Détention d’enfants palestiniens: une pratique israélienne sortie de l’ombre avec l’échange d’otages

Le rapport relate les expériences vécues et fait entendre les voix des enfants, principalement des garçons, âgés de 12 à 17 ans lorsqu'ils ont été détenus au cours des trois dernières années. (Photo fournie)
Le rapport relate les expériences vécues et fait entendre les voix des enfants, principalement des garçons, âgés de 12 à 17 ans lorsqu'ils ont été détenus au cours des trois dernières années. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 30 novembre 2023

Détention d’enfants palestiniens: une pratique israélienne sortie de l’ombre avec l’échange d’otages

  • L’échange d’otages contre des prisonniers ouvre les yeux du monde sur les arrestations
  • Les interrogatoires et même les mauvais traitements infligés à des enfants palestiniens par les autorités israéliennes

Une mère, pleurant de joie et de soulagement, serre fort son fils adolescent, comme si elle était déterminée à ne plus jamais le lâcher.

«Je ne peux pas vous décrire ce que je ressens en ce moment», confie-t-elle, son visage et sa voix parvenant à des millions de personnes dans le monde, à travers les caméras de médias internationaux tels que CNN.

«Honnêtement, je n’arrive pas à y croire. J'ai l'impression d'être dans un rêve. Mon fils est enfin avec moi. Je remercie Dieu et prie pour que chaque mère puisse ressentir cette joie», ajoute-t-elle.

Dans le cadre des libérations d’otages qui ont commencé vendredi dernier, de telles scènes de joie télévisées diffusées dans le monde entier sont quasiment devenues banales alors que les familles israéliennes retrouvaient leurs proches, et notamment leurs enfants, retenus captifs par le Hamas depuis le 7 octobre.

Hunaida Tamimi n’est toutefois pas israélienne. C’est une mère de famille, de Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Jusqu'à sa libération soudaine samedi, dans le cadre de l'accord réciproque conclu entre le Hamas et Israël, son fils Wissam, âgé de 17 ans, faisait partie des milliers de Palestiniens emprisonnés par les Israéliens, pour la plupart sans inculpation ni procès, et dont certains le sont depuis des années.

Dans un reportage sur ces événements, diffusé samedi par CNN, la journaliste américaine n'a pas pu cacher un sentiment de surprise dans sa voix lorsqu'elle a rapporté que «plus de 3 000 Palestiniens étaient actuellement en détention administrative, ce qui signifie qu'aucune accusation n'avait été portée contre eux, et qu’aucune procédure judiciaire n’était en cours».

img 1
Wissam Tamimi, 17 ans, de nouveau réuni avec sa mère Hunaida et ses jeunes frère et sœur.

Soudain, un monde habitué à n'entendre que la version israélienne de l'Histoire complexe du conflit entre Israël et les Palestiniens, souvent diabolisés, voit les familles palestiniennes telles qu'elles sont réellement; des mères et des pères normaux, tout comme eux, essayant de faire de leur mieux pour leurs fils et filles dans des circonstances anormales.

Et, tout aussi important, alors que des détails commencent à apparaître sur le traitement des milliers de Palestiniens détenus depuis des années dans les prisons israéliennes sans aucune forme de procédure judiciaire, le monde voit également Israël sous un jour nouveau, plus sombre – comme un État qui abuse des droits des enfants, en les emprisonnant, souvent pendant des années, sans inculpation ni procès.

Israël, pris au dépourvu par l’intérêt soudain des médias pour l’autre face de l’histoire, s’est efforcé d’éloigner les équipes de presse des prisonniers palestiniens libérés et de leurs familles, mais sans y réussir totalement.

À Jérusalem-Est, où les Palestiniens ont reçu l’ordre de ne pas célébrer publiquement leur retour et ont été menacés de lourdes amendes, une équipe de Sky News a été refoulée le week-end dernier par des policiers alors que des mineurs détenus rentraient chez eux.

Mais finalement, l'équipe de journalistes a trouvé un moyen de s'entretenir dans les rues étroites avec Ghannam Abou Ghannam, âgé de 17 ans, détenu depuis un an sans inculpation pour avoir prétendument lancé des pierres.

img 1
Ghannam Abou Ghannam, 17 ans, détenu pendant un an sans inculpation: «Nous avons été traités comme des chiens.»

