Gibraltar : Madrid assure être «très près» d'un accord avec Londres

Rocher de Gibraltar depuis La Linea de la Concepcion près de la ville de Cadix, dans le sud de l'Espagne (Photo, AFP).
Rocher de Gibraltar depuis La Linea de la Concepcion près de la ville de Cadix, dans le sud de l'Espagne (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 29 novembre 2023

Gibraltar : Madrid assure être «très près» d'un accord avec Londres

  • L'Espagne a cédé Gibraltar à la couronne britannique en 1713 dans le cadre du traité d'Utrecht mais elle n'a depuis jamais cessé d'en revendiquer la souveraineté, ce qui donne lieu à des tensions régulières entre Madrid et Londres
  • Fin 2020, Madrid et Londres étaient parvenus in extremis à un accord-cadre sur Gibraltar

BRUXELLES: Madrid est "très près" de sceller un accord définitif avec Londres sur les futures règles de libre circulation des personnes et des biens entre l'enclave britannique de Gibraltar et l'Espagne, a assuré mardi le chef de la diplomatie espagnole.

"Nous sommes très près" d'un accord, a déclaré José Manuel Albares à l'issue d'une rencontre avec son homologue britannique David Cameron, organisée en marge d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan à Bruxelles.

"Nous sommes si près du but qu'il ne reste plus que quelques points spécifiques et ponctuels" à régler, a ajouté M. Albares, assurant que David Cameron avait exprimé la "même volonté" de parvenir rapidement à un accord au cours de leur rencontre.

Interrogé par des journalistes, le ministre espagnol a toutefois précisé ne pas être "capable" à ce stade "de donner un horizon" pour la signature de l'accord. "Il n'y a pas de divergences sur le contenu" mais "il faut trouver la bonne formule" pour qu'il se concrétise, a-t-il expliqué.

Fin 2020, Madrid et Londres étaient parvenus in extremis à un accord-cadre sur Gibraltar, qui a pour principale conséquence de maintenir, malgré le Brexit, la liberté de mouvement des personnes et la libre circulation des biens à la frontière entre l'Espagne et le "Rocher".

Mais les discussions sur la signature d'un accord définitif patinent depuis.

Dans une déclaration transmise à l'AFP, le gouvernement de Gibraltar a dit se "féliciter de la reprise des négociations", en assurant travailler "en étroite collaboration" avec Londres "pour parvenir le plus rapidement possible à un accord".

Il y a un an, le gouvernement espagnol et la Commission européenne avaient proposé au Royaume-Uni la création d'une "zone de prospérité partagée" avec Gibraltar.

La création d'une telle zone supposerait que l'Espagne assume, au nom de l'espace Schengen, le contrôle des frontières extérieures de Gibraltar. Elle impliquerait par ailleurs la suppression de la frontière terrestre entre l'enclave et l'Espagne afin de garantir la "pleine fluidité" de la circulation des personnes et des biens.

Les règles de l'espace Schengen garantissent la libre circulation des personnes et des biens entre les 27 pays le constituant, parmi lesquels 23 appartiennent à l'Union européenne. Gibraltar, qui n'est pas un Etat souverain, ne peut pas en faire partie et ne peut donc pas assurer de contrôle aux frontières extérieures de cet espace.

L'Espagne a cédé Gibraltar à la couronne britannique en 1713 dans le cadre du traité d'Utrecht mais elle n'a depuis jamais cessé d'en revendiquer la souveraineté, ce qui donne lieu à des tensions régulières entre Madrid et Londres.

Celles-ci ont été à leur comble en 1969, lorsque le régime de Francisco Franco a fermé la frontière, qui n'a rouvert en totalité qu'en 1985.

Près de 15 000 personnes, pour la plupart des Espagnols, passent chaque jour la frontière pour se rendre dans ce territoire britannique de quelque 34 000 habitants afin d'y travailler.


El Nino devrait contribuer à des températures supérieures à la normale entre mars et mai

Le phénomène météorologique El Nino a atteint son pic en décembre et il est l'un des cinq plus puissants jamais enregistrés. (AFP).
Le phénomène météorologique El Nino a atteint son pic en décembre et il est l'un des cinq plus puissants jamais enregistrés. (AFP).
Short Url
  • "Des températures supérieures à la normale sont prévues sur presque toutes les zones terrestres entre mars et mai"
  • El Nino "s'affaiblit progressivement mais continuera d’avoir un impact sur le climat mondial dans les mois à venir, alimentant la chaleur emprisonnée par les gaz à effet de serre issus des activités humaines"

GENEVE: Le phénomène météorologique El Nino a atteint son pic en décembre et il est l'un des cinq plus puissants jamais enregistrés, a indiqué mardi l'Organisation météorologique mondiale, qui prédit des températures au-dessus de la normale entre mars et mai sur la terre ferme.

