Antisémitisme: Les facs pressées d'agir contre un «fléau»

Des étudiants juifs de l'université de Nanterre ont rapporté à la presse des «pressions» et des «menaces» subies depuis le 7 octobre dans l'enceinte de l'établissement (Photo, AFP).
Des étudiants juifs de l'université de Nanterre ont rapporté à la presse des «pressions» et des «menaces» subies depuis le 7 octobre dans l'enceinte de l'établissement (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 22 novembre 2023

Antisémitisme: Les facs pressées d'agir contre un «fléau»

  • La ministre de l'Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, a mis en cause «une minorité de personnes d'extrême gauche»
  • La ministre, s'exprimant lors d'un déplacement à Nanterre, a qualifié l'antisémitisme de «fléau» et pointé des actes «intolérables»

PARIS: Depuis l'attaque du Hamas le 7 octobre, des étudiants juifs évoquent un climat "hostile" dans des universités en France, et citent des menaces ou des tags antisémites sur les murs: un "fléau" que les établissements tentent de combattre quotidiennement.

Des étudiants juifs de l'université de Nanterre ont rapporté à la presse des "pressions" et des "menaces" subies depuis le 7 octobre dans l'enceinte de l'établissement.

"Au-delà des tags, c'est avant tout un climat hostile, une atmosphère que l'on dénonce envers les étudiants juifs, qui se sentent en insécurité", explique à l'AFP Samuel Lejoyeux, le président de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF).

"Deux articles 40", une disposition qui permet à un agent public d'avertir la justice, ont été déposés par l'université de Nanterre et sont actuellement en "cours d'investigation", selon le préfet des Hauts-de-Seine Laurent Hottiaux. Ils concernent "un tract et une vidéo" jugés antisémites.

M. Lejoyeux concède que "les actes recensés sont minoritaires si l'on compare par exemple aux Etats-Unis" mais il se dit "inquiet".

Plusieurs organisations de jeunesse dont la Fage et l'Unef appelaient à un rassemblement "contre l'antisémitisme" mardi soir place du Panthéon à Paris.

Mais avec une trentaine de personnes seulement, "on n'a pas réussi à rassembler beaucoup de monde aujourd'hui, c'est assez triste et on le déplore clairement", reconnaissait sur place Loona Mourenas, première vice-présidente de la Fage.

"C'est un combat qu'on continuera de mener sur nos campus", assurait Salomé Hocquard, déléguée générale adjointe de l'Unef, regrettant une "recrudescence tres forte, depuis l'attaque du 7 octobre, de l'antisémitisme"

Plus tôt dans la journée, la ministre de l'Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, a mis en cause "une minorité de personnes d'extrême gauche" qui selon elle, seraient "liées" à des faits identifiés d'antisémitisme au sein de l'établissement, sans donner davantage de détails.

La ministre, s'exprimant lors d'un déplacement à Nanterre, a qualifié l'antisémitisme de "fléau" et pointé des actes "intolérables". Selon elle, "on ne peut pas venir à l'université, quelle que soit sa religion, ses convictions, avec la boule au ventre": "Il faut montrer qu'on met les limites".

«Actes isolés»

Maya Benhaim, étudiante en 3e année de droit dans cette université de l'ouest parisien et vice-présidente de l'UEJF à Nanterre dénonce un "climat anxiogène" dans son établissement. "On vient ici pour étudier et pas pour recevoir de la haine", lance cette étudiante qui a décidé de "ne pas se laisser marcher sur les pieds, sans avoir peur".

Pour ne "pas laisser penser que l'antisémitisme à sa place à l'université, chaque jour, une équipe d'une dizaine de personnes fait le tour des amphis, des couloirs pour effacer des éventuels tags à caractère antisémites", raconte à l'AFP Nicolas Bourbon, chargé de mission égalité et non discrimination à l'université de Nanterre.

A Nanterre, Sylvie Retailleau a appelé les étudiants "victimes ou témoins" à aller "vers les référents antisémitisme, racisme, discriminations, présents dans tous les établissements", des cellules de référents dont la visibilité est promue par les universités, assure-t-elle.

"Les présidents d'universités sont très mobilisés contre l'antisémitisme et réagissent très rapidement en cas d'incidents", assure Guillaume Gellé, président de France Universités, qui rassemble les dirigeants des universités et des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Lui aussi évoque des "actes isolés" contre les étudiants juifs dans les universités en France. "Assez peu mais c'est déjà trop", dit-il.

Aux Etats-Unis, les actes antisémites sont beaucoup plus nombreux. Le ministère américain de l'Education a récemment ouvert plusieurs enquêtes pour antisémitisme ou islamophobie au sein de très prestigieuses universités (Columbia, Cornell, et de Pennsylvanie --trois établissements d'élite de la côte Est), dont les campus sont vivement secoués par les réactions à la guerre au Proche-Orient.