«La prison était humiliante. Ils sont venus et nous ont battus depuis le début de la guerre. Nous avons été traités comme des chiens», confie-t-il.

«La prison était humiliante. Ils sont venus et nous ont battus depuis le début de la guerre. Nous avons été traités comme des chiens.»

Le traitement indigne infligé aux enfants palestiniens détenus par Israël peut surprendre de nombreuses personnes en Occident, mais pas les ONG internationales, telles que l'association caritative Save the Children, basée en Grande-Bretagne, qui apporte son soutien aux enfants palestiniens touchés par ce conflit qui perdure depuis 1953.

Save the Children, qui lance actuellement un appel en faveur de Gaza pour collecter des fonds destinés à l'achat de fournitures médicales d'urgence, de paniers alimentaires, de kits familiaux d'hygiène et de trousses d’accessoires scolaires, tente depuis des années de mettre en lumière les violations systémiques des droits de l'enfant par Israël dans les territoires palestiniens occupés.

L’ONG a publié au mois de juillet dernier son dernier rapport accablant, intitulé «Injustice: L’expérience des enfants palestiniens face au système de détention militaire israélien.» Il s’agit d’un réquisitoire bouleversant contre le traitement réservé par Israël aux détenus mineurs, qui n’a cependant suscité, lorsqu’il a été publié, qu’une très faible couverture internationale.

Toutefois, à la lumière des libérations actuelles de prisonniers mineurs, cette lecture donnera à réfléchir.

Le rapport relate les expériences vécues et fait entendre les voix des enfants, principalement des garçons, âgés de 12 à 17 ans lorsqu'ils ont été détenus au cours des trois dernières années.

Kahlil, âgé de 13 ans lorsqu’il a été arrêté, a affirmé aux auteurs du rapport qu’«un soldat a menacé de me tuer lorsqu’il m’a arrêté pour la deuxième fois. Il m’a demandé: “Veux-tu subir le même sort que ton cousin?” car celui-ci avait été tué.»

«Il m’a promis que je subirais le même sort et que je mourrais, mais qu’il m’enverrait d’abord en prison. Il m’a dit qu’il reviendrait me chercher – et chaque jour, je m’attendais à ce que ce jour vienne.»

D'autres enfants libérés cette semaine ont raconté qu’ils avaient été battus, affamés, et qu’ils avaient subi des traitements de plus en plus agressifs après l'attaque du 7 octobre.

«Les conditions de notre détention dans la prison de l’occupant étaient très dures», a affirmé lundi aux médias l’un des prisonniers libérés.

«Lorsque les autorités d'occupation m'ont arrêté, j'avais 15 ans, et il y avait 12 prisonniers dans la cellule où je me trouvais, alors qu'elle n'était prévue que pour 6», indique Omar al-Shwaiki.

«C’était très dur, et un grand nombre d’enfants âgés de 13 à 15 ans sont détenus par les forces d’occupation.»

L’enquête de Save the Children a mis au jour une série d’abus, en particulier le fait que 42% des enfants palestiniens détenus avaient souffert de blessures lors de leur arrestation, «notamment des blessures par balle et des fractures», des suffocations et des épaules déboîtées.

Presque tous ont subi «des niveaux effroyables de violence physique et émotionnelle, notamment en ayant été battus (86%), menacés de violences (70%), et frappés avec des bâtons ou des armes à feu (60%)».

Trois enfants sur cinq ont subi des périodes d'isolement cellulaire, allant de vingt-quatre heures à quarante-huit jours, 92 % des enfants ont affirmé avoir eu les yeux bandés et 93 % ont été menottés lors de leur arrestation et de leur détention.

Les enfants se voient aussi régulièrement privés de nourriture et de soins de santé: 70 % affirment avoir souffert de la faim, et 68 % n’avoir reçu aucun soin médical.

Plus de la moitié des enfants (58 %) se sont vu refuser les visites ou ont été empêchés de communiquer avec leur famille pendant leur détention.

Comme l’on peut s’y attendre, conclut le rapport, «les énormes conséquences sur les enfants, notamment sur leur santé mentale et leur bien-être émotionnel, ont continué à se faire sentir après leur libération».

Il indique encore que 73 % ont déclaré souffrir d'insomnie, 53 % ont fait des cauchemars, 62 % se sont sentis fréquemment en colère, 48 % ressentant toujours le besoin d'être seuls.

