L’Arabie saoudite investit dans la recherche pour assurer son autosuffisance

Du 3 au 11 décembre dans les locaux de l’accélérateur d’entreprises The Garage un symposium réunissant des start-up françaises et des institutions gouvernementales et privées saoudiennes. (Photo fournie)
Du 3 au 11 décembre dans les locaux de l’accélérateur d’entreprises The Garage un symposium réunissant des start-up françaises et des institutions gouvernementales et privées saoudiennes. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Mardi 12 décembre 2023

L’Arabie saoudite investit dans la recherche pour assurer son autosuffisance

  • Une conférence actuellement organisée à Riyad a pour objectif que des start-up françaises montrent ce que la France propose en matière de technologie pour soutenir l’industrie agroalimentaire saoudienne
  • Malgré son environnement désertique, l’Arabie saoudite a réussi à atteindre l'autosuffisance dans la production de dattes, de produits laitiers frais et d'œufs de table

RIYAD: Sous le patronage de l’ambassade de France Arabie saoudite et avec l’étroite collaboration du ministère de l’Environnement, de l’Eau et de l’Agriculture, Business France organise au sein des locaux de The Garage Startups, un symposium consacré à réunir les start-up françaises et des institutions saoudiennes – gouvernementales comme privées – du 3 au 11 décembre 2023.  

Mohamed Mourchid, responsable de la filière agrotech à Business France, a brillamment dirigé cette mission, qui a été saluée par l'ensemble des partenaires franco-saoudiens comme les entreprises françaises, le ministère de l'Environnement, de l'Eau et de l'Agriculture, la commission royale d'AlUla, l’Agence française pour le développement d’AlUla (Afalula), Neom, Diriyah Gate Authority, l’université du roi Abdallah pour les sciences et la technologie (Kaust), Red Sea Farm, ainsi que des entreprises de renommée internationale telles que Naqua, Watania, Tanmiah, Al Safi Danone, etc. Cette initiative a déjà facilité des échanges de haut niveau, permettant aux entreprises françaises d'entamer des discussions directes sur des projets majeurs et structurants en Arabie saoudite.

Rachid Boulaouine, directeur de Business France en Arabie saoudite, souligne que les entreprises françaises présentes aujourd’hui en Arabie saoudite ont été sélectionnées par un jury composé d’importantes personnalités saoudiennes et françaises.

Ces entreprises françaises sont à Riyad pour montrer ce que la France propose en matière de technologie afin de soutenir l’industrie agroalimentaire saoudienne. 

M. Boulaouine annonce par ailleurs que ces entreprises ont pris contact depuis septembre avec leurs homologues saoudiens et que l’objectif de cette semaine est de finaliser et de concrétiser leurs partenariats pour être opérationnelles dans le Royaume et contribuer concrètement à la Vision 2030. 

Huddle Corp est une société française qui conçoit des aliments et des ingrédients naturels encapsulés, une démarche qui contribue à lutter contre les déchets d’ingrédients et les rejets de gaz dans l’environnement.

 

M. Abdeslam el-Harrak, cofondateur et directeur général de Huddle Corp, indique quant à lui à Arab News en français: «Le marché saoudien possède un véritable savoir-faire. Les exploitations sont déjà installées, il y a le noyau de constitution. Le démarrage se déroule bien et le pays se donne les moyens de son ambition, c’est ce qui est extraordinaire.»

Il affirme par ailleurs: «Le potentiel de l’aquaculture est très important et il peut être retranscrit dans chaque région du monde, ce qui, bien sûr, offre une capacité d’autonomie alimentaire.»

Depuis quelques années, le ministère de l’Environnement, des Eaux et de l’Agriculture s'efforce de créer un système intégré de services agricoles, logistiques, de marketing et de connaissance. 

«L'Arabie saoudite investit massivement dans les petites exploitations agricoles et dans la désalinisation afin de développer son secteur agroalimentaire et de réduire sa dépendance aux importations alimentaires. Nos solutions sont une source de protéine qualitative et elles permettent de simplifier les processus d’élevage dans les fermes.» 

La société Adnid propose des analyses d’ADN innovantes de haute performance pour aider les fabricants à améliorer le contrôle de la qualité des aliments ainsi qu’à accroître la confiance dans les transactions commerciales.

