Algérie: «Le dialogue social doit prévaloir à tous les niveaux»

Amar Takdjout, secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) (Photo, El Watan).
Amar Takdjout, secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) (Photo, El Watan).
Short Url
Publié le Vendredi 22 décembre 2023

Algérie: «Le dialogue social doit prévaloir à tous les niveaux»

  • Amar Takdjout, secrétaire général de l'UGTA revient, dans cet entretien, sur les grands chantiers ouverts au sein de la Centrale syndicale
  • Effectivement, c’est un constat réel, la formation syndicale a été occultée pendant des années

Amar Takdjout, secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), revient, dans cet entretien, sur les grands chantiers ouverts au sein de la Centrale syndicale. Outre le processus de mise en conformité avec la nouvelle loi relative à l’exercice du droit syndical et aux nouveaux statuts de l’organisation, il aborde les questions socioprofessionnelles en insistant sur l’importance du dialogue social. Il avertit, par ailleurs, sur le danger du non-respect des décisions de justice prononcées en faveur des travailleurs.

Après votre élection à la tête de l’UGTA, en juillet dernier, pour un mandat de cinq ans, vous avez installé le nouveau secrétariat national composé de neuf membres dont trois femmes. Quels sont les chantiers auxquels vous vous attelez actuellement ?

Nous nous concentrons actuellement sur le renouvellement des structures verticales et horizontales, parce qu’il faudra s’adapter aux exigences de la nouvelle loi et des nouveaux statuts de l’organisation. Ce renouvellement est aussi dicté par le retard accumulé ces dernières années dans le renouvellement de beaucoup de structures dont le mandat électif a expiré.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Abdellah «Walou» qui voulait devenir «Koulchi»

Short Url
  • Le suicide peut-il inspirer un texte comique ?
  • Nicolaï Erdman, maître incontesté de la satire soviétique des années 1920, l’a fait avec brio

Le suicide peut-il inspirer un texte comique ? Nicolaï Erdman, maître incontesté de la satire soviétique des années 1920, l’a fait avec brio et Ghassan El Hakem, trublion du théâtre marocain, réadapte l’œuvre de manière originale. «Le suicidé», drame satirique d’une heure et demie, porte aujourd’hui le titre «Mtiyer Mokhou» et sera joué dans la petite scène du théâtre La Parallèle, pour une expérience intimiste, aiguisée et lucide.

Dans le monde du théâtre, peu de pièces peuvent se targuer de traverser l’histoire sans prendre une ride ! «Le Suicidé» de Nicolaï Erdman, écrite à l’époque stalinienne dans les années 1920, en fait partie. Et pour cause : elle mêle l’audace à la profondeur pour dresser un tableau tragi-comique criant d’actualité. 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Iran et Israël... messages incendiaires et interrogations

Short Url
  • Il y a longtemps que les salles de rédaction des journaux, des plateformes et des télévisions n'ont pas été infectées par un tel degré de fièvre
  • Peut-être pas depuis la nuit du 19 au 20 mars 2003, lorsque les missiles américains se sont abattus sur Bagdad, inaugurant le renversement du régime de Saddam Hussein

La nuit du 13 au 14 avril occupe une place particulière dans la mémoire de la région. Il y a longtemps que les salles de rédaction des journaux, des plateformes et des télévisions n'ont pas été infectées par un tel degré de fièvre. Peut-être pas depuis la nuit du 19 au 20 mars 2003, lorsque les missiles américains se sont abattus sur Bagdad, inaugurant le renversement du régime de Saddam Hussein. Il n'est pas exagéré de dire que la nouvelle nuit était plus excitante et plus dangereuse. L'ancienne nuit était claire et décisive : l'énorme machine militaire américaine n'avait pas commencé la guerre pour la perdre.

La nouvelle nuit était passionnante, dangereuse et susceptible d'avoir des conséquences désastreuses. Elle a révélé la fragilité du Moyen-Orient. Et sa vulnérabilité. L'espace aérien est fermé, les aéroports sont plongés dans l'obscurité et les avions sont cloués au sol. Les habitants du redoutable Moyen-Orient ont vu des volées d'oiseaux de feu traverser le ciel de la carte, ralentissant ou accélérant. De leur côté, les avions et les missiles décollaient d'ici, de là et d'ailleurs pour chasser les oiseaux voyageurs et les empêcher d'atteindre les cibles qu'ils espéraient attaquer. La nuit a été longue et les chefs d'État, les commandants de l'armée et les "généraux" des factions et des milices ont veillé tard.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Inflation non maîtrisée : Quelle stratégie pour l’Algérie ?

En Algérie, une partie de l’inflation a des causes structurelles ( Photo : H. Lyès)
En Algérie, une partie de l’inflation a des causes structurelles ( Photo : H. Lyès)
Short Url
  • Le ne s’est pas empêché dernièrement d’alerter les autorités sur les niveaux d’inflation qui minent les performances économiques du pays et le pouvoir d’achat des ménages
  • La BA reconnaît en tous cas que la croissance des crédits accordés à l’économie - en hausse de 5,8% - est «moindre» que le taux d’inflation durant cette période

Le Fonds monétaire international (FMI) ne s’est pas empêché dernièrement d’alerter les autorités sur les niveaux d’inflation qui minent les performances économiques du pays et le pouvoir d’achat des ménages. Il considérera même que cette question, en Algérie, devient vraiment «préoccupante».

Pourquoi ? Le FMI, dans ses projections livrées dans un communiqué fin mars dernier, considère en effet que si le taux d’inflation était de 9,3% en 2022 et 2023, ce dernier continuera de fréquenter les cimes avec 7,6% en 2024 et 6,4% en 2025 puis 6,1% en 2026. Ce taux ne commencera à baisser, selon la même source, qu’à partir de 2027 pour atteindre durant cette année 5,5%, 5,2% (2028), 5,0% (2029). 

C’est dire… Commentant l’évolution en question, le Fonds fera remarquer que l’inflation commencerait à ralentir, notamment grâce à la baisse des prix des produits alimentaires frais, même si son maintien à «un niveau relativement élevé reste préoccupant». Visiblement, l’Algérie peine à maîtriser l’inflation. Mais a-t-elle seulement tout essayé quand certains indices semble indiquer le contraire, compte tenu des politiques suivies, tant en matière de politique monétaire que budgétaire d’ailleurs ?

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.