Le 21 septembre, un peu moins de deux semaines avant l'attaque du Hamas contre Israël, le responsable de cette campagne d'Amnesty International sur Israël et les Territoires palestiniens occupés, rapportait le cas d'un Palestinien, âgé de 21 ans, qui souffrait de problèmes de santé mentale après avoir passé près de deux ans en cellule d'isolement.

Khouloud Badawi a précisé que le service pénitentiaire israélien avait demandé une prolongation de six mois de l'isolement d'Ahmad Manasra, «en violation flagrante du droit international – un isolement cellulaire prolongé de plus de quinze jours violant l'interdiction absolue de torture et d'autres traitements cruels, inhumains ou dégradants».

Ahmad Manasra avait 13 ans lorsque lui et un cousin ont été attaqués par des colons. Son cousin a été tué, et dans des circonstances qui restent floues, c'est Ahmad Manasra, et non ses agresseurs, qui a fini en prison, où il se trouve toujours.

img 1
Ahmad Manasra, aujourd'hui âgé de 21 ans, souffre de problèmes de santé mentale après deux ans d'isolement cellulaire

Le tribunal du district de Lod en Israël a reporté l’audience prévue parce que Manasra, diagnostiqué avec de graves problèmes de santé mentale, notamment une schizophrénie et une grave dépression, avait été emmené à l’unité de santé mentale de la prison d’Ayalon.

«Les autorités israéliennes ont traité Ahmad Manasra avec une cruauté inhumaine, avec l’intention de le pousser au-delà du point de rupture», a ajouté Khouloud Badawi.

«Il est maintenant si gravement malade qu'il n'a pas pu assister à sa propre audience. Pourtant, lorsqu’Ahmad sortira de la clinique, les autorités pénitentiaires le remettront en isolement cellulaire et reporteront l’audience du tribunal.» 

Le cauchemar d’Ahmad continue encore et encore. Et ce n'est pas le seul.

Le 20 novembre, alors que les négociations pour la libération des prisonniers en échange des otages du Hamas étaient toujours en cours, l’organisation B'Tselem (le Centre d'information israélien sur les droits humains dans les Territoires occupés) a rapporté que, fin septembre 2023, sur les 4 764 Palestiniens détenus ou emprisonnés pour des motifs «sécuritaires» par Israël , on comptait 146 mineurs.

Bien que le système secret des tribunaux militaires israéliens rende difficile l’obtention de faits concrets, certains organismes estiment qu’au moins un mineur sur dix, détenu pendant des mois ou des années, n’est jamais inculpé ni jugé.

Dimanche, l’ONG Save the Children a révélé qu’«avant l’escalade actuelle, près de 500 à 700 enfants palestiniens étaient soumis chaque année au système de détention militaire israélien».

Depuis le 7 octobre seulement, environ 145 enfants palestiniens ont été détenus par les autorités militaires israéliennes.

«Un grand nombre d’entre eux sont détenus sans inculpation, sans procès ni garantie d’une procédure régulière, ce qui ne répond pas aux normes internationales de justice pour mineurs», a déclaré l’organisation. «Les enfants palestiniens sont les seuls enfants au monde à être systématiquement poursuivis devant les tribunaux militaires, près de 10 000 enfants palestiniens ayant été détenus dans le système de détention militaire israélien ces vingt dernières années.»

«Refuser aux enfants l’accès à un représentant légal ou de voir leur famille, sont deux mesures imposées de longue date par les autorités israéliennes», ajoute Save the Children.

En juillet, le Conseil des droits humains de l’ONU a reçu un rapport sur le comportement d’Israël, remis par Francesca Albanese, rapporteuse spéciale sur la situation des droits humains dans les Territoires occupés.

img 1
Francesca Albanese, rapporteuse spéciale de l'ONU: «Israël a transformé les Territoires occupés en une prison à ciel ouvert constamment surveillée»

Elle a indiqué au Conseil que depuis 1967, Israël avait emprisonné environ un million de Palestiniens dans les Territoires occupés, «dont des dizaines de milliers d'enfants». Actuellement, a-t-elle ajouté, il y a 5 000 Palestiniens dans les prisons israéliennes, dont 160 enfants. Plus d’un millier d’entre eux ont été détenus sans inculpation ni procès.