Peu après le 7 octobre, la ministre avait appelé les responsables d'universités et d'établissements post-bac à "prendre toutes les mesures nécessaires" pour "veiller au respect de la loi et des principes républicains", face à des "dérives".

Les massacres du 7 octobre, qui ont fait plus de 1.200 morts côté israélien, ont déclenché une guerre dévastatrice entre le Hamas et Israël qui, depuis, pilonne la bande de Gaza. Selon le Hamas, les opérations militaires israéliennes y ont fait plus de 13.300 morts.


Défilé controversé à Paris de camélidés venus du monde entier

Des participants prennent part à un défilé de camélidés 'l'Amazing parade devant le Château de Vincennes près de Paris, le 20 avril 2024. Le 19 avril 2024 (AFP)
Des participants prennent part à un défilé de camélidés 'l'Amazing parade devant le Château de Vincennes près de Paris, le 20 avril 2024. Le 19 avril 2024 (AFP)
Short Url
  • L'évènement a fait bondir l'association de défense des animaux Paris Animaux Zoopolis, qui a dénoncé l'utilisation d'animaux comme "des objets de divertissement" et "de vulgaires ressources alimentaires"
  • L’année 2024 a été désignée comme celle des camélidés par l'ONU et l'Unesco

VINCENNCES : Un défilé controversé d'une cinquantaine de chameaux, dromadaires, lamas et alpagas venus du monde entier a eu lieu samedi dans le bois de Vincennes, à Paris, afin de promouvoir leur contribution à l'humanité malgré les critiques des défenseurs des animaux.

Venus du Canada, des États-Unis, du Qatar ou du Pérou, les camélidés, parés des couleurs des 34 délégations participantes, ont attiré une petite foule au début du défilé, sur l'esplanade du château de Vincennes, en région parisienne.

L'évènement a fait bondir l'association de défense des animaux Paris Animaux Zoopolis, qui a dénoncé l'utilisation d'animaux comme "des objets de divertissement" et "de vulgaires ressources alimentaires".

Un chamelier indien participe à un défilé de camélidés "l'étonnante parade" devant le château de Vincennes près de Paris, le 20 avril 2024 (AFP).
Un chamelier indien participe à un défilé de camélidés "l'étonnante parade" devant le château de Vincennes près de Paris, le 20 avril 2024 (AFP). 

Président de la Fédération pour le développement des camélidés en France et en Europe (FFDCFE), Christian Schoettl, a l'origine de l'initiative, souhaitait, lui, soutenir "la cause du dromadaire" et promouvoir la contribution de ces "héros des déserts et des hauts plateaux" qui subviennent aux besoins de "millions de ménages vivant dans des environnements hostiles dans plus de 90 pays".

"C’est une première mondiale", s’est enthousiasmé malgré la polémique Jocelyn Hémery, 31 ans, venu de Bretagne et qui souhaite s'installer en tant que chamelier.

M. Schoettl a déploré d'avoir dû renoncer au passage prévu initialement devant la Tour Eiffel et le siège de l'Unesco en raison d'une décision préfectorale liée notamment à l'organisation des Jeux Olympiques.

L’année 2024 a été désignée comme celle des camélidés par l'ONU et l'Unesco

 


Menaces de mort au consulat d'Iran: la garde à vue du suspect prolongée

Des policiers français de la Brigade de répression de l'action violente motorisée (Brav-M) participent à un périmètre de sécurité près du consulat d'Iran à Paris, alors qu'une personne est soupçonnée d'avoir pénétré dans le bâtiment avec des explosifs, le 19 avril 2024.
Des policiers français de la Brigade de répression de l'action violente motorisée (Brav-M) participent à un périmètre de sécurité près du consulat d'Iran à Paris, alors qu'une personne est soupçonnée d'avoir pénétré dans le bâtiment avec des explosifs, le 19 avril 2024.
Short Url
  • L'homme a été interpellé en sortant du consulat d’Iran, situé dans le XVIe arrondissement de Paris, "au sein duquel il aurait proféré des menaces de passage à l’acte violent"
  • Les investigations, confiées au 1er district de police judiciaire, ont pour "objectif de vérifier si les éléments constitutifs de l’infraction sont caractérisés et de comprendre l’intention qui animait le suspect", selon le parquet.

PARIS : La garde à vue d'un sexagénaire d'origine iranienne soupçonné d'être entré vendredi dans le consulat d'Iran à Paris en portant un gilet avec des grenades factices a été prolongée samedi, a-t-on appris de source proche du dossier.

L'enquête est ouverte pour menace de mort matérialisée par le port d’un gilet factice représentant des explosifs.

Vendredi vers 14h50, cet homme, né en 1963 en Iran, a été interpellé en sortant du consulat d’Iran, situé dans le XVIe arrondissement de Paris, "au sein duquel il aurait proféré des menaces de passage à l’acte violent", avait relaté le parquet de Paris.

Il "est sorti de lui-même et aucune matière explosive n’a été constatée à ce stade, ni sur lui ni sur place", avait-on poursuivi de même source.

