAN, la Hongrie, qui refuse également d'approuver l’adhésion de la Suède.

La prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN est prévue à Bruxelles les 28 et 29 novembre.

Avant la réunion du Parlement turc, le président du Parlement, Numan Kurtulmus, a déclaré à son homologue suédois, par appel vidéo, qu'Ankara souhaitait achever le processus de ratification «dès que possible».

Paul Levin, directeur de l'Institut d'études turques de l'université de Stockholm, pense que le Parti de la justice et du développement, ou AKP, au pouvoir, pourrait avoir choisi de retarder le vote pour éviter d'imposer une question aussi impopulaire.

«Les turcs ont décidé de reporter le vote pour avoir le temps d'obtenir plus d'informations sur les mesures prises par la Suède en réponse aux préoccupations de la Turquie», a-t-il estimé.

Levin a également souligné un aspect inquiétant pour Stockholm dans la formulation utilisée par les membres de la commission de l'AKP pour reporter le vote, en faisant référence à «l'immaturité des négociations».

Cela signifie un désir de poursuivre les négociations pour obtenir davantage de concessions de la part de la Suède.

En réponse aux préoccupations sécuritaires de la Turquie, la Suède a renforcé sa législation antiterroriste, condamnant des individus pour incitation à la haine en brûlant le Coran et pour financement du terrorisme.

En outre, la Suède a gelé le compte bancaire d'un groupe kurde en raison de ses liens avec le parti des travailleurs du Kurdistan, interdit.

Les experts estiment que le retard dans le processus d'adhésion à l'OTAN pourrait avoir des conséquences sur les relations de la Turquie avec l'OTAN et Washington.

«Les capitales de l'OTAN et Washington sont déjà très irrités par la Turquie pour ce qui est largement perçu comme son obstructionnisme sur ce sujet et bien d'autres. Ce retard ne peut qu'amplifier ces sentiments», a indiqué Levin.

Selon Levin, si le retard persiste, les États-Unis pourraient vendre des chasseurs F-35 à la Grèce, tout en ignorant la demande de la Turquie concernant les F-16.

D'une manière générale, l'approche transactionnelle d'Erdogan lui permet souvent d'obtenir des concessions de la part de ses alliés à court terme, car personne ne veut «perdre la Turquie», a précisé Levin.

«Toutefois, cette approche a un coût élevé en termes de réputation à moyen et long terme», a-t-il ajouté.

Bien que l'administration Biden ait indiqué qu'elle approuvait la demande d'achat d'avions de combat F-16 et de kits de modernisation présentée par la Turquie, le département d'État américain n'a pas encore officiellement notifié la vente au Congrès.

Le vice-ministre turc des Affaires étrangères, Burak Akcapar, a déclaré qu’Ankara s'attendait à ce que la vente soit finalisée «sans conditions préalables et dès que possible».

Ozgur Unluhisarcikli, directeur du bureau d'Ankara du Fonds allemand Marshall des États-Unis, a déclaré que l'adhésion de la Suède à l'OTAN était devenue une négociation trilatérale entre Ankara, Stockholm et Washington.

«La Suède ayant rempli autant de conditions que la Turquie le pouvait politiquement, c'est désormais la voie Turquie-États-Unis qui dirige le processus», a-t-il déclaré à Arab News.

«Bien qu'Ankara et Washington rejettent publiquement cette idée, le lien entre la demande de la Turquie d'acheter une nouvelle flotte de F-16 aux États-Unis et la ratification de l'adhésion de la Suède à l'OTAN n'est un secret pour personne. Bien que des signaux positifs proviennent d'Ankara, les étoiles doivent encore être alignées», a-t-il déclaré.

Selon Unluhisarcikli, la crise au Moyen-Orient a permis à Erdogan de s'exposer aux critiques de l'opposition selon lesquelles les problèmes économiques de la Turquie l'ont rendue «trop souple» à l'égard de l'Occident.

«Les remarques positives d'Erdogan sur le Hamas ont rendu plus difficile pour l'administration Biden de faire passer la demande de F-16 de la Turquie par le Congrès», a-t-il expliqué.