En bref, a-t-elle souligné, les Territoires occupés «dans leur ensemble, ont été transformés en une prison à ciel ouvert constamment surveillée». Elle a aussi estimé que les pratiques d'emprisonnement illégales d'Israël «équivalaient à des crimes internationaux», justifiant une enquête urgente de la part du procureur de la Cour pénale internationale (CPI).

Il y a plus de huit ans, le 17 avril 2015, jour désigné comme Journée des prisonniers palestiniens, l’ONU a reçu et publié un rapport sur les conditions des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, rédigé par l’observateur permanent de l’État de Palestine auprès de l’ONU.

Le rapport cherchait à mettre en évidence «la réalité tragique de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants palestiniens vivant sous l’occupation israélienne depuis près de cinquante ans. Ils  ont été arrêtés, emprisonnés et ont été victimes de graves violences de la part de la puissance occupante».

Il ajoute encore que «la menace de détention et d’emprisonnement arbitraires est constante et persistante, avec un impact sur le peuple palestinien et la société palestinienne dévastateur».

Les enfants palestiniens ont été «de plus en plus ciblés par les emprisonnements israéliens», avec plus de 200 détenus au cours du seul premier trimestre de 2015. Un grand nombre d’entre eux «sont enlevés dans des conditions terrifiantes, le plus souvent dans l’obscurité de la nuit, par les forces d’occupation israéliennes».

Privés des «droits humains fondamentaux», ceux qui sont jugés le sont devant un tribunal militaire. Plus de 90 % des enfants libérés des prisons israéliennes «ont affirmé avoir souffert de tortures et de mauvais traitements lors des interrogatoires et de leur détention».

Pourtant, le traitement illégal des enfants par Israël est un secret de Polichinelle depuis des années, sur lequel le monde a fermé les yeux.

«L’Occident a accordé l’immunité à Israël pendant des décennies», a déclaré à Arab News Salwa Douaibis, cofondatrice de l’ONG Military Court Watch (MCW), basée en Israël.

img 1
Salwa Douaibis, cofondatrice de l'ONG Military Court Watch, basée en Israël: «L'Occident a accordé l'immunité à Israël depuis des décennies»

MCW a été créée en 2013 par un petit groupe d'avocats et d'autres professionnels, avec pour objectif de faire campagne pour que tous les enfants emprisonnés par les autorités militaires israéliennes bénéficient de tous les droits et protections auxquels ils ont droit en vertu du droit international.

«Regardez la réaction de l’Occident face à la Russie lorsqu’elle a envahi l’Ukraine ou lorsqu’elle a annexé la Crimée», a réagi Salwa Douaibis.

«Des sanctions immédiates ont été imposées lors de l’annexion de la Crimée, et en l’espace d’environ douze mois, la Cour pénale internationale a émis un mandat d’arrêt contre Vladimir Poutine, pour son implication dans le transfert d’enfants d’Ukraine vers la Fédération de Russie», a-t-elle ajouté

«Ce qu’Israël fait avec les enfants palestiniens est une violation du droit international et le reflet exact de ce que fait la Russie, qui a transféré des enfants contre leur gré et sans le consentement d’un tuteur. Israël fait pareil depuis plus de cinquante-six ans, et des milliers d’enfants ont été illégalement transférés.»

«Ce qu’Israël fait avec les enfants palestiniens est une violation du droit international et le reflet exact de ce que fait la Russie, qui a transféré des enfants contre leur gré et sans le consentement d’un tuteur»

Salwa Douaibis, cofondatrice de l'ONG Military Court Watch, basée en Israël

«Lorsque c’est la Russie qui viole le droit international, la réaction est immédiate, parce que la Russie est un adversaire de l’Occident. Mais lorsqu’Israël est soupçonné d’avoir commis des crimes très graves, pendant de nombreuses années, il y a une réticence, pour le moins que l’on puisse dire, voire une obstruction active aux recours légaux en raison des intérêts particuliers en Israël», a déclaré Salwa Douaibis.

Il y a, a-t-elle souligné, un motif clair derrière la persécution des mineurs palestiniens par Israël.