Fabienne Moreau, directrice générale chez Adnon, précise à Arab News en français: «Nous sommes tout à fait ouverts à un transfert de technologie et à l’aide à l’installation de laboratoires de biologie moléculaire dans le Royaume. Cela nous permettra de pénétrer le marché saoudien et de se donner la chance d’être davantage en accord avec les attentes de nos partenaires saoudiens.» 

Depuis quelques années, le ministère de l’Environnement, des Eaux et de l’Agriculture s'efforce de créer un système intégré de services agricoles, logistiques, de marketing et de connaissance. Son objectif est d'adopter des technologies modernes afin d’optimiser la production et d’augmenter le taux de consommation des dattes saoudiennes au niveau local et mondial.

À cet effet, Mme Fabienne Moreau déclare à Arab News en français: «Sur le palmier-dattier, sur le plan de l’identification du sexe et de la variété, il y a une demande, elle est concrète; elle manque toutefois d’un peu quantification pour bénéficier d’une bonne vision. Nous sommes présents à Riyad dans cet objectif.»

Au sujet des fraudes alimentaires, Fabienne Moreau assure que les technologies utilisées en France pour les contrôler s’appliquent parfaitement au marché saoudien.

La société agrotech Independent Living Base est une société scientifique de recherche et développement. Elle propose une solution innovante d’agriculture urbaine indoor capable de produire en continu un millier d’espèces de fruits, de légumes, de fleurs, d’épices de qualité dans une structure isotherme totalement autonome quant à l’apport en électricité et en eau. 

Les végétaux sont donc plantés dans des bacs de terre hors sol disposés sur des étagères. Leur culture ne requiert aucun produit chimique; la production est donc naturelle. De plus, grâce à cette méthode, nous consommerons des aliments qui bénéficient de l’ensemble des minéraux et des oligoéléments naturellement présents dans la terre et nécessaires à leur croissance.

Pascale Benveniste, PDG d’Independent Living Base, révèle pour sa part à Arab News en français les résultats d’une expérience urbaine effectuée à côté de Paris: «J’ai créé un food container qui produit de l’eau, de l’électricité, de la nourriture et qui recycle les eaux usées. J’ai demandé à l’un de mes collaborateurs d’aller sur place pendant deux ans. Il mangeait, buvait, s’éclairait grâce à ce dispositif. Il est toujours vivant, il est directeur général aujourd’hui.»

«Après cette expérience, nous avons construit une bubble tech dans un immeuble d’une superficie de 3 500 mètres carrés sans toucher aux éléments d’infrastructure de la bâtisse. Cela signifie que l’on peut s’insérer dans des immeubles existants ou neufs, en surface ou au sous-sol, dans le désert, sur les parkings, sur les bateaux, pour produire tout type de végétal. Grâce à la bubble tech, on peut reproduire automatiquement les conditions climatiques idéales.»

Créée en 2000 par Greentech, la société Greencell développe, produit et commercialise des micro-organismes et des dérivés microbiens de valeur environnementale, agronomique et alimentaire.

Greencell sélectionne des micro-organismes naturellement présents dans le sol et sur les plantes afin de développer de nouveaux produits. Ces derniers, une fois qu’ils ont été utilisés sur les cultures, créent un environnement favorable à leur développement et ils sont naturellement protégés contre l’attaque de pathogènes.

«Dans la Vision 2030 de l'Arabie saoudite, la question de la réutilisation de l'eau est une très grande priorité. On peut et on pourra venir avec toutes les technologies du monde», explique à Arab News en français Mohamed Gareche, directeur international de la société Greencell.

«S'il n'y a pas d'eau, il n'y a pas d'agriculture. Nous proposons aux agriculteurs, par le biais des stations de traitement des eaux, de bénéficier d'une eau limpide, claire, qui leur permet de ne pas compter exclusivement sur les nappes phréatiques ou sur l'eau de pluie et d'avoir un troisième canal abondant, celui des eaux usées. Car nous les nettoyons à la fin du processus de traitement, et elles pourront être utilisées par tous les agriculteurs.»