"Des températures supérieures à la normale sont prévues sur presque toutes les zones terrestres entre mars et mai", souligne t-elle.

El Nino "s'affaiblit progressivement mais continuera d’avoir un impact sur le climat mondial dans les mois à venir, alimentant la chaleur emprisonnée par les gaz à effet de serre issus des activités humaines", précise l'organisation.

El Nino est un phénomène météorologique naturel, qui correspond à un réchauffement d'une grande partie du Pacifique tropical et se produit tous les deux à sept ans pour durer entre neuf et 12 mois.

Il modifie la circulation de l'atmosphère à l'échelle de la planète et réchauffe des zones lointaines et, souligne l'OMM, il se produit dans le contexte d'un climat modifié par les activités humaines.

"Il y a environ 60% de chances qu'El Nino persiste entre mars et mai et 80% de chances que des conditions neutres (ni El Nino ou La Nina) soient observées d'avril à juin", a indiqué l'OMM.

"Chaque mois depuis juin 2023 a établi un nouveau record mensuel de température – et 2023 a été de loin l’année la plus chaude jamais enregistrée", arappelleCeleste Saulo, la nouvelle Secrétaire générale de l'OMM.

Principaux responsables 

"El Niño a contribué à ces températures records, mais les gaz à effet de serre qui emprisonnent la chaleur en sont sans équivoque le principal responsable", a-t-elle afffirmé.

"Les températures à la surface des océans dans le Pacifique équatorial reflètent clairement El Nino. Mais les températures à la surface de la mer dans d'autres parties du globe ont été persistantes et inhabituellement élevées au cours des 10 derniers mois", rappelle la météorologue argentine, qui est à la tête de l'organisation depuis janvier.

"La température de la surface de la mer en janvier 2024 était de loin la plus élevée jamais enregistrée pour janvier. C’est inquiétant et ne peut pas être expliqué uniquement par El Nino", met-elle en garde.

L'actuel épisode El Nino, qui s’est développé en juin 2023, a atteint son apogée entre novembre et janvier.

Il a affiché une valeur maximale d’environ 2,0 °C au-dessus de la température moyenne de surface de la mer sur la période 1991 à 2020 pour l’océan Pacifique tropical oriental et central.

L'OMM indique qu'il y a des chances que La Nina -qui a l'inverse d'El Nino fait baisser les températures- se développe "plus tard cette année" après des conditions neutres (ni l'un ni l'autre) entre avril et juin.

Mais l'OMM juge que les probabilités sont trop incertaines pour le moment.


L'Ukraine affirme avoir détruit un navire de guerre russe en mer Noire

Un militaire de la Garde maritime du Service national des frontières de l'Ukraine ajuste son casque lors de l'inspection d'un navire de charge à la recherche d'articles et de substances interdits avant d'entrer dans un port de la partie nord-ouest de la mer Noire, le 18 décembre 2023. Photo d'illustration. (AFP).
Un militaire de la Garde maritime du Service national des frontières de l'Ukraine ajuste son casque lors de l'inspection d'un navire de charge à la recherche d'articles et de substances interdits avant d'entrer dans un port de la partie nord-ouest de la mer Noire, le 18 décembre 2023. Photo d'illustration. (AFP).
Short Url
  • Les forces ukrainiennes ont affirmé mardi avoir détruit un patrouilleur de guerre russe, près du détroit de Kertch en Mer Noire
  • Le porte-parole du GUR, Andriy Yusov, a déclaré que le navire avait déjà été touché lors d'une précédente attaque mais qu'il "a été détruit c'est certain cette fois"

KIEV: Les forces ukrainiennes ont affirmé mardi avoir détruit un patrouilleur de guerre russe, près du détroit de Kertch en Mer Noire.

"A la suite de l'attaque de drones maritimes Magura V5, le navire russe Projet 22160 +Sergei Kotov+ a subi des dommages à l'arrière, à tribord et à bâbord", a précisé le département du renseignement militaire ukrainien (GUR) sur Telegram.

Le porte-parole du GUR, Andriy Yusov, a déclaré que le navire avait déjà été touché lors d'une précédente attaque mais qu'il "a été détruit c'est certain cette fois", lors d'une attaque dans la nuit de lundi à mardi.

"En ce qui concerne l'équipage, la situation est en train d'être clarifiée. Il y a des morts et des blessés. Cependant, il est probable qu'une partie de l'équipage ait réussi à évacuer", a-t-il précisé.

Le ministère russe de la Défense n'a pas fait jusque-là de commentaire sur une attaque de drone naval en mer Noire.