«Selon nos données, l’écrasante majorité des enfants emprisonnés, jusqu’à 90 % d’entre eux, et peut-être davantage certaines années, vivent à quelques kilomètres d’une colonie. Si vous êtes le commandant militaire israélien en Cisjordanie, votre travail consiste à veiller à ce que les milliers de colons puissent se promener librement et en toute sécurité dans le territoire occupé. Ce que vous faites donc, c'est de harceler les Palestiniens qui se trouvent à proximité et de les soumettre à des actions qui influeront sur tous les aspects de leur vie», a assuré Salwa Douaibis.

«Ces arrestations d’enfants font partie d’un système conçu essentiellement pour protéger les colons, et qui permet à Israël de continuer à occuper ce territoire et à déplacer illégalement des colons vers les Territoires occupés, avec un minimum de risques pour leur vie.»

Des milliers d’enfants palestiniens, a-t-elle indiqué, ont fait l’expérience de cette routine. «Si Israël veut arrêter un enfant de colon, il doit présenter un mandat d’arrêt à la famille. Dans le cas des Palestiniens, il n'y a aucune obligation de mandat d'arrêt, et les soldats israéliens simplement faire une descente dans la maison au milieu de la nuit et emmener qui ils veulent, y compris des enfants.»

«Ensuite, l’enfant est soumis à de mauvais traitements d’une grande dureté. Il ou elle a immédiatement les mains attachées de manière douloureuse derrière le dos, les yeux bandés, jeté à l'arrière d'une jeep militaire, puis emmené dans une base militaire ou une colonie à proximité où il est abandonné pendant des heures et des heures, jusqu'à l’ouverture du centre d'interrogatoire», a précisé Salwa Douaibis.

«Cela ramollit la volonté des enfants pour l’interrogatoire. Ils sont privés de sommeil, probablement maltraités physiquement et verbalement, n'ont pas eu accès à un avocat, ne sont pas informés de leur droit au silence, puis sont interrogés sans la présence d'un tuteur adulte. Il n’est donc pas surprenant qu’un grand nombre de ces enfants, privés de leurs droits de protection, fassent des aveux.»

Certains militants œuvrant pour la protection des droits des enfants palestiniens sont prudemment optimistes quand aux révélations de ces derniers jours pourraient conduire à un changement. L’ONG Save the Children a appelé à un moratoire immédiat sur l’arrestation, la détention et la poursuite des enfants par les autorités israéliennes, jusqu'à ce que des réformes globales du système soient mises en œuvre.

«Nous nous félicitons de la nouvelle de la libération de certains des enfants israéliens retenus en otage à Gaza, et des enfants palestiniens détenus jusqu'à présent par l'armée israélienne», a déclaré dimanche dans un communiqué Jason Lee, directeur national de l’ONG dans le territoire palestinien occupé.

img 1
Pour Jason Lee, de l’ONG Save the Children, les enfants palestiniens «ont vécu des horreurs qu'aucun enfant ne devrait jamais endurer»

«Ils ont vécu des horreurs qu’aucun enfant ne devrait jamais endurer, et doivent être soutenus, afin de pouvoir être aidés à entamer le long chemin d’un rétablissement. Cet échange n’est que la première étape nécessaire pour résoudre la crise de protection des enfants, vieille de plusieurs décennies, qui ne peut plus être ignorée», a-t-il poursuivi.

«Un cessez-le-feu durable doit être convenu immédiatement, tous les otages de Gaza doivent être libérés, et les terribles maltraitances aux niveaux émotionnel et physique infligées aux enfants palestiniens en détention doivent cesser», a-t-il conclu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les ministres arabes des Affaires étrangères réunis à Riyad pour discuter de la guerre de Gaza

Réunion ministérielle conjointe entre les ministres des Affaires étrangères du CCG et le ministre égyptien des Affaires étrangères, au siège du Secrétariat général du Conseil de coopération des États arabes du Golfe à Riyad (X/@GCCSG)
Réunion ministérielle conjointe entre les ministres des Affaires étrangères du CCG et le ministre égyptien des Affaires étrangères, au siège du Secrétariat général du Conseil de coopération des États arabes du Golfe à Riyad (X/@GCCSG)
Short Url
  • Le ministre égyptien des affaires étrangères Sameh Shoukry a déclaré que ce qui se passe à Gaza est un plan systématique visant à liquider la cause palestinienne
  • Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, Jasem Mohammed Al-Budaiwi, a fermement réitéré la position collective des nations du CCG, dénonçant les graves violations du droit humanitaire international commises par Israël à Gaza

RIYAD : Le Conseil de coopération du Golfe a tenu sa 159e session ministérielle à Riyad dimanche, tandis que des réunions séparées ont eu lieu avec les ministres des Affaires étrangères de Jordanie, d'Égypte et du Maroc.