«Biden et Erdogan peuvent tous deux obtenir des résultats sur ces deux questions s'ils choisissent d'investir suffisamment de capital politique dans le processus, mais la Turquie organise des élections locales dans cinq mois et les États-Unis approchent d'un cycle d'élections présidentielles», a-t-il signalé.

«Nous sommes plus près que jamais de voir la Suède comme un nouvel allié de l'OTAN, mais il faut un peu plus de volonté politique non seulement à Ankara mais aussi à Washington», a ajouté Unluhisarcikli.

Le ministre turc de la Défense, Yasar Guler, a annoncé jeudi que la Turquie envisageait d'acheter 40 avions de combat Typhoon produits par quatre pays européens, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne. L'approbation de ces quatre pays est nécessaire pour que la vente puisse avoir lieu.

La Turquie serait en pourparlers avec le Royaume-Uni et l'Espagne, mais l'Allemagne s'est opposée à cette idée, craignant que ces avions ne soient utilisés pour des missions ne relevant pas de l'OTAN.

Erdogan était en visite en Allemagne vendredi pour s'entretenir avec le chancelier Olaf Scholz.

Après avoir été exclue par les États-Unis du programme d'avions de combat de cinquième génération F-35 en raison de son acquisition du système de défense aérienne russe S-400, la Turquie cherche à répondre à ses besoins en matière d'avions de combat auprès d'autres fournisseurs.

Il s'agit notamment de développer son avion de chasse de cinquième génération et, dans l'intervalle, de remplacer ses avions de chasse F-4 Phantom vieillissants par l'Eurofighter Typhoon.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre

Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre
Short Url
  • Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions
  • Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements…

KOSTIANTYNIVKA: Lioudmyla Polokova erre parmi les décombres de son école, frappée en janvier par deux missiles russes. L'enseignante sait qu'il est loin le jour où, peut-être, y résonneront de nouveau des rires d'enfants.

Marchant sur le sol jonché de bris de verre et de pages arrachées, elle raconte son épuisement, après deux années à vivre avec les bombes russes qui s'abattent sur sa ville de Kostiantynivka et sur le reste du Donbass ukrainien.

A 18 kilomètres de là, sur le front, les forces russes sont à l'offensive. Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions.

"Nous sommes fatigués d'entendre que nos hommes meurent. Nous sommes fatigués de voir tout ça de nos propres yeux, de ne pas dormir la nuit à cause du bruit, à cause des missiles", confie à l'AFP cette prof de 62 ans depuis la cour d'école, qui surplombe un cimetière et des cheminées d'usines soviétiques.

Elle veut encore croire en "des jours meilleurs", alors que l'Ukraine marquera le 24 février le deuxième anniversaire de l'invasion russe. Mais dans toute la région, un sentiment croissant d'abattement est palpable.

Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements, la consolidation de la machine de guerre russe, et désormais aussi la chute d'Avdiïvka, ville forteresse ukrainienne abandonnée aux Russes le 17 février.

Et chez les soldats ukrainiens, le sentiment de vaciller au bord d'un abîme grandit.


«Nous devrions tous les tuer», réagit un membre du Congrès américain sur Gaza

Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Short Url
  • Les propos d’Ogles sont «révélateurs de la complicité de Washington» dans les souffrances des habitants de Gaza, avertissent les experts
  • Une vidéo controversée révèle que les États-Unis ont opposé leur veto à la résolution de l’ONU sur le cessez-le-feu pour la troisième fois

LONDRES: Un membre du Congrès américain a suscité l’indignation après avoir lancé «Nous devrions tous les tuer» en référence aux Palestiniens de Gaza.

Mardi, le représentant américain de la cinquième circonscription du Tennessee, Andy Ogles, a été approché par un groupe d’activistes propalestiniens à Washington.

L’un d’entre eux lui a dit: «J’ai vu les images de corps d’enfants déchiquetés. C’est l’argent que je paye en impôts qui va bombarder ces enfants.»

«Vous savez quoi? Je pense que nous devrions tous les tuer, si cela peut vous rassurer. Le Hamas et les Palestiniens attaquent Israël depuis vingt ans. Il est temps de payer les pots cassés», a répondu Ogles.

La vidéo choquante du membre républicain du Congrès a suscité une condamnation générale sur les réseaux sociaux, les experts avertissant que les propos d’Ogles sont révélateurs de la complicité de Washington dans les souffrances des habitants de Gaza. 