Malgré son environnement désertique, l’Arabie saoudite a réussi à atteindre l'autosuffisance dans la production de dattes, de produits laitiers frais et d'œufs de table. Elle a aussi progressé dans la culture de pommes de terre, de volaille, de tomates, entre autres.

L'Arabie saoudite a investi et continue d’investir dans la désalinisation pour une utilisation plus efficace de l'eau. Elle a imposé des réglementations strictes contre l'extraction des eaux souterraines afin de préserver cette ressource vitale.

En 2021, le Royaume a exporté plus de trois cents types de dattes, produisant environ 1,54 million de tonnes pour une valeur de 1,2 milliard de SAR (soit 300 millions d’euros). Cela a placé le Royaume au premier rang sur 113 pays, selon le Centre du commerce international.


SAMI, le prochain centre de réparation agréé pour les C-130 Hercules et les plateformes de giravion d'Airbus

Les accords ont été signés lors du salon aéronautique international de Farnborough, au Royaume-Uni. SPA
Les accords ont été signés lors du salon aéronautique international de Farnborough, au Royaume-Uni. SPA
Short Url
  • SAMI a signé deux accords avec Lockheed Martin et Airbus Helicopters lors du salon aéronautique international de Farnborough.
  • Ces accords s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de SAMI de figurer parmi les 25 premières entreprises de défense au monde d'ici 2030.

RIYADH : La société Saudi Arabian Military Industries, spécialisée dans l'aérospatiale et la défense, va devenir un centre agréé pour les avions C-130 Hercules et les plates-formes de giravions Airbus, en étendant ses capacités de maintenance, de réparation et de remise en état. 

Les services MRO comprennent la réparation et la remise à neuf de composants et d'assemblages de haute technicité, tels que les carters, les pièces rotatives à durée de vie limitée, les joints d'air rotatifs et les carénages de turbine, ainsi que les aubes et les joints d'air en nid d'abeille. 

La société détenue par le Fonds d'investissement public a signé deux accords avec les principaux fabricants d'équipement d'origine Lockheed Martin et Airbus Helicopters lors du salon aéronautique international de Farnborough, qui s'est tenu au Royaume-Uni du 22 au 26 juillet, a rapporté l'agence de presse saoudienne (Saudi Press Agency).

Ces accords s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de SAMI de figurer parmi les 25 premières entreprises de défense au monde d'ici 2030. Ils s'inscrivent également dans l'objectif du Royaume de renforcer son secteur de la défense et de faire de la localisation une priorité absolue, l'Arabie saoudite s'étant fixé pour objectif d'internaliser 50 % de ses dépenses de défense d'ici à 2030. 

« Les deux partenariats soulignent notre engagement à promouvoir les capacités locales et réitèrent notre objectif de localiser davantage le secteur de l'industrie de la défense », a déclaré Walid Abukhaled, PDG de SAMI. 

Dans le cadre du premier accord, SAMI Alsalam sera certifiée en tant que centre de service Lockheed Martin 14 pour les Hercules C-130 dans le monde entier. Dans le cadre du second accord, la société s'engagera à localiser les capacités MRO par l'intermédiaire d'Airbus Helicopters afin d'améliorer les compétences dans le domaine des giravions. 

Le secteur de l'aviation connaît une croissance considérable au Royaume, grâce aux investissements de plusieurs milliards de dollars réalisés dans le cadre du plan Vision 2030, qui vise à diversifier l'économie au-delà des combustibles fossiles et à promouvoir le secteur privé. 

« Nous continuerons à nous concentrer sur la formation et le développement des talents nationaux grâce à de tels programmes avec des entreprises mondiales de premier plan, visant à soutenir la localisation de plus de 50 % des dépenses gouvernementales conformément aux objectifs de Saudi Vision 2030 », a ajouté Abukhaled.

Le vice-président exécutif de SAMI Aerospace, Abdulsalam Al-Ghamdi, a déclaré : « Ces partenariats marquent une étape importante et renforcent nos capacités à fournir des services de maintenance, de réparation, de révision, d'ingénierie et de modification structurelle conformes aux normes internationales les plus strictes pour la plate-forme C-130 Hercules.
 
« SAMI Alsalam Aerospace Industries apportera son soutien aux opérateurs de ces avions, tant au niveau régional qu'international », a ajouté M. Al-Ghamdi.