Une réunion ministérielle conjointe s’est tenue en marge de la session entre le CCG et le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi, et le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita.

Le ministre égyptien des affaires étrangères Sameh Shoukry a déclaré que ce qui se passe à Gaza est un plan systématique visant à liquider la cause palestinienne. Il a ajouté que "les solutions sécuritaires au conflit n'ont apporté que la destruction à la région, et l'escalade à Gaza s'est étendue à la mer Rouge et à Bab al-Mandab"

Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, Jasem Mohammed Al-Budaiwi, a fermement réitéré la position collective des nations du CCG, dénonçant les graves violations du droit humanitaire international commises par Israël à Gaza, en particulier le fait que les civils soient systématiquement et directement pris pour cible. M. Al-Budaiwi a également souligné la nécessité immédiate d'un cessez-le-feu.

M. Al-Budaiwi a également rappelé que le CCG rejetait toute mesure susceptible d'affecter le droit de l'Égypte sur les eaux du Nil et a insisté sur la nécessité de parvenir à un accord sur le barrage de la Renaissance.


L'IA, en appui d'Israël dans ses frappes à Gaza, remise en question

Un enfant palestinien porté par un homme regarde les gens fouiller les décombres de la maison de la famille Abu Anza détruite par une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 mars 2024. (Photo par Said Khatib AFP)
Un enfant palestinien porté par un homme regarde les gens fouiller les décombres de la maison de la famille Abu Anza détruite par une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 mars 2024. (Photo par Said Khatib AFP)
Short Url
  • Le chef d'état-major à l'époque, Aviv Kochavi, déclarait l'an dernier au site d'information israélien Ynet que l'IA avait permis de générer «100 nouvelles cibles chaque jour», contre «50» par an dans la bande de Gaza «dans le passé»
  • Mais un ancien officier des renseignements israéliens soutenait en novembre au journal d'investigation israélo-palestinien indépendant «+972 Magazine» que cette technologie était en train de se transformer en «une fabrique d'assassinats de masse»

PARIS : L'armée israélienne affirme que l'intelligence artificielle (IA) l'aide à cibler les combattants du Hamas dans la bande de Gaza en guerre mais des experts s'interrogent, alors que le nombre de victimes civiles ne cesse de grimper.

Depuis le début de la guerre il y a près de cinq mois, déclenchée par une attaque sanglante du Hamas sur le sol israélien, les opérations militaires israéliennes en représailles ont fait plus de 30.300 morts à Gaza, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste palestinien.

Israël affirme avoir «éliminé 10.000 terroristes». L'armée, qui n'a pas souhaité faire de commentaire supplémentaire, a toujours assuré ne frapper «que des cibles militaires» et prendre «les mesures possibles pour atténuer les dommages aux civils».

«Soit l'IA est aussi performante que ce qui est avancé et l'armée israélienne n'a cure des dommages collatéraux, soit l'IA n'est pas aussi performante qu'on le dit», remarque face à cet écart numérique Toby Walsh, professeur d'Intelligence artificielle à l'Université New South Wales, en Australie, interrogé par l'AFP.

- «Attaques précises» -

L'armée israélienne revendique avoir mené la «première guerre par l'IA» durant onze jours en mai 2021 à Gaza. Le chef d'état-major à l'époque, Aviv Kochavi, déclarait l'an dernier au site d'information israélien Ynet que l'IA avait permis de générer «100 nouvelles cibles chaque jour», contre «50» par an dans la bande de Gaza «dans le passé».

L'attaque menée le 7 octobre par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël a causé la mort d'au moins 1.160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

D'après un blog du site de l'armée, plus de 12.000 cibles ont ensuite été identifiées en 27 jours, grâce à la technologie d'IA nommée Gospel. D'après un responsable cité anonymement, cet outil a sélectionné des cibles «pour des attaques précises des infrastructures associées au Hamas, infligeant des dommages importants à l'ennemi, tout en causant à ceux non impliqués le moins de tort possible».

Mais un ancien officier des renseignements israéliens s'exprimant sous couvert de l'anonymat soutenait en novembre au journal d'investigation israélo-palestinien indépendant «+972 Magazine» que cette technologie était en train de se transformer en «une fabrique d'assassinats de masse».