En deux ans de guerre, les forces de Kiev ont réussi à faire battre en retraite la puissante flotte russe en mer Noire à l'aide de missiles et de drones maritimes.

Selon l'armée ukrainienne, environ un tiers des navires militaires russes ont été "mis hors d'état de nuire" dans cette zone.


L'UE veut muscler sa défense deux ans après l'invasion russe de l'Ukraine

Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent (Photo, AFP).
Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent (Photo, AFP).
Short Url
  • «La menace d'une guerre n'est peut-être pas imminente mais elle n'est pas impossible», a plaidé la semaine dernière Ursula von der Leyen
  • La guerre en Ukraine a contraint Bruxelles à innover et la stratégie européenne de défense, que doit présenter mardi le commissaire européen Thierry Breton

BRUXELLES: Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent. Bruxelles propose mardi de financer une partie des achats d'armes décidés en commun par les 27, comme cela a déjà été fait pour les munitions.

"La menace d'une guerre n'est peut-être pas imminente mais elle n'est pas impossible", a plaidé la semaine dernière à Strasbourg la présidente de l'exécutif européen Ursula von der Leyen, appelant les Européens à se "réveiller de toute urgence".

Il est donc essentiel, a-t-elle insisté, de "reconstruire (...) et de moderniser les forces armées des 27", après des décennies de coupes budgétaires dans le sillage de la fin de l'Union soviétique au début des années 1990.

La guerre en Ukraine a contraint Bruxelles à innover et la stratégie européenne de défense, que doit présenter mardi le commissaire européen Thierry Breton, s'inspire de certains des mécanismes mis en place dans l'urgence, dont le programme Asap d'achats de munitions.

Ce programme va permettre, selon Thierry Breton, de porter à deux millions d'obus la capacité annuelle de production européenne en 2025, contre moins du quart de ce nombre avant l'invasion russe de l'Ukraine déclenchée le 24 février 2022.

"Nous le faisons dans les munitions d'artillerie, nous devons désormais le faire sur l'ensemble des équipements nécessaires à notre sécurité", a plaidé l'ancien ministre français.

La Commission européenne propose donc de favoriser les acquisitions en commun d'armes, produites dans l'Union européenne. Car depuis l'invasion de février 2022, près de 70% des armements achetés par les Européens pour aider Kiev proviennent des Etats-Unis, a souligné un responsable européen sous couvert d'anonymat.

Rattraper le retard

Le but est de rattraper le retard et de rendre l'industrie européenne aussi compétitive que sa rivale américaine. Bruxelles va donc proposer aux 27 un "mécanisme européen" de ventes d'armes proche du modèle américain.

Elle suggère ainsi la création d'un "catalogue unique" après avoir constaté que les Etats membres ne savent pas vraiment qui fait quoi dans l'Europe de la défense, fait valoir ce responsable européen.

Autre problème, les Etats-Unis disposent d'une réserve stratégique d'armements leur permettant de répondre à une demande urgente. En clair, ils fabriquent un peu plus que ce que le contrat d'armement prévoit afin de constituer ce stock mobilisable très rapidement si nécessaire et sans appel d'offres.

L'idée est qu'à terme les Européens fassent la même chose en se regroupant à cinq ou six pour constituer une réserve dans un équipement spécifique, afin de rendre les industriels européens aussi réactifs que leurs rivaux américains.

Ensuite, il faut donner de la visibilité aux industriels européens en favorisant des commandes fermes sur le long terme, a encore expliqué ce responsable européen.

L'idée serait de reproduire ce qui a été fait pendant la Covid avec les vaccins, c'est-à-dire un contrat-cadre, par lequel la Commission avance l'argent, permettant aux Etats membres de relancer leur industrie afin de répondre à ce contrat, selon ce même responsable.

A plus long terme, la Commission veut aussi participer au lancement de grands projets européens de défense dans des domaines comme le cyber, l'espace et la protection des fonds marins après les sabotages de gazoducs en mer Baltique en septembre 2022.

Cet ensemble de "décisions audacieuses", selon Mme von der Leyen, va rendre nécessaire une "ambition budgétaire adéquate", a prévenu Thierry Breton, qui la chiffre à environ 100 milliards d'euros.

Certains Etats membres, dont la France, suggèrent de lancer un emprunt européen au même titre que celui mis en œuvre face à la menace de la Covid. Mais pour d'autres Etats, comme l'Allemagne, c'est loin d'être indispensable.

Pour contourner cet écueil, Mme von der Leyen suggère d'utiliser les bénéfices exceptionnels tirés des avoirs russes gelés en Europe, soit une somme pouvant atteindre 50 milliards d'euros, selon l'envoyé spécial de la Grèce pour l'Ukraine, Spiros Lampridis.