«Pour ceux d’entre vous qui se demandent comment les nazis, Daech, etc. peuvent tuer des gens sans discernement, vous voyez maintenant des dirigeants et des personnes éminentes dans les sociétés démocratiques soi-disant éclairées démontrer que l’adhésion aveugle à toute idéologie peut transformer des gens ordinaires en monstres diaboliques», a écrit Faisal Kutty, avocat, auteur et défenseur des droits de l’homme, sur la plate-forme X.

«Ces personnes ont toutes vendu leur âme au plus offrant», a-t-il ajouté.

Indignation

Ogles, connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël, a déjà voté en faveur de la censure de la députée Rashida Tlaib, accusée d’avoir soutenu l’attaque menée par le Hamas contre Israël le 7 octobre. Ogles a également proposé une loi visant à empêcher les Palestiniens d’entrer aux États-Unis.

L’indignation suscitée par les propos d’Ogles survient alors que l’administration Biden est de plus en plus critiquée pour avoir opposé son veto à une résolution sur le cessez-le-feu au Conseil de sécurité de l’ONU. Il s’agit du troisième veto américain depuis le 7 octobre.

L’Unicef a mis en garde contre une augmentation potentielle des décès évitables d’enfants à Gaza en raison de la malnutrition et de la maladie. Jason Lee, de l’ONG Save the Children, a qualifié la situation d’«astronomique» et a averti qu’aucun mot ne pouvait décrire l’ampleur de la mort et de la destruction dans l’enclave.

L’armée israélienne aurait tué plus de 12 400 enfants à Gaza depuis le 7 octobre, et plus de 600 000 enfants sont actuellement bloqués à Rafah. Save the Children a révélé le nombre alarmant d’amputations: en moyenne, plus de dix enfants par jour à Gaza ont perdu une jambe ou les deux depuis le mois d’octobre.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Washington va sanctionner plus de 500 entités liées à la «machine de guerre» russe

Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre" (Photo, AFP).
Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre" (Photo, AFP).
Short Url
  • La Maison Blanche avait indiqué plus tôt dans la journée que des sanctions majeures contre la Russie seraient annoncées vendredi
  • Joe Biden a rencontré jeudi à San Francisco la veuve et la fille d'Alexeï Navalny

WASHINGTON: Les Etats-Unis annonceront vendredi de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, visant plus de 500 entités liées "à ses soutiens et à sa machine de guerre", a indiqué jeudi à l'AFP une porte-parole du département américain du Trésor.

"Il s'agira de la tranche la plus importante depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par Poutine", a-t-elle précisé, soulignant que ces sanctions seront prises à la fois par le département du Trésor et par le département d'Etat.

La Maison Blanche avait indiqué plus tôt dans la journée que des sanctions "majeures" contre la Russie seraient annoncées vendredi, en réponse au décès de l'opposant russe d'Alexeï Navalny, mais aussi pour marquer les deux années écoulées depuis l'invasion de l'Ukraine.

Le président américain Joe Biden a rencontré jeudi à San Francisco la veuve et la fille d'Alexeï Navalny. Le démocrate de 81 ans a accusé le président russe Vladimir Poutine d'être "responsable" de sa mort, annoncée le 16 février.

"Nous avons déjà des sanctions mais nous sommes en train d'en considérer des supplémentaires", avait-il déjà dit lundi.

Les Etats-Unis et l'Union européenne appliquent déjà une batterie de sanctions contre Moscou depuis le déclenchement de la guerre consécutive à l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février 2022.

L'administration Biden assure régulièrement l'Ukraine de son soutien, mais l'aide militaire américaine de 60 milliards de dollars est actuellement bloquée au Congrès.

Le Royaume-Uni, de son côté, a annoncé jeudi des sanctions supplémentaires contre la Russie, visant plus de 50 personnalités et entreprises, notamment dans des secteurs qui permettent à l'armée russe de se fournir en munitions, missiles et explosifs, et des "sources clés de revenus pour la Russie", comme le commerce de métaux, de diamants et de ressources énergétiques.

Londres a également annoncé de nouvelles livraisons de missiles aux Ukrainiens.