Citant une source dans les renseignements, le journal rapporte que Gospel avalait quantité de données, plus rapidement que «des dizaines de milliers d'agents du renseignement», et permettait d'identifier en temps réel des sites pouvant être des lieux de résidence de combattants supposés. Le type de données et les critères de ciblage n'étaient pas détaillés.

Plusieurs experts indiquent à l'AFP que l'armée peut nourrir l'outil avec des images venant de drones, des messages sur les réseaux sociaux, des informations recueillies sur le terrain par des espions, des localisations téléphoniques, notamment.

Une fois une cible sélectionnée, la technologie peut utiliser les sources officielles concernant la population pour estimer la probabilité de dommages aux civils.

- «Données douteuses» -

Mais pour Lucy Suchman, professeur d'anthropologie des sciences et technologies à l'université de Lancaster, au Royaume-Uni, l'idée que davantage de données produirait un meilleur ciblage est fausse.

Les algorithmes sont entraînés pour trouver des motifs répétés dans les données. Chaque motif précédemment identifié comme cible peut donc générer une nouvelle cible, explique-t-elle. Les «hypothèses discutables» dans l'interprétation des données risquent ainsi d'être amplifiées.

«En d'autres termes, plus il y a de données douteuses, plus le système est mauvais», d'après elle.

Les Israéliens ne sont pas les premiers à déployer des méthodes de ciblage automatisées sur les terrains de guerre.

Pendant la guerre du Golfe en 1990-1991, l'armée américaine a eu recours aux algorithmes pour améliorer ses frappes. Elle a aussi travaillé avec les outils d'analyse de données de la société Palantir à l'occasion de la guerre en Afghanistan lancée après les attentats du 11 septembre 2001.

En 1999 au Kosovo, durant la campagne de bombardement des cibles militaires serbes, l'Otan a commencé à utiliser les algorithmes pour évaluer le nombre de victimes civiles potentielles.

Ces technologies sont-elles, pour autant, dignes de confiance?

Même si l'armée israélienne est «l'une des plus pointues technologiquement», «les chances qu'elle utilise l'IA avec un tel degré de sophistication et d'autonomie sont très faibles», estimait l'analyste Noah Sylvia pour le centre de réflexion britannique sur la défense Rusi, le mois dernier. Et d'ajouter que les humains devraient encore recouper tout résultat.


«Il n'y a personne, l'air est pur»: dans le désert d'Irak, les joies du camping

Des campeurs irakiens jouent au backgammon tandis que d'autres fument une pipe à eau à l'intérieur de leur tente dans le désert de Samawa, au sud de Bagdad, le 2 février 2024. Loin de l'agitation des grandes villes, les jeunes Irakiens profitent de plus en plus d'un sentiment de sécurité renouvelé pour explorer les escapades sereines du pays dans le désert. (Photo Hussein Faleh AFP)
Des campeurs irakiens jouent au backgammon tandis que d'autres fument une pipe à eau à l'intérieur de leur tente dans le désert de Samawa, au sud de Bagdad, le 2 février 2024. Loin de l'agitation des grandes villes, les jeunes Irakiens profitent de plus en plus d'un sentiment de sécurité renouvelé pour explorer les escapades sereines du pays dans le désert. (Photo Hussein Faleh AFP)
Short Url
  • Enveloppée dans un nuage de sable, une caravane de véhicules tout-terrain slalome parmi les dunes s'étalant à perte de vue, chauffées par le soleil hivernal, sous le regard impassible de dromadaires gardés par leur pâtre
  • Le désert d'Irak a longtemps été une attraction prisée des chasseurs, certains venant des pays voisins du Golfe

DÉSERT DE SAMAWA, Irak : Au milieu des dunes de sable, ils ont planté leurs tentes avant de se réchauffer autour d'un feu de camp. Dans le désert d'Irak, camping et randonnées tout-terrain attirent de plus en plus d'amateurs, fuyant la pollution et le fracas des villes.

«On publie nos photos et les gens n'en reviennent pas qu'il y ait de tels endroits en Irak», s'amuse Ghadanfar Abdallah. «Mes amis demandent +Est-ce que c'est à Dubaï?+»

Le temps d'un week-end dans le sud de l'Irak, cet employé du secteur pétrolier troquera les tracas du quotidien dans sa métropole de Bassora pour la plénitude du désert de Samawa. Pour y arriver, près de 200 kilomètres de route. Ici, pas de réseau téléphonique.