En février, M. Abukhaled a déclaré que la transformation sociale de l'Arabie saoudite était l'une des « plus rapides de l'histoire », facilitée par le gouvernement.

S'exprimant à l'occasion du World Defense Show 2024, le PDG a ajouté que des changements importants se produisent, qui ne sont peut-être pas immédiatement apparents.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le ministre saoudien de l'Industrie et des entreprises brésiliennes évoquent la localisation des vaccins

Visite de Bandar Alkhorayef à l'Institut Butantan. X/@BAlkhorayef
Visite de Bandar Alkhorayef à l'Institut Butantan. X/@BAlkhorayef
Short Url
  • Au cours de ses discussions avec les investisseurs et les chefs d'entreprise, M. Alkhorayef a souligné que le Brésil était prêt à s'associer à l'Arabie saoudite dans tous les secteurs industriels ciblés, en particulier les produits pharmaceutiques et les
  • L'Arabie saoudite souhaite susciter l'intérêt du monde entier pour les soins de santé en offrant des incitations financières et en tirant parti de ses solides capacités. L'objectif premier est de localiser 80 à 90 % de la production d'insuline.

RIYADH : À la suite de réunions entre le ministre saoudien de l'industrie et des entreprises brésiliennes, le Royaume vise à stimuler la localisation des vaccins et des produits pharmaceutiques en tirant parti de l'expertise du Brésil.

Au cours de ses discussions avec plusieurs investisseurs du pays sud-américain, Bandar Alkhorayef a indiqué l'étendue de la collaboration potentielle, car le secteur joue un rôle important dans la stratégie industrielle nationale du pays.

En effet, il joue un rôle crucial dans la sécurité pharmaceutique et sanitaire et renforce l'indépendance du Royaume dans ce domaine en sécurisant ses besoins médicaux et en construisant des capacités industrielles spécialisées.

Le comité saoudien de l'industrie des vaccins et des biomédicaments, dirigé par M. Alkhorayef, a pour mission d'identifier les meilleures technologies pour l'investissement. Son objectif est de transférer et de localiser les connaissances, en créant des plateformes industrielles locales conformes aux normes internationales, afin de faire du Royaume une puissance logistique et industrielle pour les vaccins et les médicaments vitaux au Moyen-Orient et dans le monde islamique.

Dans un communiqué publié sur son compte X, le ministre a déclaré avoir visité l'Institut Butantan, qu'il considère comme le leader mondial de la recherche en biotechnologie, ajoutant : « J'ai discuté avec le directeur de l'Institut Butantan : « J'ai discuté avec le directeur de l'institut des moyens de renforcer la coopération dans la localisation de l'industrie des vaccins et des produits pharmaceutiques.

Au cours de ses discussions avec les investisseurs et les chefs d'entreprise, M. Alkhorayef a souligné que le Brésil était prêt à s'associer à l'Arabie saoudite dans tous les secteurs industriels ciblés, en particulier les produits pharmaceutiques et les vaccins. 

Cette coopération est considérée comme une démarche stratégique visant à tirer parti des atouts des deux pays pour développer les chaînes d'approvisionnement, renforcer les échanges technologiques et favoriser l'innovation au service du développement durable.

En juin 2022, M. Alkhorayef a annoncé des opportunités d'investissement dans le secteur d'une valeur de plus de 11 milliards de SR (2,9 milliards de dollars). L'Arabie saoudite souhaite susciter l'intérêt du monde entier pour les soins de santé en offrant des incitations financières et en tirant parti de ses solides capacités. L'objectif premier est de localiser 80 à 90 % de la production d'insuline.

En établissant des partenariats stratégiques avec des entreprises internationales de premier plan, en transférant des technologies et des connaissances et en encourageant les partenariats public-privé, le Royaume vise à assurer une croissance durable dans le secteur des soins de santé. 