Selon une source policière, l'homme portait un gilet avec de grandes poches contenant trois grenades offensives factices.

Les investigations, confiées au 1er district de police judiciaire, ont pour "objectif de vérifier si les éléments constitutifs de l’infraction sont caractérisés et de comprendre l’intention qui animait le suspect", selon le parquet.

Vendredi, le consulat d'Iran avait fait une "demande d'intervention" à la préfecture de police après le signalement d'un homme qui "aurait été aperçu par un seul témoin entrant dans le consulat, rue de Fresnel, porteur d'une grenade ou d'un gilet explosif", avait rapporté la préfecture de police à l'AFP.

Un périmètre de sécurité avait été mis en place tout autour du consulat et d'importantes forces de l'ordre mobilisées, jusqu’à ce que le suspect soit interpellé.

En octobre, cet homme avait été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à huit mois d'emprisonnement avec sursis probatoire pour avoir mis le feu à des pneus devant la grille de l’ambassade d’Iran le 9 septembre, acte qu’il avait justifié par son opposition au gouvernement de la République islamique d'Iran.

Cet ancien prothésiste et orthésiste, né à Téhéran, avait aussi reçu l'interdiction de paraître dans le 16e arrondissement de Paris, où se situe l'ambassade d'Iran, pendant deux ans, ainsi qu’une interdiction de port d’arme. Il avait fait appel.


Mayotte provoque des frictions entre extrêmes droites française et allemande

Marine Le Pen (au centre), candidate du Rassemblement national (RN) à l'élection présidentielle française de 2022, pose avec des sympathisants lors d'une visite de campagne sur la place Mamoudzou à Mayotte, le 18 décembre 2021. (Photo Ali Al-Daher AFP)
Marine Le Pen (au centre), candidate du Rassemblement national (RN) à l'élection présidentielle française de 2022, pose avec des sympathisants lors d'une visite de campagne sur la place Mamoudzou à Mayotte, le 18 décembre 2021. (Photo Ali Al-Daher AFP)
Short Url
  • Dans une question écrite au Bundestag cette semaine, l'AfD a appelé le gouvernement fédéral «à prendre position sur les résolutions de l'Assemblée générale des Nations unies selon lesquelles la France doit restituer l'archipel de Mayotte aux Comores
  • «L’AfD ferait mieux de s'occuper des problèmes de l’Allemagne et je suis fâchée de cette situation», a déclaré la cheffe de file du Rassemblement national (RN)

MAMOUDZOU, France : La dirigeante d'extrême droite française Marine Le Pen, en visite à Mayotte samedi, s'est dite «fâchée» contre son allié allemand au Parlement européen, l'AfD, qui «ferait mieux de s'occuper des problèmes de l'Allemagne» au lieu de questionner l'appartenance à la France de cet archipel de l'océan Indien.

Dans une question écrite au Bundestag cette semaine, l'AfD (Alternative für Deutschland) a appelé le gouvernement fédéral «à prendre position sur les résolutions de l'Assemblée générale des Nations unies selon lesquelles la France doit restituer l'archipel de Mayotte à l'Union des Comores».

«L’AfD ferait mieux de s'occuper des problèmes de l’Allemagne et je suis fâchée de cette situation», a déclaré la cheffe de file du Rassemblement national (RN). «Je vais leur expliquer la raison pour laquelle les Mahorais ont par trois fois déjà exprimé leur souhait d'être Français».

Lors de la proclamation de l'indépendance des Comores, Mayotte a choisi de rester en France par deux référendums en 1974 et 1976. Un troisième référendum en 2009 a fait de Mayotte un département.

Un porte-parole de l'Afd, Matthias Moosdorf, a expliqué à l'AFP que son parti n'avait «pas imaginé que le RN serait contrarié par cette question» et que cette question visait l'ambivalence, selon l'Afd, pratiquée par le gouvernement allemand sur les référendums d'autodétermination, ce dernier ne reconnaissant pas le résultat de celui organisé en Crimée en 2014.

«Ce parallèle avec la Crimée est particulièrement maladroit», a jugé Mme Le Pen qui compte donner à ses alliés «quelques leçons de géopolitique».

Les relations entre les deux partis, qui siègent dans le même groupe «Identité et démocratie» au Parlement européen sont tendues depuis la révélation d'un projet secret d'expulsion massive d'étrangers et de citoyens allemands réputés non-intégrés si l'AfD arrivait au pouvoir.

L'affaire avait provoqué des manifestations d'ampleur contre l'extrême droite dans toute l'Allemagne. Et Mme Le Pen avait déclaré être «en total désaccord» avec cette idée.

Par ailleurs, sur les relations avec les Comores dont sont issus nombre d'immigrants arrivant sur Mayotte, Mme Le Pen a appelé à «siffler la fin de la récréation», les accusant de «vouloir récupérer Mayotte par la démographie».

Elle a évoqué des mesures de rétorsion comme le gel des avoirs des dirigeants comoriens ou la suppression de visas.