Sécurité routière en Tunisie: Peut-on éviter les tragédies ?

Selon des statistiques récentes, les accidents de la route en Tunisie ont connu une augmentation (Photo, La Presse).
Selon des statistiques récentes, les accidents de la route en Tunisie ont connu une augmentation (Photo, La Presse).
Short Url
Publié le Samedi 09 décembre 2023

Sécurité routière en Tunisie: Peut-on éviter les tragédies ?

  • Le pays enregistre chaque année un nombre alarmant de victimes d’accidents de la route, avec 11 501 décès recensés annuellement
  • Cette réalité soulève des interrogations cruciales quant aux mesures nécessaires pour prévenir ces tragédies et sauvegarder la vie des citoyens.

Les initiatives des parties prenantes ont déjà porté leurs fruits, avec la Tunisie qui passe du groupe 4 au groupe 2 dans le classement de l’OMS. Cette progression encourageante, annoncée dans le nouveau rapport sur la sécurité routière dans le monde à paraître le 13 décembre 2023, souligne l’importance des efforts conjoints pour améliorer les systèmes de données et prévenir les tragédies sur les routes tunisiennes.

Les routes tunisiennes demeurent le théâtre d’une inquiétude croissante : les accidents de la route. Malgré les initiatives déployées par diverses parties prenantes pour renforcer la sécurité routière, le nombre d’incidents persiste de manière alarmante.

Cette réalité soulève des interrogations cruciales quant aux mesures nécessaires pour prévenir ces tragédies et sauvegarder la vie des citoyens. Selon des statistiques récentes, les accidents de la route en Tunisie ont connu une augmentation, ces dernières années, mettant en péril la vie de milliers de conducteurs, passagers et piétons. Les causes de ces incidents sont variées, allant de l’excès de vitesse à la négligence des règles de conduite, en passant par l’état des routes et le non-respect des normes de sécurité des véhicules.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Parution les naufragés d’Audrey Sabardeil : Le retraité et le harag algérien

Dans son deuxième roman, intitulé Les naufragés, paru chez M+ éditions, maison basée à Lyon, l’auteure Audrey Sabardeil raconte comment un retraité prend sous son aile un jeune Algérien échoué dans une embarcation de fortune sur la côte marseillaise. (Photo El-Watan)
Dans son deuxième roman, intitulé Les naufragés, paru chez M+ éditions, maison basée à Lyon, l’auteure Audrey Sabardeil raconte comment un retraité prend sous son aile un jeune Algérien échoué dans une embarcation de fortune sur la côte marseillaise. (Photo El-Watan)
Short Url
  • Au baromètre de l’optimisme, voici un livre dont la parution mérite d’être annoncée tant elle redonne confiance à la générosité humaine
  • Dans son deuxième roman, intitulé Les naufragés, paru chez M+ éditions, maison basée à Lyon, l’auteure Audrey Sabardeil raconte comment un retraité prend sous son aile un jeune Algérien échoué dans une embarcation de fortune sur la côte marseillaise

L’auteure marseillaise Audrey Sabardeil nous conte une histoire humaniste aux accents sympathiques en ces temps de montée de l’exclusion et de la xénophobie.

Au baromètre de l’optimisme, voici un livre dont la parution mérite d’être annoncée tant elle redonne confiance à la générosité humaine.

Dans son deuxième roman, intitulé Les naufragés, paru chez M+ éditions, maison basée à Lyon, l’auteure Audrey Sabardeil raconte comment un retraité prend sous son aile un jeune Algérien échoué dans une embarcation de fortune sur la côte marseillaise. 

On pardonnera à l’écrivaine la véracité ou la possibilité de l’événement, Marseille étant bien loin des voies de passage des harragas, et d’autre part, les Algériens en déshérence et à secourir à Marseille sont nombreux... L’intérêt de la trame du roman est ailleurs. C’est plutôt une belle histoire que l’auteure tire de son imagination. Elle narre un conte optimiste qui met du baume au cœur. Audrey Sabardeil nous met sur les pas d’Hugo, encore jeune puisqu’il a la cinquantaine. Il vient tout juste de prendre sa retraite. Face à sa femme, et sa fille adolescente, il doit trouver de quoi vivre sa nouvelle existence. 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Ce que les faibles détiennent

Ce que les faibles détiennent
Short Url
  • Dans les décombres de Gaza, chacun cherche sa propre victoire
  • Au milieu d'un champ de destruction causé par les militaires, chaque camp veut revendiquer une victoire morale

Dans les décombres de Gaza, chacun cherche sa propre victoire. Au milieu d'un champ de destruction causé par les militaires, chaque camp veut revendiquer une victoire morale. L'Iran considère les essaims de drones et les missiles en mouvement comme le prix du sang pour les sept adultes qu'il a perdus dans son consulat de Damas. Dans la guerre, il n'y a plus de différence entre le travail consulaire et l'assassinat de masse. Alors que le conflit évolue d'une lutte pour l'existence de Gaza à un duel pour la dignité de l'Iran, on oublie que l'"enveloppe" de Gaza est couverte de murs en ruine et de corps d'enfants, et qu'une chose fonctionne régulièrement : Le compteur des morts, des blessés et des déplacés.

Quand la mort devient la mesure de la victoire, pour Khaled Meshaal, la victoire devient "mélanger le sang palestinien avec le sang jordanien". Pour Israël, un pain ne peut arriver à Gaza qu'en parachute ; pour Netanyahou, Gaza peut être anéantie et il ne sera pas poursuivi. Pour l'Iran, c'est au monde arabe de se préoccuper de son propre sang, alors qu'il est occupé à remplir le ciel du Moyen-Orient de missiles de drones colorés... au ralenti.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Gaza : comment l’armée israélienne a assiégé et attaqué l’hôpital Nasser

Hôpital à Gaza (Photo Médecins sans Frontières)
Hôpital à Gaza (Photo Médecins sans Frontières)
Short Url
  • Dans la nuit du 14 au 15 février 2024, l’hôpital Nasser, auparavant le plus important du sud de la bande de Gaza, est frappé par un tir d’obus de l’armée israélienne touchant le service orthopédique
  • Les membres du personnel de Médecins Sans Frontières qui y travaillent en sont les témoins directs

Dans la nuit du 14 au 15 février 2024, l’hôpital Nasser, auparavant le plus important du sud de la bande de Gaza, est frappé par un tir d’obus de l’armée israélienne touchant le service orthopédique, faisant un mort et huit blessés. Après plusieurs semaines consécutives de combats intenses avec des groupes armés palestiniens à Khan Younis, les troupes israéliennes prennent d’assaut l’établissement qu’elles assiégeaient jusqu’alors. Les membres du personnel de Médecins Sans Frontières qui y travaillent en sont les témoins directs. Leurs récits, corroborés par d’autres sources, retracent les événements qui ont précédé la nuit du 15 février et l’évacuation de l’hôpital. Les éléments dont nous disposons mettent en lumière des attaques délibérées et répétées de l’armée israélienne contre l’hôpital Nasser, ses patients et son personnel médical. Dès novembre 2023, MSF avait documenté des attaques similaires contre les hôpitaux Al-Shifa, Al-Quds et Al-Nasr, dans le nord de la bande de Gaza.

Lire la suite