L'accent mis sur l'augmentation du contenu local et l'adoption des dernières technologies médicales souligne l'ambition du pays de devenir un centre régional majeur de fabrication de produits pharmaceutiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Des déchets de vers de terre transformés en richesse agricole grâce à une initiative innovante

Le vermicompost de l'agriculteur Baha Mohammed Al-Shaer stimule la croissance des plantes, augmente la production de fruits et améliore la santé générale du sol. (SPA)
Le vermicompost de l'agriculteur Baha Mohammed Al-Shaer stimule la croissance des plantes, augmente la production de fruits et améliore la santé générale du sol. (SPA)
Short Url
  • Le lombricompostage est un exemple d'ingéniosité agricole.
  • Les autorités locales, notamment Fahd Al-Zahrani, directeur général de la branche du ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture à Baha, ont exprimé leur soutien à cette proposition.

RIYADH : Un agriculteur saoudien a mis au point une technique qui transforme une nuisance courante dans les jardins en une ressource utile.

Mohammed Al-Shaer, du village d'Al-Dhafir à Baha, a mis en place une opération florissante de lombricompostage dans sa ferme, produisant un engrais organique de haute qualité à partir de vers de terre, selon un rapport de l'Agence de presse saoudienne.

L'entreprise de M. Al-Shaer a démarré il y a environ un an avec une installation simple : un seul réservoir de 5 mètres de long et de 60 cm de haut abritant environ 2 000 vers. Les vers ont été nourris de feuilles sèches, de déchets organiques et de restes de nourriture et ont été étroitement surveillés pendant quatre mois. Ils ont produit plus de 300 kg de compost riche en nutriments et leur population a été multipliée par dix.

Le vermicompost de l'agriculteur Baha Mohammed Al-Shaer stimule la croissance des plantes, augmente la production de fruits et améliore la santé générale du sol. (SPA)
Le vermicompost de l'agriculteur Baha Mohammed Al-Shaer stimule la croissance des plantes, augmente la production de fruits et améliore la santé générale du sol. (SPA)

« Grâce à des essais approfondis sur le terrain et à des recherches sur les meilleures pratiques mondiales, j'ai acquis des connaissances sur le comportement des vers, leurs besoins et les techniques d'élevage », a expliqué M. Al-Shaer dans une interview accordée à la SPA. Son exploitation s'est depuis étendue à quatre réservoirs, produisant suffisamment de lombricompost pour fertiliser environ 250 arbres sur sa propriété.

Les avantages de cet engrais organique sont multiples. Il accélère la croissance des plantes, améliore la production de fruits et la santé générale du sol.

M. Al-Shaer ajoute : « Les vers améliorent naturellement la qualité du sol, optimisent le cycle des nutriments pour les cultures et développent des pratiques agricoles saines pour améliorer la production de fruits et de légumes. »

À l'avenir, l'agriculteur souhaite développer son projet pour en faire une opération complète produisant de grandes quantités de lombricompost.

Il a également l'intention de sensibiliser ses collègues agriculteurs à cette pratique respectueuse de l'environnement dans le cadre de festivals agricoles en Arabie saoudite, en encourageant ses contemporains à utiliser des engrais organiques plutôt que des engrais chimiques, qui peuvent nuire au sol, aux plantes et à la santé humaine.

Les autorités locales, notamment Fahd Al-Zahrani, directeur général de la branche du ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture à Baha, ont exprimé leur soutien à cette proposition.
Les autorités locales, notamment Fahd Al-Zahrani, directeur général de la branche du ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture à Baha, ont exprimé leur soutien à cette proposition.

Les autorités locales, notamment Fahd Al-Zahrani, directeur général de la branche du ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture à Baha, ont exprimé leur soutien à cette proposition.

Lubna Saad, professeur agrégé de nutrition appliquée à l'Université Al-Baha, a souligné les avantages scientifiques du lombricompostage, le décrivant comme un mélange puissant de turricules de vers et de matières organiques transformées.

« Ces vers consomment la plupart des intrants organiques et les transforment en lombricompost », a déclaré M. Saad dans un entretien avec l'APS.

« La matière ainsi obtenue est ensuite tamisée et filtrée, produisant un engrais prêt à l'emploi convenant à tous les types de champs agricoles. Il améliore considérablement la capacité du sol à absorber et à retenir l'eau ».

Les agriculteurs participant au récent festival Khayrat Al-Baha ont loué l'initiative d'Al-Shaer, notant des améliorations dans la qualité de leurs récoltes après l'utilisation d'engrais organiques, a rapporté l'APS.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com