Longtemps, le passe-temps était réservé à quelques rares initiés qui n'avaient pas froid aux yeux. Aujourd'hui, leur nombre augmente, grâce aux réseaux sociaux et au semblant de stabilité qu'a retrouvé le pays, après des décennies de guerre.

«C'est quelque chose que j'aime depuis que je suis tout petit. Mais je pratique ces excursions depuis 2018 ou 2019, avec des amis», confie Ghadanfar, 35 ans.

Enveloppée dans un nuage de sable, la caravane de véhicules tout-terrain slalome parmi les dunes s'étalant à perte de vue, chauffées par le soleil hivernal, sous le regard impassible de dromadaires gardés par leur pâtre.

A l'arrivée, la vingtaine de campeurs -- que des hommes -- plantent des tentes de couchage et d'autres plus spacieuses. Plusieurs poissons sont évidés pour les faire cuire au feu de bois façon «masgouf», un incontournable des piques-niques irakiens.

Le dîner englouti, les parties de dominos et de backgammon s'enchaînent, les joueurs sirotant les tasses de thé et fumant le narguilé.

- «Sérénité» -

Malgré tout, Ghadanfar reconnaît que pour certains la «peur» subsiste. «Comment aller dans le désert, dans un endroit sans eau et sans réseau? S'il arrive quelque chose comment donner l'alerte?», admet-il.

«C'est une aventure, mais les gens commencent à réaliser que c'est sûr».

Ces expéditions se limitent à l'hiver: l'été les températures dépassent allègrement les 50 degrés à l'ombre. Le coût d'un week-end varie entre 75 et 100 dollars par personne -- repas, transport et matériel de couchage inclus.

Hussein Al-Jazaïri, 34 ans, a quitté son emploi dans les hydrocarbures pour la création de contenu digital. L'influenceur vit sa première expérience de camping dans les dunes.

«La ville, c'est la poussière, le bruit, les soucis quotidiens. Quand l'individu vient ici, c'est très calme, l'air est pur, c'est la sérénité», dit-il.

Pour lui qui ne lâche jamais son portable, le désert est synonyme de détox digitale.

«Les réseaux sociaux, c'est mon travail, je reçois sans cesse des notifications. A la fin de la journée, j'ai passé énormément de temps sur mon téléphone», reconnaît-il. «Ici, il n'y a pas de réseau, ça fait deux jours et ma batterie est toujours à 70%».

Prudence toutefois. «Il ne faut pas y aller seul, surtout si c'est la première fois. Nous sommes venus avec des spécialistes qui connaissent les lieux».

- «Aucun danger» -

Le désert d'Irak a longtemps été une attraction prisée des chasseurs, certains venant des pays voisins du Golfe.

Mais ces excursions ont aussi souffert des décennies de conflit, de l'instabilité post-2003 inaugurée par l'invasion américaine contre Saddam Hussein, puis de la guerre contre le groupe Etat islamique (EI).

Avec la mise en déroute des jihadistes en 2017, le pays a renoué avec un semblant de normalité. Même si les régions reculées demeurent sensibles. Certaines zones frontalières sont truffées de mines. D'autres, aux frontières avec l'Arabie saoudite, l'Iran et la Syrie, sont empruntées par les trafiquants de drogues ou des jihadistes.

«Nous n'organisons aucune activité sans avoir identifié le lieu de couchage», confirme Mourad al-Bahadli, 38 ans. Ses excursions organisées en amateur rassemblent généralement entre dix à 30 personnes.

«Nous travaillons avec beaucoup de précision sur ces questions, pour éviter tout problème de sécurité», souligne-t-il.

Dans une société encore largement patriarcale et conservatrice, ses excursions concernent essentiellement les hommes.

Installé à Bassora depuis bientôt six ans, Ravshan Mokhtarov est originaire d'Ouzbékistan. Avec des amis, c'est sa première fois dans le désert irakien.

«Cet endroit est unique, il n'y a personne, pas de bruit, l'air est pur», se réjouit le jeune homme, saluant «l'hospitalité irakienne».

«C'est vraiment sûr, je ne ressens aucun danger. Tout le monde est très poli».